Préjugés et autres considérations sur les cyclistes

las_tres_ciclistas

Les cyclistes font n’importe quoi sur la route et sont dangereux. Mes diverses discussions avec des non-cyclistes (et non nécessairement des automobilistes) dans différents milieux, qu’elles soient virtuelles ou réelles ont toujours amené le fait que les cyclistes étaient imprudents et dangereux, ce sentiment semblant se généraliser.

S’il est vrai qu’un certain nombre de cyclistes ne respecte en effet pas le code de la route (à tort ou à raison ?) et s’il est bon de rappeler qu’un certain nombre d’automobilistes ne le respecte pas beaucoup plus, il est également important de se pencher sur les préjugés,sur les croyances et sur les considérations générales qu’ont les conducteurs motorisés à l’égard des cyclistes.

– Les cyclistes sont lents

Les cyclistes ne peuvent pas monter à 130 sur l’autoroute et ne peuvent pas accélérer à 90 km/h sur du plat pour dépasser, c’est vrai. Mais certains cyclistes ayant une bonne condition physique et ayant l’habitude de se déplacer à vélo atteignent des vitesses de pointe confortables qui peuvent surprendre certains automobilistes.

Or il n’est pas rare de voir l’automobiliste ou le piéton surpris par la vitesse d’un cycliste lui reprocher d’aller trop vite.

Pour rappel : la limite de vitesse sur la chaussée est la même pour tout le monde. Une limite de vitesse à 50 km/h permet parfaitement au cycliste de pointer à 45 km/h s’il maîtrise son véhicule et si cette vitesse est globalement adaptée aux conditions de circulation, que ce soit pour les automobilistes OU les cyclistes, cette vitesse n’étant pas réservée aux motorisés.

Les vélos ont le droit à la même vitesse que les automobiles, c’est simplement plus difficile à atteindre et à tenir physiquement qu’avec un moteur, ce qui ne regarde que le cycliste.

Cette vitesse doit bien évidement toujours être adaptée aux conditions de circulation, quel que soit son véhicule.

– Les cyclistes doivent prendre toutes les pistes cyclables et n’ont rien à faire sur la route

Les cyclistes ne sont tenus de prendre QUE les pistes cyclables indiquées par un panneau rond à fond bleu sur le lequel figure un vélo blanc, le rond indiquant une obligation.

Toutes les autres pistes sont à sa libre appréciation et il n’est absolument pas obligé de les prendre. Pour rappel, le panneau carré à fond bleu sur lequel figure un vélo blanc indique une piste cyclable conseillée.

Ceci étant posé, la plupart des automobilistes ne comprennent pas pourquoi les cyclistes n’utilisent pas toujours une piste cyclable non-obligatoire alors qu’elle existe et qu’elle permettrait aux automobiles de rouler tranquillement sans se soucier des vélos.

Plusieurs raisons peuvent pourtant l’expliquer : un mauvais état de la piste cyclable par rapport à un bon état de la route, une volonté de tourner à gauche et donc un placement sur la voie la plus à gauche qui n’est bien souvent pas une piste cyclable, une piste alambiquée rendant la circulation compliquée et difficile (nombreux stop aux intersections sur une piste longeant une route prioritaire sans aucun stop, piste qui s’écarte de la route en allongeant le trajet et en impliquant de nombreux virages là où la route file tout droit, piste verglacée ou jonchée de bris de verres, présence de piétons sur la piste, présence d’automobiles stationnées sur la piste cyclable, piste obligeant à de nombreux sauts de trottoir, etc.)

– Les cyclistes doivent rouler collés au trottoir pour permettre aux véhicules motorisés de les doubler

Pour rappel, tout dépassement d’un cycle doit se faire à 1m minimum en agglomération et à 1m50 minimum hors agglomération.

Lors de conditions classiques de circulation permettant un dépassement par la gauche sans véhicule arrivant en face, le cycliste doit effectivement tenir sa droite pour faciliter le dépassement respectant la distance légale des motorisés allant plus vite.

Il faut cependant prendre en compte que cette distance légale n’est pas toujours possible. Lorsqu’un véhicule arrive en face, lorsque le mobilier urbain est trop proche à gauche ou lorsqu’une voie à sens unique est trop étroite, il est bien souvent impossible de dépasser le cycliste en respectant la distance légale, ce qui peut le mettre en danger (il suffit d’un écart de dernière minute pour provoquer un drame).

L’automobiliste est donc tenu de rester derrière le cycliste, de prendre son mal en patience et d’attendre un moment plus favorable pour doubler.

Mais ce qui est vrai dans la théorie est rarement appliqué sur la route, et bien souvent, l’automobiliste profite de la moindre brèche laissée sur la gauche du cycliste pour dépasser, quitte à raser ce dernier sans se poser de question.

Il ne s’agit pas là d’un reproche adressé aux automobilistes : j’ai vu fréquemment des voitures patienter derrière moi le temps que la route s’élargisse alors qu’elles auraient pu tenter un dépassement dangereux et chaque usager de la route connaît son moment de non-respect des règles de sécurité.

Cependant, ceci explique un comportement cycliste : lorsque le dépassement est dangereux en ne permettant pas de respecter la distance légale, le cycliste a tout intérêt à se placer en plein milieu de la chaussée pour éviter tout dépassement le temps que la voie s’élargisse.

Et tant pis pour les impatients qui font hurler leur klaxon dans ces situations. 5 minutes de retard ne valent pas une vie.

Ajoutons à cela le fait que rouler collé au trottoir ou aux voitures stationnées est dangereux (pédale pouvant heurter le bas-côté, risque d’ouverture de portière intempestive, etc.).

– Les cyclistes ont systématiquement un comportement dangereux

Les cyclistes ont avant tout un comportement permettant de se protéger. Étant les usagers les plus vulnérables de la chaussée, la plupart des cyclistes cherchent à se mettre en sécurité par tous les moyens, parfois sans se rendre compte que leur comportement peut les mettre finalement plus en danger ou qu’ils peuvent créer une gêne pour les autres usagers.

Ce comportement est à prendre en compte par tous :

– les cyclistes doivent redoubler de vigilance et apprendre ou prendre conscience du bon placement sur la chaussée, donc celui qui les mettra à la fois à l’aise et qui représentera le moins de danger possible.

Attention, ce n’est pas forcément celui qui semblerait idéal pour l’automobiliste qui n’a pas conscience de tous les dangers potentiels que risque le cycliste.

– les automobilistes doivent prendre conscience qu’en procurant un sentiment de danger au cycliste, il augmentera le risque de provoquer un comportement gênant du cycliste.

Coller un cycliste de près parce qu’on ne parvient pas à le dépasser est une mauvaise et dangereuse idée : cela augmente le risque de déviation de trajectoire due au sentiment de danger et cela risque d’amener un danger du fait des distances trop rapprochées diminuant fortement le temps de réaction.

Ces préjugés et ces considérations sont bien souvent dus au fait que l’on ne se rend pas compte de la réalité de la circulation à vélo lorsque l’on n’est pas habitué à utiliser ce moyen de transport.

http://pasdevoiture.wordpress.com/

Struddel

A propos de Struddel

Une vie sans voiture est possible

46 commentaires sur “Préjugés et autres considérations sur les cyclistes

  1. Pschitt

    Merci pour cet article, qui synthétise pas mal de réflexions que je me fais depuis un moment…

    Par chance, il arrive de tomber sur des automobilistes respectueux (des cyclistes ?) qui n’essaient pas de mettre la pression ni de forcer le passage.

  2. Pédibuspédibus

    Que de chemin reste à faire pour que l’automobiliste ait mauvaise conscience : sûr qu’il se ferait plus petit alors…

    Hélas boulevards et avenues sont larges dans les consciences pour ce mode de déplacement inefficient et même inefficace aux heures de pointe…

    La ville s’est à plusieurs reprises métamorphosée depuis qu’elle existe, -3000 avant J.-C. si on considère la Mésopotamie comme son berceau, en même temps qu’apparaissaient l’écriture, la roue et l’Etat simultanément:
    – les ruelles sinueuses pour les premières cités, jusqu’aux villes helléniques ; le paradis pour le piéton et l’âne porteur, le cauchemar pour les premiers charrois et charrettes…
    -puis les plans en damier pour les cités-Etat et métropoles des empires du Proche-Orient antique, jusqu’à la ville hellénistique : le paradis pour le piéton dans les rues à colonnades, mais aussi déjà pour tout ce qui roulait et cavalait, pour les monstrations de force des armées en parade…
    -puis retour aux ruelles tortueuses après la chute de l’empire romain et les vagues successives d’invasions barbares, la ville se réduisant alors à un confetti derrière son repart : il n’y avait forcément de déplacement qu’à pied…
    – période baroque, avec le retour aux plans en damier, au réseau viaire rayonnant, convergeant vers le palais, situation de répétition des premières cités antiques, mais sans trottoir (existant à Pompéi par exemple…);
    -retour du trottoir au XVe s.? En Angleterre puis en France (pont neuf à Paris)?
    – le XIX voit l’aménagement urbain au sabre (Haussmann), le chemin de fer, l’industrialisation et l’arrivée de la bicyclette former une nouvelle donne;
    – le XX : vous connaissez la suite désastreuse…

  3. Jean-Marc

    Un point, sur ce que tu dis :

    c est sur la droite de la chaussée, qu’il faut rouler, pas sur la droite de la voie.

