Le Gourou de la circulation routière

Si on vous demandait de nommer un célèbre ingénieur de la circulation routière dans un jeu-concours de bar horriblement foireux, il y a très peu de chances que vous hasardiez une bonne réponse. Si le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad a bien suivi une formation d’ingénieur de la circulation routière, il ne tire pas sa notoriété du réglage des feux de Téhéran. Bill Gates a commencé sa carrière en mettant au point un logiciel commandant un appareil de comptage de la circulation des voitures, mais c’était un expert en informatique plus intéressé par la technologie que par la circulation routière. Votre mémoire risque de flancher si vous lui demandez de rechercher les noms de William Phelps Eno, « père » putatif des moyens de régulation de la circulation, ou de Henry Barnes, ancien pape de la circulation de New York à qui on attribue l’invention de la « Danse de Barnes » dans laquelle tout un carrefour, un temps, s’adonne au passage pour piétons dans quatre sens. Lire la suite…

A la guerre comme à la guerre?

Tous les jours, on lit dans la presse qu’une personne a été tuée par une autre en voiture, sans trop de commentaires. L’état des routes est comme l’état de guerre: tant de tués pour tant d’engagés, et un petit papier pour chacun (et encore, la rubrique des « chiens écrasés », malgré son nom, ne parle que des humains!). Lire la suite…

Les deux-roues motorisés ne respectent pas les limitations de vitesse

Depuis que la sécurité routière a été déclarée « Grande cause nationale », le nombre de morts lors des accidents de la route a baissé de 35 %. Il est un chiffre moins encourageant. Moins connu aussi : la part des tués en motos et cyclomoteurs a augmenté jusqu’à 16,6 % en 2005, tandis que les handicapés sont de plus en plus nombreux. Cette situation n’interpelle pas seulement les spécialistes de la route. C’est un enjeu de santé publique. Tel est le constat dressé dans l’ouvrage « Gisements de sécurité routière pour les deux-roues motorisés » qui vient de paraître sous l’égide du Predit. Lire la suite…

Une idée lumineuse: la bande cyclable de nuit

Ces derniers mois la pratique du vélo se développe de plus en plus au sein des villes françaises, en particulier à l’initiative des villes et agglomérations (Velo’v, Velib’, Bicloo, etc…). La bande cyclable reste un des moyens les plus sûrs de protéger les cyclistes dans les villes comme dans les campagnes. En effet, elle matérialise au sol un espace réservé à la circulation des vélos. Les cyclistes vous le diront, il n’y en a jamais assez. Lire la suite…

Motocyclisme et écologie

Préambule: cet article nous a été envoyé par un motard mécontent de la publication de ceci.

Suite aux articles d’AutoMinus « Les motards sont des cons » et « Les motards sont des cons (ça se confirme)« , à la lecture desquels je me suis senti insulté ainsi que de nombreux autres motards, je viens ici exposer en quoi, selon moi, la moto est une pratique non pas écologique en soi mais dont l’impact l’est incidemment (je vais notamment reprendre une partie de l’argumentaire d’un commentaire que j’avais posté sous l’article sur la croisière blanche.) Lire la suite…

Les motards sont des cons (ça se confirme)

Suite à un article récent sur les motards ayant provoqué une avalanche de réactions indignées de la part de nombreux motards, je vous propose de faire ici une synthèse des arguments présentés par ces motards pour tenter de justifier leur pratique de la moto. Quand on dit aux motards qu’ils ne respectent pas les règles et en particulier les limitations de vitesse (ce qui est quasiment une lapalissade), les principales réponses apportées par les motards sont: Lire la suite…

Les motards sont des cons

Je sais déjà ce que l’on va me dire: cela ne se fait pas de stigmatiser une catégorie de la population, cela ne fait pas avancer le schmilblick et risque au contraire de braquer les motards au lieu de les faire évoluer. Et bien, braquons-les ces motards car ils sont à mon avis incapables de la moindre évolution. Lire la suite…

La rupture écologique

La rupture écologique

par Nicolas Sarkolo

Mes chers amis,

La France n’est pas condamnée à regarder le monde qui change autour d’elle, ses performances écologiques qui se dégradent, son modèle environnemental qui s’épuise, tout en restant immobile, tétanisée par le changement, prisonnière de tous les conservatismes, incapable de changer et de se réformer. Lire la suite…