« Bilanci di giustizia » : et les transports ?

En parcourant le site msn.fr, je suis tombé récemment  sur une initiative menée en Italie et dite « Bilanci di Giustizia ». La démarche vient d’une fédération de familles italienne, beati costruttori di pace, comme « heureux constructeurs de paix » aux idées sans doute proches de celles de l’Église. Le but est d’effectuer le « déplacement » (spostamento) d’une habitude de consommation de départ vers une habitude de consommation plus vertueuse, que ce soit du point de vue de l’environnement, de la protection des populations des pays du Sud, des droits des travailleurs. Lire la suite…

Arrêtons d’arroser l’industrie automobile d’argent public

aidons-le-secteur-automobile
Dessin de Willem dans Charlie Hebdo de février 2008

Prime à la casse, aide au développement de la voiture électrique (400 millions), prêt d’un milliard d’euros aux filiales financières des constructeurs Renault et PSA, fond de soutien à la sous-traitance (300 millions), plan d’aide français au secteur automobile (six milliards d’euros de prêts). Chaque semaine apporte son lot de cadeau d’argent public à un secteur industriel qui n’ose pas encore se voir comme sans avenir (raréfaction du pétrole, mutation impossible et dangereuse vers l’électrique, crise écologique, etc.) Lire la suite…

Le vélotrain, un TGV à pédales

velotrain

Je lance l’idée. Des fois qu’on puisse faire un prototype sur une voie ferrée désaffectée. Rêvons, sans retenue! On est dans le futur, après la grande crise écologique, on se sert à nouveau de la propulsion musculaire…

Le Tube Grande Vitesse (appelé aussi vélotrain) existe à 4 en version routière mais est limité par son encombrement à emprunter seulement certaines pistes. Il est une discipline de concours et de jeu et enseigne la conduite du TGV sur rail qui exige de posséder une carte d’abonnement et un permis préalable. Lire la suite…

Automobile Politics

The International Political Economy Group du British International Studies Association remet tous les ans un prix pour le meilleur livre en économie politique internationale. En 2008, le prix a été gagné par Matthew Paterson, pour son ouvrage Automobile Politics (Cambridge UP). Choisi parmi une sélection d’ouvrages de qualité, Automobile Politics s’est distingué grâce à la discussion animée et accessible que fait Paterson d’une problématique centrale en économie politique, sans se détourner de la discussion de problématiques théoriques difficiles. Paterson développe une perspective critique sur le thème de la domination de l’automobile dans la société capitaliste moderne. Il cherche à comprendre non pas comment améliorer la façon dont les automobiles peuvent contribuer à notre bien-être, mais plutôt comment notre dépendance envers la culture automobile a été promu et construite. Son intervention, qui utilise le point de vue de plus en plus important de l’économie politique culturelle, est un exemple parfait du travail excellent produit par les économistes contemporains en politique internationale. Lire la suite…

Après la bagnole… la voiture?

Bagnole? Disons pour résumer que « la bagnole », est un mot légèrement négatif, « c’est plein de bagnoles »… la pollution, et un certain caractère ostentatoire des automobilistes qui se plaisent à exister par « la bagnole ». La bagnole est une « automobile »… La voiture, ce n’est pas seulement « la bagnole », c’est un engin de transport confortable, le terme s’applique en fait à tout ce qui permet de se déplacer à l’abri des intempéries: la voiture existait avant les moteurs, et peut-être sur rail (c’est un wagon passager). L’automobile n’est qu’un cas particulier de voiture, c’est une voiture qui se meut elle même… Circuler en voiture, c’est-à-dire avec sécurité et confort EST À RÉINVENTER. Lire la suite…

Le gang des bandits en auto a encore frappé : 6 milliards de butin !

[De notre envoyé spécial Avenue de La Grande Armée.]

Oui, David Pujadas, vous m’entendez ? Allo ? Oui, David, je suis en ce moment même devant le siège de Peugeot S.A. De nombreux vigiles barrent l’accès, la fumée de cigare empêche de voir ce qui se passe; mais on entend distinctement les bouchons de champagne qui sautent et les rires gras : “on les a bien niqués, ces bandes de cons, hein ?” Lire la suite…

Tout pour la route et des miettes pour les transports publics

Les investissements en infrastructures routières (routes et autoroutes non concédées) s’élèvent à 10,7 milliards d’euros en 2007. Ce chiffre est en augmentation de 40 % depuis 1997 (9,4 milliards d’euros concernent les routes départementales et locales), et représente 64 % des investissements publics en infrastructures de transport. Autrement dit, la route représente près des deux tiers des investissements publics dans le domaine des transports. Lire la suite…

Les transports collectifs de proximité sur le bord de la route?

Le Premier ministre François Fillon vient de détailler les projets intégrés au plan de relance de l’économie. Les associations d’élus regrettent que l’État, qui s’engage à verser 400 M€ pour les infrastructures routières, ne fasse pas un effort comparable pour les transports collectifs de proximité, malgré les conclusions du Grenelle de l’environnement. Lire la suite…

La fracture ferroviaire

La France est le théâtre depuis le 18 octobre 2007 d’une nouvelle « bataille du rail ». Les cheminots, comme d’ailleurs nombre d’agents des autres grands services publics (EDF, GDF, Transports urbains), se sont massivement mobilisés pour défendre leur régime de retraite menacé par une mesure gouvernementale prise sans réelle négociation. Mais ils ont bien d’autres raisons de s’inquiéter. La stratégie mise en œuvre depuis quelques années par la direction de l’entreprise soutenue par les pouvoirs publics vise un seul objectif : la rentabilité. Le TGV est le vecteur essentiel de cette stratégie au service de ceux qui veulent aller vite et loin.

Lire la suite…

La « mobilité intelligente » à Nuremberg (Allemagne)

L’agenda 21 de la ville de Nuremberg, en Allemagne, fonctionne depuis une dizaine d’années, sans que la démarche ne se soit essoufflée. Une des raisons principales en est l’engagement constant de la Ville qui encourage les habitants à exprimer leurs propres idées et accompagne leurs initiatives autant que possible. Lire la suite…