    Ainsi, sur une 2×2 voies, ou sur autoroute 2×3 voies
    l automobiliste n a pas à rouler en continue sur la voie de gauche ou centrale, car il roule plus vite que ceux à droite;

    mais il DOIT légalement se rabattre sur la voie la plus à droite, après chaque dépassement. (ou file de dépassements, mais il n a jamais à rester au centre/à gauche, s’il n y a plus personne à droite… sauf s’il est à une intersection et tourne à gauche)

    Je soupçonne que les automobilistes qui rappelent à tort de tenir sa droite à un cycliste, sont principalement ceux qui ne la tiennent pas… ceux qui sont dans leur tort :

    ceux qui, constamment sur la gauche, ont été ralenti par un autre automobiliste, qui lui, respecte la loi, et qui s est déporté sur la voie de gauche, uniquement pour doubler le cycliste, si bien que celà les a contrarié, les a obligeant à ralentir…

  4. Laurent

    Il y a une considération « neurologique » à l’attention plus grande du cycliste par rapport à celle de l’automobiliste.
    En effet, chaque seconde, le cerveau enregistre 4000 milliards d’inputs – entrées d’information (température, luminosité, environnement, sons, odeurs etc…) mais hélas, l’être humain n’a conscience que de 200 inputs. Par conséquent, nous n’avons conscience que d’un demi-milliardième de ce qui se passe dans nos têtes. Et nous ne pouvons pas aller au-delà de ces 200 inputs. Si mon attention est portée sur une situation, elle ne le sera pas sur une autre (opportunité).
    De même, l’homme focalise avant toute chose son attention sur sa propre conservation. Ainsi, dans une situation de danger sur sa propre conservation, l’homme mobilisera toutes les entrées d’informations que son cerveau perçoit pour sa sécurité. Inversement, dès lors que l’homme se sent en sécurité, il utilisera les entrées d’informations captées par son cerveau pour autre chose que sa sécurité.
    Ceci étant posé, l’automobiliste se sentant en sécurité dans son véhicule n’utilisera pas la majeure partie des entrées d’informations de son cerveau à sa propre circulation. Ce phénomène sera aggravé par les divers équipements de sécurité de son véhicule (radar de recul, pour détecter piétons ou cyclistes) : le cerveau aura une tendance naturelle reposer son attention sur ces équipements techniques.
    Quant au cycliste, sa condition le met en danger quasiment sur l’ensemble d’un trajet, dès lors qu’il partage la route avec des véhicules qui vont plus vite et dont une collision avec l’un d’entre eux a de grande chance de l’expédier à l’hôpital et même à la morgue. Par conséquent, et dans cette situation, le cycliste urbain aura une attention beaucoup plus grande à la route car se sentant dans une situation à risque dans la circulation.
    L’automobiliste, contrairement au cycliste, pourra consacrer plus d’attention à ce qui se passe en dehors du flot de la circulation (publicité 4*3, jolie fille sur le trottoir, autoradio, cigarette, les enfants qui sont derrière, téléphone).
    Effectivement, le cycliste urbain peut paraître dangereux pour un automobiliste. Mais le cycliste urbain évolue dans un environnement hostile et, comme tout être humain, son instinct de survie prend le pend le dessus sur toute autre considération (code de la route automobile notamment).

  5. Seb

    On pourra préciser que la vitesse moyenne en ville est guère différente en voiture et à vélo, voire même supérieure à vélo en incluant stationnement. Donc la lenteur est relative si on prend la globalité du trajet. De même un dépassement dangereux se terminera certainement par un arrêt à un feu 100m plus loin … où le cycliste redépassera !!!

    Autre préjugé pour les cyclotouriste hors agglo : rouler à 2 de front serait interdit !. Et bien non le code est clair à ce sujet, c’est autorisé, sauf la nuit et quand l’automobiliste manifeste son intention de dépasser. Par conséquent, amis automobilistes, un petit coup de klaxon en avance (et pas en dépassant c’est trop tard) et une espace latéral de 1.5m (obligeant souvent à chevaucher la voie de gauche même en file indienne) et le tour est joué, pas besoin de faire sa propre loi par une insulte ou en serrant les cyclistes !

    On rappellera aussi que chevaucher une ligne blanche est interdit mais selon moi cela est envisageable en voiture pour doubler un cycliste (d’ailleurs le code devrait évoluer) et c’est dans l’esprit des cyclistes qui grillent les feux 😉

  6. khero

    –> seb

    mais depuis qques mois le code de la route est devenu ambigu. Une nouvelle signalisation autorise le cycliste à griller un feu en fonction d’une trajectoire et d’un franchissement du feux tricolore sur.

    ducoup il est devenu d’usage pour un deux roue de griller le feu rouge (ca se répand chez les scooters maintenant).

    Pour me faire l’avocat du diable il faut quand même voir les choses en face, il y a aussi des cyclistes qui abusent, sisi yen a. Du genre a débarquer a fond sur un rond point en vociférant une pseudo priorité du fait de son véhicule, et insultant les automobilistes qui de bon droit arrivaient de la gauche … etc et c… mais bon le route c’est dangereux, ça rend nerveux, irrespectueux on le sait et plutôt agressif … .
    L’avantage du cycliste réside, à mon sens, principalement sur son état d’esprit qui prend le pas sur l’agressivité impulsive que tout en chacun à déjà côtoyée.
    Restez zen est plus facile sur un deux roues à propulsion humaine, c’est ainsi.

    Vive le vélo ! et libérez les cyclistes enfermés dans les voitures. 😉

  7. Struddelstruddel

    Evidemment qu’il existe des cyclistes qui font n’importe quoi, le fait de rouler sur un vélo ne rend pas intelligent.

    Il existe également des automobilistes qui respectent parfaitement le code de la route, qui ne se garent jamais sur les pistes et jamais sur les trottoirs, heureusement.

    Mais globalement, la plupart des automobilistes, même les plus honnêtes du monde, ont persuadés que chaque action inattendue d’un vélo est dangereuse et que le cycliste fait n’importe quoi, or ce qui rend cette action inattendue, c’est la méconnaissance des réalités de la circulation à vélo d’une part, et du code de la route lié aux cyclistes d’autre part.

  8. le vélo petit canard

    Faut quand même regarder les choses en face :
    – le code de la déroute (c’est bien ainsi qu’il faut l’appeler vu le nombre élevé de cadavres et blessé-e-s jalonnant les années, les rues et les routes…) a été élaboré pendant un siècle par des imbéciles automodébiles à l’esprit étriqué sur leur moyen de transport polluant ( combien de cadavres et blessé-e-s en plus ?) et dangereux ;
    – les « pouvoirs publics » se sont montrés assez incapables pendant un siècle de prévenir les accidents, de permettre un réel partage de la rue, de faire des aménagements corrects (toujours pas de concertation avec les associations au plan local…) ; tant que cette reconnaissance de fautes inexcusables ne sera pas fait par l’état (remboursement des amendes et de tous les frais engendrés par l’hérésie routière automodébile), il ne pourra y avoir de faute imputée aux cyclistes, obligés de « résister » à l’envahisseur pendant des décennies en s’affranchissant des règles stupides et barbares du code de la déroute ! (non mais hein des fois !)
    – la dernière lubbie des collabos de la FUB est de prétendre que les passages aux feux pourraient être améliorés par des panneaux, alors qu’on le fait naturellement à plus de 95%…
    – ces mêmes collabobos nous font la promo des vélos-moteurs (les VAE, Vélos Anti-Ecologiques ou maldroitement nommés à assistance électrique, alors qu’ils sont au moins aussi polluant que n’importe quel 2roue motorisés autrement…), preuve s’il en ai que ce sont des traîtres à la cause cycliste comme à l’écologie !
    – vouloir nous mettre dans des ghettos soi-disant « cyclables », dont aucune étude jusqu’à présent n’a pu démontrer qu’ils étaient moins dangereux que la chaussée (bien au contraire…), est une preuve supplémentaire de la traîtrise de cette soi-disante « fédération » de cyclistes qui réussit avec difficulté à être devenu en l’espace de quelques années la seconde fédération ,loin derrière celle des ateliers-vélo…
    – je ne vous parle même pas du soi-disant « écarteur de danger » qui n’écarte rien du tout…

    J’invite donc les cyclistes à toujours rouler sur la chaussée, à prendre leur place au milieu de leur voie, à adhérer aux ateliers-vélos, à rendre leur carte de la FUB et de toutes les assos qui y collaboborent, à s’afrranchir de l’idéologie sectaire de la mise en ghetto des cyclistes. L’histoire nous donne raison, que ce soit en matière d’économie, d’écologie, de convivialité, de bon sens, etc. et cet état n’est pas une démocratie mais bien une dictature qui essaie de masquer ses turpitudes en prétendant nous imposer des règles que nous n’avons jamais discuter ni approuver.

    Mort à la collaboboration et vive la Vélorution !
    Na !

  9. Jean-Marc

    « 1- Il existe également des automobilistes qui respectent PARFAITEMENT le code de la route,
    2- qui ne se garent jamais sur les pistes et jamais sur les trottoirs, heureusement. »

    1- j espère que c est une blague, car elle est vraiment très drôle.

    Quelques exemples, en vrac :

    1.1- la LOI dit qu’il faut une distance de sécu entre véhicules (en cas de bon état du véhicule, du chaufffeur, de la chaussée, de la visibilité, de la météo, de la congestion) de 2 secondes minimum, et, si UN SEUL de ces éléments n est pas optimum. de 3 secondes ou plus, à adapter en fonction des circonstances.

    prends un chrono par temps de pluie ou brouillard, ou en cas de chaussée abîmée, ou au heures de pointes (congestion) donc un moment où il faut, légalement 3 secondes OU PLUS, entre chaque véhicule…

    99,99% des véhicules ne respectent pas cette distance MINIMALE de sécurité de 3 secondes (et s approchent d ailleurs plus des 1 que des 2 secondes, parfois en étant sous les 1 secondes)

    1.2 arrivée à un carrefour :
    la LOI dit, qu’à l arrivée de TOUS carrefours, toutes intersections, un véhicule DOIT réduire sa vitesse.

    Que font 99% des automobilistes, quand ils arrivent à un feu vert ?(ou orange… ou rouge depuis peu)
    ils gardent leur vitesse, voire, souvent même, pour ne pas rater le feu, accélérent, mettant leur vie et celles des autres en danger.

    1.3 arrêt à un carrefour
    l arrêt à un carrefour, pour une voiture/camion (contrairement au vélo, qui a droit au sas vélo) se fait au niveau de la ligne blanche du feu,
    et non pas au pied du feu.
    +/- 50% des automobilistes s arrêtent après la ligne blanche, ce qui, légalement, signifie qu’ils ont grillés le feu.

    1.4- traversée d’un carrefour
    afin de ne pas bloquer la chaussée, si un camion de pompier, une ambulance ou la police arrive (et de ne pas bloquer l autre chaussée, quand le feu aura changé),

    il est INTERDIT de s engager dans une intersection qu’on ne peut pas dégager = il est interdit d avancer dans un carrefour, tant que le véhicule qui nous précéde ne l a pas libéré, ce que 99,99% des automobilistes ne font pas

    1.5 respect de la priorité
    que DOIT faire un automobiliste, quand un piéton s approche d’un passage piéton sans feu, et indique, par son comportement, qu’il souhaite traverser, OU qu’un piéton se trouve à plus de 50m d’un passage piéton, et que, par son comportement, indique qu’il souhaite traverser ?

    il DOIT s arrêter, et le laisser passer,
    ce que ne font pas 99% des automobilistes.

