A nous de jouer !

Je tiens à vous faire partager une toute petite victoire dans ma commune de Nogent sur Marne. Dans mon quartier résidentiel, les propriétaires de maisons ont peu à peu tous eu la bonne idée de transformer leur parking en pièce à vivre afin que la valeur de leur bien s’apprécie, et ils laissent dormir leur voiture dehors, où le stationnement est gratuit.

Évidemment, comme dirait l’autre, « quand y’en a un ça va, c’est quand y’en a beaucoup que ça pose des problèmes« , résultat: plus de places pour se garer, alors les voitures investissent les trottoirs!!

Un jour le maire a eu l’idée de transformer le stationnement gratuit en zone bleu. Résultat: branle bas de combat, pétitions d’automobilistes « pris à la gorge », « pris pour des vaches à lait », etc.

Et là je me suis dit: Bigre! Si seuls les pro-voitures s’expriment, pas étonnant qu’il n’y en ait que pour eux!

J’ai donc écrit au Maire le courrier suivant:

Monsieur le maire,
Je tiens à vous signaler par la présente un problème récurrent qui peut poser un danger grave aux plus vulnérables des Nogentais, les enfants. En effet sur le boulevard des deux communes, les conducteurs de voitures ont pris la mauvaise habitude de stationner leurs véhicules sur les trottoirs, plus précisément au croisement avec la rue de fontenay, et au croisement avec la rue bapaume.
Il en résulte l’impossibilité pour les piétons de marcher sur les trottoirs, notamment lorsque l’on marche avec une poussette. S’agissant de carrefours, vous comprenez que le danger est redoublé à descendre sur la chaussée, du fait du manque de visibilité.
J’ai signalé à plusieurs reprises les voitures concernées avec leurs plaques auprès de la police municipale, qui n’a pas fait enlever les véhicules, ni verbalisé les contrevenants. Faudra-t-il attendre un accident grave pour que cela devienne urgent aux yeux de la municipalité? La police nationale quant à elle, renvoie vers la police municipale.
J’ai téléphoné en début de semaine dernière à la mairie de Nogent pour vous rencontrer et voux expliquer le problèmes, photos à l’appui. La collaboratrice qui m’a reçu a pris mes coordonnées et devait me rappeler pour me confirmer ou non la date du 12 et me donner une heure de rdv. A ce jour je n’ai toujours pas eu de nouvelles.
Je vous envoie donc ce courrier afin que vous compreniez que des travaux simples et urgents doivent être entrepris. Il s’agit simplement de fixer quelques murets de pierres ou des petits poteaux pour que les automobilistes restent sur la partie de la voie publique qui leur est consacrée, et qui est déjà bien supérieure à celle dont disposent les enfants sur les trottoirs.
Je sais que vous savez prendre des décisions rapides, comme l’arrêté que vous avez pris avant Noël et qui a été médiatisé. J’attends votre réponse et surtout les mesures effectives qui seront prises, et le délai.
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire, mes salutations distinguées et tous mes voeux pour 2011.

Résultat: la police municipale vient à présent verbaliser les automobilistes, et la mairie a fait poser des poteaux, redonnant un peu d’espace aux piétons. Il demeure toujours un carrefour problématique, et si rien n’est fait, je pense installer moi même des pots de fleurs, envoyer la facture à la mairie et inviter la presse locale pour l’inauguration de ce trottoir 100% piétons…

Derrière cette petite histoire humoristique, je voulais simplement faire passer le message que c’est par la multiplication des petits gestes que l’on montrera que nous sommes de plus en plus nombreux à dire que cela suffit, que la ville n’appartient pas aux voitures!

A propos de Psychelau

Contributeur de Carfree France

15 commentaires sur “A nous de jouer !

  1. apanivore

    Bravo pour le résultat !

    « les propriétaires de maisons ont peu à peu tous eu la bonne idée de transformer leur parking en pièce à vivre afin que la valeur de leur bien s’apprécie »

    Y’a des chances en effet que ce soit par pur mercantilisme plutôt qu’un réel besoin d’une pièce de plus.

    Si c’est bien le cas ils sont responsables et méritent pleinement ce qui leur arrive.

