En voiture ! (Simone)

La voiture n’est pas un cocon, un bouclier anti-pollution. Au contraire, les prises d’air sont proches des pots d’échappement. Situé au cœur de la circulation, l’automobiliste est ainsi la première victime de la pollution qu’il provoque. Airparif, l’Association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France vient de mettre en ligne un outil, intitulé « En voiture! », permettant aux automobilistes de calculer les niveaux de pollution dans leur voiture.

Deux millions de Franciliens utilisent tous les jours leur voiture pour se rendre à leur travail. L’objectif d’Airparif est de leur donner une estimation des niveaux moyens respirés au cours de leur trajet, pour un polluant: le dioxyde d’azote (NO2), qui a des effets néfastes sur la santé. Les niveaux peuvent être soutenus, car la voiture n’est pas un cocon. Situé au cœur de la circulation, l’automobiliste est la première victime de la pollution liée au trafic routier.

L’outil d’Airparif prend la forme d’un questionnaire qui se concentre sur les trajets des Franciliens qui se rendent tous les jours en voiture à leur travail pendant les heures de pointe du trafic routier (7h-10h le matin OU 17h-20h le soir).

Le nombre de questions varie selon le type de parcours. En fonction des réponses, Airparif estime les niveaux moyens de dioxyde d’azote (NO2) dans l’habitacle de la voiture. Ces estimations sont le fruit d’une analyse statistique des mesures réalisées par Airparif en 2008 et 2011. La finesse des résultats et des informations fournies peut varier d’un trajet à l’autre.

Accéder à l’outil « En voiture! » d’Airparif

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

3 commentaires sur “En voiture ! (Simone)

  1. LEGEOGRAPHE

    Un simple essai de l’outil d’Airparif pour un trajet entre Versailles et Paris (5e arr.) est hallucinant !

    « 25% présentent un dépassement de la valeur guide OMS extrapolée par l’ANSES. »

  2. FRANCE

    « Les prises d’air sont proches des pots d’échappement. . . » Bien sûr ! Les automobilistes sont bien eux-mêmes les premières victimes de leur propre pollution (ainsi que leurs passagers). Tout le monde est au courant depuis toujours, sauf eux apparemment ! ! ! Comment leur transmettre l’information ? . . .

  3. Marc

    Le genre de Street Marketing ultra efficace, comme on l’aime.
    Celui-là à le mérite de ne pas être seulement fun, il choque vraiment.

    Cela dit comme dit plus haut, les automobilistes sont bien les 1ères victimes de la pollution automobile, mais quelle alternative quand le gouvernement encourage les énergies fossiles polluantes ?

Les commentaires sont clos.