    Les piétons sont tellement surpris, quand je m arrête
    (bon.. illégalement, dans 10-15% des cas, quand je vois qu’il ne veut manifestement pas s engager, car 3 voitures me collent au cul, il m arrive de ne pas m arrêter…)
    qu’il faut souvent que je lui signale, en l interpellant, que la voie est libre et qu’il bloque /que je bloque la circulation pour qu’il se décide enfin à traverser, au lieu d attendre 5 minutes de plus, que la voie soit libre de voitures sur 200m

    1.6 respect de la priorité bis : tourné-à-droite
    De gauche à droite :
    Un automobiliste, un cycliste et un piéton sont dans 3 files cote à cote, chacun à un feu rouge,
    l auto veut tourner à droite, le cycliste aller tout droit, et le piéton aller tout droit.

    les 3 feux passent au vert en même temps (une aberration…. mais passons…c est ce qui se passe le plus souvent, en france…)

    alors qu’il tourne, qu’il manoeuvre, qu’il change de voie et croise d autres voies (la bande cyclable d abord) donc qu’il n est pas prioritaire, que font 90% des automobilistes ?

    ils ne respectent pas la priorité des autres usagers, et forcent illégalement le passage (en klaxonnant les piétons, parfois)

    ces automobiliste, forçant illégalement le passage lorsqu’ils tournent à droite, est d ailleurs la principalement cause de MORTS des cyclistes, en ville…

    mais, s’il faut s occuper de la vie des gens maintenant, où va-t-on, ma bonne dame…

    1-7 respect de la vie
    Bien que NON prioritaire,
    quand un piéton traverse au feu rouge, ou traverse à moins de 50m d’un passage piéton, et qu’il est donc en FAUTE, sanctionnable par un agent de police, s’il passe par là,
    que DOIT faire un automobiliste ?

    froller l impudent qui ne respecte pas la loi, pour lui apprendre, en lui roulant sur les jambes, qu’on ne bafoue pas impunément la loi ?
    OU, le laisser passer, car être dans son bon droit, n autorise pas à écraser, à oter la vie des autres, même s’ils sont dans leur tort ?
    90% des automobilistes sont d’un rigourisme meurtrier…

    mais bon.. pour une fois qu’ils semblent connaitre le code de la route.. faut-il leur en vouloir…

    [je pourrai parler de la vitesse max. légale,
    dans l hypothèse (fausse) de son respect en cas de bonnes conditins,
    mais dont la diminution de 10km/h ou plus, en cas de mauvaise condition (visibilité mauvaise, chaussée abîmée, congestion),…, est majoritairement NON appliquée

    (d’où les carambolages en chaine, sur autoroutes/nationales, dès qu’il y a un peu de brouillard…)

    ou du dépassement latéral des cyclistes et autres usagers lents (piétons, véhicules agricoles et de chantier, traction animale) à 1.5m minimum (1m mini en agglo);

    ou de la non-utilisation du clignottant, à chaque changement de voie ou de direction

    ou du mauvais usage de l éclairage (usage illégal qui se généralise, avec lumière allumée en plein jours, sans conditions météo le nécessitant)

    ou des automobilistes qui accélèrent quand on les double à vélo (par ex, alors qu’elles sont à 0km/h, à un feu), alors que la loi dit bien, qu’une personne en train de se faire doubler DOIT au minimum garder la même vitesse, et PEUT même, si elle considère que c est nécessaire (camion arrivant en face) ralentir, et donc doit attendre que le cycliste ait fini de les doubler, et se soit rabattu à droite, avant d avoir le droit d’accélérer.

    mais bon, on est deja à 99,999 999% des automobilistes fréquement en infraction… et à 100% qui le sont au moins une fois par semaine (par jour?), car ils ont fait, au minimum, UNE seule fois, UNE des infraction ci-dessus,
    donc inutile d’en rajouter…]


    2- qui ne se garent jamais sur les pistes et jamais sur les trottoirs, heureusement

    Ah.. je comprend mieux..
    « respecter parfaitement le code de la route » signifie « ne jamais se garer sur les pistes et trottoirs »…

    Je crois que le code de la route ne se limite pas uniquement à :

    – ne pas occuper une place de parking handicapé,
    – ne pas se garer sur une autre voie de circulation, que ce soit une piste cyclable (voie de circulation exclusivement réversée aux déplacements des cyclistes) ou un passage à niveau (voie de circulation de trains).

    Bien sûr, les automobilistes qui respectent en permanence ces 2 lois, sont deja tellement rares, qu’il convient de leur remettre la légion d honneur…

    Qu’importe toutes les autres lois : elles sont la pour faire joli.

    D ailleurs, de la même façon, je crois qu’on peut légalement assassiner quelqu’un si on ne le vole pas, et vice-versa.

    (après « y a pas mort d homme ! »,
    voici « mais madame le juge, regardez : il a toujours son portefeuille ! ! ! »
    la nouvelle défense sponsorisée par l’avocat Struddel ;))

  10. Jean-Marc

    précisions :

    1.3- arrivée à un carrefour :
    « ils gardent leur vitesse, voire, souvent même, pour ne pas rater le feu, accélérent, mettant leur vie et celles des autres en danger. »

    explication :
    – vous accélérez, en collant au cul de celui qui vous précède, qui accélère aussi… puis qui pile, car il se rend compte qu’il ne pourra pas passer au vert/orange => vous lui rentrez dedans, lui faisant le coup du lapin, à lui et tous ses passagers => vous pouvez le tuer ou le rendre tétraplégique, de même que ses éventuels passagers.

    – vous accélérez, celui derrière vous accélère à votre suite (et sans respecter les distances de sécu, comme il se doit…),
    vous vous rendez compte que vous ne pourrez pas passer, ou qu’il y a une voiture de flics => vous pilez, votre suiveur dans l illégalité n a pas le temps de réagir, et vous fait le coups du lapin.
    Vous et vos passagers pouvez mourir ou devenir tétraplégiques.

    2-

    développement avant le vol/meurtre, pour mieux comprendre le lien logique :

    selon la nouvelle loi soutenue par la Prévention Routière, et défendue par Struddel,
    afin de récompenser les comportements particulièrement exemplaires de certains automobilistes, qui ont fait l EFFORT extraordinaire de respecter une ou 2 lois,
    il a été décidé de les récompenser par une autorisation spéciale de transgression d’une autre loi :

    – chaque automobiliste qui ne se gare pas sur une place handicapé a le DROIT de rouler en téléphonant
    – chaque automobiliste qui ne se gare pas sur une piste cyclable a le DROIT de rouler bourrer

    Nous espéront ainsi donner un signal très fort en faveur du respect des lois, et favoriser ainsi les comportements responsables.

    Signé
    La Prévention Routière et Struddel

    2020- La loi Struddel « de soutien aux bons comportements par dérogation à l applications d’autres lois » est étendue à tous les crimes et délits.

    il est ainsi devenu interdit de reprocher une faute, crime ou délis à toutes personnes qui fait l effort de respecter au moins une loi.


    Désolé Struddel, mais tu as vraiment écrit une énormité…

    le pb.. c est si tu ne t en rends même pas compte, si tu ne vois pas/plus toutes les fautes graves et dangereuses que font les autres…

    pour ma part, je les vois, et, par expérience, je m attend à ce qu’ils les fassent :

    ainsi, je m attend à ce qu’un automobiliste ouvre sa portière sans regarder, si bien que je roule à plus d’1m des voitures garées, et que je ne roule jamais dans les bandes cyclables installées dans « la zone portière » (voie collée aux places de parkings);
    de même, je m attend à ce qu’un automobiliste ne s arrête pas de lui-même à un passage piéton, si bien que, pour ne pas me faire rentrer dedans, je ralentit progressivement à l approche d’un passage où attend un piéton prioritaire, et me déporte progressivement sur la gauche de ma voie, avant le passage, en mettant ma jambe gauche tendue bien à gauche, pour marquer mon intention de m arrêter en posant le pied à terre, et en m arrêtant en finissant en diagonale par rapport à la voie de circulation : plus visible, et manifestement pas en position pour continuer à rouler

    En agissant ainsi, je ne me suis jamais pris de coups de klaxon, contrairement à « avant », quand je m arrêtais sans piler, mais sans prévenir outrancièrement à l avance, pensant naïvement qu’un piéton prioritaire et un cycliste à l arrêt suffiraient à faire comprendre à l automodébile irrespectueux des lois qu’il DOIT s’arrêter…

    Car oui, non seulement je croise des automobilistes qui passent leurs temps à ne pas respecter les lois, mais en plus, pour certains, ils klaxonnent et se plaignent qu’on ne les laisse pas faire n’importe quoi, ils se plaignent qu’on les gène dans leur non-respect des lois…

    Ainsi, dernier exemple en date, il y a 2 jours, jeudi :

    un automobilsite qui voulait doubler, au carrefour, en utilisant la voie pour tourner à gauche, m a ainsi klaxonné, car, dans ce carrefour très pentu, quand le feu est passé au vert, alors que je tournais à gauche, j’étais trop long à démarrer/dégager la voie pour tourner à gauche, afin de lui laisser la place, pour qu’il puisse doubler au démarrage les voitures des 2 voies pour aller tout droit, et se rabattre devant ces voitures qui démarrent « trop lentement », en utilisant cette « 3eme voie » magique…

    il m a klaxonné avant, et -une fois sa vitre baissée- insulté après.
    la routine, quoi…

    MAIS il ne m a pas écrasé, et je pense qu’il a utilisé son clignottant avant de se rabattre :
    il mérite donc de recevoir un insigne pour conduite exemplaire…

  11. Jean-Marc

    En fait, en parlant à ma façon d agir, à l approche d’un passage sans feu, où attend un piéton prioritaire,
    je ne comprenais pas :

    c est la jambe droite que je tend….
    mais je ne voyais pas comment c est possible, comme je le fais en automatisme.

    en fait, je me déporte sur la gauche, avec la jambe droite tendue pointant vers le sol, si bien que je fini par un arc de cercle/virage +/- à l arrêt à droite, une fois mon pied posé à terre.

