Prime à la conversion et diesel

Appel pour une modification des conditions d’attribution de la prime à la conversion et de la classification Crit’air pour sortir du diesel et améliorer la qualité de l’air.

La prime à la conversion peut être subordonnée à l’achat d’un véhicule d’occasion classé Crit’air 1 ou 2 émettant moins de 130 grammes de CO2/km. Or, dans Crit’air 2 sont notamment classés les véhicules diesel dont la première mise en circulation est à partir du 1er janvier 2011 (norme euro 5).

Dans les faits, vous pouvez donc acquérir un véhicule diesel âgé de 7 ans et bénéficier de la prime à la conversion.

Cette mesure semble incohérente et contradictoire avec l’impérieuse nécessité d’améliorer la qualité de l’air lorsque l’on connait la particulière nocivité des émissions des moteurs diesel (* gaz classés cancérogènes certains par l’OMS) et la dégradation dans le temps et l’inefficacité du filtre à particules.

Pour accélérer la sortie du diesel en France et ainsi protéger les populations en ville, il apparaît urgent et impératif :

– d’exclure les véhicules particuliers et utilitaires diesel dans l’attribution de la prime à la conversion ou de limiter celle-ci aux classes 0 et 1 de Crit’air
– de déclasser les véhicules particuliers et utilitaires diesel à Crit’air 3, la classe Crit’air 2 les plaçant injustement à égalité avec les véhicules à essence dont la première mise en circulation est jusqu’au 31 décembre 2010.

Par ailleurs, le calcul du CO2 qui favorise le diesel (alors qu’il a été démontré que celui-ci était en réalité plus émetteur qu’un véhicule à essence) ne doit plus être le seul indicateur des émissions des véhicules et doit être assorti à la mesure du NO2 (dioxyde d’azote), gaz particulièrement nocif.

Jazz

A propos de Jazz

Contributeur de Carfree France

8 commentaires sur “Prime à la conversion et diesel

  1. Patrick

    Je suis effectivement tombé des nues quand, il y a qq mois, une collègue (que j’essayais de convaincre depuis longtemps de changer sa voiture familiale en bout de course, pour une essence) m’expliquait qu’il était plus financièrement avantageux pour eux d’acheter un diesel… Ce qu’ils ont fait !

    Vous avez dit « incohérence » ?  C’est le moins qu’on puisse dire si on veut rester poli…

  2. Ludovic Brenta

    Comment? Encore une prime octroyée aux automobilistes? Et les gens normaux, eux, n’ont droit à rien d’autre qu’aux nuisances causées par les automobilistes?

  3. jol25

    Considérer aussi que dans le même temps la mode downsizing – permettant grâce aux mêmes technologies que les diesels appliquées aux petits moteurs essence d’en tirer des puissances élevées – cause l’émission de particules encore plus fines. Ce qu’un « vieux » moteur essence ne fait pas… Le filtre à particule essence devait être obligatoire sur tous les véhicules produits à partir de fin 2017 mais cela a été repoussé à l’application de la norme euro6.d 2020. Toutefois ces véhicules récents sont « propres » selon les critères officiels, mais plus nuisibles que les pires mazout! Il faut arrêter avec la blague du CO2, la référence ultime en « polluant ». Le réchauffement climatique le remercie, certes, néanmoins toutes les émissions sont bien plus directement nuisibles à court terme.

  4. Prolo

    Oui, excluons les voitures anciennes qui consomment peu, fabriquons à grand frais (en polluant toute la planète) des voitures qui polluent moins là où on les utilise !

  5. Pédibuspedibus

    et faisons fabriquer par les Chinois, en myriades de milliards d’exemplaires, des drones à papattes pas chers, pas plus gros qu’un rat, caoutchophages, creveurs de pneumatiques, qui cavaleront discrètement dans le caniveau, pour rendre la vie cauchemardesque aux bagnolards qui garent impunément leur merde diéséleuse, hydrocarbique ou à l’uranium sur mon trottoir ou ma piste à biclou…

    pas boaaa du trou…

  6. Prolo

    @pedibus : Ton scénario me rappelle fortement celui-ci : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gel%C3%A9e_grise

     

    Il faudra leur apprendre à reconnaître un pneu de vélo, sinon on va tous finir à pieds (ou avec des roues en bois cerclées de métal ?)

  7. Pédibuspedibus

    bah…

    parions que l’intelligence et l’initiative ne changeront jamais de côté du manche…

    s’effrayer comme idolâtrer, quand il s’agit du technique, c’est souvent verser dans le technicisme réducteur manipulateur…

    mais soyons rassurés,  ici mon fantasme relèverait plutôt du pragmatisme performatif poétique de l’impuissant piéton frustré dominé, devenu avec son cousin cycliste l’intouchable du système automobile, où la grande caste, dominante en nombre, les motorisés, les dévots de Ste-Gnognole,  les ont relégués dans les réserves, les beaux décors de Potemkine des centres-villes de grandes villes…

    mais sait-on jamais…

    ne disons pas trop vite « mort aux rats »…

    semons le doute…

     

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Les commentaires sont clos.