Idées reçues sur les pistes cyclables

Beaucoup d’idées reçues circulent sur les pistes cyclables. On leur reproche d’être difficilement réalisables, peu pratiques, dangereuses. Voici un exemple de piste cyclable hollandaise qui montre qu’il n’y a pas de vérité universelle sur les pistes cyclables.

Tout comme n’importe quel autre élément de l’infrastructure, leur succès réside dans la façon dont elles sont conçues et construites.

L’exemple ci-dessous montre une piste cyclable traversant milieu urbain dense, périrubain et passant même des canaux ou des autoroutes, le tout avec sécurité et des aménagements pensés pour rendre le vélo toujours prioritaire.

Exemple d’idée reçue recensée dans la vidéo: « Les camions de livraison trouvent toujours le moyen de se garer sur la piste cyclable ». Sauf quand c’est physiquement impossible, ils n’ont alors plus qu’à stationner sur la chaussée…

Des infrastructures cyclables bien conçues et bien construites ne sont pas une utopie. C’est la réalité quotidienne aux Pays-Bas. Il n’y a aucune raison de ne pas faire la même chose partout ailleurs.

La vidéo possède des sous-titres en français.

Source: http://bicycledutch.wordpress.com/

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

13 commentaires sur “Idées reçues sur les pistes cyclables

  1. StruddelStruddel

    En France, ce genre de pistes existe, mais sont souvent prises d’assaut par les piétons …

  2. MLBRLyon

    Et aux Pays-Bas, les conducteurs qui tournent vérifient la présence de vélo, en se tordant le cou si nécessaire!
    Plus que le type d’aménagement, ce sont les comportements qui comptent.
    En France, le vélo n’a pas encore la place évidente qu’il a aux Pays Bas et doit donc être visible pour la conquérir et pour la sécurité, les bandes cyclables sont donc à mon sens et en majorité la meilleure solution en zones urbaines.

  3. Raoul

    Chez moi à Lorient , ils ont construit une piste cyclable parallele à la route qui traverse un garage de voiture, un centre de controle technique et un lavage auto , du coup les voitures coupent la piste cyclable sans meme regarder s’il y a un velo qui passe alors qu’il y a des panneaux cedez la passage aux entrees et aux sorties de ses lieux ,defois ca fait froid dans le dos, j’ai faillit tomber 3 fois . On est censé etre en securite sur une piste cyclable ?

  4. Zaph

    Dans notre pays, bien souvent, les communes pour se donner un aspect « vert » se contentent de peindre des bandes sur les trottoirs. Ce faisant, elles desservent la cause du vélo en reléguant les cyclistes sur des espaces connexes à la chaussée et desservent également les piétons qui doivent faire attention ou ils mettent les pieds sur le trottoirs. Tout au bénéfice des automobilistes qui peuvent ainsi rouler sans devoir partager la chaussée.

    Tout le contraires de ce que montre cette vidéo. L’espace dévolu aux cyclistes est au moins aussi large que la chaussée adjacente, les piétons ont leur espace sécurisé, dénivellé par rapport à l’espace cycle. Cela donne un partage équitable entre les modes, sans hiérachie. Sans compter les aménagement de carrefours avec boucle de détection etc…

    Pas étonnant dans ces conditions que la part modale vélo soit aussi elevée aux Pays Bas. Les solutions pour infléchir les comportements existent qu’attendent donc les pouvoirs publics à les mettrent oeuvre?
    Et qu’ils cessent de nous dire qu’il s’agisse de « culture »

  5. Vincent

    D’un autre côté, on peut garder espoir pour deux raisons:
    – Amsterdam dans les années 60 était rempli de bagnoles. Comme quoi, un politique volontariste, intelligente et à long terme fait la différence

    – la raréfaction du pétrole et le coût qui risque de rester important des voitures électriques devrait pousser de plus en plus d’urbains à se déplacer en vélo.

  6. Tom34

    Exemple de la RD65, toute neuve. Et dont le cheminement cyclable, tout neuf, est truffé de pièges et incohérences http://forum.velotaf.com/topic/13885-piste-cyclable-etrange-2011
    Le chantier continue, les autorités sont prévenues au fil de l’eau. Mais sans action.
    C’est pourtant moins cher de faire droit et plat.
    Beaucoup d' »amménageurs » confondent encore cyclistes et promeneurs du dimanche 🙁

    A+
    TOM.

  7. Ben

    Il est important d’ajouter qu’aux Pays-Bas, en cas d’accident entre une voiture et un cycliste, c’est d’office l’automobiliste qui est en tort.
    Les automobilistes sont donc TRES prudents à l’égard des cyclistes.