    (avec la jambe gauche, en tournant de la même façon, je finirai presque en faisant face à mes suiveurs)

  12. le vélo petit canard

    http://www.ouest-france.fr/herault-renversees-par-un-chauffard-deux-jeunes-filles-decedent-2748483

    Voilà pourquoi je refuse de me laisser dicter ma conduite par des irresponsables. De tout temps on a dit que les cyclistes étaient dangereux, sans en apporter la moindre preuve et a contrario de la vérité, celle que si nous commettons une faute nous mettons notre propre vie en danger mais si rarement celle des autres. Mais combien d’exemples démontrent qu’une erreur au volant implique un peu la vie du conducteur mais surtout celles de ceux qui sont à l’extérieur. Les flics parlent de 60% de délits de fuite dans les « accidents », rien que pour ça, la vitesse des bagnoles doit être rabaissée en ville et sur route, s’ils veulent aller vite qu’ils se paient un circuit, la ville n’est pas un circuit, c’est l’endroit où l’on vit ! Et il y a encore quelques semaines, sur une toute petite route à côté d’ici, un gosse a été shooté par une caisse et en est mort, la route était si petite que 2 bagnoles ne peuvent se croiser, vitesse autorisée à 90 km/h… Quant je dis IRRESPONSABLES… Que ce soit au volant ou à l’assemblée, dans les conseils municipaux, etc. Je me moque des considérations de quelques apprentis de la bicyclette, qui prennent leurs désirs de soumission pour une généralité que tous les cyclistes devraient adopter. Lutter ne signifie se laisser écraser, résister ne consiste pas à attendre des décennies que des lois stupides changent, non ! Il faut se battre, s’opposer, refuser d’obéir. Pour avoir fait respecter la loi à un sinistre de l’intérieur qui grillait les feux, sens interdits et limitations de vitesses en ville, j’ai pris 6 mois fermes, mais j’ai rien lacher, et si ça reproduit je ferai exactement la même chose. C’est ce qu’ont fait la très large majorité des cyclistes en se foutant des lois stupides (feux, sens interdits, etc.) et ce n’est pas une organisation qui ne représente qu’elle-même (la FUB) et surtout les apprentis-politicards qui la compose qui me feront changer d’avis. Ne rien lâcher, comme à Notre Dame Des Landes, parce que c’est notre détermination qui fait changer les choses, pas les considérations politiquement correctes qui visent à culpabiliser les cyclistes.

  13. Vincent

    khero >mais depuis qques mois le code de la route est devenu ambigu. Une nouvelle signalisation autorise le cycliste à griller un feu en fonction d’une trajectoire et d’un franchissement du feux tricolore sur.

    « griller » est mal choisi : « passer » serait plus neutre, et conforme à l’idée, puisque les cyclistes ont le droit de le faire à condition qu’il n’y ait 1) ni piéton sur le passage 2) ni véhicules arrivant de l’autre côté.

    Incidemment, je serais pour généraliser cette règle à _tous_ les feux, vu l’effort que ça demande de relancer un vélo à partir d’un arrêt.

    Enfin, si l’objectif était de vraiment développer en France l’usage du vélo comme _mode de transport_, et non pas juste pour faire mumuse le dimanche…

    > Pour me faire l’avocat du diable il faut quand même voir les choses en face, il y a aussi des cyclistes qui abusent, sisi yen a

    Je suis d’accord. Ceci dit, chaque année en France, combien de gens tués par des cyclistes, et combien par des conducteurs de véhicules motorisés?

    Bref, tout ça est représentatif de la situation dans les pays qui, bien que n’ayant pas de pétrole, continuent à favoriser la voiture au détriment du vélo et des transports en commun. C’est dommage.

  14. khero

    Aaaah c’est mettre de l’eau au moulin ….

    Oui on peut pinailler sur les mots. Moi passer une feu au rouge j’appelle ça griller un feu, après on peut avoir le droit de le faire … ou pas.

    « …/… vu l’effort que ça demande de relancer un vélo à partir d’un arrêt. …/… »
    Et la vous citez un prétexte qui justifie: de passer au rouge, de franchir un stop, de se faufiler entre les piétons qui traversent, de monter sur les trottoirs en fonction des embouteillages, plus généralement d’opter toutes options face à toutes causes obligeant le cycliste à mettre le pied au sol.
    Ce n’est pas mon choix. Un cycliste, tout fragile qu’il soit est tenu par le code de la route au même titre que tout autre véhicule circulant sur la chaussée; et ce n’est pas parce-que les automobiliste bafouent le code de la route qu’il faille en faire autant.
    Pour être respecté il faut rester respectable … je vous laisse méditer la dessus.
    Ensuite on sait que l’objectif des pouvoirs publique reste focalisé par les profits et ce n’est pas l’usage du vélo qui pèse lourd dans cette balance. Autrement dit le système à tout intérêt à plonger le peuple en servitude financière (crédit auto par exemple), servitude de santé (besoin de médecin, médicaments …), servitude de déplacement (consommation de pétrole, puis d’électricité, au pire transport en commun …), pour ne citer que quelques exemple contraire à l’usage du vélo (liberté de mouvement, maintient de la santé, indépendance financière ou gratuité sur de nombreux postes de consommation).
    Bref un monde sans voiture c’est pas pour demain hélas, mais un monde avec plus de cyclistes si c’est possible.

    En ce qui concerne votre exemple sur les accidents de la route « mortel », ne confondez pas capacité des véhicule à tuer avec probabilité d’avoir un accident … c’est comme partir à la chasse, vous avec un fusil, moi avec un couteau; qui va rentré bredouille ?
    Oui la voiture au vu de son poids et dimensions et inertie devient une arme mortelle pour les autres pas pour le conducteur qui lui bénéficie des dernière avancées technologique en matière de sécurité et protection. Dans le monde du vélo on reste les plus petit, les plus vulnérable et les moins protégé sur la route. A chacun d’en avoir conscience et de rouler avec respect, c’est un véhiculant une bonne image du cycliste que l’on finira par imposer une forme de respect. La violence ne resoud rien.

    Pour conclure ne crachez pas non plus sur les fédérations et associations voisines. La FUB, MDB et autres mouvements collectifs ne font que ce qu’ils peuvent. Mais ils font à leur manière, la promotion du vélo en ville. Restons complémentaire pour plus d’efficacité.

  15. khero

    –> Struddel,

    Une piste qui vaut ce qu’elle vaut pour amorcer un début de réflexion/solution aux situations qui vous évoquez dans votre article.
    Inclure un module obligatoire en auto-école concernant le cyclisme sur la route dans sa dimension la plus large. Une véritable brique pédagogique au même titre que la signalisation routière, au sol, règles de priorité, etc etc …. Ainsi serait inclus cette sensibilisation aux « réalités des cyclistes sur la route », pour les futurs conducteurs avec peut être pour conséquence une meilleure compréhension collective, de fait un changement de perception, puis de comportement.
    Bon c’est juste une idée hein 😉
    bonne route à tous

  16. bat

    Les cyclistes font n’importe quoi, les juifs sont radins, les noirs sont polygames, les arabes sont des terroristes (et c’est sans dire si en plus ils sont musulmans!), les profs sont fainéants (tant de vacances!), les caissières incultes, les flics fachos, etc.

    Toute généralité est un amalgame, et donc de la connerie.

    L’autre jour, un gros cravaté en BMW m’a refusé la priorité. Quand je lui ai fait remarquer que j’avais le feu vert et pas lui, il m’a répondu : « de toute façon les cyclistes vous grillez toujours les feux rouges ». Il était dans la situation 1.4 décrite par Jean-Marc, engagé dans un carrefour alors qu’il n’y avait pas la place, le feu passant au rouge derrière lui pendant qu’il stationnait sur le passage piéton (comme 99% ou plus des automobilistes en ville). Et comme je n’ai pas eu besoin de m’arrêter, arrivant lorsque le feu est passé au vert (les voitures m’ayant doublé auparavant ayant dû s’arrêter comme d’habitude au feu 50m plus loin), ma position en tête de file prouvait, comme je suis à vélo( et que donc, j’ai tort), que mon feu était rouge.

    Bref, les gens qui usent d’amalgames et de généralités sont souvent des caricatures eux-mêmes. Les gros en costard en BMW, j’ai-de-l’argent-donc-je-vaux-mieux-que-toi-et je-fais-ce-que-je-veux, on pourrait en faire des clichés, des amalgames et des généralités!

    Plus une voiture en circulation près de moi vaut cher, plus je me méfie du comportement du conducteur*. Ca loupe rarement : le danger vient de ceux qui se considèrent l’élite de la route (sic : la rue), considérant d’avance tous les autres comme ceux qui ont tort.
    Le profil est souvent blanc, plutôt âgé, mâle, souvent associable à raciste, « jeuniste » et misogyne. Bien qu’il existe aussi la version jeune lascar de toutes les couleurs, histoire d’assurer la relève. Ceux qui n’hésitent pas à allier le geste à l’insulte en fonçant volontairement sur les cyclistes qui osent exister devant eux.

    *Note : ceci a d’ailleurs été étudié scientifiquement, sur la route et avec des jeux truqués. Les plus riches écrasent et exploitent les autre. Mais ces études montrent aussi que la plupart du temps, c’est fait de manière sincère (le riche croit qu’il a gagné par ses propres moyens quand le jeu est pipé, le riche croit que le piéton n’a pas la priorité, etc.). C’est un défaut culturel, une forme de maladie sociale. Malheureusement, nos dirigeants en souffrent et la ville de demain a du souci à se faire!

  17. Jean-Marc

    Khero :Moi passer une feu au rouge j’appelle ça griller un feu, après on peut avoir le droit de le faire … ou pas.

    De même qu’utiliser un double-sens cycliste (à vélo) n est pas, par définition, emprunter un sens interdit,

    de même, utiliser un tourné-à-droite ou un tourné-à-plat cycliste n est pas, par définition, griller un feu.

    Le feu rouge ne s adresse pas à toi, donc tu ne le respecte ni ne le grille…

    C est aussi faux que de dire qu’une personne (en voiture/camion/2RM/vélo) qui a un orange clignottant pour tourner à droite, grillerai le feu rouge pour aller tout droit ou tourner à gauche.


    « Autrement dit le système à tout intérêt à plonger le peuple en servitude financière »

    C est une façon de le tenir tranquille, de le priver d’une partie de sa liberté d action
    (comme claquer la porte de son boulot, par ex, en cas de pb avec ses chefs)

    Ce n est pas pour rien, si les gouvernements, particulièrement ceux de droite (c.f. les déclarations de Sarko, sur une france de propios), veulent qu’on achète des voitures et des maisons :

    avec un gros crédit dans les jambes, on est coinçé pour des années, et on ferme sa gueule au boulot, même si les conditions se dégradent, car il faut tenir encore 20 ans.

