L’île d’Houat sans voitures

Cinquième épisode d’une série consacrée aux îles sans voitures. Vous souhaitez passer des vacances réellement sans voitures? Vous voulez voir comment la vie sans voitures est possible? Visitez les îles sans voitures! Aujourd’hui: L’île d’Houat.

Houat qui signifie en breton le « canard » est une île de la côte morbihannaise, en Bretagne. C’est une île paisible, sans heurt, sans bruit où les voitures sont bannies (pas de vroum vroum !!).

Administrativement, elle constitue une commune nommée « Île-d’Houat ». L’île mesure 3,3 km de long et 1,5 km au plus large. C’est un plateau granitique s’adoucissant en une grande plage bordée de dunes à l’Est. L’extrémité Nord de cette plage est constituée par la pointe d’En Tal, qui curiosité rare, est, en même temps, une plage convexe.

Population: 311 hab. (2006)
Densité : 107 hab./km2
Longueur: 3.3 Km
Largeur: 1.5 Km

Houat est située à 14 km du port le plus proche, Quiberon. Elle a une superficie d’à peine 3 km2 (290 ha) à comparer aux 84 km2 de Belle-Ile toute proche. Son emplacement géographique définit son climat.

Longue et étroite, Houat dresse ses hautes falaises granitiques dans le prolongement de Quiberon avec laquelle, jadis, elle ne faisait qu’un. De coquettes maisons blanches et fleuries bordent les ruelles du village, regroupées à l’aplomb du port St Gildas qui abrite une vingtaine de bateaux de pêche aux couleurs éclatantes; sur les terre-pleins animés s’empilent les casiers en murailles bleues et noires. Ici bat le cœur de l’île dont la pêche artisanale constitue encore la principale activité économique.


Ile d’Houat – L’extrémité Nord-Ouest de l’Ile – Le fort des Béniguet et la pointe Beg-Er-Vachif (photo: wikipédia)

De la Révolution jusqu’à la fin du XIXe siècle, Houat dépend de Belle-Ile et est régie par la « charte de Houat et d’Hoêdic ». À l’époque, le curé faisait office de maire, d’officier d’état civil et parfois même d’enseignant. Elle fut érigée en commune en 1891, dans le cadre du canton de Quiberon.

L’île d’Houat concentre trois forts édifiés au XIXe siècle dans le but de se défendre des Britanniques. Ils n’ont quasiment jamais servi: le fort principal, au Sud-Ouest du village « à l’intérieur des terres », le fort de la pointe d’En Tal, qui est plutôt une simple redoute et le fort du Beniguet à l’extrémité Ouest de l’île.

L’actuel port, Port Saint-Gildas, situé dans une zone bien protégée sur la côte Nord de l’île, a été construit et mis en service en 1956-57. Il a remplacé l’ancien port détruit, avec presque tous les bateaux, en 1951, lors d’une violente tempête. Le financement de ce port est en partie dû à un appel national à la solidarité, après la catastrophe de 1951. On voit encore l’emplacement de l’ancien port, à l’extrémité de la route, appelée aujourd’hui « Route du Vieux Port », qui joint le village à la partie sud-est de l’île.


Lys de Houat (photo: Mairie de l’île de Houat)

Partout ailleurs règne la nature. Longée par un sentier pédestre, réservé exclusivement aux piétons, très découpée, la côte est d’une beauté à vous couper le souffle. L’asperge sauvage perce le sable des dunes, un lys odorant y fleurit, espèce protégée que l’on ne trouve que dans très peu d’endroits… De petits chemins de sable sillonnent la lande, que parfument au printemps ajoncs et jacinthes.

L’île est presque entièrement recouverte d’une lande de fougères et d’ajoncs qui se fait rase du côté de la pleine mer. Les dunes de la plage de l’est sont un milieu fragile protégé par le conservatoire du littoral: c’est là qu’on y trouve l’espèce endémique sauvage de lys des dunes, très menacée. Interdiction formelle de les cueillir! On trouve aussi des chardons, de l’ail sauvage, des rosiers sauvages nains, etc. En dehors du village, il n’y a qu’une trentaine d’arbres sur Houat.

C’est pourquoi, sur Houat, le soleil peut taper dur (prévoir chapeau et crème). On peut trouver un coin d’ombrage au Vallon (au coeur du village), avec des tables de pique-nique. Mais un grain peut aussi survenir à tout moment (prévoir coupe-vent imperméable)!! Bienvenue en Bretagne!


Île de Houat (photo: Îles du Ponant)

La faune terrestre est essentiellement constituée, outre les insectes, de faisans et perdrix d’élevage, nourris au sarrasin local, et de lapins qui prolifèrent malgré la chasse qu’on leur donne. Quelques chevaux ont refait leur apparition dernièrement pour le tourisme.

