Trouble du déficit de l’attention/hyperactivité: la pollution automobile en cause?

On sait que la pollution automobile est responsable de troubles respiratoires et cardiovasculaires chez l’enfant. En revanche, peu d’études ont été consacrées à ses effets neuro-dégénératifs, en particulier dans les pays en développement. Des travaux ont toutefois rendu la pollution atmosphérique responsable de troubles de l’activité cérébrale et d’altérations de la fonction olfactive chez des résidents de Mexico. Des altérations des fonctions cognitives ont également été observées. Qu’en est-il du lien entre pollution et trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDA/H), l’un des troubles du comportement les plus fréquents de l’enfance?

Cette étude conduite à Delhi en Inde apporte des éléments de réponse. Il faut souligner qu’à Delhi, la PM 10 est 2,7 fois plus élevée que les standards indiens et qu’elle est liée pour 72 % au trafic qui représente 4,2 millions de véhicules. Rappelons que la pollution de l’air s’évalue sur la concentration en particules de diamètre inférieur à 10 μm (PM10) et en oxyde de soufre et d’azote.

Des chercheurs ont étudié 2 groupes d’enfants dans le cadre d’un dépistage des TDA/H. Le premier résidait dans un rayon de 3 km autour du centre de contrôle de la pollution. Les enfants ont été sélectionnés parmi ceux qui habitaient prés de l’école. Ils étaient âgés de 9 à 17 ans et représentaient 3 niveaux socio-économiques différents. Les facteurs d’exclusion étaient les maladies neurologiques, mentales et sensorielles et le tabagisme familial. Ces enfants ont été comparés à un groupe apparié, vivant dans des zones rurales. Ont été mesurées la pollution externe ainsi que la pollution à l’intérieur des maisons de 60 participants de chaque groupe. Les TDA/H ont été classés selon les critères américains. Le diagnostic a été complété par des questionnaires standard remplis par les parents et les enseignants.

Finalement, 969 enfants de Delhi ont été comparés à 850 contrôles. La moyenne annuelle des taux de PM10 était de 161,3 ± 4,9 μg/m3 à Delhi contre 74,6 ± 3,3 dans les zones rurales et les taux de SO2 et de NO2 étaient respectivement de 9,6 μg/m3 versus 5,6 μg/m3 et de 50,1 μg/m3 versus 30,3 μg/m3. Les TDA/H ont été diagnostiqués chez 107 enfants à Delhi (11 %) contre 23/850 contrôles (2,7 % ; p < 0,001), soit une prévalence 4,1 fois plus élevée à Delhi. Le sexe/ratio garçons/filles était comparable dans les 2 zones (4,5/1). Plus précisément, 5,9 % des enfants de Delhi et 2 % de ceux vivant en zone rurale avaient un TDA/H de type « inattention », et respectivement 4,2 % versus 0,4 % avaient un type « hyperactif/impulsif » et 1,1 % versus 0,2 % avaient un type combiné. Les autres facteurs de risque étaient un bas niveau socio-économique et un âge entre 12 et 14 ans. En analyse multivariée, après contrôle des facteurs de confusion, le taux de PM10 était positivement corrélé avec les TDA/H (odds ratio de 2,07 ; intervalle de confiance à 95 % de 1,08 à 3,99).

En conclusion, après prise en compte de différents facteurs de confusion, la prévalence des TDA/H est corrélée au taux des particules.

Pr JJ Baudon

Siddique S et coll. : Attention-deficit hyperactivity disorder in children chronically exposed to high level of vehicular pollution. Eur J Pediatr 2011 ; 170 : 923-29.

Professeur Pignon

A propos de Professeur Pignon

Docteur en cyclopédie, spécialiste des maladies automobiles

5 commentaires sur “Trouble du déficit de l’attention/hyperactivité: la pollution automobile en cause?

  1. Le cycliste intraitable

    C’est ce que relève le Dr Saladin sur son blog Vélo, potager et cerveau.
    http://veloetpotager.20minutes-blogs.fr/archive/2011/07/19/pollution-atmospherique-et-cerveau.html

    En même temps une telle affirmation est à double tranchant : là où la pollution atmosphérique dans les villes n’est pas un problème pris au sérieux, il y a de quoi inciter ceux qui en ont les moyens à aller élever leurs enfants au bon air dans une lointaine banlieue résidentielle…

  2. Goodmusik

    Dis moi, LE CYCLISTE INTRAITABLE, tu ne serais pas du Havre par hasard pour parler du Dr. Saladin ? Si oui, je te convie à une future vélorution qu’il faudra qu’on organise un jour…

  3. France

    Bravo à vous d’avoir évoqué ce problème majeur qui nous affecte tous. Pas seulement les enfants ! Merci. Il faut continuer à en parler.

  4. mutuelle

    Les maladies respiratoires gênent le sommeil d’un enfant, du coup il est facilement perturbé.

Les commentaires sont clos.