    (après, que celà nous mette en sur-endettement, et nous coinçe encore plus.. c est juste du bonus… avec cependant un risque : celui d’aller trop loin, de toucher trop durement trop de monde, en rendant le système instable, comme avec les subprimes en 2008, qui permettaient aux pauvres de s endetter encore plus longtemps, sans bouquet, pour devenir propriétaires)

  18. Laurent

    @Khero
    « Pour être respecté il faut rester respectable … je vous laisse méditer la dessus. »

    J’ai suffisamment médité sur ce genre d’ineptie s’agissant des règles de circulation : une pure perte de temps.
    Pas plus tard que cet après midi, je vois une voiture de lumpen-policiers garée sur une bande cyclable, sans gyrophare ni feux de détresse. Je m’approche de la lumpen-policière pour lui demander la raison de cette fantaisie : -« nous sommes en intervention » me répondit-elle du haut de sa bêtise la plus basse. Evidemment, cela se justifie de mettre une catégorie d’usager en danger pour en sauver une autre.
    Là où ça devient débile, c’est lorsque c’est lumpen-policiers infligent des amendent aux cyclistes car ceux-ci contreviennent aux lois sacrées du code de la route automobile.
    Vous pouvez respecter le code de la route, les autorités débiles ainsi que les automobilistes nous prendront toujours pour des sous-usagers.
    Ca suffit de se faire prendre pour des cons ! Mais s’il y en a que cette situation satisfait, bien leur fasse mais ça sera sans moi : tant de bêtise me débecte !

  19. Struddelstruddel

    Jean-Marc, je connais personnellement des automobilistes qui respectent le code de la route au maximum, autant que ce que je peux constater en les observant conduire.

    Il semble bien évidemment très compliqué de respecter la totalité du code de la route car cela implique une mémoire, une concentration et une capacité à appliquer des directives de façon parfaite, ce qui est humainement compliqué.

    Ce que je voulais dire était :je connais dont la volonté et les actions sur la route sont dirigées vers un respect au maximum des capacités du code de la route », j’espère que tu m’excuseras cet oublie de précision et je ne manquerai pas de relever la prochaine très légère approximation que j’observerai la prochaine fois, promis.

    « 2- qui ne se garent jamais sur les pistes et jamais sur les trottoirs, heureusement

    De JEAN-MARC :

    « Ah.. je comprend mieux..
    « respecter parfaitement le code de la route » signifie « ne jamais se garer sur les pistes et trottoirs »… »

    Je ne vais évidemment pas répondre, cette provoc gratuite et cette libre interprétation que tu sais erronée de mes propos me surprend un peu de ta part mais soit, tous les gens qui ont voulu comprendre auront compris.

    Je suis le premier à pinailler sur les termes quand ils ont de l’importance dans le schéma d’un problème, or là, ils n’en ont pas : certaines personnes tentent au maximum de respecter le code de la route et de se rapprocher du parfait conducteur, cela n’implique en aucun cas une critique positive ou négative du code de la route cela n’implique pas non plus de jugement sur le fait de conduire une automobile et de ses conséquences, cela pose juste un fait : certains conducteurs souhaitent respecter le code de la route à 100 % et le respectent au plus près possible de leurs capacités.

    Or ces personnes là, bien souvent, ne comprennent pas les agissements des cyclistes, et le but de cet article était précisément de leur remettre les points sur les i.

  20. Le Vélo Petit Canard

    Les prétendues « associations » qui pendant des décennies ont essayé de faire que les « aménagements » étaient la solution, notamment par la résorption des « discontinuités », n’ont jamais prouvé une seule fois que les bandes le long des files de portières étaient moins dangereuses que la chaussée. Juste comme exemple caractéristique… Qu’ont elles fait d’autre ? Par exemple, attaquer une mairie au civil ou au pénal ? Je prends la situation que j’ai découvert à la fin des années 90 quand je me suis remis à faire du vélo en ville : un nombre de cycliste si bas qu’il en était inférieur à la marge d’erreur, des cyclistes qui se faisaient régulièrement voler leurs vélos, incapables de réparer eux-mêmes le B-A BA de la bicyclette (crevaisons, réglages des freins et vitesses), j’en passe et des meilleures, notamment sur la gueule des « aménagements » dits « cyclables »… Avant de défendre des cyclistes, encore faut il qu’il y en ai, et vu le nombre cumulé des adhérent-e-s des asso de la FUB encore aujourd’hui on voit bien pourquoi les cyclistes adoptent massivement les ateliers-vélo. La FUB, qui a sa « grande campagne » annuelle avec « cyclistes brillez », autrement dit « t’as pas de lumière le plouc, si tu te prends un manche d’un cogne tu l’auras bien cherché et on ira même te dénoncer ! »… Ou le soutien à cette saloperie qu’est le VAE. Ou le soutien à cette escroquerie généralisée qu’est le Vélib et Jules César Decaux, et là si tu regardes les chiffres tu t’aperçois que pour quelques % de part des cyclistes ils collectionnent les incivilités (rouler sur les trottoirs, raser les piedcons, rouler en zigzagant en moulinant comme un imbécile, etc.) et les accidents dans des proportions 10 fois supérieures… Ou ça me fait penser à la dernière grosse esbrouffe gouverneMENTale, le fumeux plan « vélo » dans lequel le réseau de L’Heureux Cyclage n’avait même pas été convié (il y a pourtant un « partenariat » signé avec la FUB…). A Toulouse, ils m’ont fait marrer avec la mairie socialo-bobo-dodo en « bataillant » pour faire une « autoroute » à vélo sur un trottoir touristique en plein bord de Garonne, pile poil au moment où ils ont changé de nom, passant de « asso vélo » à « 2 pieds 2roues » auquel il faut compléter par « un cerveau un déambulateur »… Résultat sur les « aménagements » : pas de concertation avec les asso d’usagers, des « aménagements » sur trottoirs voire hyper-dangereux, le maquillage et la dissimulation des chiffres réels de l’accidentologie (une quarantaine de blessé-e-s graves par an sur les bandes le long des files de portières…). J’en ai des dizaines d’exemples à Toulouse comme ça au fil des ans, je n’ose même pas imaginer combien de milliers d’exemples similaires c’est pour l’ensemble du pays. C’est bien pour ça que la quasi-totalité des « aménagements » ne sont pas obligatoires, non pas grâce à la FUB mais aux fédérations sportives qui ont simplement montré que les types sur leurs fiers destriers à 3000 boules en carbone n’allaient certainement pas frôler les piedscons au vu des risques imaginables pour eux, mais très loin de l’esprit alzheimer de la FUB. Quant à la dangerosité des bagnoles : 15 à 17.000 morts/an dans les accidents durant les 70’s, quelques dizaines de milliers de morts chaque année avec les pollutions qu’ils engendrent ; j’aimerais savoir combien les cyclistes ont tué de gens depuis l’invention de la bicyclette, toutes causes confondues.
    Faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles, les faits sont si nombreux qu’il n’y a réellement aucune excuse.

  21. khero

    « Le feu rouge ne s adresse pas à toi, donc tu ne le respecte ni ne le grille…  »

    sisi le feu tricolore s’adresse à TOUS les véhicules, cyclistes compris. C’est un tort de croire que parce que je suis à vélo, je jouis de privilèges et passe-droits.
    Le code de la route n’est pas exclusivement orienté pour les automobilistes ….
    mais je laisse la, la partie de ping pong. A chacun d’assumer son comportement sur la route.

  22. le vélo petit canard

    Ah bon, rappelle moi alors à cause de qui le feu a été inventé ? Au temps de la bicyclette-reine dans les pays asiatiques il n’y avait quasiment pas de feu, même dans les plus grands carrefours… Regarde aujourd’hui.

    Autre exemple : la fonction du ghetto est de mettre à part une communauté (déf. wikipédia : Par extension, le terme s’est appliqué à partir du début du XXe siècle à tout quartier dans lequel se concentre une minorité ethnique, culturelle, ou religieuse, en général défavorisée. Le terme a alors une connotation péjorative de difficulté de vivre et de ségrégation sociale dans un environnement urbain généralement dégradé) et avec les « aménagements » « cyclables » on a exactement la même chose qu’il s’est passé pour les juifs, les noirs en Afrique du sud, les palestiniens en Palestine… Ce sont les adorateurs de la bagnole qui nous dictent où nous devons rouler et comment, et je vois pas pourquoi certains collabobos nous diraient d’obéir quand on reconnaît aux autres communautés le droit de résister, de s’opposer voire de prendre les armes si nécessaire. Nos armes sont bien entendu la désobéissance et l’appel à le faire, alors que les autres nous tuent, nous blessent et nous empoisonnent…

  23. Pédibuspédibus

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

    laissez moi rire pour le garde-à-vous de tous les modes* devant le rouge du tricolore : qu’on accorde une discrimination positive au bicloutiste pas assez bigleux pour ne pas savoir juger de la faisabilité du grillage :

    il l’aura largement méritée au vu de l’effet socio environnemental largement positif de son mode de vie;

    et qu’il fasse ainsi des émules parmi les automobilistes qui tardent encore à changer de mode de déplacement :

    – gagner en éthique;
    – gagner des sous;
    – gagner du temps;
    – gagner en santé et en « reliance »…

    yapafoto, et sans pétoire siouplait.

    * piéton compris, quand le mur de véhicules présente une brèche assez large

  24. Jean-Marc

    Khero, je ne parle pas de tous les feux tricolores,

    je parle des feux tricolores accolés aux cotés d’un tourné-à-droite ou d’un tourné-à plat cycliste,
    et là, OUI, le feu ne s adresse pas à toi, si tu es à vélo,
    c est le tourné-à-droite/à-plat qui s adresse à toi.

    En sachant que le tourné-à-droite/plat est NON prioritaire :
    il s agit d’un feu orange clignottant, d’un cédez-le-passage aux véhicule venant de gauche.

    il ne s agit pas d’un passe-droit, mais de la… LOI, et donc d’un droit


    Struddel,
    la réalité, les gens que je cotoie et croise, me montre qu’il n y a pas d automobilistes qui respectent le code de la route, mais juste certains qui le bafoue moins ostensiblement que d autres.

    Peut-etre que tu vis dans un monde plein d automobilistes parfaits.. ou que, comme eux, tu fermes les yeux sur certaines de leurs pratiques, qui ne sont « pas si dangereuses que celà ».

    bizarrement, comme je me suis deja baladé dans plus d’une ville, et que j ai vu les même actions illégales faites par une majorité des automobilistes, j en déduis qu’avoir son permis sur soi ou ses pneus bien gonflés permet de ne plus respecter les distances de sécurité ni la loi lors du franchissement d’un carrefour.

