Théorie de la classe de loisir

desir-capitalisme

Comment l’oligarchie exacerbe la crise écologique

Sans doute ne connaissez-vous pas Thorstein Veblen. C’est normal. Ce qui ne l’est pas, c’est que beaucoup d’économistes le méconnaissent également.

Raymond Aron, qui était un homme pondéré, comparait son œuvre à celles de Tocqueville et de Clausewitz. C’est que la réflexion de Veblen est une clé essentielle pour comprendre notre époque. Pourtant, la Théorie de la classe de loisir est devenue introuvable en français et Veblen reste absent des programmes universitaires de science économique. Lire la suite…

La « mobilité intelligente » à Nuremberg (Allemagne)

L’agenda 21 de la ville de Nuremberg, en Allemagne, fonctionne depuis une dizaine d’années, sans que la démarche ne se soit essoufflée. Une des raisons principales en est l’engagement constant de la Ville qui encourage les habitants à exprimer leurs propres idées et accompagne leurs initiatives autant que possible. Lire la suite…

Vers la sortie de route ? Les transports face aux défis de l’énergie et du climat

Ce nouveau numéro des Cahiers de Global Chance (n°26, janvier 2009) est doublement intéressant. Tout d’abord, son thème central, les transports face aux défis énergétiques et climatiques, constitue un des sujets de préoccupation majeure de Carfree France. Ensuite, il se trouve que Carfree France y a directement participé, en co-écrivant un article avec Global Chance, article intitulé « États-Unis : vers la fin d’un modèle basé sur l’étalement urbain ? » (version pdf ici). Lire la suite…

Et au milieu coule une autoroute

Au milieu d’une campagne calme et désertique s’étend à perte de vue une autoroute inactive, laissée à l’abandon depuis sa construction. Au bord du bitume, à quelques mètres seulement des barrières de sécurité, se trouve une maison isolée dans laquelle vit une famille. Les travaux vont reprendre et on annonce l’ouverture prochaine de l’autoroute à la circulation… L’arrivée des mastodontes de la voirie et l’annonce frénétique à la radio du premier automobiliste à parcourir ce nouveau tronçon d’autoroute depuis longtemps attendu viendra bousiller leurs certitudes — et charger la bande sonore de bruits mécaniques oppressants… Lire la suite…

Manifeste pour une décroissance conviviale

À vous qui vous préoccupez de l’avenir des prochaines générations. Nous vivons dans un monde en crise. « Lucides » ou « Solidaires », tous s’entendent là-dessus. Mais les solutions proposées, qu’elles soient néolibérales ou progressistes, restent dans le paradigme du développement et de la croissance économique, alors même qu’il s’agit là d’une cause majeure de bien des problèmes. Lire la suite…

Plaidoyer pour l’Autoroute

Si j’avais à soutenir la décision de construire une autoroute, voici ce que je dirais : un automobiliste seul dans sa voiture occupe tant de place au sol qu’il est devenu nécessaire de construire une nouvelle autoroute. Lire la suite…

Le Mythe du Progrès

Je me souviens facilement être assis à la table du dîner discutant du progrès avec mon père, appliquant sur lui toute l’expérience et la sagesse que j’avais rassemblé à l’âge de quinze ans. Bien sûr que nous vivons dans une ère de progrès, disais-je, regarde juste les voitures comme elles étaient moches et peu fiables et lentes autrefois, comme elles sont élégantes, efficaces et rapides maintenant. Lire la suite…

Quand la voiture devient automobile…

Quand la voiture devient automobile…

Cinquante ans déjà, le bilan est lourd, une catastrophe, devenue évidente pour tout le monde, à la fois humaine, sanitaire et écologique. Elle s’impose comme une fatalité, une véritable malédiction. Le film en accéléré de cette catastrophe se reproduit maintenant en Chine et dans toutes les mégalopoles du tiers monde.  Lire la suite…

L’intégrisme automobile

Putain ! Une voiture qui arrive à tombeau ouvert !! Rapide coup d’œil à gauche, dérapage contrôlé. Entre deux coups de guidon: «comment en sommes nous arrivés là ?» « Qui aurait imaginé, lorsqu’on relégua bicyclettes, bœufs et chevaux à l’étable que notre civilisation barbare s’en trouverait à ce point influencée. L’automobile, jour après jour, vous casse les oreilles, vous cerne, ronge vos pierres, réduit vos dimensions, rend malade votre végétation (et votre peau mesdames!), sans que vous puissiez vous en défendre. L’automobile vous amoindrit. Elle vous a affaiblis, vous n’êtes déjà plus que des survivants moribonds dont on poursuit forcément la perte! Lire la suite…