Les négationnistes du Diesel

Des personnes remettent en cause la part de responsabilité du diesel dans la pollution atmosphérique. Selon eux, le chauffage au bois serait un bien plus grand problème que la motorisation diesel des voitures.

Dans une interview donnée à Atlantico, Pierre Souvet, cardiologue et président de l’Association santé environnement France (ASEF) rappelle les particularités françaises et remet les points sur les i:

Avant tout je voudrais revenir sur les propos complètement faux de monsieur Mariton (député UMP) qui a prétendu que la pollution atmosphérique française venait essentiellement du chauffage au bois et non pas du parc automobile diesel. Je n’ai pas vraiment l’impression que le chauffage au bois soit à ce point développé qu’il engendre un taux de pollution de 18 microgrammes par mètre cube dans des villes comme Marseille ou Paris. Il est bien évident que cela est dû à plus de 50% à la consommation de diesel et à la structure de ces villes. En France, le chauffage au bois est essentiellement réservé aux campagnes et encore cela reste peu développé mais dans les villes l’absence de cheminées rend la chose impossible. De plus, même quand ça l’est cela devient rapidement irrespirable comme en a fait les frais la ville de Montréal il y a quelques temps. Ce n’est donc pas cela qui fait que l’espérance de vie marseillaise ait baissé de 7, 5 mois et celle à Paris de 7 mois comme le montre très clairement l’étude de l’American College of Healthcare executives (www.ache.com). »

Sur le plan sanitaire, le diesel nous coûte cher. Car il a la particularité de créer une pollution chronique, et donc une augmentation du nombre de maladies chroniques.

«Mais, j’ai lu ici et là que la moitié des particules étaient émises par le bois de chauffage et l’industrie». Peut-être, mais il y a d’une part les proportions d’émission, et d’autre part, les taux d’exposition, liées aux concentrations près des zones densément peuplées. Les villes sont innervées de voies de circulation dans lesquelles se donnent à cœur joies diésélistes [en véhicules particuliers, il y en a 20 millions en France, souvenez-vous] et poids-lourds.

À contrario, le chauffage au bois est marginal et rural et les industries sont aussi loin des centres urbains. Pierre Souvet cite d’ailleurs une étude d’Airparif qui remet  les choses au clair.

Quelles solutions ? Pierre Souvet préconise un bannissement du diesel des centre-villes, tout en ayant une politique des transports en communs cohérente d’un point de vue social. Lui aussi est d’ailleurs pour un rééquilibrage de la fiscalité des carburants.


Retrouvez l’intégralité de l’entretien ici http://www.atlantico.fr/decryptage/42-000-morts-dus-pollution-pourquoi-france-est-mauvais-eleve-europe-633550.html#htU7jGzSVLi63e0v.99 »

http://bloganti-diesel.blogspot.fr/

RValiasBADien

A propos de RValiasBADien

Contributeur de Carfree France

14 commentaires sur “Les négationnistes du Diesel

  1. Virtuous cycle

    Bonjour,

    Comme d’autres je me posais la question de l’amende fixée par Bruxelles pour contraindre la France à enfin s’enlever les doigts du c.. pour améliorer la qualité de l’air concernant les particules fines PM10, « particulièrement » dans 16 grandes villes.
    J’ai lu sur le net que si la situation ne s’améliorait pas en 2014, l’amende serait de 10 à 30 millions d’euros, accompagnée d’astreintes journalières de 150 000 à 300 000 euros jusqu’à respect des seuils de pollution de l’air. J’avoue que j’ai un peu de mal à me représenter si ces mesures sont réellement contraignantes ou si c’est d’avantage l’effet du bonnet d’âne par rapport aux autres pays qui pourra réellement faire bouger les choses ?
    Par ailleurs, malgré plusieurs études très sérieuses et fiables qui montrent qu’à vélo on est moins affecté par les rejets polluants des voitures que les automobilistes eux-mêmes, cette puanteur suffocante que je respire quotidiennement derrière ces foutues tas de ferraille me laisse penser qu’un jour j’aurai moi aussi un soucis de santé…

  2. cyclotan

    Le chauffage au bois, d’autres part, n’est utilisé qu’une seule partie de l’année (3 ou 4 mois dans nos contrées) contrairement aux véhicules diesel (et essence aussi) qui nous polluent toutes l’année durant.

  3. alain

    Malheureusement, Virtuous Cycle, l’Europe parle souvent d’amendes qu’elle ne donne finalement pas.