    Struddel :
    moi, je connais des gens qui n assassinent quasi JAMAIS personne,
    sauf UNE toute petite fois, un soir, où ils étaient bourré…
    mais peut-on leur en vouloir, d avoir, une seule fois, agit sans respecter la loi ?
    (et il ne s agit pas d’une question rhétorique : cette question se pose VRAIMENT, dans les tribunaux, après des morts au moyen d’un véhicule de tourisme… mais moins souvent après des morts par arme à feu ou arme blanche…)

    Sed lex, dura lex

    La loi pourrait être différente, plus simple, plus facile à appliquer, ce que j approuverai.

    Mais, si on autorise des véhicules hyperpuissants, inadaptés à l environnement* , à faible visibilité (vive les vites teintées, surtout celles illégales…) à cotoyer les piétons, alors, il faut bien créer des aménagements et lois en rapport, pour limiter les dangers :

    sur autoroute, ni feux, ni stop, ni rond point,
    par contre, moins de morts qu’en ville (mais plus que dans les rues piétonnes) :

    C est les autorisations, la confrontation dans un même espace de plusieurs type de personne, qui explique la « complexité » de ces lois.

    Simplifions les mises en contact, en les limitant au maximum (en multipliant les rues piétonnes), et il sera plus facile de simplifier donc de respecter vraiment la loi, pour les automobilistes.

    *inadaptés :
    (pour ceux réfractaires aux TEC, vélos et dérivés) :
    les véhicules utilisables par permis B1 suffisent amplement aux déplacements en ville.
    vitesse d accélération et vitesse maxi moindre, en font des véhicules moins dangereux que des voitures.
    pourtant, ils ont le droit de rouler à 50km/h, et d être, eux-aussi, coinçé dans les bouchons :
    en agglo, ils sont aussi rapide qu’une voiture, pouvant transporter +/- autant de charge et de passagers… mais moins dangereux.
    Combien d entre eux existent ?
    à part « la poste », je ne vois (quasi) personne d autre qui en utilise…

  25. Struddelstruddel

    J’ai plusieurs amis qui respectent le code la route d’autant que leur capacité physique et sensorielle leur permette et dont la volonté est dirigée vers un respect total de ce dernier.

    Sans vivre dans un monde de gens parfaits, je ne vis pas non plus dans un monde ou personne ne pense à l’autre et ou tout le monde dirige ses actes uniquement vers son propre intérêt : la preuve avec les personnes qui fréquentent ce blog non ?

  26. le vélo petit canard

    Sacré struddel, tes amis qui respectent un code imbécile en prétendant vouloir juste chercher le vivre ensemble devraient peut être se poser la question si nous devons pour autant nous soumettre aux imbécilités ou si ce sont ces imbéciles qui devraient passer au vélo… C’est le cas sur ce site, où la pensée « politiquement correcte » côtoie celle qui fait bouger les choses, ce qui n’est malheureusement pas le cas chez d’autres sites parlant de vélo…

  27. Jean-Marc

    Je cotoie aussi des automobilistes qui respectent, parfois, le code de la route :

    ainsi, à un feux rouge, mis là pour un passage piéton ex-sans feu, mais auquel on a rajouté un feu, car aucun automobiliste ne s arrêtait…

    si, après qu’un piéton ait appuyé sur le bouton, le feu passe au rouge, ils VOIENT le piéton qui traverse, et voient qu’il est passé, et là, ils sont capables d attendre 10 secondes ou plus, tant que le feu n est pas vert.
    (et oui, dans ma ville, bcp de caméras sur les feux…)

    ils attendent car le feu le leur demande… en sachant que celà ne sert à rien… et en considérant ainsi qu’ils sont merveilleux (et méritent une médaille), alors que c est LEUR non-respect du code de la route, sur cette même route, il y a 6 mois, et pendant des années avant, quand ils ne s arrêtaient pas au passage sans feu, qui est la cause de ce feu…
    Ce feu prouve que les automobilistes, sur cette route, ne respectaient pas le code de la route…

    Bien sûr, 500m plus loin, à un passage piéton sans feu (pour l’instant…), ils ne s arrêtent toujours pas…

    ils ont deja perdu 10 secondes a attendre derrière un piéton il y a peu… il ne faut quand même pas exagérer…

    Je suis sûr qu’une majorité d entre eux considérent donc qu’ils respectent le code…

    respecter un feu qui ne sert plus à rien (le piéton est passé), mais sans respecter les êtres humains qu’on croise (et le code de la route, qui leur accorde la priorité)…

    voilà ce que font la majorité des automobilistes qui considèrent qu’ils respectent le code…

    Tu devrais traverser 100 fois un passage piéton sans feu, en sachant que 100% des voitures doivent s arrêter,
    et compter combien passent avant qu’une seule ne s arrête.
    si tu trouves un chiffre supérieur à « 0 », après tes 100 traversées, c est qu’il y a un très sérieux pb…

    Et, dans l hypothèse que certains seraient parfaits, il y a une donnée à ne surtout pas oubliées :
    on ne croise pas que ce « 1 » hypothétique, potentiellement parfait.

    J avais fait un calcul :
    dans toute ma vie de cycliste, j’ai croisé ou je croiserai au minimum 1 million d automobilistes (même si le même peut être comptabilisé plusieurs fois : une fois à chaque jour différent où on se recroise)

    ce qui m intéresse, ce n est pas que 1 conduise bien, et 999 999 fassent n’importe quoi.
    C est que 1 millions conduisent suffisement bien, pour que je ne me retrouve ni à l hosto, ni à la morgue.

    actuellement, ce n est pas gagné, quand on voit le comportement d’une majorité d’automobilistes…
    et donc, j essaie de faire en sorte que les probabilités s améliorent.

  28. MOAMOA

    Jean-Marc : « ils attendent car le feu le leur demande… en sachant que celà ne sert à rien… et en considérant ainsi qu’ils sont merveilleux »

    … et en considérant sans doute que le cycliste (moi) qui passe au rouge alors que eux sont arrêtés (par soumission stupide et surtout peur du gendarme/radar) ne respecte vraiment rien et est super dangereux pour les piétons.

    Cette situation m’arrive très souvent sur mon parcours. C’est à la fois marrant, jubilatoire et pathétique de voir ces automobilistes attendre que le feu repasse au vert…

  29. Struddelstruddel

    J’avais préparé une réponse mais en fait j’ai effacé, le débat sur le fait que des automobilistes respectent ou non le code de la route ne m’intéresse pas, surtout quand on arrive sur des « tous les gens de ce type sont comme ça et tous les gens de ce type sont comme ci », libre à vous de continuer.

    ______________________
    le vélo petit canard

    10 août 2014 at 21:30

    Sacré struddel, tes amis qui respectent un code imbécile en prétendant vouloir juste chercher le vivre ensemble devraient peut être se poser la question si nous devons pour autant nous soumettre aux imbécilités ou si ce sont ces imbéciles qui devraient passer au vélo… C’est le cas sur ce site, où la pensée « politiquement correcte » côtoie celle qui fait bouger les choses, ce qui n’est malheureusement pas le cas chez d’autres sites parlant de vélo…
    ___________________

    Merci pour ton avis.

    Parait qu’il y a des gens pour qui le fait de ne pas avoir le droit de posséder une arme à feu est une loi imbécile et qu’ils trouvent absurde le fait de ne pas avoir le droit de tuer qui on veut, comme quoi les visions de la vie hein …

    Selon moi, la seule façon de « juger », puisque c’est un jugement, c’est en comparant le référentiel d’une personne par rapport à son propre référentiel, or le problème en l’occurrence, c’est qu’en ne te connaissant qu’à travers tes différents apports à ce blog, je ne connais pas assez ton référentiel pour savoir si ton jugement est bon ou non par rapport à mon référentiel de jugement, c’est pour cette raison qu’en général, je préfère l’analyse au jugement.

    Mais libre à toit de juger, pour ma part je ne m’y aventure pas.

    Ça me rappelle cette cycliste le long du quai de jemmapes à Paris qui prenait une piste cyclable en contre-sens et qui avait mis au tapis une autre cycliste qui allait dans le bon sens, avec un poignet fêlé pour cadeau. Sans doute la contrevenante trouvait-elle cette histoire de sens de circulation débile.

    Pour revenir au sujet, j’ai encore eu un cas dans le genre cet après-midi : j’ai pris un rond-point en son centre, puis quand je suis revenu sur la piste cyclable, un mec m’a doublé en bagnole, avec son passager me lançant « les vélos ça doit se maintenir à l’extérieur du rond point, tu gênais là ». (ce qui est bien entendu est complètement faux puisque je tournais à gauche).

    Je n’ai même pas eu le temps de lui répondre que la voiture a tourné à droite d’un coup en traversant la piste cyclable et en me coupant la route.

    remarquez, peut-être trouvait-il cette histoire de priorité de la piste cyclable débile.

  30. le vélo petit canard

    Il me semble que déjà sur vélotaf on avait eu quelques échanges épistolaires… mais j’avais un autre surnom.
    La mise en ghetto des cyclistes a trouvé une limite lorsque les fédérations de cyclistes sportifs ont indiqué qu’elles s’affranchiraient des lois qu’on voulait leur imposer de rouler sur les ghettos « cyclables »… Résultat, de nombreux aménagements ne sont pas obligatoires…

    Quant à invoquer la législation sur les armes à feu, cela relève du point godwin… Si tu veux que j’oppose un argument similaire, on pourrait parler de la délation…

    Ce que je veux dire c’est que les cyclistes -à plus de 95%- n’ont pas respecté les lois sur les feux et les sens interdits, et qu’en cela la position légaliste de la minorité (la FUB entre autres) a été une erreur profonde, que l’on traîne encore aujourd’hui.

    Ce que j’ajouterai c’est que les cyclistes connaissent bien les autres modes de déplacement pour avoir à les utiliser parfois (la marche, la bagnole, les TC, etc.) mais très rares sont les utilisateurs des autres modes à utiliser la bicyclette. La première leçon de conduite d’un futur automodébile devrait être de mettre les fesses sur une selle et de rouler en ville, une à 2 heures, ainsi on obtiendrait peut-être une meilleure compréhension de l’usage et la circulation d’une bicyclette, voire un meilleur report modal pour les besoins…

  31. rétropédaleur

    c’est l’une des raisons (avec les vols, et aussi l’âge venant, et la fatigue) pour laquelle j’ai hélas laissé tomber le vélo (mais rassurez vous, pour les transports en commun, pas la bagnole). Mais je me suis lassé de toute cette violence latente qui touche les cyvlistes.
    Je sais parfaitement l’absurdité insigne de ces critiques (un cycliste est beaucoup plus vulnérable qu’un piéton, mais çà pour leur faire rentrer dans leur caboche dure comme du fer…). En tous cas je me venge à ma façon : en traversant aux passages piétons, je laisse toukours passer les vélos devant moi, en revanche les autres, je les fait piler si nécessaires (sauf les transports en commun et les mastodontes dits poids lourds…)

  32. Struddelstruddel

    le vélo petit canard, je me demande comment s’appelle cette manie d’invoquer « godwin » dès qu’une intervention ne plaît pas.

