Comment supprimer le stationnement anarchique sur sa commune

Libérez les trottoirs

Je souhaite faire partager mon expérience concernant des démarches entreprises à titre individuel auprès de la mairie de ma ville. L’objectif était d’arrêter l’encombrement par des voitures mal garées d’un trottoir à proximité des crèches, écoles et lycées, et ce, sur une rue très passante.

Pour appuyer une demande, il est clair qu’une pétition est utile, mais ce n’est pas obligatoire.

Ainsi, si d’autres personnes souhaitent en faire de même dans leur commune, elles auront des pistes de solutions. Car pour mon cas, cela a marché, il faut juste être persévérant.

Les démarches se sont enchaînées sur 3 ans :

  1. Courrier au Maire
  2. Décision négative du Maire
  3. Courrier au Médiateur de la République
  4. Réponse négative du Médiateur de la République
  5. Requête auprès du Tribunal administratif (timbre de 35 Euros, pas d’avocat nécessaire, procédure écrite)
  6. Décision du Tribunal m’étant favorable en 1ère Instance
  7. Appel de la Mairie
  8. Décision de 1ère Instance confirmée en Appel
  9. Les travaux ont été réalisés par la Mairie, et les piétons peuvent enfin circuler en sécurité sur le trottoir.

Vous pourrez trouver ci-dessous quelques détails des courriers émis avec les textes sur lesquels je me suis appuyé pour avoir gain de cause :

1. Courrier au Maire

[…]Je vous demande donc d’utiliser vos pouvoirs de Maire pour mettre en place un aménagement adapté et efficace à tel emplacement et d’utiliser vos pouvoirs de Police pour le faire respecter, et ce, afin de ne pas mettre en danger les piétons.

Je vous rappelle que le Maire peut être considéré comme responsable en cas d’accident selon le code pénal qui dispose en son article 121-3 que, « lorsque la loi le prévoit, il y a délit en cas de mise en danger délibérée de la personne d’autrui. Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement , s’il est établi que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.[…] », complété par l’article L. 2123-34 du code général des collectivités territoriales qui dispose « Sous réserve des dispositions du quatrième alinéa de l’article 121-3 du code pénal, le maire ou un élu municipal le suppléant ou ayant reçu une délégation ne peut être condamné sur le fondement du troisième alinéa de ce même article pour des faits non intentionnels commis dans l’exercice de ses fonctions que s’il est établi qu’il n’a pas accompli les diligences normales compte tenu de ses compétences, du pouvoir et des moyens dont il disposait ainsi que des difficultés propres aux missions que la loi lui confie.

2. Décision du Maire

Des panneaux d’interdiction de stationner sont présents sur le trottoir.
Des campagnes de verbalisation ont été menées.
Le Maire n’a pas de Police municipale pour faire respecter cette interdiction et doit faire appel à la Police Nationale
Des éventuels dispositifs anti-stationnement sont trop coûteux pour la ville.
Le Maire compte sur ma compréhension et fera appel au Commissariat aussi souvent que possible.

5. Envoi d’une requête contre la décision de Maire auprès du Tribunal administratif

Rappel de la demande initiale (dispositions efficaces pour empêcher le stationnement sur le trottoir) et du contexte (emplacement et problématique)
Les campagnes de verbalisation n’ont rien apporté.
La demande est accompagnée de photos de l’endroit (avec dates et heures).

Je demande que la libre circulation des piétons sur le trottoir de la rue soit restaurée, ce qui est d’ordre public (dispositions de l’article R417-10 du Code de la route).

Concernant les règles d’hygiène et de sécurité, le maire est en charge, en vertu de l’article L.2212-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, de la police municipale et de l’exécution des actes de l’Etat relatifs à cette police. Celle-ci dépend donc directement de son autorité, en vertu de l’article L 2212-2-1° du même code. Elle a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publics.

L’article L 2122-21-5° du Code Général des Collectivités Territoriales dispose qu’il appartient au maire « de pourvoir aux mesures relatives à la voirie communale ».

Il en ressort que le non-respect par le maire de ses obligations concernant les règles d’hygiène et de sécurité constitue une rupture du principe d’égalité entre les citoyens et une violation du principe de libre circulation des personnes, spécialement des piétons.

Attendu que la mairie, dans le compte-rendu de la réunion du 17 février 2009 dans sa pièce jointe reconnaît que le stationnement sur le trottoir de la rue est « … un stationnement particulièrement accidentogène, … ».

