L’automobile au service de l’individualisme

L’automobile n’est pas, contrairement à ce que voudraient nous vendre les tenants d’un système, l’aboutissement d’une vie sociétale, mais, bien au contraire, un outil d’individualisation, de repli égocentré voulu par un système capitaliste pour se déresponsabiliser d’une société inhumaine et faire porter à l’individu le sort monté par eux qui l’attend. Lire la suite…

Piétons et cyclistes, des dangers publics

La France comptait 18.000 automobiles en 1900. Soixante ans plus tard… 14.350.000. Face à cet envahissement soudain et à l’explosion des accidents, il a fallu multiplier les règles, les lois, les sanctions et disposer de plus en plus de képis pour contrôler les veaux. Et pourtant, les automobilistes-moutons osent invoquer leur « liberté » dès qu’on s’attaque un tant soit peu à leur tréteau. Lire la suite…

En Suisse, on ramasse les déchets à vélo

cyclotri_carouge

L’idée est simple, écologique et pratique. Instaurer un ramassage des ordures quotidien par des cyclistes, chevauchant vélos ou triporteurs électriques. C’est ce que propose désormais la mairie de Carouge, au centre de Carouge, une ville de la banlieue de Genève (Suisse). Les habitants ne doivent plus stocker leurs ordures, ils peuvent les déposer sur le trottoir du lundi matin au ­vendredi après-midi. Lire la suite…

La bagnole, la poubelle et l’albatros

Il faut rappeler aux optimistes que la bagnole, ce n’est pas qu’une “bagnole”. C’est tout ce qui va avec. C’est l’asphaltage à l’infini. C’est l’agression visuelle qui ne choque plus. Que voit un enfant qui mesure un mètre quand il se marche sur le trottoir ? Bagnole, bagnole, bagnole, bagnole…à perte de vue. C’est obsédant, toujours le même objet. Nausée ! Lire la suite…

Le code de la rue : une urgence en France

Des associations de cyclistes et de piétons ont lancé hier un appel pour une mise en œuvre « effective et urgente » d’un « code de la rue » qui permettrait de développer les modes de déplacement « doux » en ville. Elles s’inquiètent d’un « désengagement » de l’Etat sur la question, et sur celle de la communication des décisions. Le Premier ministre leur a promis une réponse d’importance. Lire la suite…

Réalisez vous-même vos infrastructures piétonnes et cyclables

guerilla-urbaine

À Toronto, des militants pro-vélo font un pied de nez aux institutions en sortant la nuit, avec bombes aérosol et pochoirs, pour créer des bandes cyclables sur les principales artères du centre-ville ou même peindre des passages pour les piétons ou des avertissements au sol pour prévenir piétons et vélos que la chaussée est endommagée. Lire la suite…

Kit de réparation de l’étalement urbain

Nous nous interrogions il y a peu sur l’avenir des lotissements périurbains. De manière plus générale, c’est l’ensemble de l’étalement urbain qui est aujourd’hui menacé par les enjeux énergétiques et écologiques actuels. C’est dans ce contexte qu’est née une proposition d’urbanisme pour littéralement réparer l’étalement urbain et ses nombreux inconvénients (consommation d’espace, dépendance à l’automobile, faibles densités, surconsommation de ressources, émissions de gaz à effet de serre, etc.) Lire la suite…

Cyclisme et ostracisme

« Bien sûr, me voyant arriver, que fait le conducteur? il fonce pour passer avant moi en me regardant lui faire un signe de dépit de la tête du genre “encore un pressé qui s’en fout » (Alain-Carfree). Ces comportements là, on les connaît tous: des voitures qui vous coincent juste avant un feu ou celles qui vous serrent sur le trottoir en arrivant à un rond-point. Lire la suite…

Se garer en vrac

se-garer-en-vrac

Un 4×4 noir aux vitres fumées qui réussit la performance de se garer en vrac à la fois sur le trottoir et sur le passage piétons, le tout devant une permanence UMP… Cela ne s’invente pas et en regardant de plus près la photo, on distingue même une affiche de Sarkozy avec le slogan « La France change »… Lire la suite…

La mobilité, source de projets ?

carfree-co2-min

Groupes de « 4 façades » fleurissant dans la campagne, immeubles à appartements situés à deux kilomètres d’un centre-ville en bordure d’une voirie sans trottoirs ni accotements, centres commerciaux en-dehors des noyaux d’habitat, réaménagements de voiries oubliant les modes doux, … nombreux sont les « projets » qui font encore l’hypothèse implicite de la pérennité des schémas de transport actuels ou qui, du moins, n’osent pas la « rupture ». Lire la suite…