Les espèces sauvages marines sont plus nombreuses que les espèces terrestres. On trouve des colonies de moules et d’huîtres sauvages, des tourteaux, des étrilles et des araignées de mer, des homards, des congres dans les rochers…

L’île d’Houat compte une école primaire publique et un collège qui scolarise aussi les enfants d’Hoëdic. La natalité, faible, permet d’alimenter les effectifs de ces établissements, de petite taille néanmoins.


La carriole de Houat (Photo: wikipédia)

Les véhicules à moteur sont interdits sur l’île, sauf dérogation accordée par le conseil municipal. On ne compte donc pas plus de 10 voitures sur l’île, dont le taxi municipal qui attend en général ses clients sur le port.

Le village, installé dans le nord-est de l’île, concentre la grande majorité de la population. Le reste de l’île, très peu construit, est inhabité l’hiver. Contrairement aux autres îles, Houat abrite une population jeune (plus du quart des Houatais a moins de 20 ans), et stable depuis plusieurs années.

Sur l’île, ne cherchez pas un nom de rue, car les rues n’ont pas de nom! Si vous cherchez quelque chose, demandez aux passants.


Maisons de pêcheurs de l’île d’Houat (photo: Images de Bretagne)

La majeure partie des hommes en âge de travailler sont pêcheurs. La pêche au homard et au crabe constitue la principale ressource halieutique locale. Une écloserie de homards a été construite en 1972 sur l’île pour tenter de renouveler les viviers de pêche. Houat est la commune qui compte le plus grand nombre de gens de mer par rapport à la population active.

Depuis 1994, on peut visiter sur l’île une unité de production de phytoplancton à usage cosmétique, l’Eclosarium. La visite du musée de l’Eclosarium vous fera découvrir en outre la vie de l’île et vous transportera dans le monde inconnu de l’infiniment petit à travers un parcours initiatique. Vous y apprendrez l’importance du monde microscopique marin pour la vie de notre planète.


Le bourg de l’île d’Houat (photo: famille Badet)

Le tourisme est la seconde ressource économique de l’île. En été, plusieurs services de bateaux amènent les visiteurs de Vannes, de Port-Navalo et surtout de Quiberon. La part des résidents secondaires s’accroît, et la plaisance se développe également. Il existe une aire de camping à proximité des falaises sud-ouest de l’île situées face à l’île aux chevaux, près de Trea’ch ar Salus.

À l’année, on trouve sur l’île d’Houat deux épiceries, une boulangerie-presse, un cabinet médical faisant office de pharmacie et une poste. Durant la saison estivale, le commerce se développe avec une crêperie, trois restaurants, trois hôtels, deux entreprises de restauration légère, une location de vélos (avril/septembre), une boutique de souvenirs (mai/septembre) et une boutique de vêtements.

Quand on vient à Houat, il vaut mieux prévoir une réserve d’argent car il n’y a pas de distributeur automatique de billets sur l’île.

Enfin, sur l’île d’Houat, la gendarmerie est présente seulement en juillet et en août.

Moyens d’accès

Traversée en 45 minutes environ au départ de Quiberon, avec la possibilité d’une liaison maritime de 25 minutes entre l’île d’Houat et l’île d’Hoedic. En saison, il est fortement conseillé de réserver, malgré plusieurs rotations par jour.

Tout le problème est de rejoindre Quiberon qui est, rappelons-le, une presqu’île.

La gare la plus proche de Quiberon desservie par les grandes lignes nationales est la gare d’Auray. Située à une trentaine de kilomètres de Quiberon, il vous faudra emprunter un autre moyen de locomotion pour rejoindre la gare maritime. Selon la période vous pourrez opter pour l’une des possibilités suivantes :

– Le bus qui assure une liaison directe avec la gare maritime de Quiberon. Il faut compter environ 1h15 de transport.

– Le Tire-Bouchon, petit train régional partant de la gare d’Auray, vous permet de rejoindre la gare SNCF de Quiberon. Vous pourrez ensuite rejoindre la gare maritime en 15 minutes à pied. Cette ligne peut être empruntée avec votre bicyclette.

Sources:

Ile d’Houat sur Wikipédia
Site officiel de la Mairie de l’île d’Houat


Îles sans voitures
22 îles, 26 cartes, 168 photographies

Consulter ou commander le livre

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

Un commentaire sur “L’île d’Houat sans voitures

  1. Jean S

    Formidable idée que ces articles sur les îles sans voiture !
    Excellente initiative… !

Les commentaires sont clos.