Pistes cyclables et trottoirs font mauvais ménage

A paris et ailleurs j’ai rencontré des pistes cyclables qui étonnamment se dessinaient sur une zone insolite ; prudemment je les ai suivies, pour me faire une idée de cette fabuleuse et fumeuse idée d’aménagement, dangereuse parmi tout, des pistes cyclables courant le long des maréchaux, le long des boulevards, mais à une place inhabituelle pour elles, sur les trottoirs…

Piste cyclable sur trottoirs (PCST) qu’en penser ? Qu’en pensez-vous ? A mon avis…

Pistes cyclables…. trottoirs… Pistes cyclables…. cyclables trottoirs…..pistes trottoirs…. trottoirs de cycles. Rien à faire ça ne colle pas…. cyclables trottoirs ou trottoirs cyclables…. ça ne colle pas… mais alors pas du tout… surtout pour un cycliste.

Autos pistes… autos trottoirs… autos pistes cyclables… moches mais habituelles. Vraiment les cycles non rien à faire sur les trottoirs, par déduction les pistes cyclables non plus… une évidence… une évidence pour les piétons et les cyclistes mais pas pour… les automobilistes, les urbanistes, les concepteurs de pistes cyclables, les concepteurs de carrefours pas cyclables et j’en passe…

PCST, piste cyclable sur trottoir, rime avec danger… Danger à droite, « serre ta gauche ! » devrons-nous apprendre à nos enfants et amis cyclistes, « roule à gauche, car tous les dangers viennent de droite, portières, sorties de garage, intersections… par malheur ne collez pas la droite de trop près »

PCST rime avec impraticabilité et discontinuité. Pas besoin de faire un dessin mais sur l’étroit trottoir – et donc sur une PCST sur trottoir comme son nom l’indique – nous trouvons : des piétons (normal), des piétons promenant leur chien, malheureusement des laisses qui relient ces piétons à leur chien, des enfants heureusement souvent sans laisse mais qui courent partout, des poussettes, des bébés dans les poussettes, jusque-là ça va me direz-vous… oui mais on trouve aussi, des poubelles, des voitures, des boîtes aux lettres, des lampadaires, des voitures, des plots anti-voitures, des marches de trottoir, des merdes de chien, des scooters, des voitures, des cannettes, des roller-men, des skateboard-men, des voitures de livraison, des cabines téléphoniques…. et j’en passe. Le grand slalom pour le courageux cycliste en aventure sur le trottoir.

PCST rime avec « laissez la place aux voitures ». Alors que déjà sur la large route nous trouvons : des voitures, des grosses voitures, des camions, des camionnettes, des petites voitures, des voitures, des motos, des scooters, des voitures, parfois rarement un vélo, et parfois très rarement heureusement un piéton écrasé par des voitures des voitures et encore des voitures… … Il faudrait, de plus, enlever le vélo et le mettre sur le trottoir… Gène-t-il tant les voitures ce petit vélo qui roule à 17 à l’heure…. Gène-t-il tant les voitures qui roulent à 16 à l’heure ce petit vélo qui roule à 17… ou est-ce l’inverse ? Pourquoi le retrancher sur le trottoir avec les piétons qui très rarement courent à 17 à l’heure ?

PCST rime avec danger… Danger aux carrefours. Les chiffres des études scientifiques le montrent, rien à ajouter sauf que je le répète, c’est dangereux…. « oui, mais c’est pour votre sécurité » nous scande-t-on… notre sécurité dangereuse… notre dangereuse sécurité… blablabla.

PCST rime avec danger… même quand on pédale sur la chaussée, et donc pas sur la PCST – qui se trouve sur le trottoir comme son nom l’indique – même à ce moment, PCST rime avec danger. « Dégage vélo à la con, va sur ta piste » crie la voiture énervée au cycliste qui n’a pas obéi à l’injonction d’aller sur sa belle PCST… un danger public… la PCST… un danger public je vous le dis.

L’idée du découpage de la voie publique peu séduire par son côté sécuritaire et individualiste, image de notre société. Mais découper la zone publique, la rue, en plusieurs zones de même largeur, une zone pour les voitures, une pour les piétons, une pour les motos, une pour les vélos, une pour les trottinettes, et j’oubliais une pour les rollers… et pour les bus, et pour les tramways évidemment… et aussi pour les poussettes… donnera du fil a retordre aux ingénieurs qui dessineront les carrefours. Bref, la séparation des différents usagers, à outrance, ne semble pas être une solution acceptable pour une ville partagée, vivante et agréable.

