Comment en finir avec la civilisation de l’automobile?

Notre société affecte plus de 80% de l’espace public à la circulation automobile et au stationnement des voitures, c’est-à-dire à un mode de déplacement individuel dont le taux d’occupation moyen ne dépasse pas 1,2 personne par automobile en agglomération. Les piétons et les vélos se sentent comme des intrus sur un espace public dédié à la vitesse automobile, où les infractions sont la règle en toute impunité. Il faut arrêter d’aménager la chaussée en fonction de l’heure de pointe, ce qui se traduit par des voies de circulation automobile démesurées, congestionnées une heure ou deux par jour, et qui se transforment en véritables catalyseurs à vitesse le reste du temps. Or, il est désormais admis que toute augmentation de l’offre d’espace automobile se traduit pas une augmentation de la circulation automobile qui génère rapidement des congestions et nécessite donc de nouvelles voies de circulation pour les voitures. Lire la suite…

Pour une ville qui marche

Pour une ville qui marche
Aménagement urbain et santé

Pourquoi marchons-nous de moins en moins ? Quelle influence a eu l’aménagement urbain sur le déclin de la marche dans la seconde moitié du 20e siècle, principalement en Amérique du Nord ? Quelles sont les conséquences de la sédentarité sur la santé et la vie sociale ? Lire la suite…

Vivre simplement à la campagne… sans voiture

Lu sur S!lence : « Ah ! le débat sur la voiture à la campagne à en croire de nombreuses personnes qui ont fait le choix d’une vie simple à la campagne, il est possible de se passer de beaucoup de choses, d’être très autonomes, mais comment être reliés à la société sans cette tonne de ferraille ? (1) C’est pourtant possible, comme en témoignent Marc et Lotti Bosch, engagés depuis 1997 dans une expérience de recherche de cohérence. Lire la suite…

La gratuité totale des transports collectifs urbains: effets sur la fréquentation et intérêts

Plusieurs expériences récentes, dont celle de l’agglomération de Châteauroux (gratuité totale depuis décembre 2001), ont relancé le débat sur la gratuité totale des transports urbains. Au-delà des querelles à caractère parfois idéologique entre partisans et opposants de la gratuité, la présente recherche avait pour objectif de répondre aux questions suivantes : Lire la suite…

L’acte-voiture participe au dévoiement de la raison en rationalité instrumentale « réduite »

L' »acte-voiture » comprend tout ce qui intervient d’une manière ou d’une autre dans et autour de la fabrication d’une automobile: l’établissement industriel et la politique de l’emploi (dont la main-d’œuvre immigrée), l’organisation de la production et la déqualification du travail, les parkings, les routes et autoroutes, les accidents et les hôpitaux spécialisés, les assurances et la police, les postes à essence et, phénomène majeur, la géopolitique du pétrole… Lire la suite…

La fin du mythe automobile

Le quotidien Libération consacrait hier sa première page aux difficultés auxquelles l’industrie automobile doit faire face actuellement. Le journal parle de la fin d’un mythe, celui de la société de l’automobile. La voiture, autrefois symbole du progrès social, doit à présent se réinventer… ou disparaître. La crise du pétrole et les changements climatiques forcent aujourd’hui les constructeurs automobiles à repenser leurs modèles. Pour le quotidien, ce changement d’ère n’est pas sans conséquences. En France, Renault a annoncé un plan de restructuration qui implique 5.000 suppressions d’emploi. Et selon le journal, ce n’est qu’un début. Lire la suite…

Le syndrome de la grenouille

Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager. La température continue de grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant. Lire la suite…

Pas de pétrole : pas de voitures ni de camions

La disparition du pétrole ne pourra pas être compensée par des pétroles synthétiques, ni par les agrocarburants, l’hydrogène ou l’électricité. Cela entraînera la disparition d’une grande partie des voitures et des camions. Les agglomérations démesurées devront céder la place à de petites villes autonomes en énergie et en nourriture. Lire la suite…

Vivre sans voiture pour vivre mieux

Voici une étude édifiante sur les ménages non motorisés qui montre que les sans voitures dorment plus longtemps, travaillent moins, ont plus de loisirs (et dépensent plus pour leurs loisirs) et mangent mieux que les ménages motorisés…  L’étude montre également clairement que les citadins sans voiture, même s’ils supportent un loyer plus conséquent que les motorisés périurbains, dépensent moins globalement que les ménages motorisés: la somme logement+transport est de 38% du budget chez les sans voiture, 46% chez les mono-motorisés et 48% chez les bi-motorisés. Lire la suite…

Facteur 4: quatre fois moins de voitures en 2050?

Où en est la Division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France à l’horizon 2050?

Le groupe « facteur 4 », travaillant sur la division par quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France à l’horizon 2050, a rendu son rapport le 3 juillet 2006, il y a donc bientôt deux ans déjà. Ce groupe a été installé le 8 septembre 2005. Il était présidé par Christian de Boissieu et composé de 31 personnalités choisies pour leurs compétences dans des milieux divers : élus professionnels, associations, syndicats, académiques, universitaires. Il a auditionné une vingtaine d’experts extérieurs, dont trois étrangers : un député européen « vert », un scientifique allemand et un économiste américain. Lire la suite…

Pétrole : la fin d’un monde

Avec un baril de pétrole dont le prix a quintuplé en 5 ans et qui se rapproche inexorablement du seuil symbolique des un dollar le litre (159 dollars le baril), nous entrons bien plus rapidement que prévu dans une nouvelle ère économique dont le grand défi est devenu la substitution de l’énergie par l’information à tous les niveaux de production et d’organisation de nos sociétés. Lire la suite…