« Le prochain cycliste je me le fais »

Dimanche soir à la télévision sur France 2, le chanteur Michel Sardou a tranquillement expliqué en direct qu’il allait « se faire un cycliste » sans réaction de la part du présentateur ou des autres invités.

Le thème abordé dans une séquence de l’émission « 20h30 le dimanche » avec Michel Sardou le 13 novembre 2022 tournait autour du « c’était mieux avant. » Face à Laurent Delahousse, Michel Sardou se lance alors dans une violente diatribe anti-cyclistes: « Il n’y avait pas les vélos que je ne supporte pas, voilà, ils grillent tous les feux rouges, le prochain je me le fais. »

L’animateur Laurent Delahousse enchaine ensuite sans réagir à ce propos choquant.

Si vous aussi avez été choqué par les propos de Michel Sardou, vous pouvez les signaler à l’ARCOM ici:
https://www.csa.fr/Mes-services/Alerter-le-CSA-sur-un-programme/formulaire#/

5 commentaires sur “« Le prochain cycliste je me le fais »

  1. Jean Haas

    Moi, je ne grille pas les feux, mais quand j’ai le temps d’y arriver avant que le feu ne passe au vert, je me place dans le sas vélos devant les voitures.

    Et ça, les gros beaufs à la Sardou, ils n’aiment pas non plus … et ils me le font savoir ! Je me demande ce que cela serait si en plus j’étais noir ou arabe…

  2. Joffin

    Pour signaler une étrange coïncidence : https://www.lefigaro.fr/faits-divers/gironde-un-automobiliste-percute-volontairement-quatre-cyclistes-20221114

     

    Ici, nous avons un problème classique de « sociologie », quel est le sens subjectif de l’action : le type voulait se faire 1) des cyclistes, 2) des boomers, 3) des boomers cyclistes, 4) plaisir, 5) autre…

    Votre avis ?

     

  3. Adri1

    Ahhhhh, quel BONHEUR de voir les boomers droitards déclinants (abréviation : BDD) venir donner des leçons de maintien sur les chaînes de sévices publics devant des « journalistes » si soucieux de leur cirer les pompes…

    J’ai appliqué à mon échelle la solution depuis un bon moment : débranchage de la TV.

    A bon entendeur.

  4. zaph

    Pas de surprises dans la réaction de ce monsieur, qui a déploré la disparition du France (le bateau), chanté le temps des colonies et autres chansons réactionnaires.

    Sa réaction est typique de l’automobiliste qui commence à comprendre que la partie se termine.

    La fin du règne de l’auto est amorcée et rien ne pourra arrêter cette lame de fond. Les jeunes ne sont plus intéressés par ce jouet malfaisant, ils ont compris qu’il y avait d’autres façons de se déplacer, aussi efficace et beaucoup plus ludique.

    Révélateur de constater que les constructeurs ne s’adressent plus qu’a ces vieux grincheux aigris en leur proposant des chars d’assaut.

    A ce propos il y a dans la revue « transport urbains » un passionnant dossier sur l’avenir des véhicules intermédiaires ( vélo mobile, vélos voitures, tricycles, quadricycles….)

    https://www.cairn.info/revue-transports-urbains.htm

    Pas pour Monsieur Sardou qui est trop fat et sur de lui pour utiliser des tels véhicules

  5. Gwenael

    Ainsi, à la télé, le grand poète de la chanson française Michel Sardou a libéré ses grands chevaux d’acier furieusement tapis sous le capot de sa remarquable intelligence industrielle en déclarant: « Il n’y avait pas les vélos que je ne supporte pas, voilà, ils grillent tous les feux rouges, le prochain je me le fais. » Puisse cette mâle et tonitruante vedette, la prochaine fois qu’elle nagera dans les eaux tropéziennes, se faire déchiqueter par la grande hélice d’un magnifique paquebot flambant neuf tout droit sorti des chantiers de Saint Nazaire en route pour le port d’attache de l’émir qui l’aura commandé. Nous en donnons en tout cas le feu vert à son équipage, en chantan-an-an-ant ! Ses morceaux dispersés tels ceux d’Orphée dans la Méditerranée, nous ne l’appellerons plus jamais ran-an-ance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 − 1 =