Le vélo, cet incongru

Le lobby de la bagnole est ultra-majoritaire, il exerce un monopole radical (voir Ivan Illich, Énergie et équité) sur les moyens de déplacements. Mais il lui en faut toujours plus. Les quelques hurluberlus qui, par on ne sait quelle impulsion saugrenue, persistent à bouder moteurs et carcasses métalliques doivent être ramenés à la raison. Il faut leur faire comprendre leur erreur, les faire abandonner la marche et le vélo, que ces étranges masochistes persistent à s’infliger. Lire la suite…

Soumission

La voie publique est publique. Cqfd. Elle est autorisée à tous, au service de tous, payée par tous, selon les règles en usage dans le pays. Cependant un groupuscule, radicalisé, se l’est approprié par la terreur. Ce groupuscule, devenu aujourd’hui majoritaire, incontestable, et quasiment incontesté ne se résigne pas. Il n’accepte aucune résistance, aucune divergence de point de vue, aucune autre pratique que la sienne sur la voie publique. Lire la suite…

Bikelash, un passage obligé?

Le débat qui anime Bruxelles ces derniers temps sur le développement d’un espace piétonnier au centre-ville, dans un secteur largement dominé par l’automobile, montre bien que le passage du tout à l’auto vers un aménagement urbain qui fait plus de place à la mobilité douce ne se fait pas sans heurts. Depuis longtemps déjà, le développement d’infrastructures pour favoriser l’usage des vélos a provoqué de tels débats. Lire la suite…

Non, les cyclistes ne sont pas plus infractionnistes que les autres usagers

Une nouvelle étude à charge contre les cyclistes a été publiée ce lundi 24/11/2014 sur la base de seulement 1041 cyclistes interrogés dans une dizaine de villes françaises, et qui généralise ses conclusions à l’ensemble de la communauté cycliste. « Plus de 60% des cyclistes en ville se mettraient eux‐mêmes en danger en ne mettant pas de casque, et 52% en ne portant pas de gilet fluo ». Lire la suite…

Saleté de cyclistes !

En Suisse, l’animosité monte contre les fous du guidon, ces cyclistes qui ne respectent ni les feux ni les trottoirs. A Berne, une motion réclame de durcir la lutte contre ces chauffards à deux roues. A Genève, la cohabitation avec piétons et automobilistes semble plutôt tendue. Reportage. Lire la suite…

Désolé, je ne vous avais pas vu

– Mais vous avez manqué de me rentrer dedans !
– Ah, désolé, je ne vous avais pas vu !

C’est l’excuse que les cyclistes et les piétons ont du entendre le plus souvent. Dans ces situations, le conducteur est en général conscient d’avoir fait une erreur et n’a réellement pas voulu commettre la faute qui l’a amené à manquer de peu de vous faucher. Lire la suite…

Le conditionnement de la vitesse : doubler pour doubler

Je ne surprendrai personne en concédant qu’un vélo va moins vite qu’une voiture sur une ligne droite sans obstacle. Il est donc normal qu’à vélo, sur de longues routes départementales ou communales (je déconseille les nationales), on se retrouve à être doublé par des engins limités à 90 km/h pendant que les plus sportifs d’entre nous ne dépasseront pas les 30 km/h de moyenne (je parle de déplacement et non d’entraînement sportif). Lire la suite…