Alerte à l’ozone, et alors?

La brève critique du jour :

Ce matin dans les journaux, on pouvait lire :
« Le premier niveau d’alerte pour la pollution à l’ozone a été déclenché jeudi après-midi en Ile-de-France, a annoncé Airparif. » (AFP)
« La préfecture de police de Paris recommande donc aux automobilistes une « conduite souple » et une vitesse réduite. Des recommandations qui deviennent des restrictions pour les départements du Var et des Bouches-du-Rhône… » (France Info)

Hé oui, alors qu’il serait nécessaire d’effectuer des restrictions de vitesse, comme l’a très bien fait le Sud-Est en réduisant les vitesses de 30km/h, à Paris, on se contente de recommandations, que tout bon automobiliste dans sa bonne foi naturelle va bien évidemment respecter, tout comme il ré-accélère après le radar!
Mais heureusement, ne culpabilisez pas, vous tous qui hier avez roulé sauvagement sur le Magic’Périph, tout va mieux aujourd’hui, aucun souci, reprenez votre bagnole : « La baisse des températures aujourd’hui a provoqué une amélioration de la qualité de l’air. » (Verdura). Nous voilà rassurés.

On peut conclure sur ces 2 tableaux extraits d’Airparif qui comptabilisent les dépassements à l’ozone et aux petites particules (PM10) depuis le 1er janvier 2009. (Cliquer dessus pour les agrandir)

dépassement à l'ozone au 060809

Nombre de dépassements PM10 au 060809

Pour 35 dépassements autorisés aux PM10, on en est déjà à 145 sur l’A1, soit 4 à 5 par semaine! Et pour l’ozone, alors qu’aucun dépassement n’est autorisé, on explose aussi les quotas. On notera qu’AirParif considère la pollution à l’ozone à partir de 120ùg/m3 alors que le 1er seuil d’alerte est à 180.

Bref, vraiment pas de quoi s’inquiéter!

A propos de Pim

Co-administrateur et traducteur pour Carfree France

12 commentaires sur “Alerte à l’ozone, et alors?

  1. veloce

    Il n’y a pas de différence entre « restriction » et « recommandation »
    Ce matin sur France Info, un gendarme expliquait que dans le Sud-Est, personne ne respectait la « restriction ». Le journaliste précisait qu’ils ne pouvaient pas verbaliser…
    Une restriction? et alors?…

  2. pimousse3000 Auteur

    Justement, j’ai le sentiment que le fait de mettre des ‘restrictions’ — concrètement des gros panneaux lumineux, « vitesse limitée à XX aujourd’hui  » — c’est plus dissuasif qu’un message à la radio — « la préfecture de police de Paris vous recommande donc de lever le pied »–!
    Maintenant, si les médias en remettent une couche en expliquant bien aux gens qu’ils n’ont rien à craindre pour les verbalisations, sous entendu qu’ils peuvent rouler aussi mal que d’habitude, c’est vraiment encore plus pathétique que ce que j’imaginais!

  3. URB

    Il suffirait d’avoir des panneaux de limitation de vitesse variable.
    J’avais vu ça sur le net, c’est (ou c’était) en test sur une autoroute.

    La vitesse était variable selon la circulation, en gros peu de circulation = 130km/h, plus de circulation = 110 km/h etc…
    Facilement applicable pour les périodes avec « alerte à l’ozone » et ça resterait un vrai panneau de signalisation et non une simple recommandation.

    Après c’est au niveau du reste ou il y aurait un peu de soucis comme la mise à jour des radars automatique pour prendre en compte la limitation du moment, les avertisseurs de radars etc… mais avec internet, les connexions GSM illimités, tout ça reste largement dans le possible.

  4. Gilles ChomelLécoLomobile

    Bravo Pimousse d’avoir fait un article sur cette nuisance supplémentaire des bagnoles. Il fallait que quelqu’un parle de cette actualité estivale sur Carfree. J’ai envie de faire un billet que j’intitulerai « flagrant délit de mauvaise foi » sur l’avocat de Baumont. Si j’ai le temps je le ferai ce soir, sous réserve que ses propos sont toujours disponibles sur le site de rediffusion de CdansLAir.