Attendu que la campagne de verbalisation de telle date (ainsi que les précédentes) par la police nationale n’a malheureusement pas résolu le problème, ce qui est démontré par les photos versées aux débats par la mairie elle-même, ainsi que les photos que j’ai prises les jours suivants.

6. Décision du Tribunal Administratif :

Décision du Maire annulée
Le Tribunal enjoint au Maire de la commune de faire procéder à la mise en place d’un dispositif matériel adapté visant à empêcher le stationnement dans un délai de 6 mois.

8. Décision de la Cour Administrative d’Appel :

Décision de 1ère Instance confirmée.

Photo: http://bougezautrementablois.over-blog.com/

BromptonAddict

A propos de BromptonAddict

Contributeur de Carfree France

33 commentaires sur “Comment supprimer le stationnement anarchique sur sa commune

  1. Pédibuspédibus

    ouf! merci d’avoir témoigné de cette expérience.
    Je tâche de rassembler du temps pour m’exprimer un peu plus tard.

  2. Struddelstruddel

    Merci au tribunal administratif, je trouve ça dingue qu’un maire puisse répondre ça … C’est son principal devoir que de permettre aux habitants de sa commune de vivre selon les lois établies par la république, sa façon de botter en touche est proprement scandaleuse et montre bien que dès qu’un sujet coûte de l’argent mais n’en rapporte pas, le bien vivre ensemble est mis à rude épreuve …

  3. Zaph

    Excellente initiative et bel exemple de pugnacité.

    L’automobiliste connaissant très mal l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme  » chaque citoyen a le droit de circuler librement…) pense qu’il intègre aussi le droit de stationner. Dés lors les tentatives personnelles de le rééduquer sont vaines.

    La prochaine mise en place des nouvelles équipes municipales semble un bon créneau pour lancer une grande campagne d’information et de sensibilisation à ce problème.

    Les associations « droits du piéton » et  » rue de l’avenir » pourraient relayer une telle initiative.

    On se lance ?

  4. kw

    Merci pour ce témoignage, on ne sait jamais par quel bout prendre ce problème tellement ça à l’air évident de notre côté et absurde de l’autre…

    On prépare un questionnaire à adresser aux municipales. Où trouver des exemples ? Est-ce qu’il y aurait un forum pour s’entraider plutôt que des commentaires d’articles ?

  5. Pédibuspédibus

    Les moyens de droit existent pour faire sortir les maires de leur situation de carence, et le juge administratif devrait sans difficulté donner constamment raison aux citoyens et aux collectifs en les enjoignant à agir : l’amoureux du vélo pliant anglais nous rappelle toutes les dispositions du Code Général des Collectivités Territoriales donnant pouvoir de police de voirie au maire, celles du code pénal pour sa responsabilité sur les conséquences du manquement, et Zaph rappelle les dispositions conventionnelles pour la liberté de circulation : ce dernier moyen est sans doute le plus puissant par certains égards mais la justiciabilité (1) socio environnementale risque de souffrir de délais bien longs…

    Pour le cas d’espèce est-on sûr que le maire a réellement agit sur sa commune? Je ne veux en aucun cas gêner BROMPTONADDICT dans sa démarche anonymisée mais il me semble que si nous pensons à la même commune une consultation des prises de vue sur Google street view nous montre un tracé de peinture… sur le trottoir, normalisant ainsi le stationnement, même si la distance minimale de 1 m 40 entre le mur et le véhicule stationné est loin d’être respectée. Que se serait-il passé au juste si nous parlons bien du même lieu?

    Zaph encore, et KW s’impatientent à bon droit (!) et soulèvent l’opportunité d’agir à notre tour au moment critique de la proximité immédiate des élections municipales.

    « Une grande campagne d’information et de sensibilisation », « un questionnaire à adresser aux municipales », « les associations « droits du piéton » et « rue de l’avenir » comme relais, les gens de Carfree ont là les ingrédients pour faire changer les choses : alors la suite?

    Je reviens vers vous un peu plus tard, en espérant que d’autres réagirons encore.

    (1) si on fait in fait un parallèle avec la justiciabilité sociale voir http://www.raison-publique.fr/article498.html

  6. BromptonAddictBromptonAddict Auteur

    @Pédibus

    Effectivement, il s’agit toujours de la même commune du Nord de la France.