  8. bikeman

    Il en est de même en France!! Enfin, d’après les dires de ma compagnie d’assurance…

  9. Jean-Marc

    Exact, loi Badinter protegeant les personnes les plus faibles :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_du_5_juillet_1985

    En france, il est d’office en tord, mais pas obligatoirement à 100%… c.f. en cas de « faute inexcusable (des piétons/cyclistes) si et seulement si elle est la cause exclusive de l’accident »

    2 exemples :
    – une personne saoûle qui traverse la chaussée non éclairée : les torts ont été déclarés à 100% pour l automobiliste.

    – Traverser en courant une chaussée après un tunnel, dans une zone sans visibilité : faute inexcusable

    (« ils peuvent se voir opposer uniquement leur faute inexcusable si et seulement si elle est la cause exclusive de l’accident [..] la Cour dit que n’est pas inexcusable la faute commise par un piéton de traverser la chaussée en état d’ébriété la nuit hors agglomération, sans visibilité et sans raison….(arrêt du 3 mars 1993). Par contre a été jugé inexcusable le fait pour un piéton de traverser en courant une voie à grande circulation à la sortie d’un tunnel, à l’endroit le plus dangereux où il n’y avait pas de visibilité. »
    Une fois l’étape extrêmement difficile de la qualification de faute inexcusable, il faut encore, pour que le responsable voit sa responsabilité limitée, que cette faute ait été la cause exclusive de l’accident.
    )

    S’il y a faute inexcusable de la victime (piéton/cycliste), celà LIMITE la responsabilité de l automobiliste/du motard -> torts partagés, au lieu de 100%

    car
    « Selon l’article 1 de la loi de 1985, la victime dispose d’un droit à réparation dès lors qu’un véhicule est « impliqué » dans l’accident. »

  10. bikeman

    Pas très simple… Mais bon, on est relativement tranquille à vélo, c’est très souvent la voiture qui est fautive.
    Faut il encore qu’elle sache qu’elle commet un erreur!

    Il y a environ 3 ans, un véhicule m’a littéralement coupé la route en voulant tourner à droite… Alors que je roulais tranquillement, et filais tout droit sur la bande cyclable.
    J’avais bien senti le coup venir et avais freiné (en descente) évitant ainsi de me manger le dit véhicule, et là surprise, le conducteur ne comprenait pas qu’il avait commis une erreur!!

    Il m’a répondu « vous n’avez pas à doubler par la droite »!!!!!!!!!
    Il y a de quoi devenir fou avec ce genre d’affirmation !!
    Et quand je pense que ça a le permis de conduire… ça fait peur tout de même…

    Bref, la loi existe, le code de la route bagnole aussi, mais personne semble ne le connaitre ni le respecter…

    Là, au moins, dans la vidéo, on apprécie vraiment l’infrastructure dédiée au vélo, et le comportement des conducteurs qui va avec…

  11. GCarpentier89

    Il faut tout de même remarquer que l’urbanisme hollandais semble favoriser des infrastructures si bien conçues. La largeur des rues présentées dans la vidéo, c’est à dire la distance entre les façades des immeubles se faisant face, est plus que généreuse. Nos villes françaises ne permettent pas toujours d’aménager de pareils voies dédiées par simple manque d’espace dû à nos formes urbaines. Ceci étant dit, on peut contourner ce problème avec une véritable volonté politique d’aménagement mais cela va prendre du temps. Apriori 40 ans pour les Pays-Bas alors patience. En attendant soyons prudent et pédalons !

  12. Jean-Marc

    Heu.. GCarpentier, tu as deja visité une ville française ???

    regarde les Champs Elysées ou la place de l’Etoile :

    Depuis la création des boulevards Haussmaniens, les rues principales françaises sont bien plus larges que les hollandaises.
    des 2×3 voies assez fréquentes… les 2×2 sont légions.

    En fait, les hollandais, avec les polders, ont un pb de place :

    Contrairement à ce qui s est passé en france, ils n’ont pas pû raser les centre-villes historiques, au XIX, pour mettre des boulevards et avenues à la place des ruelles, et profiter d’une extension des villes sur la campagne.

    Suffit de supprimer une voie tous véhicules ou une voie de stationnement le long des chaussées, ce qu’on peut faire dans une majorité des rues françaises (manque juste la volonté politique), pour créer une piste vélo en voie propre.

    Ceci, sans parler de la vraie vélorution :
    transformer une rue en rue piétonne (voie verte : autorisée aux cyclistes, rollers et animaux tracteurs ou porteurs de « charge »).

Les commentaires sont clos.