Climat: la France propose de développer l’industrie automobile !

voiture-verte-copenhague

Le sommet de Copenhague s’apparente de plus en plus à une gigantesque farce climatique où les dirigeants du monde apparaissent essentiellement comme les VRP de vieilles industries polluantes qui veulent à tout prix verdir leur image. Le cas de l’industrie automobile est flagrant: ce sont les mêmes qui polluent depuis des décennies avec leurs bagnoles et qui affirment avoir la solution pour le climat… en proposant de construire encore plus de bagnoles. C’est un peu comme si on chargeait les fabricants de cigarettes de proposer des solutions pour diminuer le tabagisme… Lire la suite…

Führers et spéculateurs, le « marché à la sauvette » du nucléaire

sarkozy-nucleaire-epr

Historique politico-énergétique du nucléaire

Contrairement aux apparences devenues si fortes et prégnantes, le nucléaire n’a jamais vraiment eu un avenir à long terme en dehors du militarisme et du totalitarisme… Non pas tant à cause des graves problèmes écologiques qu’il pose mais plus simplement par sa non viabilité économique en dehors du cadre d’un puissant appareil d’état « riche » et centralisé. Une « société nucléarisée » s’impose de manière totalement arbitraire, Sainte sœur Anne d’Aréva le rappelle pour toutes les étapes de la politique énergétique de la France depuis les grands barrages. Lire la suite…

Révolutionner les transports…

S’il est une question qui me préoccupe presqu’autant que le chômage c’est celle de l’avenir des transports et surtout de la place de la voiture. En effet on nous fait croire aujourd’hui que la voiture de demain est en train de voir le jour et qu’elle sera vraisemblablement électrique ou hybride. Autrement dit, on nous envoie le message subliminal suivant : continuez à rouler, nous nous occupons de tout ! Lire la suite…

Relations ferroviaires Intercités : le maillon manquant

vieux-train-corail

Les relations par TGV entre l’Ile-de-France et les métropoles régionales d’une part, les relations TER centrées sur ces métropoles d’autre part se sont fortement améliorées ces dernières années. Mais TGV et TER ne répondent pas à tous les besoins des voyageurs, qui ont aussi à se déplacer d’une grande agglomération ou d’une ville moyenne à une autre et pour lesquels les relations Intercités à moyenne et longue distance sont une composante indispensable de l’offre ferroviaire. Lire la suite…

Journée d’action contre Total et les sables bitumineux

journee-action-total

Samedi 14 novembre, des militants de Greenpeace ont investi pacifiquement des stations Total pour dénoncer un crime climatique subventionné par l’Union européenne : l’exploitation des sables bitumineux. A Brest, Angers, Poitiers, Aix-en-Provence, Chambéry, Rouen et Nice, nos militants ont informé les clients, les salariés et montrer ce dans quoi investit Total depuis plusieurs années au Canada : le pétrole le plus cher et le plus sale du monde, les sables bitumineux. Lire la suite…

La mobilisation infinie

carros_amarelo_18_igualvoce-450x349

Peter Sloterdijk, philosophe allemand contemporain écrit depuis un certain temps des essais divers concernant les grands drames, problèmes et préoccupations de la société occidentale postmoderne. Très heideggérien et nietzschéen dans ses réflexions, Sloterdijk nous démontre d’un œil critique, intelligent et très pointu les grands paradoxes et les grands désespoirs d’une pseudo société post-apocalyptique. Extraits. Lire la suite…

APPEL en faveur du fret ferroviaire

Les investissements prévus dans le plan Fret devraient permettre de transférer sur le rail près de deux millions de parcours de camions par an, mais seulement à l’horizon 2020. Le quasi abandon du wagon isolé envisagé par la SNCF aurait pour incidence, un transfert mais dans le sens contraire, cela dès 2010 et d’une façon irréversible suite à la suppression de moyens de production (fermeture de triages, de gares…) et de 6 000 emplois. Ce n’est pas acceptable! Lire la suite…

Une récession temporaire… ou la fin de la croissance ?

Tout le monde s’accorde sur ce fait : notre économie est mal en point. Les symptômes inévitables comprennent un déclin des dépenses et de la confiance des consommateurs, ainsi qu’un repli des échanges commerciaux mondiaux et du crédit disponible. Ajoutez à cela un effondrement des valeurs immobilières, un carnage dans les industries automobiles et le transport aérien, et vous obtenez effectivement un tableau très sombre. Lire la suite…

Greenpeace investit des stations service Total dans 11 villes françaises pour dénoncer l’exploitation des sables bitumineux

greenpeace-stations-total

À 50 jours de la conférence de Copenhague sur le climat, Greenpeace dénonce partout en France un criminel climatique et environnemental : le groupe Total. Les bénévoles des groupes locaux de Greenpeace ont investi des stations essence de la compagnie dans onze villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Nancy, Bordeaux, Rennes, Strasbourg, Lille, Toulouse, Perpignan, Grenoble), ce matin à partir de 10h. L’opération vise à informer le grand public et les clients de Total sur l’activité menée par le groupe pétrolier français sur les sables bitumineux : distribution de tracts, banderoles, visuels géants dénonçant la « destruction durable » et montrant l’impact sur l’environnement de la manière la plus sale et la plus chère de produire du pétrole, un crime à quelques semaines de la conférence de Copenhague. Lire la suite…

Fantasmes politiques et tristes réalités à propos de la bagnole électrique

atomobile-cabu

Dans mon dernier billet je vous racontais la prévisible collision entre le souhait des scientifiques en termes de réduction drastique des émissions de CO2, les rodomontades des politiciens, et les pressions économiques (qui gagnent toujours à la fin).

Pour ne prendre qu’un seul exemple, Sarkozy s’érige côté pile en Grand Protecteur Mondial de l’Humanité, en Promoteur Français du Grenelle de L’Environnement, mais côté face, sous prétexte de relance et d’aménagement du territoire, continue à construire des autoroutes et perpétue le modèle du tout-routier…

Le résultat probable est que non seulement nous n’aurons pas 4 fois moins de CO2 en 2050, mais qu’au contraire nous en aurons 2 fois plus. Lire la suite…