Le rapport cycliste/automobiliste en question

Un automobiliste manque de renverser un cycliste. A la mauvaise foi répond l’agressivité, sans que l’opprimé réussisse à se faire entendre. Cela arrive tous les jours… sauf qu’aujourd’hui, le spectateur peut entrer en scène pour changer les choses !

Venez assister et participer à une séance de théâtre forum jeudi 27 mai à 19h à Pignon sur Rue, 10 rue St Polycarpe à Lyon. Entrée libre.

Source: http://velorutionlyon.free.fr/

Vélorution

A propos de Vélorution

La Vélorution (mot-valise mêlant vélo et révolution) est un mouvement dont l'un des buts est de promouvoir l'utilisation des moyens de transports personnels non polluants (bicyclette, patin à roulettes, planche à roulettes).

2 commentaires sur “Le rapport cycliste/automobiliste en question

  1. Alain

    Hier devant la gare de St Pierre des Corps, en sortant du parc à vélo, j’avance vers le passage piéton pour rejoindre le couloir bus en site propre et utilisé par les vélos. En face de moi, un scooter tentait de traverser la rue par ce passage, une voiture arrive et empêche complétement le scooter de passer et qui n’avait aucune intention agressive (chose qu’on ne pourrait pas dire de l’auto). Je me fais un passage tant bien que mal et dis au conducteur que c’est quand même un peu fort sur un passage piéton. Il m’a bien sûr insulté.
    Plus loin, sur la piste cyclable, un conducteur de voiture sortant de son entreprise de poids-lourds discutait boulot deux roues sur la piste avec le chauffeur d’un camion qui rentrait dans l’entreprise lui-aussi deux roues sur la piste. Je m’arrête. J’attends 30 secondes puis actionne mon pouet-pouet pour leur montrer que j’existais. Je leur signale que je voudrais bien passer. Et bang, je me fais insulté.
    La bagnole est un repaire à connards!

  2. Frncqvll

    J’aimerais devenir un Gentleman_Cycliste: ne plus m’énerver quand au court d’une partie de pédale à la fraîche on m’intime l’ordre, à grand coup de klaxon et force gestes expressifs, de regagner mon ghetto « cyclable ». Etre capable de sourire à l’agresseur comme à un enfant qui fait un caprice et l’inviter à passer son chemin comme un maître de maison raccompagnant un invité qui aurait le vin mauvais…
    Merci à ceux qui derrière leur pare-brise restent des cyclistes « aujourd’hui je suis coincé, vas-y, roule pour moi… » et qui d’un salut accompagnent votre joie. Merci au cyclistes qui voient encore les piétons et à ceux écartent les automobiles de leur chemin en leur posant dessus une main amicale comme on toucherai un gros animal aveugle et sourd qu’il est dangereux de surprendre.
    Peace. Christian.

Les commentaires sont clos.