Le vélo cargo : quand il y a plus que soi à transporter

La solution la plus simple et la plus rapide pour se déplacer en ville reste, selon moi, le vélo. Gain de temps, gain d’argent, moins de stress, difficile de faire mieux.

Cette solution idéale présente malgré tout ses limites dans sa plus simple expression se résumant à deux roues, un cadre, une direction et une transmission : transporter des personnes ou des objets semble en effet compliqué avec ce moyen de locomotion.

Il existe heureusement des alternatives et des accessoires qui vous permettront de transporter tout ce que vous souhaitez sur ces distances urbaines.

Nous avons vu récemment le roller/poussette pour transporter vos enfants par temps sec sur des distances allant de 1 à 6 ou 7 km (voire plus pour les plus aguerris) et les diverses utilisation d’une remorque-poussette pouvant être à la fois poussée à pieds/rollers ou tractée par un vélo. On notera également que le roller permet d’avoir les mains libres pour transporter certains objets encombrants peu lourds : c’est ainsi que j’ai pu transporter une roue de vélo neuve d’une boutique à mon domicile facilement. Et que dire du célèbre panier ou du porte bagage et de ses sacoches pour les vélos les plus urbains lorsqu’il s’agit de transporter de petits objets.

Parmi toutes les solutions qui peuvent vous être proposées, attardons nous ici sur le vélo cargo.

Le vélo cargo (également appelé bakfiets, « vélo caisse » en néerlandais), peu connu en France mais très utilisé chez nos voisins du nord de l’Europe, existe sous deux formes principales : les triporteurs et les biporteurs.

Les biporteurs sont proches des vélos classiques, avec un cadre, une direction, deux roues et une transmission, mais présentent la particularité d’avoir une fourche déportée très en avant du vélo pour pouvoir y placer une caisse qui accueillera toutes sortes de charges ou de personnes.

Grâce à une charge placée à un niveau de gravité très bas, le vélo reste extrêmement maniable et ne présente pas de problème de stabilité.

Son avantage est de pouvoir être utilisé comme un vélo classique malgré sa longueur sans être gêné par une largeur excessive, et de présenter le même style de conduite que celui-ci en permettant de se pencher pour tourner ou pour rester droit lorsque la route penche vers l’extérieur.

Il reste malgré tout plus limité que son cousin le triporteur en terme de capacité de chargement malgré les grosses charges qu’il est capable de transporter.

Les triporteurs, quant à eux, s’éloignent plus des vélos classiques pour se rapprocher des tricycles. Ceux que l’on rencontre le plus souvent ont deux roues à l’avant de part et d’autre de la caisse et une roue classique à l’arrière.

Ainsi, leur direction est assurée par un mouvement entier de la caisse lorsqu’on tourne le guidon. Certains modèles sont équipés d’un arbre de direction permettant de tourner les roues de façon indépendante, ce qui rend le vélo plus maniable.

Ces engins présentent l’avantage de pouvoir transporter des charges très volumineuses pour un poids allant jusqu’à une centaine de kilos tout en présentant une excellente stabilité due à leurs trois roues.

C’est ce type de modèle que nous possédons.

Leurs principaux inconvénients sont qu’ils sont difficiles à manœuvrer (virages serrés et ronds-points difficiles, demi-tour obligeant à poser le pied, relance impossible en danseuse car obligation de rester assis pour ne pas agir sur la direction sans le vouloir) et qu’ils ne passent pas partout où un vélo classique (ou un biporteur) passerait : sans piste cyclable assez large, on reste bloqué dans la circulation comme avec une voiture : l’intérêt à court terme du vélo en prend un coup.

Sur le long terme, on s’y retrouve malgré tout : il permet de ne pas avoir à acheter de voiture (et donc de payer une assurance, des réparations et du carburant) tout en permettant malgré tout de transporter des objets volumineux et lourds ponctuellement.

A l’usage, je pense que le plus intéressant serait de pouvoir louer ce genre d’engin aussi facilement qu’un utilitaire motorisé afin d’assurer un coût au déplacement très bas.

La caisse des vélos cargos présentent la particularité d’accueillir, la plupart du temps, des bancs et des ceintures de sécurité permettant de transporter jusqu’à 4 enfants en bas âge ou 2 adultes pour les plus courants.

A chacun de choisir la solution qui lui semble la plus appropriée pour transporter ses rejetons.

En ce qui me concerne, pour avoir transporté une remorque quotidiennement en pleine ville sur un mois lorsque je travaillais pour un service de vélo-partage et pour manipuler régulièrement le triporteur que nous possédons, je préfère la remorque sur les trajets de tout type du quotidien et le triporteur de façon plus occasionnelle lorsque je dois transporter de grosses charges en empruntant un itinéraire optimisé.

Source: http://pasdevoiture.wordpress.com/

Struddel

A propos de Struddel

Une vie sans voiture est possible

7 commentaires sur “Le vélo cargo : quand il y a plus que soi à transporter

  1. Pédibusjacques dutheil

    Comme on jargonne dans la profession, ça constitue un maillon intéressant dans la chaîne de mobilité durable.

    Qu’on ne vienne plus nous expliquer le caractère indispensable de l’automobile pour faire les courses du mois: une capacité d’emport de 100 kg devrait permettre de faire face…

    En tout cas ça peut être un bon outil de transition pour passer de le la grande surface au commerce de proximité, en abandonnant le 4 roues motorisés pour le vélo cargo, avant de goûter aux joies du vélo à saccoches…

  2. Vincent

    > A l’usage, je pense que le plus intéressant serait de pouvoir louer ce genre d’engin aussi facilement qu’un utilitaire motorisé afin d’assurer un coût au déplacement très bas.

    A priori, personne à Paris ne loue ce type de vélo.
    http://www.google.frsearch?q=paris+location+remorque

    Peut-être n’y a-t-il pas de demande.

  3. Struddelstruddel

    Sur Nantes nous avons l’ilot familles : http://www.ilot-familles.com

    Malgré tout, j’ai acheté du gros matériel pour mon jardin il y a quelques mois et la grande surface de bricolage chez qui je suis allé permettait de louer tous les types d’utilitaires motorisés que l’on souhaitait.

    Pour les triporteurs en revanche, il y a encore du chemin avant de faire évoluer les mentalités …

    Pourtant, mon triporteur a fait l’affaire.

  4. tichit

    Les dispositifs de type « velib » pourraient proposer ce type de vélo cargo en complement de leur « flotte » de velos classiques…

  5. Alain

    A Tours, le magasin Scoot-Coeur propose la location d’un triporteur Nihola classique pour 29 euros la journée.

  6. Christophe

    Salut,

    pour ma part le plus pratique est le cargo type Yuba. Voici la photo (n127) d’un que j’ai fait moi même (http://www.cargobikegallery.com/search?updated-max=2010-07-01T13:34:00-07:00&max-results=3&start=15&by-date=false).
    Je n’utilise que ce type de vélo en ville, je transporte du compost pour mon jardin (100kg), des outils, des plants, je fais beaucoup de récup, je peux mettre trois ou quatre vélos dessus, des meubles, chaises…
    C’est assez facile à fabriquer avec deux vélos de récup et soudure ou vis. J’en suis à mon quatrième.
    L’avantage sur le baskfiet c’est que c’est plus maniable, plus stable et je pense que l’on charge plus en volume.
    Merci pour ce site,

    Christophe.

  7. StruddelStruddel

    J’ai souvent vu les yuba mundo en photo mais je n’ai jamais vu de gros chargements, avez-vous des photos de gros chargement volumineux pour avoir une idée ?

Les commentaires sont clos.