Le changement, c’est lentement…

L’heure est grave. Avec la crise de la dette, il faut trouver d’urgence 30 milliards d’euros pour réduire le déficit à 3% du PIB, ce qui va imposer de sérieuses acrobaties budgétaires au gouvernement, entre augmentations des taxes et des impôts et baisse drastique des dépenses publiques. Mais nous tenons à rassurer le gouvernement, nous avons un plan pour économiser ces 30 milliards d’euros sans augmentation des impôts et sans diminution des dépenses publiques. Un bon plan pour se faire réélire en 2017…

Il y a quelques jours avait lieu la grande conférence environnementale du gouvernement. Une sorte de techno-machin ne servant à pas grand chose, mais qui apporte une information intéressante dans le cas qui nous préoccupe.

Dans le cadre de la table-ronde sur la prévention des risques sanitaires environnementaux, un constat impitoyable est dressé concernant la (très mauvaise) qualité de l’air en France:

« La qualité de l’air extérieur, et en particulier la pollution aux particules fines, est un enjeu important de santé publique selon la Commission européenne et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’exposition chronique aux particules fines (PM2,5) d’origine anthropique serait à l’origine d’environ 42 000 décès prématurés chaque année en France. En juin 2012, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé les particules fines diesel cancérogènes certains (Groupe 1) pour l’homme. La mauvaise qualité de l’air, intérieur ou extérieur, aurait un coût pour la collectivité compris entre 10 et 40 milliards d’euros par an. La France doit engager rapidement des actions d’amélioration de la qualité de l’air, y compris du fait du contentieux communautaire en cours. »

Non seulement la mauvaise qualité de l’air liée en très grande partie au diesel provoque des milliers de morts par an en France, sans même parler de tous les malades, mais en plus cela coûte très cher à la collectivité du fait de la prise en charge par la société de la majeure partie des coûts que cela représente (hospitalisations, remboursements de médicaments, arrêts de travail, etc.)

En outre, comme la France ne respecte pas les normes européennes en matière de qualité de l’air, normes qu’elle a pourtant participé à élaborer, elle est menacée de très lourdes sanctions financières par la Commission européenne.

Sans même parler de ces sanctions financières, le gouvernement estime donc ce coût pour la collectivité entre 10 et 40 milliards d’euros par an. Tiens, tiens… Autrement dit, la seule suppression des émissions de particules fines permettrait d’économiser quasiment l’effort budgétaire qui est demandé à la nation pour rentrer dans les clous des 3% de déficit du PIB.

Face à un tel constat détaillé dans un document gouvernemental officiel, on s’attendait donc à une pléthore d’actions destinées à en finir avec ces émissions de particules fines, d’autant plus que cela permettrait de faire des économies substantielles au budget de la nation.

En fait, non, il n’y a rien, aucune action susceptible de sauver 42.000 vies humaines par an en France et d’économiser par la même occasion entre 10 et 40 milliards d’euros par an.

La seule mesure de cette feuille de route gouvernementale en matière de qualité de l’air tient en une seule phrase: « Le Gouvernement poursuivra le traitement des points noirs de qualité de l’air extérieur, de manière socialement juste. »

Le changement, c’est lentement…

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

2 commentaires sur “Le changement, c’est lentement…

  1. nico

    Vous avez raison, il ne peut pas y avoir de changement opéré délibérément par ce gouvernement. C’est un gouvernement hyper conservateur installé par le vote des automobilistes téléspectateurs qui sont sous perfusion de la pub des industriels et de la messe du PAF.
    Un véritable changement pour plus de respect de la seule planète que nous avons, ne peut intervenir que par la somme des actions individuelles de ceux qui veulent réellement changer, à condition que cette somme soit assez élevée pour créer un cercle vertueux. Le changement peut aussi trouver sa source dans les actions collectives (ex: vélorution).
    Faute de quoi, et c’est la voie de loin la plus probable, le changement arrivera par la force: récession drastique de l’économie quand les cours du pétrole vont s’envoler dans quelques mois ou quelques années. Cette récession marquera la chute de la société de surconsommation, mais avec en toile de fond surpopulation avec urbanisation galopante, manque d’eau potable, changement climatique par la destruction de l’atmosphère, destruction des sols, des forêts, érosion accélérée de la biodiversité terrestre et marine. Il reste à parier que dans cette crise globale et majeure, l’enjeu des derniers puits de pétrole, dernière mines d’uranium, dernières nappes d’eau potables entraîneront des conflits nucléaires, pour qu’enfin, ces armes aussi chères qu’inutiles depuis Nagasaki justifient leur existence.

    Au lieu de gaspiller du pétrole et utiliser l’atmosphère tel une poubelle pour déplacer 2 tonnes de ferraille & plastique en allant chercher à 500 mètres votre morceau de pain de 300 grammes, ou encore au lieu de dévorer un des 8 300 000 porcs de la Bretagne qui génèrent chacun 15 litres de lizier par jour détruisant cette même Bretagne après avoir bouffé des tourteau de soja transgénique cultivé sur l’Amazonie dévastée et avant de se faire exécuter dans un lieu sanguinaire par des hommes déshumanisés, réfléchissez plutôt à:

    « vous devez incarner le changement que vous voulez voir dans ce Monde »
    Gandhi

  2. Alain

    Ce gouvernement est pitoyable. 3 exemples:
    – Montebourg le sinistre abruti tout joyeux de se rendre aujourd’hui au ministère en Renault Zoe en faisant d’ailleurs des excès de vitesse. Sa belle Zoe électrique dont le moteur est… polonais. Gros con de montebourg. Connait même pas l’emploi français, cet idiot!
    – Hausse de taxes pour tous les entrepreneurs libres et seuls: auto-entrepreneurs, artisans, professions libérales. Pas possible d’être libre dans ce pays. Faut être salarié donc: Parce que baisse des charges patronales de 40 milliards sur 4 ans. Sois enchainé à ton patron et tu seras heureux. Sois libre dans ton travail et paye. voilà la doctrine socialiste.
    – Les ministres à qui on peut écrire ne répondent jamais à leur courriels. Savent pas répondre aux questions qu’on leur pose, mais s’émeuvent dès que Facebook a un bug. Tas d’idiots.

    Ce gouvernement, c’est Sarko sans Sarko. C’est même pire. Parce qu’avec Sarko, on savait où on allait, on savait où ça ferait mal mais avec eux, c’est le hasard qui domine, on ne sait pas par où le coup viendra.

Les commentaires sont clos.