    A Tours, on dépasse les normes de NOx, une amende devrait tomber depuis maintenant un bon paquet de temps mais la France a demandé une dérogation, et toujours pas d’amende… Donc, baratin, reculade? en tout cas, les voitures roulent toujours, les taux de pollution sont toujours aussi haut, 4 ans que çà dure au moins!

  4. Chris

    Halala ce n’est pas bon pour les pizzas au feu de bois, tout ça. Pauvre Pizzaïolo. 🙁

    Bon ben, vu que je viens d’acheter une voiture neuve, j »ai bien fait de prendre une essence et pas une diesel.

    Sans compter que je me chauffe à l’électricité.

    Tout ça pour le bien de tous, haaaa la fibre écolo….
    🙂

  5. ZAPH

    En région Rhône-Alpes, en Février et début Mars,11 journées consécutives de dépassement des seuils avec une qualité de l’air de niveau 10 sur 10 on ne peut pas mesurer pire (actuellement).

    En 2012 c’est un total de 88 journées de dépassement qui a été observé avec un pic durant l’été, période ou le chauffage au bois ne peut pas être mis en cause.

    Les élus et pouvoirs publics vont-ils encore tergiverser longtemps avant de prendre des mesures pour préserver la santé publique ?

    Si rien ne bouge les populations devront leur rappeler leurs obligations en organisant des flash mob, des manifestation avec blocage de la circulation…Nous devons faire preuve d’imagination pour faire cesser ce laisser aller mortel.

  6. Laurent

    Bientôt nous apprendrons que le chauffage électronucléaire est bon pour la santé et que les écolos qui se chauffent au bois devront payer une amende !

  7. Jean-Marc

    « Bientôt nous apprendrons que le chauffage électronucléaire est bon pour la santé »

    il existe une règle qui n est pas près de changer :
    la meilleure énergie, est l énergie non consommée (dit négawatt)

    donc qu’importe la motorisation et la consommation d’une moto/auto, voire même d’un véhicule plus efficient, comme un bus/trolley/tram/train/telephérique/télécabine,
    car un vélo ou la marche sera tjrs mieux

    de même, qu’importe le chauffage d’une maison/appart,
    une habitation de plusieurs étages, avec des murs mitoyens, donc avec peu de contacts avec l extérieur; au lieu d’une maison de plein pied, avec 4 murs au vent, sera mieux;
    si en plus ses rares murs en contact avec l extérieur sont bien isolés, et si on chauffe 2-3 degrès de moins (mettre un pull ou un gilet en intérieur n est pas bien compliqué),
    alors qu’importe le mode de chauffage… vu qu’il fonctionnera peu.

  8. Jean-Marc

    Précision pour être plus clair :

    Chaque type de production d’énergie va avoir des pollutions différentes
    (par ex, le diesel aura plus de particules fines, le charbon plus de souffre, le…)
    Seuls les négawatts, seule la sobriété énergétique (en prenant en compte l’énergie grise) permet d’éviter tout problème.

    Après, entre les autres sources d’énergie, c est une question de plus ou moins grande pollution, plus ou moins grand problème de santé publique, plus ou moins grand danger, et il est difficile de savoir évaluer les +/- grans problèmes de chacunes d entre elle;
    ainsi, selon ce sur quoi on se focalise, telle ou telle énergie peut ne plus être la pire
    (ainsi, le nucléaire est moins pire que le diesel, pour les particules fines; mais le diesel est moins pire que le nucléaire, niveau risque radioactif et accident nucléaire).


    « selon ce sur quoi on se focalise »
    autre exemple : l’agriculture non bio, en non polyculture artisanale :

    – si on se focalise sur les produits phyto-sanitaires [desherbants, insecticides, fongicides,…perturbateurs endocriniens, pertubateurs du système nerveux (dont celui des abeilles et… des humains)], les céréaliers et les vignes vont être les pires;

    – si on se focalise sur les nitrates, issus des déjections animales (vive les marées vertes) et sur les résidus d’antibiotiques et la création de souches bactériennes multi-résistantes, les élevages industriels vont être les pires.

    par contre, en bio,
    ou ni les produits phyto-sanitaires, ni les concentrations animales excessives, ni les antibiotiques (autre qu’à titre curatif) ne sont autorisés, ces problèmes disparaissent.