    Concrètement, le Maire a officialise un stationnement à cheval sur la chaussée, incitant d’une part à réduire la vitesse des voitures (rue de circulation automobile moins large), et permettant de laisser une distance suffisante (environ 1m50) pour pouvoir circuler sur le trottoir avec une poussette par exemple.

    Auparavant, il y avait un file de voitures complètement stationnées sur le trottoir laissant 30 cm (voire 0 cm au niveau des lampadaires)

    Cette solution m’a semblé bonne pour limiter les coûts. Il y aurait eu encore de meilleures solutions (arbres,…), sûrement plus coûteuses mais je n’ai pas la possibilité pas choisir une solution technique en étant uniquement un simple administré. Sinon, il faut entrer au conseil municipal, avoir les bonnes attributions et vendre le projet.

    Je pense que le principal est de montrer que le droit permet de faire valoir un droit de circuler en sécurité sur un trottoir (pour les handicapés, familles,…). Si le Maire refuse de prendre en compte la sécurité de ces administrés, il y a des moyens juridiques de pression.

  7. Pédibuspédibus

    De Struddel : « […] je trouve ça dingue qu’un maire puisse répondre ça … C’est son principal devoir que de permettre aux habitants de sa commune de vivre selon les lois établies par la république, sa façon de botter en touche est proprement scandaleuse […] »

    Dans la même veine, c’est-à-dire pour illustrer la psychologie des élus, ici l’attitude de déni qu’ils peuvent prendre concernant le stationnement pénalisant les modes actifs, je vous restitue l’entretien que j’ai pu avoir dans une grande ville de province, l’année dernière dans le cadre de mon étude :

    http://pdf.lu/nYeR

    Commentaires personnels sur l’entretien:

    Les maires adjoints interviewés ou le responsable de la police municipale sont dans une attitude de déni ou de complaisance au sujet de l’encombrement des trottoirs par le stationnement illicite automobile à xxxxxxxx. La raison en a été donnée sans complexe par le maire adjoint en charge de la circulation et du stationnement lui-même : par manque de place, faute de garage les riverains squattent le trottoir bordant leur domicile, au mépris de toutes les conséquences en termes de sécurité et de confort pour tous les publics devant y cheminer. Le maire de la ville est donc sans ambiguïté en situation de carence pour ce qui concerne son pouvoir de police de voirie. Ce n’est pas tout à fait une surprise, on a déjà eu l’occasion en 2012 d’entendre des critiques à ce sujet, au moins une fois, par exemple à l’agence d’urbanisme. Aucun citoyen, aucune association n’ont jusqu’à présent eu l’audace de saisir le juge administratif pour espérer en tirer une injonction à agir : même pas l’association DDP xxxxxxxx… Pour le reste on a découvert avec le temps que le contrôle de la police municipale, cantonné au contrôle du stationnement payant, aux situations dangereuses…ou à la demande d’intervention d’un résident dont l’automobile… est coincée par un véhicule bloquant son garage, ne pouvait pas être efficace.

  8. Pédibuspédibus

    OK Brompton! Et salut au passage!

    Et le moment est judicieux pour tenter de lancer une action rien qu’avec le réseau que constitue les acteurs de Carfree : ça fait déjà du monde. Et si chacun suit un « protocole », qu’on pourrait s’essayer à définir ici, on devrait alors pouvoir faire évoluer les choses. Et bon dieu je sens que ça va devenir bigrement intéressant!

    Pour en revenir à ma géométrie du piéton, monomaniaque du 1 m 40 minimum syndical, claustrophobe entre la muraille de bagnoles en stationnement plus ou moins licite et les immeubles, regarde bien ce que je t’avais déjà envoyé à l’époque : j’ai rogné au maximum pour qu’on ne reconnaisse pas l’endroit.

    http://pdf.lu/7rQ4

  9. BromptonAddictBromptonAddict Auteur

    @Pédibus (salut également!)

    merci pour cette photo (une voiture qui est assez loin du secteur des écoles quand même et mal garée, alors que tout le reste est praticable), mais si j’ai partagé cette expérience, c’est pour présenter les démarches possibles.

    Suite à la nouvelle signalisation, l’amélioration est vraiment notable (Avant, le trottoir n’était pas empruntable par une poussette 80% du temps, maintenant, on dirait plutôt 10% du temps). En revanche, elle est perfectible.

