En Suisse, on ramasse les déchets à vélo

cyclotri_carouge

L’idée est simple, écologique et pratique. Instaurer un ramassage des ordures quotidien par des cyclistes, chevauchant vélos ou triporteurs électriques. C’est ce que propose désormais la mairie de Carouge, au centre de Carouge, une ville de la banlieue de Genève (Suisse). Les habitants ne doivent plus stocker leurs ordures, ils peuvent les déposer sur le trottoir du lundi matin au ­vendredi après-midi.

Plus de camion dans les ruelles

Baptisés Cyclotri , ces drôles de nouveaux véhicules de la Voirie sillonnent quotidiennement tout le vieux Carouge et quelques rues attenantes. (plan précis sur www.carouge.ch).

Le ramassage des déchets à vélo apparaît comme une solution écologique, sociale et économique:

• Une solution écologique qui réduit les émissions polluantes, les émissions de gaz à effet de serre et les nuisances sonores.
• Une solution sociale qui offre à des personnes en difficulté l’opportunité d’une formation pour un retour à l’emploi.
• Une solution favorable à l’économie qui permet une meilleure répartition des charges et une baisse du chômage.

Et le principe ravit tout le monde. «J’ai déjà perdu dix kilos», rigole Ibrahim qui tire un triporteur depuis quelques semaines. Fini donc les camions dans les ruelles de ­Carouge. «C’est une bonne chose, les petits axes ne sont pas adaptés et les habitants apprécieront, assure le maire Jean-Pierre Aebi. Avant les ordures traînaient parfois plusieurs jours sur les trottoirs.»

La mise en place de ce service de proximité est le fruit d’une collaboration entre l’Association Partage et la ville de Carouge. «Notre première vocation est de récolter de la nourriture invendue, pour la redistribuer, explique Vincent Gall, responsable de Partage. Nous avons, depuis l’an passé, développé nos activités en offrant des emplois de solidarité à des chômeurs en fin de droits.» Ce sont huit emplois qui sont créés à Carouge pour ces levées des ordures. «Nous allons aussi proposer à tous les restaurateurs carougeois de récupérer également leurs déchets et leurs denrées non utilisés mais encore consommables.»

Source: La Tribune de Genève

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

8 commentaires sur “En Suisse, on ramasse les déchets à vélo

  1. Tassin

    Et après le plombier… les éboueurs à vélo!
    Très bonne initiative.
    J’aurai juste aimé plus d’informations sur la destination des vélos une fois chargés, le nombre de km qu’ils font dans la journée et le gain en litres de gasoil.
    Parce qu’ensuite les camions doivent prendre le relai depuis une centrale jusqu’aux centres de tri ou d’enfouissement je suppose? Le vélo évite donc le recours aux camions en centre ville.

  2. Carbone 11

    Très belle idée.
    Il serait intéressant d’effectuer une ACV comparative entre le ramassage « camion » et celui à vélo. Cela doit être assez important. Et faire la même chose en terme de coûts.
    Je suis également d’accord avec Tassin : Quizz sur la direction finale des déchets?

  3. URB

    @TASSIN
    J’ai un peu cherché sur le site de la commune de Carouge, ainsi que les sources de l’article et il semblerait que le lieu de dépôt (la déchetterie de la Voirie) se trouve à environ +/- 2km du secteur de ramassage des cyclotris.

    L’avantage de ce système, en dehors de la consommation de carburant, c’est surtout l’accessibilité du secteur, qui est constitué de petites ruelles difficile d’accès aux camion, ce qui apparemment obligé les riverains à stocker leurs déchets.

    Avec ce système, ils peuvent désormais déposer sans problème leurs déchets tout les jours, mais ça reste un petit secteur (1,5km x 1km), bien pour un village et un centre ville avec petite rues.

  4. LEGEOGRAPHE

    Même remarque que les autres. Le mieux étant de se limiter à produire ordures compostables et d’avoir son propre jardin, mais TRES BONNE INITIATIVE !

  5. LEGEOGRAPHE

    Sinon, je propose de trouver un autre mot que « cyclotris », car ce terme subit dans mon esprit une dangereuse contrepèterie 😉
    (bien qu’elle ne soit pas parfaite ni que l’anagramme puisse être parfaite).

    Désolé pour l’esprit tordu !
    Et ceux qui bossent dans ce secteur, on les appelle des cyclotridiens (et des cyclotridiennes, au féminin) ?

  6. URB

    @LEGEOGRAPHE
    « Même remarque que les autres. Le mieux étant de se limiter à produire ordures compostables et d’avoir son propre jardin, mais TRES BONNE INITIATIVE ! »

    Ben ça c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire.
    Tout le monde ne peux pas le faire, comme tout simplement ceux qui sont en appartement.
    Pour le compost cela pourrait se faire sur un balcon, mais pas trop gros, mais là il faudrait, en absence d’un jardin, d’un service de ramassage de compost.
    Pour le jardin, ben là en appart…

  7. LGV

    OK donc ça veut dire que pour faire comme eux, certaines villes doivent déjà commencer à ramasser les déchets !!!
    Et pour les motos-crottes ?

Les commentaires sont clos.