    L’échappatoire merveilleuse à toute mise en évidence gênante.

    Pour le dire plus simplement et sans comparaison qui titille et qui gêne, ce n’est pas parce que tu estimes que c’est débile que c’est un état de fait, c’est un jugement qui t’est propre et qui n’engage que toi et ceux qui pensent de cette façon. Rien de plus.

    Pour le reste j’ai cru que ça répondait à mon message mais en relisant je crois que non.

    Maintenant, j’ai exposé un fait : ce poignet fêlé (la personne a qui c’est arrivé est une forumeuse régulière du forum velotaf qui se reconnaîtra peut-être, je ne sors pas cet exemple de mon chapeau) : tant pis pour sa tronche ? La loi du plus fort ? Est-ce que j’ai encore flirté avec Godwin avec cet exemple ?

    Idem avec les sens giratoires qui ont été introduits pour la voiture : comment les prendre en présence d’autres cyclistes ? J’ai manqué par deux fois de me faire faucher par des cyclistes arrivant de droite lorsque j’étais déjà sur le giratoire : selon le code de la route créé pour les voitures, j’étais censé avoir la priorité.

    Mais selon les personnes qui ont jugé que c’était débile, je n’ai plus cette priorité : quelle est l’indice me permettant de percevoir chez l’autre cycliste s’il respecte ou non le code de la route ?

    Et gageons que j’ai un moyen de m’apercevoir qu’il fait partie de ces gens qui sont trop intelligents pour subir les lois d’une autre personne (c’est pas pour invoquer Godwin mais ça me rappelle une tête blonde à la maison) et qui suit donc un autre code, comment puis-je en connaître les règles au moment ou je risque de le rencontrer ? Comment puis-je savoir quel code il a choisi ?

    Le code de la route est très imparfait, et a été pensé pour la bagnole, ça je suis entièrement d’accord sur ce point.

    Malgré tout, il présente un avantage qui est le même que celui du langage : il permet à tous ceux empruntant une même voirie d’avoir en tête les mêmes règles.

    Evidemment que le respect est plus que relatif, mais il permet d’avoir une base commune qui permet de canaliser au maximum (comme ma tête blonde, elle est loin de tout respecter, mais j’ai réussi à la maintenir en vie jusqu’ici malgré tout …)

    Alors oui, à une certaine époque, il n’y avait pas besoin de ce fameux code,sauf qu’à cette époque, les aménagement étaient différents. Je ne dis pas que les aménagements sont bien maintenant, ils ont été créés pour la voiture uniquement, ils enlaidissent nos villes et envoie les piétons sur les bas-côtés et les et les vélos juste à côté des bagnoles qui sortent des parking sans regarder ou qui ouvrent leur portières sans plus regarder, et je suis le premier à aller contre ces aménagements.

    Mais à moins de prendre mon marteau piqueur et de refaire toutes les rues que j’emprunte, je subis en attendant ces aménagements et les gens qui l’empruntent, et grâce à ce code de la route, j’arrive à peu près à rester en vie car les bagnoles grillent rarement les feux même si ça leur arrive et même si elles ne respectent pas d’autres règles.

    En revanche, j’ai eu peur plus d’une fois de me faire faucher par des vélos grillant ces feux alors que je passais tranquillement au vert, moi-même à vélo.

    S’il existe un moyen pour que tout le monde comprenne la même chose sur ces traversée et que le risque soit réduit, je suis preneur.

  33. Jean-Marc

    « Mais je me suis lassé de toute cette violence latente qui touche les cyclistes »

    Pas toujours évident,
    mais en fait, la violence latente, on peut l ignorer :

    ainsi, on peut répondre à tous coups de klaxon, par une salutation amicale (réellement, ce n est pas ironique),
    vu qu’il est impossible (sauf après avoir identifié le conducteur) de savoir si c est un ami qui nous salue, ou une personne qui nous dit de degager parce qu’elle considère qu’elle est prioritaire sur nous.


    pour l âge et la fatigue….
    Peut-etre qu’un VAE pourrait être adapté à ta moindre condition physique ?


    @ Struddel :

    3 voitures se suivent, si, par chance, aucune n a de vitres teintées, diminuant (illégalement, même sur les berlines et SUV neufs) la visibilité de celles qui la suive, dans la majorité des cas, la première n adapte pas sa vitesse aux circonstances (en particulier la congestion) et les 2 suivantes ne respectent pas les distances de sécurité, et ne l’adaptent jamais aux circonstances, telle que la congestion.

    Un cycliste roule pépère, proche du caniveau.

    La 1ere voiture le double au tout dernier moment, sans mettre le clignottant (un classique : moins d’une voiture sur 5 qui le met pour se déporter, en doublant un cycliste… et moins de 1 sur 20 le remet en se rabattant),
    si bien que les 2 automobilistes qui la suivent n’ont même pas remarqué qu’elle a fait un écart…

    au dernier moment, la 2eme se déporte un peu, toujours sans clignottant

    si bien que la 3eme va le froller sans l avoir vu/le percuter sans jamais l avoir vu.

    Avec 3 automobilistes appliquant scrupuleusement le code de la route, la 1ere aurait mis son clignottant, se serait déportée 3 à 5 m avant; aurait mis le clignottant dans l autre sens, et se serait remis en place 3m après le cycliste :

    les clignottant + le fait d anticiper le dépassements/retour sur voie initiale font que les 2 automobilistes derrière auraient SU, sans le voir, qu’il y avait qq chose à contourner, et auraient été bien plus attentifs.

    Bien sûr… en adaptant leur distance de sécu et leur vitesse (à une présence éventuellement en ville), ils auraient pû voir par eux-même ce cycliste, et eux-même le doubler correctement, afin de prévenir leurs suiveurs.

    Mais, comme, majoritairement, les automobilistes n appliquent pas le code de la route (où n achètent pas l option payante du clignottant), il est nécessaire de se positionner de façon à être directement visible à travers les pare-brises des voitures devançant une file de voiture, et de contraindre les automobilistes nous doublant à faire un écart conséquent, qui se remarque de ses suiveurs.

    Faire confiance au respect du code de la route des automobilistes, c est se mettre en grave danger.

    De même, un automobiliste doit contrôler l absence de personnes, avant d ouvrir sa portière…
    je préfère rouler à plus d’1m des voitures garées, que d espérer que 100% des automobilistes respectent le code et les autres usagers
    (la réalité de mes déplacements m a montré que c était utile)

  34. khero

    A une nuance près struddel, le code de la route est depuis le début, pensé pour tous les usagers de la route, même si le parc automobile est largement prédominant.
    Un cycliste sur la chaussée est considéré comme un véhicule, à ce titre il doit se conformer au code. Ensuite c’est au cycliste de la faire ou pas … mais franchement le jour ou un cycliste me coupe la route parce qu’il est passé au rouge, il m’entendra chanter pour le plus grand plaisir des automobiliste présent à ce moment. 🙂

  35. Struddelstruddel

    Je pense que tu t’es trompé de pseudo car il n’y a aucune nuance par rapport à ce que je disais.

    Ceci dit je suis d’accord avec ça, en tous les cas.

    Pour ce qui est du « chant », je ne sais pas comment interpréter ce que tu veux dire, mais plutôt que d’imaginer ce que tu ferais si un cycliste te coupait la route, réfléchis plutôt à ce que tu ferais s’il te percutait, t’envoyait à terre et te blessait.

  36. Laurent

    Rouler à vélo dans une ville de France, quelque soit les aménagements cyclables mis en place, c’est rouler en milieu hostile.
    Le code de la route automobile n’est respecté par les automobilistes que sur les points sur lesquels ces derniers sont sensibilisés par les autorités (alcool et vitesse principalement et les distances de sécurité, le téléphone, le port du casque et le respect du stop accessoirement).
    Pour le reste, on est dans l’aléatoire.
    Je vous invite à lire le bilan du comportement des usagers de la route 2012 (je n’ai pas trouvé le 2013). Ce document recense l’ensemble des infractions au code de la route automobile quelque soit l’usager.
    Ainsi, on apprend page 32 que l’infraction relative au refus de priorité par conducteur de véhicule tournant à droite vers une
    chaussée traversée par une piste cyclable a baissé de 24,1% passant de 29 (sic) à 22 infractions (re-sic) pour l’année et pour la France entière !
    Le franchissement du sas cyclable par une auto n’a donné lieu a aucun PV cette année là (cette infraction est assimilable au franchissement d’un feu rouge aux yeux du code de la route automobile (R415-2 et R412-30 du CDR auto)

    On rigole doucement de ce code de la route automobile et surtout du sérieux avec lequel il est appliqué par les autorités (géométrie variable) en dehors des points situés plus haut, notamment lorsque celles-ci verbalisent le méchants cyclistes qui grillent un feu.

    Dans ma ville, une « zone de rencontre » a été mise en place avec un grand renfort de supports communicationnels (limitation à 20 km/h sur une distance de 300 mètres environ) et je rigole doucement lorsque je vois déambuler les véhicules à 30, 40 et même 50 km/h sous l’oeil placide et vide des policiers débonnaires qui ne surveillent que le respect du feu ; c’est si grotesque !

    Le document est téléchargeable à l’adresse suivante :
    http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite-routiere/l-observatoire-national-interministeriel-de-la-securite-routiere/bilans-annuels/le-comportement-des-usagers-de-la-route

  37. Struddelstruddel

    Juste pour revenir sur ce que disait Jean-Marc, je tiens à préciser que lorsque je parle d’automobilistes respectant le code de la route, ce n’était en aucun cas pour attirer l’attention sur le fait que certains automobilistes le respectaient au plus près.

    Les personnes dont je parle représentent une extrême minorité, et son des gens qui aiment la voiture à peu près autant que moi et qui d’ailleurs n’en possèdent pas mais conduisent celle de leurs proches ou des locations.

    J’avais en tête une amie proche qui déteste conduire, qui n’aime pas les voiture, qui n’aime pas le vélo non plus et qui n’utilise que les transports en commun quotidiennement, mais qui ne sait pas comment faire pour voyager autrement qu’en voiture lorsqu’elle va voir sa famille qui habite à 70 km de la gare la plus proche., non s’en se débrouiller pour toujours remplir de passagers les places vacantes, quitte à proposer du covoiturage sur les sites spécialisés.