    Quand on a une décision du Tribunal, on peut la faire valoir si les moyens mis en place ne sont toujours pas suffisants et/ou ne respectent pas la réglementation.

    Ayant déménagé depuis, je n’ai pas suivi l’évolution dans le temps, et je n’ai pas été présent pour demander la modification de la solution apportée.

  10. Pédibuspédibus

    Effectivement le signal est très fort, et encourageant.

    Reste sinon à renouveler ailleurs l’opération – assez longue (sauf saisie du juge en référé, au vu d’une « urgence » à cesser de mettre en danger le public pratiquant les modes actifs?) et technique – à interpeller les élus en laissant clairement entrevoir le contentieux – en s’appuyant précisément sur ce qui a pu être réalisé ailleurs… – et entraîner par exemple des publics d’électeurs moins captifs ou… moins victimes d’une addiction à la motorisation individuelle : seniors, CSP– (!), jeunes, carfristes (?!)…

  11. Paulo

    Merci pour ce témoignage.
    Par contre, les mots ayant un sens, il aurait été plus juste de titrer “Comment supprimer le stationnement « anomique » sur sa commune.
    « L’anarchie, pour citer Elisée Reclus, c’est l’ordre moins le pouvoir, la plus haute expression de l’ordre » Et le respect de son prochain.
    le désordre s’appelle « anomie »

  12. Jean-Marc

    ou « illégal » (mais toléré)

    ce qui présente 2 avantages sur anomie (et 1 sur anarchique) :

    – celui d être plus compréhensible
    – celui de d’indiquer la piste pour le combattre : la loi et l application de la loi (ce qu’a fait Brompton Addict)

  13. Pédibuspédibus

    Peut être arriverons-nous à mettre tout le monde d’accord en parlant de « stationnement abusif » au sujet de ces automobilistes qui garent leur véhicule sur le trottoir, situation illicite.

    Avec la formule créée par le juriste Pothier* au XVIIIème siècle, l’usus, le fructus et l’abusus, nous devons analyser ce comportement comme celui d’un propriétaire confiscatoire qui, par la force de la symbolique automobile actuelle, usurpe une portion de l’espace public dédiée, spécialisée, réservée aux plus faibles des pratiquants de la mobilité, essentiellement des piétons, mais aussi les PMR, sans oublier les toutous qui viendraient accompagner les maîtres…

    Et si ces trottoirs étaient rendus aux usagers, ainsi classés à 6-4-2, ceux-ci pourraient-ils sans doute faire mieux fructifier leur situation d’urbain en vaquant tranquillement dans les rues, mieux encore si le trafic automobile était tari…

    Plus sérieusement quoi faire avant d’en arriver au stade du contentieux administratif?

    Me trottait dans la cabèche l’idée suivante. Sans doute les seniors abandonnent-ils de plus en plus tard la pratique automobile si on en croit diverses études que je pourrais m’amuser à citer. Sans doute aussi font-ils partie de ceux qui ont conservé sur l’annuaire page blanche un numéro de téléphone à partir duquel on peut faire un brin de causette, sans avoir besoin de s’esquinter le gros nougat en voulant gêner la fermeture de l’huisserie de l’informateur…

    Alors voilà, après ça semble assez simple. Repérons une rue victime de ce qu’on dénonce – ça ne devrait pas être difficile, tellement est fréquent et étendu le phénomène…-, avec un trottoir sacrifié à la fonction de parking, celui qui, comme par hasard, nous empêche de nous mettre à l’ombre les jours de cagna quand on passe par cet endroit. Feuilletons le dit annuaire, ou surfons sur le site web équivalent, et tenons-nous prêts à collectionner un bon petit panel de mamies et papys, a demi bloqués chez eux, ou entravés dans leurs pérégrinations dans le quartier à cause des usurpateurs précédents, et parions qu’ils auront assez peu d’empathie à leur égard si on sait y faire avec un discours mâtiné de carfrisme. Nous aurons alors peut être là réaliser la première phase d’une action collective visant à faire entendre raison à nos bourgmestres…

    *http://www.agter.asso.fr/IMG/pdf/Comby_impossible_propriete_absolue.pdf

  14. Voiturephobe

    J’ai une autre solution:monter une milice ayant pour but d’exploser les rétroviseurs des contrevenants à coups de battes de base ball.
    Quand ces bagnolards en auront marre de réparer leurs machine de malheur,ils se gareront ailleurs,c’est simple!