  9. Pédibusjacques dutheil

    p. 4 du document d’Air Parif, http://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/synthese_particules_110914.pdf
    sur la répartition par origine des PM 10 et PM 2.5, avec le secteur résidentiel et tertiaire (chauffage) et la circulation comme premiers contributeurs… et ce de façon plus accentuée pour les particules les plus fines, les plus dangereuses.

    p.13 de graves accusations en direction du chauffage au bois, représentant 5% de la consommation énergétique pour le chauffage, mais contribuant pour 84% des émissions particulaires les plus fines de ce dernier…

  10. JACQUES

    Les voitures ont fait des progrès considérables sur la consommation et le rejet des polluants (filtres à particules) alors que les trous du culs qui se chauffent au bois continuent à polluer comme à la préhistoire et pire que ça ils sont encouragés par les super-trous du culs de politicards de ministres ‘écologistes » qui font semblant de comprendre ce qu’ils font alors qu’ils ne maitrisent rien : 9h00 d’utilisation d’une cheminée c’est l’équivalent d’un an de diesel;les gens qui entassent des buches devant chez eux y stockent aussi leur cancer !!!!

  11. Jean-Marc

    (infos qui suivent uniquement sur les PM2.5, sauf pour le salage)

    Si tu l’affirmes, Jacques, tu as surement raison.

    Voyons ce que dis la réalité, avec le doc de Jacques Dutheil, pas trop difficile à trouver :

    La page 13 est mal copiée/collée par J. Dutheil, permettant un risque de confusion :
    « Le bois ne représente que 5 % de la consommation énergétique en combustibles utilisés pour le chauffage résidentiel selon le Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie, mais il est responsable de 84% des émissions de particules fines du chauffage résidentiel. « 

    Ainsi, la page 13 ne permet pas de voir l’influence +/- grande du chauffage ou du transport,
    elle permet JUSTE de comparer le chauffage au bois aux autres chauffages.

    Maintenant, qu’en est-il des émissions transport/chauffage/industrie ?

    la réponse, proche d’un axe routier, est page 9 du lien de Dutheil :

    production PM2.5 locale + de l agglo :

    44% de la pollution en PF2.5 vient du trafic local
    +4% de la pollution de l agglo (des autres axes),
    soit 48% (12µg/m³ de PF2.5) pour le trafic

    et…
    4%, soit 1µg/m³ proviennent du chauffage au bois,
    soit 12 fois moins pour le chauffage au bois que pour le trafic…

    [et encore, il reste aussi les 3% du trafic « d importation », venant de l extérieur de l agglo + la fraction (non mesurable) du trafic présence dans les 19% des réactions chimiques dans l air]

    Aux abords d’un axe routier important,
    on trouve 12 fois plus de PM2.5 par le trafic de l agglo que par le chauffage au bois dans l agglo…


    Sinon, page 10, une info intéressante :

    La contribution du trafic a la production de PM2.5 :

    Cette contribution s’explique à 90% des véhicules diesel, mais la contribution des véhicules essence induites essentiellement par les deux roues motorisés de moins de 50 cm3 ne doit pas être sous estimée en ville.

    – 90% pour les diesel d’un coté
    (ces 90% sont répartis à 50% pour les voitures diesel soit 45% du total+ 20-35% livraisons locales + 10-20% des poids lourds),

    – 10% pour les 2RM + voitures essence de l autre,

    donc, si les 2RM seuls font 9.99, c est sûr qu’il ne faut surtout pas les négliger face aux 90% du diesel, face aux 45% des voitures diesel…

    (au vu de la proportion de 2RM inf 50 et de voitures diesel, oui celà compte :
    comme je suppose qu’il n’y a pas 1 50cm³ pour 5 voitures, les 2RM inf 50 pollueraient encore plus en PM2.5 qu’une voiture… donc passer d’un diesel à un 2RM inf 50 ne serait pas une bonne sollution, niveau pollution PM2.5. Mais, actuellement, vu la composition du trafic, ce n est pas ce qui pose le plus gros pb à Paris : 45% de la pollution 2.5 du trafic vient des voitures diesel…)

    Aux vues des résultats chiffrés fournit par eux, la fin de la phrase est juste ridicule (« Les 2RM de moins de 50 cm3 ne doit pas être sous estimée en ville »), …

    si on sous-estime les PM dues aux 2RM de 10%?
    que risque-t-on?
    Une approximation de… 1% sur le total…
    Ce qui, bien sûr, va tout bouleverser…

    [précision pour Jacques :
    les FAP augmentent la pollution aux particules fines : ils bloquent les grosses particules, permettant leur meilleure dégradation… si bien que ces grosses particules du moteur sortent du pôt… sous forme de particules fines… la pollution est alors moins visible (on ne peut bloquer les PF avec un mouchoir blanc, donc c est moins impressionnant qu’avec les vieux diesels, mais ces vieux diesel sont moins dangereux pour nos bronches)]


    P.S. et dans les rares lieux préservés du trafic ?

