Le vélo sur la bonne pente

Le 13e Congrès annuel de la FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) aura lieu à Clermont-Ferrand les 15, 16 et 17 avril 2011. Une Journée d’Etude, l’Assemblée Générale de l’association et un Forum des Associations sont prévus durant ces journées.

Comme lieu de rencontre de sa 13e Journée d’Étude, la FUB a choisi Clermont-Ferrand, ville qui a vu naître le pneumatique pour vélocipèdes. Ce temps fort est organisé avec l’association locale, Vélo-Cité 63, et avec le soutien du MEDDTL, de l’ADEME et des collectivités territoriales.

La Journée d’Étude : un carrefour d’expériences

Elus, fonctionnaires des collectivités territoriales, experts reconnus au niveau national ou européen, dirigeants et militants associatifs croisent regard et expérience avec une perspective commune : favoriser de nouvelles pratiques pour inscrire le vélo en tant que mode de déplacement au quotidien.

Le vélo sur la bonne pente

C’est à Clermont-Ferrand, ville vallonnée rendue singulière par ses deux centres historiques, que nous allons aborder le thème de l’intermodalité et des coupures urbaines. En effet, l’intermodalité est une solution pour le développement du vélo dans les agglomérations au relief accidenté ou très étendues. Comment aller vite et loin à vélo dans une ville riche en rues pentues, en coupures et en discontinuités urbaines ? Comment concilier vélo et transports en commun ? Comment, dans ces conditions peu évidentes, proposer une alternative crédible à l’automobile ? Voilà des questions dont nous débattrons au cours de cette journée et des quatre ateliers :

Le stationnement des vélos dans les espaces privés. Comme nous, notre chère monture a besoin d’un toit. Quelles sont, à l’heure actuelle, les solutions existantes pour garer nos vélos à l’abri des intempéries et des voleurs ?

Recoudre la ville ; bosses et coupures … urbaines ! la ville est balafrée par de grands axes de circulation. Comment relier et rapprocher les quartiers et recoudre ce tissu ?

Le vélo et l’intermodalité Pour ne pas que seule la voiture s’arroge la part du lion sur les trajets supérieurs à 5 km, le couple vélo-transports en commun doit fonctionner à plein. Quelles pistes explorer ?

Evaluer la cyclabilité d’un espace. Construire des pistes cyclables, c’est bien. S’assurer qu’elles répondent aux besoins, c’est mieux. Oui, mais comment ? Sur quels critères se baser ? Un spécialiste nous donnera de quoi nourrir notre réflexion sur le sujet.

Toutes les infos sur le site de la FUB: http://www.fubicy.org/spip.php?article291

Et toujours, après les présentations, un temps de débats et d’échanges.

FUB

A propos de FUB

Fédération française des usagers de la bicyclette (FUBicy)

3 commentaires sur “Le vélo sur la bonne pente

  1. Legeographe

    Attention, toutefois…
    On voit un tramway sur l’affiche…
    La T2C (services « Transports en commun de Clermont) refuse encore et encore que les cyclistes roulent sur le site propre des transports en commun… Néanmoins, je connais quand même plein de monde qui roule à vélo sur les voies de bus ou de tram, malgré l’obstination de la T2C.

    Et attention, même si notre tram roule sur pneumatiques, il y a un rail de guidage : la prudence est toujours de mise pour traverser une voie de tram à vélo.

    Bienvenue à Clermont, tous. Je n’y serai pas (au congrès), puisque j’emménage à Saint-Étienne une semaine avant. Toutefois, je reviens pour le week-end, revoir une prof. Il m’est donc possible de rencontrer des lecteurs de Carfree pour une balade s’il y a le temps (enfin, en ce moment, je suis bien blessé mais on va essayer de se porter mieux).

  2. Nicolas

    Sans vouloir être caricatural, la coupure urbaine, ça peut être aussi la campagne, quand une agglo a fait le choix de développer les petites villes ou villages situés autour d’une ville centre (modèle en archipel). Les raisons de ces choix sont diverses, mais ont pour conséquence des discontinuités de types de voiries et l’usage de la bicyclette rendu risqué sur ce qui est resté route de campagne, mais avec une forte fréquentation automobile.
    Ce développement a aussi tendance à disqualifier les transports en communs, inefficaces en termes de rapidité.

Les commentaires sont clos.