Pétition : pourquoi les cyclistes devraient-ils porter le chapeau ?

destruction-velo-accident

On connaît les principaux coupables de l’insécurité routière : vitesse, alcool et inattention au volant. Pourtant, les seules propositions du Conseil national de sécurité routière en janvier 2010 sont le port obligatoire du casque et d’un gilet fluo-réfléchissant pour les cyclistes, partout, de jour comme de nuit !

Pourquoi les cyclistes devraient-ils porter le chapeau alors qu’ils sont proportionnellement moins touchés par les traumatismes crâniens que les automobilistes et les piétons, selon l’Observatoire national interministériel sur la sécurité routière ?

En voiture, seuls les pilotes de rallye portent un casque, comme les descendeurs en vtt ou les coureurs du Tour de France. Pour les cyclistes du quotidien, cela doit rester un choix.

Le Conseil national de sécurité routière devrait plutôt agir sur les vraies causes de la violence routière et laisser les cyclistes tranquilles. A vélo, casque et gilet fluo-réfléchissant doivent rester facultatifs. Une obligation aurait la triste conséquence de faire diminuer de façon dramatique le nombre de cyclistes au moment où la planète en a le plus besoin.

Pour empêcher cette mesure allant à contresens des urgences écologiques, téléchargez la pétition ici :

Word - 31.5 ko

A signer et à envoyer de préférence par la Poste à :
Madame Michèle MERLI / Déléguée interministérielle à la Sécurité et à la Circulation routières / MEEDDM – Arche Sud / 92055 LA DEFENSE cedex 04
ou par mail à : Courrier.DSCR(arobase)developpement-durable.gouv.fr
Plus d’informations : « Casque, un dossier qui décoiffe ! » sur le site de la Fubicy
Source: http://velorutionlyon.free.fr/

Vélorution

A propos de Vélorution

La Vélorution (mot-valise mêlant vélo et révolution) est un mouvement dont l'un des buts est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, planche à roulettes).

6 commentaires sur “Pétition : pourquoi les cyclistes devraient-ils porter le chapeau ?

  1. Pim

    En dehors du débat facultatif/obligatoire, le fait de conseiller/obliger les cyclistes à porter un casque et un gilet fluo montre l’impuissance des autorités face à l’insécurité routière!
    Ca peut se traduire par : « nous n’arrivons pas à améliorer le comportement des chauffards (automodébilistes), donc protégez-vous comme vous pouvez contre les fous du volant, il ne reste plus que ca à faire ».
    C’est aussi une preuve du laxisme quant à la sécurité routière. Nous sommes dans un pays que l’on qualifie d’état autoritaire et totalitaire dès lors qu’on dresse un PV à une voiture en stationnement gênant, ou à quelqu’un qui ne roulait « qu’à 60 » au lieu de 50 !
    Enfin c’est une preuve que la voiture est sacrée, on ne va surtout pas y toucher

  2. PHI

    Le meilleur argumentaire est probablement celui disponible en ligne sur le site de la FUBicy depuis quelques jours, et qui enfonce le clou, même si l’interprétation de certaines statistiques (traumatismes crâniens notamment) est discutable, car mal rapporté à la part modale.

    Imposer le port du casque pour les cyclistes de moins de 16 ans, c’est supposer que le déplacement à bicyclette est aussi dangereux que à mobylette, scooter ou moto, ce qui est complètement faux, ce que démontre parfaitement le communiqué de la FUBicy. Les dangers ne sont surtout pas les mêmes.

    1. Le vélo est froid et léger, ce qui limite les risques de brûlure et d’écrasement à cause du contact avec des parties chaudes de la mécanique.
    2. En cas de chute à plus de 40 ou 50 km/h le risque principal est l’abrasion sur le revêtement, qui peut provoquer des brûlures au troisième degré, y compris à la tête. À moins de 30 km/h le risque se limite à des brûlures modérées.
    3. Le traumatisme crânien n’est possible qu’en cas de très mauvaise réception (bord de trottoir), car quand on tombe de vélo la tête est la dernière à toucher le sol, bien après les membres exposés.

    En-dehors de ces considérations médicales, amener la bicyclette au même niveau que les 2RM légers va avoir pour conséquence un report modal du vélo au scooter, avec les conséquences qu’on peut imaginer pour nos ados…

  3. Leandrys

    Il ne faut pas détourner les chiffres des études, il est bien évident que l’accidentologie si vous me passer l’expression des vélos ne peut être rapportée directement à celle des automobiles.

    Du reste, la population doit souvent être protégée contre elle même, les cyclistes communs ignorent nombre de règles de sécurité, à savoir on ne roule pas à deux et encore moins trois de fronts, on ne grille pas les feux rouges et les stops, y compris par le trottoir, on ne slalome pas, on ne roule pas en sens interdit, on respecte les cédez-le-passage, on ne fait pas n’importe quoi dans les ronds points, on est visibles la nuit, j’en passe. Combien d’automobilistes ne mettraient pas la ceinture si l’on enlevait son obligation et mourraient du fait du retrait de la loi ? Il faut avoir la foi pour encourager au laxisme comportemental en milieu dangereux, et l’on sait ce qu’il advient généralement des croyants de toute sorte, personne ne prendra ce genre de responsabilités, car il y aurait des morts en plus chaque année du fait des personnes qui auraient permis de voir le jour à ce type de projet.

