Comment économiser 64 milliards d’€ avec un super à 2 €?

Le PDG de TOTAL avait marqué les esprits en déclarant qu’il était « inéluctable » que le super grimpe à 2 euros le litre. Et l’actualité lui donne malheureusement, ou heureusement, raison.

Alors que nous nous approchons de ce seuil nous avons ressorti la calculette pour tenter d’évaluer les économies que nous pourrions faire en roulant plus souvent à vélo.

A titre d’exemple une famille qui utilise un biporteur électrique pour remplacer la deuxième voiture (vous pouvez transporter 3 enfants et les courses avec un tel engin ) et qui parcoure en moyenne 16 km par jour va pouvoir économiser,avec un litre de super à 2 euros, environ 7000 Euros sur 5 ans.

La circulation en ville représente la moitié des kilomètres parcourus en France soit environ 300 milliards de km pour des trajets courts ou très courts (50% des trajets en ville sont inférieurs à 3 km, 15% sont inférieurs à 500m). Il serait donc envisageable de laisser plus souvent la voiture au garage pour faire 1/3 de nos déplacements à vélo.

Si l’on parvenait à faire 1/3 de nos déplacements à vélo nous économiserions en France, sur la base d’un litre de super à 2 euros, 64 milliards d’Euros par an (1). Ce calcul est basé sur les chiffres INSEE publiés ces dernières années (598 voitures pour 1000 habitants x 14000 km/an en moyenne par voiture x prix de revient kilométrique 0,35 cts (2)/km x 1/3).

Les pistes pour développer la pratique du vélo ne manquent pas. En s’inspirant simplement de ce que font nos voisins :
– réduisons la TVA sur les vélos à 8% ( Suisse )
– développons les infrastructures: construisons des rond-points où les vélos soient prioritaires et de grands parking à vélo aux abords des gares ( Pays-Bas)
– ayons une fiscalité attractive ( déductions des frais kilométriques parcourus à vélo comme aux Pays-Bas)
– étendons à la nation le principe de la subvention pour l’achat d’un vélo électrique ( Paris et quelques autres villes)
– encourageons le développement des vélo-taxis (parfois bannis des villes sous la pression des taxi-diesels)
– …

Pour ceux que le réchauffement climatique inquiète, 1/3 de nos déplacement à vélo en France c’est aussi 26 milliards de tonnes de CO2 en moins dans l’atmosphère.

Pour ceux que les emplois perdus dans l’industrie automobile inquiètent, ne serait il pas temps de re-développer l’industrie du cycle en France, à l’instar de ce que fait l’Allemagne, où l’on trouve des fabricants de cadre, de boîtes de vitesses, de freins, de porte-bagages, de garde-boues, …. et non pas de simples assembleurs.

Source: http://www.amsterdamer-blog.fr/

(1) en réalité seulement environ 60 Milliards d’Euros si l’on soustrait les taxes perçues par l’état sur le litre à 2 euros et les 1% de déplacement déjà fait à vélo en France
(2) à 2 Euros par litre le coût au kilomètre d’une voiture qui consomme 7 litres augmente de 7 ct par rapport à un prix de l’essence à 1 euro le litre.
Le coût moyen d’une voiture étant de 28 cts / km selon une étude INSEE de 2007 il passerait donc à environ 35 cts / km.

Les calculs indiqués ci dessus ont été fait à partir de données trouvées sur Internet.
Si ces chiffres vous paraissent foncièrement erronés n’hésitez pas à nous le signaler.

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

8 commentaires sur “Comment économiser 64 milliards d’€ avec un super à 2 €?

  1. cycliste alcoolique

    Puis en plus en brulant les voitures, on pourrait économiser sur le bois, les granules de chauffage, l’éclairage public, les feux d’artifices… Et quelle fête!

  2. Naf

    Petite précision: en Suisse, la TVA à 8% représente le taux normal, elle n’est pas plus basse sur les vélos que sur le reste.

  3. Le cycliste intraitable

    Subvention pour l’achat d’un VAE : pour sous conditions de ressources.

    Brûler les bagnoles : contre car très polluant (peinture, plastique, synthétiques).

    Sur les 26 milliards de tonnes de CO2 dues au trafic automobile. En se basant sur 500 milliards de km parcourus en France à raison de 200 g de C0_2 par km, c’est plutôt 100 millions de tonnes de CO_2 qui sont émises chaque année par le transport routier en France. C’est énorme mais pas autant que l’article laisse croire.

    D’accord sur tout le reste.

  4. apanivore

    Je trouve qu’une économie individuelle touche plus le lecteur alors que l’économie collective, si elle frappe plus par son montant, parait assez abstraite.

    Que faire de tout cet argent économisé ? On n’économise pas pour économiser non ? Bon ok il ne faut pas répondre à cette question, mais quelques pistes pourraient aider le lecteur à rêver cette situation hypothétique.

    En France, si on ne fait plus qu’assembler des vélos, c’est parce que peu nombreux sont les gens près à mettre un montant correct dans un vélo. Les grandes surfaces sportives sont passées par là et dans l’esprit du plus grand nombre un vélo ça ne vaut pas grand-chose. Donc pour réduire les coûts de fabrication : délocalisation et malheureusement perte de savoir-faire.

    Pour que ce qui est fabriqué pas loin puisse rivaliser avec ce qui vient de loin, il faut que le coût du transport soit réévalué. Soit par une taxe (dans le cadre d’une politique environnementale cohérente), soit de lui-même quand le pétrole sera hors de prix. Avoir une meilleure qualité ne suffit pas à faire venir les acheteurs.

  5. xtoflyon5

    Pas besoin d’un programme politique, la géologie et l’économie de marché (où l’Europe n’est pas bien placée coté hydrocarbures) se chargeront de faire réaliser cette mesure « visionnaire » !

  6. grasshopper

    N’oublions pas l’autre effet bénéfique de se passer de bagnole pour faire ses achats : on se laisse moins tenter à « con » sommer. On va acheter moins d’objets inutiles, ce qui représente une économie supplémentaire pour les ménages. Même un super vélo à assistance électrique n’aura jamais le coffre d’un break ou d’un mini-van, de plus le cycliste, même assisté devra toujours fournir un effort. Bref, on gagne toujours sur plusieurs tableaux à faire du vélo.

  7. brumath

    Selon le Conseil National des Professions du Cycle, il se vend en France plus de 3 millions de vélos chaque année. C’est le troisième pays européen derrière l’Allemagne et le Royaume Uni. Chaque heure, il se vend 342 vélos en France voir les stats impressionnantes sur les vélos http://globometer.com/sport-velo-france.php

  8. Vincent

    Les Français sont trop feignant pour imaginer une alternative à la voiture, surtout si il faut pédaler !

Les commentaires sont clos.