  15. Struddelstruddel

    De PAULO « « L’anarchie, pour citer Elisée Reclus, c’est l’ordre moins le pouvoir, la plus haute expression de l’ordre » Et le respect de son prochain. »

    Ça c’est l’anarchisme : Conception politique qui prône la suppression de l’Etat, l’indépendance de individu vis-à-vis de toute contrainte étatique

    -> C’est donc une volonté d’arriver à ce que dit la citation.

    L’anarchie c’est : Sens 1: Désordre politique dû à l’affaiblissement ou la perte de l’autorité de l’Etat [Politique]
    Sens 2 Désordre, confusion [Figuré]

    -> C’est donc un résultat (qui n’est pas forcément lié à une volonté anarchiste, exemple de la Somalie, où le chaos règne sans l’ordre)

  16. BromptonAddictBromptonAddict Auteur

    @Paulo
    Si j’ai mentionné le mot « anarchique », c’est que la Mairie elle-même l’a mentionné comme cela. Les tribunaux ont repris cette formulation.
    @voiturephobe
    J’ai mis des papiers aimables (du type de ceux que l’on trouve sur le site: les trottoirs c’est pour les piétons)
    Puis des autocollants interdiction de stationner avec de la colle difficile à enlever
    Puis rétros et essuie-glaces retournés
    Et souvent, cela ne suffisait pas. Voire, on se prend des réprimandes d’autres automobilistes qui nous voient agir.
    @pedibus
    Quand on discute avec les gens qui ont des voitures et qui les garent mal, ils se sentent plutôt victimes des pouvoirs publics qui ne créent pas assez de places. Ils ne se sentent pas coupables le moins du monde de mettre la vie des autres en danger, notamment les jeunes enfants (en poussette par exemple).
    Donc, le réflexe des parents est : comme c’est dangereux, on emmène les enfants à l’école en voiture même pour 100 mètres (90% des parents font comme ça).

    Une annecdote: des voisins ont 3 voitures, ils n’ont pas de garage (leur maison fait la largeur d’une voiture) et se garent donc dans la rue. Il est clair que si tout le monde fait comme cela, c’est normal que les trottoirs soint remplis de voiture. Il faudrait envisager une surtaxatation des voitures pour ceux qui n’ont pas de place ou de garage personnel. Cela dissuaderait un peu l’achat de voitures.
    On a beau aller discuter avec eux, ils veraient cela comme une limitation de leur liberté.

    Donc pour en revenir à la discussion avec les habitants d’une rue : pourquoi pas, mais il va falloir s’armer d’une sacrée dose de volonté. C’est plus facile de n’avoir personne à convaincre et d’aller faire ses courses au supermarché en voiture à l’extérieur de la ville, plutôt que de convaincre toute les conducteurs mal garés entre son domicile et le marché pour pouvoir y aller à pied.

  17. Joe l'Indien

    Article très intéressant, en fait j’habite sur paris et je vois assez peu de cas de trottoirs squattés par les automobilistes.
    Par contre les pistes cyclables transformées en parking sont légions. Du coup le but de mon commentaire est de savoir que faire contre ça ? Même méthode ?
    J’ai repéré trois cas intéressants :
    Le premier : c’est une voiture (smart) qui est toujours garé sur une piste cyclable. (Je pense lui mettre un mot)
    Le second c’est une piste cyclable ou il y a toujours au moins dix voitures donc impraticable (photo envoyés aux flics ?)
    Le troisième c’est une piste cyclable qui est squattée par les véhicules de livraison de carrefour (c’est un sous traitant, star services je crois), la c’est dangereux parce qu’il y a un séparateur en béton du coup on doit prendre le contre sens et ça roule vite (c’est pas un contre sens cyclable mais bien une piste cyclable).

    Donc une idée de méthode pour faire respecter les pistes cyclables ? des retours d’expérience ?

    J’ai aussi une anecdote intéressante : l’autre jour je roule sur ma piste cyclable qui alterne avec un contresens cyclables et la 4 flics au milieu de la voix en train de marcher. J’étais genre à 25 – 30 kmh. Le premier me dit : « doucement doucement faut ralentir  » Juste à coté d’eux des voitures stationnées sur la piste cyclable, ce qui n’a pas l’air de les géner. Bon j’ai pas répondu mais en fait je regrette.