  5. Philippe Schwoerer

    Il me semble que pour que la dangerosité soit vraiment pleinement perçu, il faudrait qu’à partir d’un certain seuil la circulation soit tout simplement interdite dans les lieux concernés, sauf dérogations accordées au cas par cas par la préfecture. La trafic aérien devrait également être concerné.

    Il s’agit tout de même de la vie de personnes (enfants, personnes âgées ou fragiles) qui sont concernées.

    Lorsqu’on voit la mauvaise foi de ceux qui rejettent systèmatiquement toute idée de changement de comportement pour l’avenir de la planète, il me semble qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire. Sont-ils seulement capables d’aimer leurs enfants ?

  6. Benoît M

    Dans les Alpes-Maritimes, en cas d’alerte pollution, la vitesse sur autoroute est théoriquement réduite de 110 à 80. Mais bien sûr, comme la circulation est toujours aussi dense et que les bagnoles roulent au pas cul à cul, 110 km/h ou 80 km/h ça ne change strictement rien ! Et moi avant de partir au boulot à vélo j’entends à la radio « évitez l’activité physique ». On attend patiemment un coup de vent ou un orage. Car c’est bien connu : la pollution à l’ozone, c’est la faute à la météo…

  7. URB

    @Benoit M> tu parle de quel côté des Alpes-Maritimes ?

    Le secteur entre le Var et Antibes, ça roule plutôt bien, d’ailleurs les voitures sont plus à 110 qu’à 80km/h.

    Après pour la parti après Antibes, surtout vers Cagnes sur Mer, c’est vrai que c’est plutôt encombré.

    J’

  8. Antec

    Effectivement Benoit M… j’ai entendu a la radio « polution a l’ozone due au fortes température et l’absence de vent »… mais bien sûr !
    Et a coté de ça on nous demande de faire moins d’effort physique, que ça me fait rire !

    Monde de merde

  9. URB

    Ben oui les fortes température et l’absence de vent sont des facteurs qui favorisent la pollution à l’Ozone.
    Et alors.
    Après ils parlent aussi des voitures, ce n’est pas pour rien qu’ils recommandent de réduire la vitesse, même si ce n’est pas respecté en grande partie.

    Après pour les efforts physique, il faut comprendre que c’est PENDANT les périodes de pollution à l’Ozone, ce n’est pas une incitation à ne pas faire d’effort tout le temps.

    Mais chacun interprète et comprend comme il le veux.
    🙂

  10. Antec

    D’accord avec toi URB, la chaleur et l’absence de vent favorisent la pollution à l’Ozone, mais la 1ere cause ce n’est pas ça… donc qu’on ne dise pas « A cause ».
    La cause est la pollution des voitures et des industries.
    Qu’il y ai du vent ou pas, la pollution est toujours généré, c’est juste que pour une fois elle reste sur place au lieu d’être évacué autour !

    Et pour ceux qui font leur déplacement en vélo ou a pied, on ne risque pas de les entendre dire merci aux automobilistes ces jours là (et les autres aussi d’ailleurs).

  11. Benoît M

    Bien d’accord URB « c’est PENDANT les périodes de pollution à l’Ozone », le problème c’est que ces périodes durent une bonne partie de l’été, et on fait comment ? On loue une voiture pour en rajouter une couche ??? Pour ma part je peux covoiturer un ou deux jours par semaine, enfermé dans une boite de métal polluante parceque… il y a trop de boites de métal polluantes !!!
    D’autre part, j’interprète peut-être mal, mais pour moi le message est « une incitation à ne pas faire d’effort tout le temps » : pas de pollution apparente => ne culpabilisez pas et prenez votre voiture. Pollution avérée => prenez votre voiture pour préserver votre santé.

  12. Antec

    Effectivement, le coup de demander une réduction de vitesse, ou d’émission de polluant pendant le pic de pollution est complètement stupide.

    Si c’est la faute au soleil et au pas de vent (mais bien sûr) alors ils peuvent prévoir ça et annoncer de vrai mesures 2 ou 3 jours avant.
    Et vu qu’ils disent partout que paris se prend la pollution de l’europe du nord alors dans ce cas que ces mesures soient généralisés, pas seulement là où la pollution est, mais aussi de là où elle est émise.

    On a l’impression que les politiques n’ont aucun pouvoir sur cette histoire là… mais c’est juste qu’ils n’ont pas envi de faire des mécontents en prévision d’une prochaine élection.

    Monde de merde

Les commentaires sont clos.