Présidentielle 2017: Votez vélo!

Les élus réunis au Club des villes et territoires cyclables – lequel représente aujourd’hui 1500 collectivités adhérentes (villes, agglomérations, départements et régions) – apportent leur contribution à la campagne de l’élection présidentielle 2017.

Ils proposent de prioriser des mesures qui, au niveau de l’État, auront un impact important en ce qu’elles viennent renforcer l’action déjà considérable des collectivités locales – rappelons qu’elles assurent l’essentiel de l’effort public en faveur du vélo — et les dynamiques de changement de comportement de mobilité, de loisirs et de consommation des Français

Ils invitent les candidats et le/la prochain-e président-e de la République à prendre en compte ces propositions dans leur projet et dans la mise en œuvre de leurs actions prioritaires dès 2017.

Le document de 12 pages est disponible ici

Source: http://www.villes-cyclables.org Via Brest à Pied et à Vélo

Club des villes et territoires cyclables

A propos de Club des villes et territoires cyclables

Réseau de collectivités territoriales engagées pour le développement de l’usage du vélo au quotidien et de la mobilité durable.

Un commentaire sur “Présidentielle 2017: Votez vélo!

  1. Theron

    Ce « club » n’a rien à voir avec le vélo, c’est juste un « club » politique qui fait de la communication, car dans les faits voilà ce qu’il se passe dans la quasi-totalité des villes, départements et régions « cyclables »

    – pas ou peu d’aide aux ateliers-vélo : locaux, récups, diffusion des infos ;

    – pas ou peu de concertation avec les associations d’usagers (aménagements, mise à disposition de moyens, etc.)

    – prime à l’achat pour des motos électriques et rien pour les vélos

    – aucun respect des conventions signées avec « L’Heureux Cyclage » au sujet des récups en déchetteries et autres gisements de ré-emploi

    – aucune mention de L’Heureux Cyclage, dont les ateliers-vélo ont multiplié par 10 au moins (15 à Toulouse) le nombre d’adhésions aux associations (et probablement aussi le nombre de cyclistes, contrairement aux « aménagements » dangereux…)

    – j’en passe et des meilleures !

     

    Tout ça c’est juste un coup de com, la meilleure preuve étant que ce « club », financé par des collectivités locales et auparavant par l’état, composé uniquement d’élu.es, cherche un moyen d’exister.

Les commentaires sont clos.