    Page 12, on a la réponse pour un lien éloigné d’une voie de circulation
    (un parc, une rue piétonne ? qu’importe : un lieu qui n existe quasi pas, à Paris… et où quasi personne ne vit…)
    dont 68% (10µg/m³) vient de la pollution « de base », de la pollution « importée » d à coté,
    et 32% / 4µg/m³ viennent de la « production locale » de l agglo :

    – 7% du total venant du chauffage au bois,
    – 8% venant du trafic
    – 3% venant de l industrie (normal… plus trop d’industries, dans Paris…)

    soit, en SUR-production locale
    8/32% pour le trafic, soit 25% pour le trafic
    7/32% pour le chauffage au bois, soit 21.8% pour le chauffage au bois
    Ha? Jacques aurait donc tort ?

    Même là, pour un lieu éloigné des rues avec trafic, le trafic de l agglo entraine plus de surproduction de particules que le chauffage au bois de l agglo…

    Bien sûr, la différence n est plus de 1 à 12 alors, mais le trafic reste tjrs le principal contributeur de la pollution en PM2.5 venant de l agglo…


    P.S.2

    Une autre info, sur cette page 12 :
    Le salage, et la production de particules fines due au salage :

    L’impact du salage des routes (salage direct ou remise en suspension entre les événements neigeux) pour l’hiver 2009-2010 a pu être estimé à environ 1,4 μg/m3 (moins
    de 3 % de la concentration en PM10).
    Sans le salage, 13 jours de dépassement de la valeur limite journalière (50 μg/m3) auraient pu être évités sur les 155 jours enregistrés sur le boulevard périphérique.
    En revanche, dans l’agglomération, en situation éloignée du trafic, le salage n’est responsable d’aucun dépassement. »

    1.4 pour le salage, face à 4 pour le chauffage au bois…
    La re-suspension ou sur-production due au salage équivaut à plus de 1/3 du chauffage au bois :
    encore une pollution due aux voitures…

    (la dernière phrase « En revanche, dans l’agglomération, en situation éloignée du trafic, le salage n’est responsable d’aucun dépassement » montre que du salage, mais sans véhicules roulant dessus, comme du salage de trottoir, n entraine pas de PF en suspension)

    C est anecdotique, ces 1.4 de PM10 dues au salage, face au 45% des PM2.5 dues aux voitures diesel, mais c est juste une pollution en plus due à l originalité française :

    Nous sommes à la fois les champion du monde des voitures diesel, et les champion du monde du salage des routes :

    Le canada, l’irlande, la suède, norvège, finlande, danemark, autriche, suisse, et ex-URSS ne salent pas comme nous…
    pourtant, ils connaissent bien mieux la neige que nous…
    cherchez l’erreur…

    çà coûte très cher,
    ça, stérilise les terres, tuant la faune et surtout flore,
    celà entraine (par des épisodes de gel/dégel) un vieillissement ultra-accéléré des chaussées (fissures qui s agrandisent, par explosion de l eau fondue au sel, qui s’infiltre, et qui re-gèle en profondeur)
    et çà pollue,
    tout en étant très très peu efficace…
    (moins de 5 degrés d efficacité : s’il fait trop chaud, le sel est inutile, celà fond tout seul sans lui; s’il fait trop froid, il est inefficace… il ne sert alors, par ses projections de neige salée, qu’à faire vieillir prématurément nos carrosseries)

    Mais c est une spécificité française….. (depuis 40 ans)

  12. bikeman

    Merci Jean Marc pour le com détaillé.
    Chiffres à l ‘appui, la vérité est sous nos yeux mais nos politiques préfèrent les fermer.

    Je fais suivre à nouveau le lien vers cette vidéo excellente :
    https://www.youtube.com/watch?v=59j3PFQuXgk

    Dans certaines grandes villes du monde (comme Tokyo notamment), l’usage d’un véhicule à motorisation diesel est tout simplement et totalement interdit!!

Les commentaires sont clos.