    Merci et bonne semaine à tous

  18. Pédibuspédibus

    De Joe l’Indien : « […] j’habite sur paris et je vois assez peu de cas de trottoirs squattés par les automobilistes. »

    Et pour cause! Ta ville bénéficie d’un kilométrage impressionnant de trottoirs équipés de potelets protecteurs du côté où le stationnement n’est pas autorisé: pour ma recherche de l’an passé j’ai passé un temps incroyable sur Google street view à en trouver au hasard des pointages…

    Une méthodologie nous a été fournie par Brompton. Sans doute est-il déjà très intéressant de connaître la réaction du maire après l’envoi d’un courrier avec preuves photographiées à l’appui. Et principe de moindre action à coût zéro aidant l’idéal serait d’avoir son email pour l’informer de la situation.

    Il me semble qu’on devrait également jouer sur la corde électoraliste en visant les publics moins concernés par la mobilité automobile pour les trottoirs abusivement occupés : CSP– et seniors par exemple. Et une tournée en porte à porte en équipe de deux ou trois avec questionnaire à administrer et feuille de chou à distribuer serait sans doute le meilleur prétexte pour mieux connaître la sociologie des résidents de la rue esquintée par le phénomène. De là plusieurs résultats à escompter:

    – connaître les pratiques de mobilités des résidents de la rue et jauger déjà de la possibilité d’adhérer à « la bonne cause » et de rejoindre un collectif (même provisoire) pour faire pression sur l’élu…

    – ensuite repérer ceux que le phénomène irrite particulièrement, « philosophiquement » ou par simple gêne, allant de l’impossibilité à sortir ou rentrer chez soi à la difficulté pour marcher sur le trottoir : et de là découvrir ceux qui pourraient constituer une vigie qui n’hésiterait pas à prévenir fourrière ou forces de l’ordre pour faire cesser la chose ; en Grande Bretagne cette attitude n’est pas stigmatisée comme en France, dénonciation ici valant là-bas contrôle social ; et pour ceux qui auraient encore une hésitation éthique on peut les renvoyer vers Jane Jacobs* et son ouvrage « The Death and Life of Great American Cities », 1961, où les rues vivantes et vivables contiennent précisément assez de ces habitants qui veillent sur l’espace public…

    Bref je vois là les deux mâchoires d’un dispositif qui devrait freiner et faire disparaître localement où globalement ce qu’on dénonce sur sa commune…

    Si nous pouvions nous en inspirer et rendre compte de l’expérience que nous aurions menée, à la seule échelle des contributeurs de ce site, on pourra peut être dire qu’on sera arrivé à modifier les pratiques, même à construction cognitive individuelle constante…

    * »Déclin et survie des grandes villes américaines », Parenthèses,‎ 16/08/2012, 432 p

  19. Jean-Jacques

    Je ne vois qu’un mot : BRAVO !
    Je vais copier/coller cet article dans mon dossier « vélotaf/ bus cycliste » au cas où l’efficacité de la police municipale viendrait à faiblir.

  20. Struddelstruddel

    De PEDIBUS

    « Et pour cause! Ta ville bénéficie d’un kilométrage impressionnant de trottoirs équipés de potelets protecteurs du côté où le stationnement n’est pas autorisé: pour ma recherche de l’an passé j’ai passé un temps incroyable sur Google street view à en trouver au hasard des pointages… »

    En revanche, Paris est la capitale des voitures garées sur les pistes cyclables …

    Pour avoir habité dans plusieurs métropoles françaises dont Paris pendant 2 ans, je n’ai jamais vu ça ailleurs, des pistes cyclables comme celle de la petite ceinture qui entoure la place de l’étoile sont constamment encombrées par tout sauf des vélos : http://goo.gl/maps/pCqvC

  21. BromptonAddictBromptonAddict Auteur

    @Struddel
    Beau score pour le concessionnaire Lexus qui privatise la piste cyclable en mettant une pancarte sur pied pour s’en faire un parking! (Rue de Tilsit)

  22. Zeed

    Et bien en vélo sur la piste cyclable,HOP! un coup de pied dans la pancarte.
    Le concessionnaire n’est pas content après ça?Allez,un mawashi geri!!!!

  23. Pédibuspédibus

    Merci Julie et tous mes encouragements pour les actions qui pourraient faire changer les comportements à Angers.

