Sables bitumineux du Canada: du pétrole à n’importe quel prix

Jusqu’à une époque récente, il était trop coûteux et complexe d’exploiter les sables bitumineux pour produire du pétrole. Ces dernières années, toutefois, la hausse du prix du pétrole et les changements technologiques ont rendu cette exploitation possible et très rentable. Les sociétés pétrolières produisent maintenant plus d’un million de barils de pétrole par jour à partir des sables bitumineux, et cette production s’accroît constamment. Cependant, l’expansion effrénée des projets d’exploitation des sables bitumineux entraîne d’énormes coûts environnementaux, causant des dommages aux terres, à l’air, à l’eau, aux forêts, au climat et aux populations locales. Lire la suite…

Profits records pour les compagnies pétrolières

Le prix du baril de pétrole a atteint un nouveau record à 117.83 dollars. Le prix du pétrole a gagné environ 54 dollars par rapport à son niveau d’il y a un an. Depuis une dizaine de jours, le pétrole aligne records sur record. Plusieurs facteurs expliquent cette hausse tels la spéculation, le dollar faible, les craintes sur les disponibilités, la hausse de la demande mondiale, les tensions géopolitiques dans les zones pétrolières… et la diminution des réserves mondiales de pétrole. Lire la suite…

Cours du pétrole, profits records et catastrophes écologiques

A l’heure où le cours du pétrole a désormais franchi les 110 dollars le baril, les profits des compagnies pétrolières n’ont jamais été aussi importants. Déjà, pour la seule année 2005, 100 milliards de dollars de profits: c’était le montant cumulé des bénéfices qu’avaient dégagé les cinq plus grandes compagnies pétrolières mondiales (ExxonMobil, Chevron, Total, BP et Shell). Lire la suite…

Privatisation des profits et collectivisation des pertes

SNCF, sociétés d’autoroutes et ultra-libéralisme

L’été est traditionnellement propice aux petites et grandes manœuvres gouvernementales qui visent à privatiser toujours plus des pans entiers du service public. Avec la torpeur estivale, certaines décisions ont plus de chance de passer, surtout dans un contexte délicat d’après-référendum où les Français se sont massivement exprimés contre la politique de libéralisation de l’économie prônée par Bruxelles et mise en place avec zèle par les différents gouvernements ultra-libéraux que la France a connus ces dernières années. Lire la suite…

Pour une taxe exceptionnelle sur les bénéfices extraordinaires de Total

Prix du pétrole
Pour une taxe exceptionnelle sur les bénéfices extraordinaires de Total

L’UFC-Que choisir appelle les parlementaires à voter l’instauration d’une taxe exceptionnelle de 5 milliards d’euros sur les bénéfices du groupe pétrolier Total. Lire la suite…

La tyrannie de l’économie pétrolière

Selon le classement des Nations unies, le Nigeria et l’Angola, les deux principaux producteurs africains de pétrole se trouvent actuellement au rang des nations les plus pauvres, plus précisément les plus appauvries par trois décennies d’exploitation pétrolière. Au Nigeria, le PNB/hab était de 1000 $, en 1970. Il n’était plus que de 320 $ en 1996. Lire la suite…

On achète plus de voitures qu’on fait de bébés

par Vincent Larouche

Alors que les tarifs du transport en commun ne cessent d’augmenter (une troisième hausse de tarifs en un an est annoncée à Montréal) et que les sociétés de transports appréhendent la catastrophe face à des manques à gagner de plusieurs millions de dollars, une recherche qui vient d’être publiée démontre pourtant que l’argent est là! Lire la suite…

Plus de 100 milliards de profits pour les majors du pétrole

Plus de 100 milliards de profits pour les majors du pétrole
par Christine Lagoutte

Le chiffre donne le vertige : c’est le montant des destructions provoquées par le cyclone Katrina dans le sud des Etats-Unis. C’est aussi le coût d’une année de guerre en Irak pour l’économie américaine. Lire la suite…

TOTALement bénéficiaire

L’envolée de l’or noir fait le bonheur des compagnies pétrolières, Total en tête. La « major » française (qui a absorbé Elf en 1999) a vu ainsi au deuxième trimestre 2005 son bénéfice progresser d’un tiers par rapport à celui du deuxième trimestre de l’année précédente, et atteindre 3 milliards d’euros.

Ce seul bénéfice trimestriel de Total représente ainsi près du quart des 11 milliards d’euros que le gouvernement français attend de la privatisation des autoroutes… Lire la suite…