    En plus à Nogent on se demande bien à quoi ça sert une voiture, y’a des bus et 2 gares RER.

    Pour la grande majorité de ces gens, je suis sur que ce ne sont pas des pauvres gens qui sont obligés d’avoir une voiture pour se rendre au travail. Quand on a choisi d’habiter Nogent c’est qu’on n’a pas de difficulté financières et donc qu’on n’a pas été contraint de s’installer là.

  2. LEGEOGRAPHE

    « Dans mon quartier résidentiel, les propriétaires de maisons ont peu à peu tous eu la bonne idée de transformer leur parking en pièce à vivre afin que la valeur de leur bien s’apprécie, et ils laissent dormir leur voiture dehors, où le stationnement est gratuit. »

    Puis ils se plaignent d’être des vaches à lait. Dans la vie, il faut faire des choix… et les automobilistes font tous ceux qui dénotent un mépris pour l’étranger (celui qui n’est pas de ma famille, celui qui n’est pas de ma société, celui qui n’est pas de ma classe sociale, celui qui se déplace autrement, etc.).

  3. villef

    Villefranche de Rouergue, lors d’une réunion publique, j’ai suggéré au Maire de restreindre d’avantage l’accès aux voitures au centre ville. La réponse du Maire devant l’assemblée « Les voitures sont une bouffée d’oxygène pour le centre » !
    Sachant que c’est une bastide, donc rues très étroites et pas du tout adaptées à la circulation ni au stationnement (portes de maisons bloquées etc.) et que plus de 2000 places (pour 12000 habitants !) de stationnements gratuites sont à moins de 300m à pied.

    Mais c’est vrai qu’à part ça il n’y a que les automobilistes et les commerçants qui s’organisent pour râler tous en coeur.

    A part ça c’est une des villes les plus agréable à vélo que je connaisse en France et le logement n’est pas cher, viendez-y !

  4. BromptonAddictBromptonaddict

    J’avais fait le même type de courrier il y a 2 ans à mon maire pour du stationnement anarchique permanent sur le trottoir très étroit d’une rue très passante et dangereuse à proximité des crèches et écoles.
    Le maire m’avait répondu que cela ne pouvait pas être fait partout en ville et que les voitures étaient déjà verbalisées régulièrement.
    Suite à cette réponse insatisfaisante, car cela ne traite pas le problème, les voitures étant toujours là, j’ai assigné le maire au tribunal administratif. Depuis 2 ans, j’attends une audience.
    Cela a quand même changé un peu, car maintenant ils verbalisent vraiment, et les automobilistes stationnant habituellement ne le font plus. Une petite victoire.

  5. LEGEOGRAPHE

    @ Villef :
    « Les voitures sont une bouffée d’oxygène pour le centre »
    Ha, elle est trop bonne celle-là ! Excellente, cette perle !

  6. JiBOM

    D’accord avec Legeographe. Ça a fait « tilt » aussi lorsque j’ai lu cette phrase. Une perle à mettre dans les an(n)ales bien sûr !

  7. Gari

    « et si rien n’est fait, je pense installer moi même des pots de fleurs, envoyer la facture à la mairie et inviter la presse locale pour l’inauguration de ce trottoir 100% piétons… »

    Voilà une idée qui me plait… Je garde sous le coude 🙂

  8. xtoflyon5

    J’aime beaucoup l’idée des pots de fleurs, car d’un point de vu logique et moral, il parait impossible de les retirer :

    Si on met un pot à la place d’une grosse voiture, retirer le petit pot sous prétexte qu’il n’est pas à sa place devient impossible puisqu’il signifie le retour d’une voiture plus grosse et encore moins à sa place. Position intenable, victoire obligatoire.

    …à condition que ce soit la logique et la morale qui dirige.

  9. LEGEOGRAPHE

    @ Xytoflyon5 :
    « …à condition que ce soit la logique et la morale qui dirige. »

    Comme vous dites ! Cette condition est rencontrée en bien peu d’endroits, mais vous avez raison de souligner le gain indéniable (même indéniable pour l’automobiliste).

Les commentaires sont clos.