    Nous avons souvent le débat sur l’utilisation du vélo mais là n’est pas la question. Cette personne respecte le code de la route au maximum, est une habituée des énervements des autres automobilistes lorsqu’elle respecte les limitations de vitesse à la lettre et qui s’agace dès qu’une file de gauche roule plus lentement qu’elle car elle refuse de doubler par la droite, entre autres exemples.

    C’est également une personne qui s’insupporte de voir les voitures garées sur les trottoirs et qui n’a pas sa lange dans sa poche lorsqu’il s’agit de s’expliquer avec un contrevenant à ce genre de règles.

    Elle fait bien sûr partie d’un nombre TRÈS ISOLÉ d’automobilistes, mais là où je voulais en venir est que, précisément, MÊME cette personne pense que les vélos font n’importe quoi en ville, ceci visant à soulever le problème.

    Ceci posé, l’article ne vise pas les cyclistes en leur indiquant de faire attention, bein au contraire, il vise à rappeler aux autres usagers certaines règles et à expliquer certains agissements.

    J’ai l’impression que tout ceci a été mal compris et qu’on cherche à démontrer que les cyclistes ont raisons et que les automobilistes sont d’affreux méchants : peu importe, il ne s’agit absolument pas de ça ici, je me moque totalement de savoir ce que font les automobilistes dans leur bagnole, l’article ne visait absolument pas ce problème là.

    Quant au respect di code de la route, j’ai pour ma part un principe : Je le respect systématiquement, ET je pars du principe que personne d’autre ne le respecte et que je suis de toute façon complètement invisible sur la route, c’est ma façon à moi d’être à la fois en sécurité et à la fois de ne pas être un danger pour les autres.

    Faites comme bon vous semble pour le reste, je ne suis pas flic, je ne suis pas automobiliste, je ne suis pas moralisateur, je souhaite simplement rester sur mes deux roues ou sur mes deux jambes sans qu’on vienne me faucher et sans faucher personne, tant que ceci est respecté, le reste, que chacun vive sa vie !

  38. le vélo petit canard

    Rétropédaleur : je ne suis pas sûr qu’il soit plus risqué de faire du vélo que d’être piéton et de faire exprès de faire piller les caisses et camions aux passages cloutés… 😉

    Struddel : la « manie du godwin » est en fait lorsque la personne invoque un argument tellement énorme, disproportionné et quasiment sans rapport qu’il empêche le débat de façon définitive… D’habitude c’est la shoah…

    Pour changer les aménagements sans marteau piqueur, de la peinture et un pochoir barrant le logo vélo au sol sur les trottoirs ; pour la rue les 2X2 voies des bagn,oles en ligne continue entre chaque voie (jamais doublé !) ; pour les panneaux les changer de place avec une clé de 15 ou 17 ; etc.

    On arrive à éviter un cycliste car on voit tout de suite s’il « envoie » et veut absolument passer, sa vitesse est moindre qu’une bagnole qui voudra t’intimider…

    Bravo Laurent, je connaissais pas ce document mais il est assez éclairant sur la verbalisation réelle par rapport aux infractions multiples et récurrentes des automodébiles : clignotants, klaxons, priorités, etc. Il démontre, vu le nombre d’automodébiles par rapport aux cyclistes que ces derniers sont probablement très loin en pourcentage d’infractions des premiers… ce serait peut-être à étudier pour une campagne de sensibilisation…

    Vu que personne ne dit rien sur les aménagements sur trottoirs j’en déduis que c’est un accord général et que très peu d’entre vous les utilise ?

    Le code a été pensé, écrit et appliqué par des automodébiles, ce qui implique qu’il soit si fortement connoté pour les automodébiles. reste le problème des scooteurs que personne ne soulève alors que dans certaines villes c’est vraiment une plaie… résultat, je crois aussi que c’est plus de 50% largement qui utilisent leur téléphone au volant (35 millions de conducteurs-trices qui sont verbalisés une fois sur 100, 1000, 10000, plus ?)

    Allez, des bisous quand même à tous les cyclistes (quand je pense à toutes les baffes qui se perdent chez les motorisés…) et continuez à faire gaffe aux autres entre les feux, aux feux et quasiment tout le temps grâce à vos yeux, vos oreilles et tous vos sens actifs !

  39. Struddelstruddel

    « Struddel : la « manie du godwin » est en fait lorsque la personne invoque un argument tellement énorme, disproportionné et quasiment sans rapport qu’il empêche le débat de façon définitive… D’habitude c’est la shoah… »

    Voilà, et donc on l’attribue quand on veut bien l’attribuer, la notion de « tellement énorme » étant tellement subjective qu’elle est tellement simple à invoquer quand on est gêné…

    Ça permet même de diminuer l’importance d’un acte ou d’un jugement en montrant que la comparaison est bien plus « énorme » que ce qu’on vient de dire, autrement dit, ce qu’on vient de dire est parfaitement crédible et mesuré, pratique ce godwin… 😉

    « Pour changer les aménagements sans marteau piqueur, de la peinture et un pochoir barrant le logo vélo au sol sur les trottoirs ; pour la rue les 2X2 voies des bagn,oles en ligne continue entre chaque voie (jamais doublé !) ; pour les panneaux les changer de place avec une clé de 15 ou 17 ; etc. »

    D’acc, donc vu le nombre de kilomètres de voies que j’emprunte régulièrement, je me prépare dès demain, à mon avis j’aurai fini d’ici Noël en espérant que je n’ai pas de nouveaux trajets d’ici là. Faut payer la peinture ou elle est fournie par des associations ?

    « On arrive à éviter un cycliste car on voit tout de suite s’il « envoie » et veut absolument passer, sa vitesse est moindre qu’une bagnole qui voudra t’intimider… »

    C’est vrai, je me souviens d’un facteur à vélo qui m’a poqué la roue arrière car il a refusé ma priorité à droite, c’est entièrement ma faute, j’aurais du le voir, lui il ne faisait qu’appliquer ses propres règles, il est tout excusable.

    Si je le revois je m’excuserai la prochaine fois et lui donnerai de l’argent en dédommagement pour le préjudice moral, le pauvre avait l’air chagriné pour ma roue.

  40. Jean-Marc

    En lien sur mon nom, un petit clin d oeil, qui explique le relativisme moral selon les automobilistes.

    Plus sérieusement, tout le monde applique +/- le relativisme moral
    (qui attend à un feu à 2h du mat. quand on voit qu’il n y a personne sur les 2 chaussées perpendiculaires ? et qui va donc transformer le feu rouge en stop (ou en cédez-le-passage pour les plus relativistes)

    la différence, c est qu’entre un automobiliste qui se permet « qq chose », et un cycliste qui se permet « qq chose »,

    c est que l un le fait avec un véhicule+conducteur pesant dans les 100kg, et allant majoritairement (sauf descente ou sportifs ou sprints) à moins de 30km/h), alors que l autre va le faire avec un véhicule de 1,5 tonne, souvent à plus de 50km/h.


    Sur la peur, Struddel,
    c est un point très positif :

    la fausse sécurité, la trop grande confiance en soi est la cause de bien des accidents.
    (principaux morts des motorisés se font en ligne droite, par beau temps, un véhicule seul)

    ainsi, un rond point crée de la crainte (de voir sa voiture raillée), si bien que les automobilistes le traversent moins vite, et en faisant plus attention, qu’en traversant un carrefour avec feu.

    Résultat :
    plus d accidents graves et de morts aux feux…

    outre qu’elle induit souvent une vitesse réduite (donc moins de risques d accident, et des accidents moins graves),

    La peur mobilise l adrénaline, et permet ainsi de mobiliser des ressources supplémentaires pour mieux réagir [par exemple, en accélérant (historiquement, pour échapper à un prédateur)… même si, à vélo, en ville, ralentir est souvent plus approprié].

    D ailleurs, une de mes façon de me protéger, quand j ai un peu peur,
    c est justement, de faire encore plus peur aux automobilistes :

    je pratique l inverse de la méthode instinctive de 14-18 :
    au lieu de me cacher, de creuser des tranchées, de rouler dans le caniveau,

    je vais me montrer le plus possible :
    (outre ma position de conduite très droite, et mon T-shirt ou gilet jaune, voyant, que j ai toujours)

    sur une route où je ne me sens pas à l aise,
    je vais parfois pratiquer le pédalage du crapeau (coudes et genoux à l extérieur)

    mais, plus souvent, plus efficace, le pédalage de l homme ivre/la demi-danseuse :
    je vais zigzaguer :

    l oeil humain remarque surtout ce qui bouge :
    en pédalant en ligne bien droite (comme la Prévention Routière nous l apprend…Youpi…), la personne qui te suit ne te voit pas bouger (le tronc/tête : seuls les mollets bougent… mais ils peuvent être cachés par un véhicule intermédiaire).

    en demi-danseuse, surtout si on dodeline un peu de la tête, on est énormément plus repérable… et, comme l automobiliste a peur qu’on lui raye se voiture (une peur bien plus forte que celle d écraser qq un…), il va faire un écart plus important.

    c est la méthode « Phoebe » dans friends (elle, elle l utilise pour courir dans le parc, comme une folle/comme un enfant)

  41. Pédibuspédibus

    C’est sans doute cette corporéité qui protège le mieux les modes actifs, comme nous l’explique depuis longtemps sur nos ondes Jean-Marc pour le vélo ; et sans doute doit-on voir plus de la rigidité mentale que de l’intolérance chez ceux qui nous dictent une observance stricte du corpus censé régir l’espace public…

    Mais nous retrouvons la même posture chez les utilisateurs du blog* de Daniel Quéro (!) dès qu’il s’agit d’agiter l’étendard (tricolore?) de la tolérance zéro en direction des cyclistes :

    http://fil-conducteurs.ning.com/temoignages/cyclistes-et-code-de-la-route

    avec ici un tempérament apporté par le bien seul « Autovélo »…

    * « 40 millions d’automobilistes »

  42. Struddelstruddel

    De JEAN-MARC

    « Plus sérieusement, tout le monde applique +/- le relativisme moral
    (qui attend à un feu à 2h du mat. quand on voit qu’il n y a personne sur les 2 chaussées perpendiculaires ? et qui va donc transformer le feu rouge en stop (ou en cédez-le-passage pour les plus relativistes) »

    Pour ma part respecte le feu même la nuit, mais là c’est avant tout car j’ai toujours peur que des forces de l’ordre que je n’aurais pas vues me mettent une amende, n’ayant pas les moyens.

Les commentaires sont clos.