A vos vélos… sur la route évidemment

Eloi

A propos de Eloi

25 ans, marié, 1 enfant, vivons sans voiture sur Nantes pour le moment. Voyageons souvent, et à vélo, adepte du cyclo-camping et de la décroissance.

12 commentaires sur “Pistes cyclables et trottoirs font mauvais ménage

  1. Zaph

    A Grenoble, lors de la réalisation de la ligne C du tram, les aménageurs ont implanté les aménagements cyclable sur les trottoirs. Malgré la différenciation du revêtement, les piétons déambulent indifféremment sur l’espace piéton ou l’espace cycle. Même si peu d’accidents sont à déplorer, la gêne est reélle pour les deux catégories d’usagers.

    Plus grave, l’observatoire des accidents a mis en évidence une suraccidentalité aux intersections. L’automobiliste tournant à droite renverse le cycliste poursuivant son chemin sur la piste parallèle.
    Malgré ce constat, des aménagements cyclables sont encore implantés sur trottoirs.

    Autre effet collatéral des pistes sur trottoirs. Les automobilistes ignorent totalement le caractère non obligatoire de ces pistes cyclables et stigmatisent systématiquement par des coups de klaxons, des dépassements rasants, des injures… les cyclistes rapides préférants circuler sur la chaussée.

    La voiture n’a pas sa place en ville, mais les aménageurs subissent le diktat des commercants craignant de voir s’envoler le client. Hors si la ville est plus agréable, les gens reviendront faire leurs achats dans ces lieux apaisés favorisant l’échange et la rencontre.

  2. sandrin

    ce ne sont pas des piste cyclables en réalité. on trace une ligne blanche et les municipalités peuvent ajouter quelques kms de pistes sur leur descriptif de la ville. Une façon de faire comme si. Comme si ces municipalités voulaient réellement creer des pistes pour vélos. Une vraie piste doit être indépendante, du trottoir comme de la route : un couloir parallèle aux deux, protégé par des bas cotés surélevés. Encore qu’à paris ces bas cotés surélevés sont, selon les quartiers, guère respectés : la piste sert alors de voie de garage (dans les quartiers populairs, c’est systèmatique)

  3. Plum'

    Mon avis est qu’une bande cyclable a davantage sa place sur la chaussée avec les automobiles, les motos et les cyclomoteurs que sur le trottoir avec les piétons, vieillards et bambins.

    Je me suis rendu compte que le problème venait souvent des parents de collégiens qui ne veulent pas que leur gamins se frottent aux voitures. Ce n’est pourtant pas comme cela qu’ils apprendront à circuler en vélo en ville…

  4. apanivore

    Allez faire avaler à un élu qu’une piste sur trottoir c’est dangereux….

    C’est quand même impressionnant que ce type d’aménagement fleurisse. La majorité des usagers de l’espace public sont contre : cyclistes et piétons.

    Les seuls pour sont les automobilistes. Et encore, j’en doute parce qu’ils sont en général plus souvent piétons qu’automobilistes.

    Les trottoirs doivent rester à l’usage exclusif des piétons (même si certains journaux amateurs en doute : http://vocivelo.blogspirit.com/archive/2011/02/08/7-a-poitiers-pris-en-defaut-de-contre-information.html). En plus là où on fait des pistes sur trottoir il y a en général moyen d’élargir la route pour qu’il y ai de la place pour vélos et voitures. Mais bon la mode c’est de rétrécir les voies pour soit-disant faire ralentir. Résultats les vélos n’ont même plus la place de doubler quand ça bouche !

  5. Kapitch

    De plus, ces merveilleuses inventions (mais bon sang qui a eu ces idées de m…????!!!) incite à rouler sur les trottoirs même quand il n’y pas de bandes blanches.
    Encore quand la rue n’est pas assez large pour installer une piste cyclable en plus des voies de « circulation traditionnelles » je peux à la rigueur concevoir qu’on ai eu un jour l’idée mais quand on construit une nouvelle avenue comme juste à coté de chez moi alors là, il faut m’expliquer… Ah j’y suis suis ! Il faut dire merci à ces messieurs décideurs qui, de toute leur sagesse, ont pensé aux vélos alors qu’auparavant les vélos étaient totalement oubliés. Merci beaucoup messieurs.

