Automobile, aides publiques et licenciements

Rarement l’argent public n’aura été aussi disponible pour les groupes privés. Rarement les suppressions d’emploi auront été aussi massives. Le géant américain General Motors, qui a reçu 9,4 milliards depuis la fin 2008, a ouvert, le 12 février, un « guichet de départs volontaires » à destination de ses 62 000 salariés syndiqués, qui bénéficient de prestations sociales solides et dont la direction veut se débarrasser. Quelques jours auparavant, il avait annoncé la suppression de 10 000 emplois de « cols blancs » dans ses usines du monde entier. Bénéficiaires des deniers de l’Etat, Ford et Chrysler prévoient également des réductions d’effectifs. Lire la suite…

Renault : 9.000 suppressions d’emplois

Le constructeur automobile Renault, qui vient de toucher un chèque de 3 milliards d’euros de l’Etat français en échange de la promesse de ne pas fermer d’usines et de ne pas licencier en France, vient d’annoncer 9.000 suppressions d’emplois dans le monde dont la moitié en France. Lire la suite…

Lithium et voiture électrique : une impasse ?

Même si le prix du gasoil est retombé à des niveaux considérés comme acceptables par une partie des automobilistes, l’affaire est entendue : dans quelques années, les voitures à pétrole vont peu à peu disparaître, rendues obsolète à la fois par le prix du carburant en voie de disparition et par la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique.Qu’à cela ne tienne, dit l’automobiliste, répétant en cela les propos rassurants des médias-qui-mentent : on roulera en voiture électrique, à hydrogène, à air comprimé, ou que sais-je encore ? Lire la suite…

Nobel Automotive : 80 emplois supprimés

L’équipementier Nobel Automotive, filiale du groupe turc Orhan Holding, va supprimer 80 emplois sur les sites de Vitry-le-François (Marne) et de Poissy (Yvelines), a-t-il été annoncé après une réunion exceptionnelle du comité d’entreprise le mardi 3 février. Ce sont 55 postes de cadres et agents de maîtrise et 25 d’ouvriers de production qui sont concernés. Spécialisé dans la production de pièces plastiques pour le transfert de fluides dans l’automobile, Nobel Automotive fournit notamment PSA Peugeot Citroën et Renault.

Source : L’Usine Nouvelle

Vive la décroissance!

Tout fout le camp! On achète depuis des années une bagnole neuve tous les deux ou trois ans afin de correspondre à l’idéal bagnolo-publicitaire, on achète même deux ou trois bagnoles par foyer depuis qu’on a été obligé d’acheter un pavillon paumé aux fins fonds d’une banlieue, on accélère encore le mouvement quand le gouvernement en remet des louches à coup de bonus automobile ou autre prime à la casse, on place ses petites actions de boursicoteur chez les héros de l’industrie nationale que sont Renault ou Peugeot PSA, et patatras! Lire la suite…

Voiture servicielle, consommation ostentatoire et distinction provocante

On parle de plus en plus aujourd’hui de la fin de la voiture individuelle, c’est-à-dire en fait de la fin de l’automobile en tant qu’objet de possession au profit d’une « voiture servicielle », qu’elle soit en autopartage ou en libre-service. Cette théorie est conduite par un ensemble d’acteurs (groupes de veille technologique, associations ou entreprises d’autopartage, etc.) qui souhaitent promouvoir un autre usage de l’automobile. Lire la suite…

Renault : 400 nouvelles suppressions d’emplois

Le constructeur français Renault réduira à partir de mars 2009 la production de son usine de Palencia (nord de l’Espagne), entraînant le non renouvellement de contrat de 400 travailleurs temporaires.

Source: Nouvel Obs

Auto tamponneuses

En visite à Vesoul chez le constructeur automobile PSA, notre président s’est dit « stupéfait » ! Stupéfait pourquoi ? parce qu’il a appris là, à Vesoul chez PSA, que les constructeurs français ont tellement délocalisé à l’étranger que la France est devenue importatrice nette de véhicules. Faudrait lire les journaux… Lire la suite…

Crise automobile : Renault paye une croisière à ses concessionnaires

C’est le Canard Enchaîné du 7 janvier dernier qui nous l’apprend. En pleine crise automobile mondiale, la direction du groupe Renault vient de payer une croisière sous les tropiques à une centaine de ses concessionnaires « méritants ». Méritants? Est-ce à dire qu’ils ont eu des résultats un peu moins catastrophiques que les autres? Lire la suite…

Dacia : 3 à 4.000 licenciements envisagés

Le constructeur automobile roumain Dacia (groupe Renault) pourrait licencier 3 à 4000 employés de la production si le marché des ventes ne s’est pas amélioré d’ici au printemps, a déclaré lundi à l’AFP son directeur général François Fourmont.

Source: AFP

Visteon : 101 licenciements

Selon une source syndicale, l’équipementier automobile Visteon (864 salariés), implanté à Gondecourt, près de Seclin, pourrait supprimer 101 emplois et quelque 125 salariés seraient concernés par des modifications de contrats. Visteon est l’un des plus grands équipementiers régionaux de l’industrie automobile. L’unité basée à Gondecourt produit des tableaux de bord ou des panneaux de porte en matière plastique pour la majorité des constructeurs automobiles : Renault, Peugeot, Citroën, Toyota ou Volvo. D’autres sites sont touchés. Celui de Flins (Yvelines, 50 salariés) pourrait fermer, avec 18 reclassements et 32 suppressions d’emplois. Et celui de Châtillon-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) pourrait supprimer 18 emplois.

Source: La Voix Eco

Inergy Automotive Systems : 115 suppressions de postes

Suite au plan global de restructuration annoncé par Inergy Automotiv Systems sur l’ensemble de ses sites français, l’usine de Nucourt (Val d’Oise) a appris la confirmation de sa cessation d’activité d’ici août 2009. L’établissement, qui emploie 65 personnes, fabrique depuis 1990 des réservoirs à carburant basés sur une technologie d’extrusion soufflage de matière plastique, pour les véhicules Clio, Laguna (Renault) et 207 (Peugeot). Le plan du groupe prévoit, outre la fermeture de Nucourt, la suppression de 50 emplois sur le site de Venette, près de Compiègne, qui compte environ 500 salariés avec le centre de recherche.

Source: L’Usine Nouvelle