  4. Moa

    PHI : « l’interprétation de certaines statistiques (traumatismes crâniens notamment) est discutable, car mal rapporté à la part modale »

    Je pense pour ma part que c’est sans appel.

    a- La part modale cocnernant l’utilisation du vélo (et d’accidents impliquant un vélo) est suffisamment significatif pour considérer la statistique comme pertinente ; même si la part modale de la voiture est bien sûr nettement plus importante.

    b- il a été démontré que plus on favorise l’utilisation du vélo (on augmente sa part modale), plus il y a de vélos sur la chaussée donc, plus les automobilistes font attention et plus cela diminue le nombre d’accidents sur les voies partagées par auto/motovélo/piétons (cf. études réalisées au Danemark, Pays-Bas, je n’ai pas les références sous la main mais ca doit piuvoir se trouver facilement). Même si vous contestez le -a-, cela montre que la part modale n’est pas si importante que ça pour cette stat.

    Je ne pense donc pas que la part modale de chaque mode de transport ne change quoi que ce soit dans l’interprétation de la stat sur les traumatismes craniens.

    Mais si vous avez des précisions à apporter, je serais curieux de les connaitre.

  5. Jean-Marc

    Merci Gruyer, pour ce UP, celà permet de corriger certaines grossières erreur de Leandrys :

    « les cyclistes communs ignorent nombre de règles de sécurité, à savoir :
    1-on ne roule pas à deux et encore moins trois de fronts,
    2-on ne grille pas les feux rouges et les stops,
    3-on ne roule pas en sens interdit,
    […] »

    1 : dire qu’à un chiffre prêt, tu aurais pû dire quelque chose de vrai…
    Loi française : article R431-7 (http://tinyurl.com/ArticleR431-7)
    « Les conducteurs de cycles à deux roues sans remorque ni side-car ne doivent jamais rouler A PLUS DE DEUX de front sur la chaussée. »

    Par contre, quand les conditions l exigent (une seule voie, avec une voiture derrière eux qui signale qu’elle souhaite et peut les doubler), ils doivent se mettre en file indienne, le temps qu’on les dépasse (« Ils doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent [..] »

    2- En fait, c est la présence de feux qui est un non-sens.
    c.f. http://carfree.fr/index.php/2009/02/25/le-gourou-de-la-circulation-routiere/
    mais bon, suffit que l’énergie continue à augmenter, et les municipalités à recevoir de moins en moins d argent, et, comme dans certaines villes allemandes et même françaises, les lampadaires et les feux s’éteindront la nuit.

    De plus, il existe la loi du tounez-droite cycliste et du tournez-à-plat cycliste, qui font qu’un automobiliste croit souvent qu’un cycliste grille un feu, alors que ce n est pas le cas.

    3- c est vrai… sauf que de plus en plus de « sens interdit » pour automobilistes n’en sont pas, mais sont des doubles-sens cyclables.
    c.f. la loi R110-2 (http://tinyurl.com/R110-2)
    En zone 30 depuis novembre 2010 « Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police. »
    Ainsi, SANS marquage spécifique au sol/sur panneaux, sans panneaux d interdiction, TOUTES les zones 30 à sens unique sont de fait des doubles-sens cyclistes.
    (de même pour toutes les zones de rencontres/zone 20, bien évidement)

    Rque : point essentiel, entre un automobiliste qui croit respecter le code de la route (il roule à 50 en centre ville, à coté de piétons qui traversent dans et hors des passages, qui parfois, faute de place, marchent sur la chaussée; et un cycliste qui ne respectent pas tjrs le code (et traverse à un feu rouge, quand toutes les voitures de l’autre voie sont passées), il y a une énorme différente :
    si l automobiliste ne respecte pas des distances de sécu supérieures aux distances légales, et s’il ne roule pas à une vitesse adaptée à son environnement, il est souvent un danger mortel au moindre grain de sable.
    (pas dur : tu es en voiture, si tu trouves que tu dois réagir au quart de seconde, quand la voiture devant toi déboite/freine/change de file ou quand un piéton « aparait » d’un coups, devant ton pare-brise, c est que tu roules trop vite et/ou trop prêt des gens devant toi : ce n est pas sur les autres que tu dois pester alors, mais sur toi : tu n es pas capable de freiner à temps sans mettre qq un en danger (même toi… en te faisant rentrer dedans par la voiture derrière toi, qui te collait trop), alors tu n es pas maitre de ton véhicule, et tu es donc en faute, même si tu roules à 50 dans une route limitée au max. à 50)

Les commentaires sont clos.