  6. Plum'

    C’est tout à fait ça, Kapitch, ces messieurs ne circulent jamais à vélo mais ils savent mieux que les cyclistes ce qu’il leur convient, et l’essentiel est d’augmenter le kilométrage des voies cyclables

    Pour la même raison, je constate un grand nombre de ruptures, tantôt une voie de chaque côté, tantôt deux voies d’un seul côté, tantôt une seule voie d’un seul côté, tantôt en bandes, tantôt en piste, tantôt sur le trottoir, tantôt sur la chaussée, tantôt rien du tout. Peu importe la cohérence, l’essentiel est d’aligner les kms au gré des tranches de travaux…

  7. Michelle 13Michelle

    Je trouve effectivement que les piétons et les cycliste c’est un peu compliqué « nous avons les Ravel en Belgique et aussi bien le piéton que le cycliste il se gène l’un l’autre moi je suis pour une ligne pour nous séparé « 

  8. Le cycliste intraitableThe rogue rider

    Les trottoirs cyclables (autre dénomination des PCST) devraient être interdits aux chiens, même tenus en laisse. Le pédalage a tendance à exciter ces bêtes, ce qui représente un vraie gêne pour les cyclistes.

    Curieusement, les Japonais arrivent assez bien à gérer le problème, puisque là-bas « le cycliste est un piéton véloce » et ça ne semble gêner personne outre mesure. Les cyclistes sont d’ailleurs tenus de sonner pour signaler leur arrivée afin que les piétons les laissent passer, ou ne dévient pas de leur trajectoire.

  9. stefanopoulos

    A Lyon, quand on constate des erreurs comme celle figurant sur la photo, on invite désormais les cyclistes à envoyer un mail à la communauté urbaine (il existe un formulaire dédié en ligne).

    Il arrive que les demandes soient prises en compte. Récemment, un poteau piste cyclable planté en plein milieu de ladite piste (!!!!) a ainsi été démonté.

    A Caluire, une barrière placée à la fin d’une piste tracée sur un trottoir en dépit du bon sens vient également d’être supprimée :
    http://www.lavilleavelo.org/spip.php?article161

    De bien petites victoires il est vrai, mais si tout le monde s’y met, cela permet de gommer les absurdités.

  10. Gari

    En tant que cycliste, je n’emprunte jamais les pistes cyclables implantées sur des trottoirs. Le trottoir est et doit rester le bastion du piéton !

  11. Legeographe

    Le comportement automobile sur la route est *sans partage*… Le vélo, lui a tout son temps, c’est quelqu’un qui flâne forcément, il est un doux rêveur, un gars qui n’est pas aussi pressé que l’automobiliste. Conclusion : faites sérieux, mais de la façon que le monde le veut… >> Prenez donc la voiture pour qu’on vous respecte…

    Cela me fait penser au chapitre avec le comptable dans le Petit Prince de Saint-Exupéry.

    Sinon, pour mettre tout le monde à égalité, on peut faire de la ville une immense zone piétonne. 20 km/h partout, ça le ferait !

  12. Jean-Marc

    (mylife… mais illustre un des pb des PCST : les entrées/sorties hors carrefour non prévues)

    J ai eu la mauvaise idée d’utiliser une PCST, mais, en voyant son « aménagement » au carrefour (ils ont fait un giratoire 2 fois plus loin que celui de la chaussée, qui prend une descente avant le carrefour -où il vaut mieux être prêt à s’arrêter à tout moment- puis monte en pente raide après…), j’ai décidé de rejoindre la chaussée, bcp plus directe et à plat, pour passer le carrefour.

    Résultat : du fait de la bordure, chute de vélo… sans gravité, même si une voiture n’est pas passée loin.

    J’ai mal agit, bien sûr : j’aurais dû prendre la bordure plus en perpendiculaire (et en donnant une impulsion pour le saut).
    Mais çà montre que, même en étant habitué au vélo, ces aménagements fait sans entrée/sortie bateaux tous les X mètres, hors carrefour, sont non pratique au possible et peuvent s’avérer dangereux.

    Rouler sur la chaussée ou avoir une voie séparée sur la chaussée, avec quelques passages possibles voie cyclable-chaussée (pour pouvoir tourner à gauche, par ex) n aurait pas entrainé ce pb.

    Les PCST sont tout juste bons -au mieux- pour les trajets en famille avec des enfants de moins de 8 ans, si on ne prend aucun carrefour, où si le/les adulte(s) font une pause à chaque carrefour, pour faire un passage groupé.

Les commentaires sont clos.