    A expérimenter au plus vite, je m’y essaie à Bordeaux…

  24. Struddelstruddel

    Faut voir déjà jusqu’où peut aller un automobiliste quand on frôle sa bagnole …

    Entre l’article sur la tremblote cycliste et celui-ci :

    Mardi j’ai pris la piste cyclable en contresens cyclable de la rue de la crèche de mon fils, et comme d’hab, une bagnole garée dessus (qui force donc à être en vrai contresens pour l’éviter …) :

    Je n’avais pas envie de m’écarter, donc je me suis écarté juste assez pour passer en frôlant la voiture au maximum, et la remorque a traînée sur la carrosserie.

    Eh bien d’après la propriétaire qui arrivait juste derrière avec ses deux gamins, j’ai visé sa voiture car je suis une personne raciste (la personne s’estimant visiblement d’une « race » différente de la mienne) et je ne devrais pas être autorisé, je cite, « à fréquenter les lieux publics », phrase très amusante de la part d’une personne qui se les approprie à son bon vouloir.

    Ah, et au passage, elle m’a expliqué qu’elle était dans son bon droit car l’arrêt sur les pistes était autorisé tant que ce n’était pas un stationnement.

    Assez amusant lorsqu’on sait que d’une, il est censé être obligatoire de connaître le code de la route pour conduire son truc (et donc de savoir que c’est complètement faux) et que de deux, elle n’était pas dans sa bagnole et était donc … en stationnement …

  25. Pédibuspédibus

    Oui Christine!

    Après le sticker « garé comme une merde » voici l’action balte manu militari « écrasé comme une merde »…

    Dernière étape : 5 ans de Carfree auprès de 5 personnes choisies dans son entourage pour convaincre la société entière que c’est vraiment de la daube ce mode de déplacement et le système qui va avec…

  26. christine

    On marche sur la tête :
    Comme je ne peux pas me rendre avec ma fille dans des conditions acceptables à pied à l’école, je vais l’inscrire à la rentrée dans une école du village voisin où je me rendrais …en voiture. En effet, les conditions de circulation son telles pour les piétons sur ma commune que nous ne sommes pas en sécurité lorsque nous nous déplaçons. Devant les établissements scolaires, c’est catastrophique et maire et police municipal laissent faire, sans compter l’infrastructure non entretenue.
    A la rentrée, des animateurs recrutés par la mairie seront amenés à se déplacer avec des groupes d’enfants, et là…qui veut sacrifier son enfant sur l’hôtel de la république ? La commune d’à côté a conscience de la sécurité des enfants et fait des choses concrètes pour cela, alors adieu carte scolaire, et grand regret pour ma démarche écologique et citoyenne. D’un autre côté, je ferais un maximum d’activités à pied sur l’autre commune pour compenser. Je veux vivre dignement et ne plus me faire insulter par les automobilistes garés sur les trottoirs lorsque je leur demande de pouvoir passer.

  27. BromptonAddictBromptonAddict

    La décision de la Cour d’appel se trouve ci-dessoushttp://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000026448338

  28. Pédibuspedibus

    Dommage que cette action se soit soldée par un coup de peinture sur le trottoir pour « autoriser le stationnement illicite »…:————————————————————————————————————————-https://www.google.fr/maps/@50.7217793,1.615778,3a,75y,90h,90t/data=!3m4!1e1!3m2!1ssR71SEgoCO0JhDfHBSAxLQ!2e0—————————————————————————————————————————————–https://www.google.fr/maps/place/Rue+de+la+Porte+Gayole,+62200+Boulogne-sur-Mer/@50.7207704,1.6154587,3a,75y,71.56h,90t/data=!3m4!1e1!3m2!1sipJJn2FH1jaw-5XwOEw9Pw!2e0!4m2!3m1!1s0x47dc2c4e486024fd:0x47d22267b6fdf58e————————————————————————————–Les dernières nouvelles de Google Street View d’août 2014 n’infirment pas celles de 2013… : https://www.google.fr/maps/@50.7226011,1.6160611,3a,75y,180h,90t/data=!3m4!1e1!3m2!1svGZZ7TVrF4z73qKnqCccJg!2e0———————————————————————————————————–https://www.google.fr/maps/@50.7211419,1.6155918,3a,75y,180h,90t/data=!3m4!1e1!3m2!1s09KfnHglnIyIMYwbuPl-dw!2e0————————————————————————————————————–https://www.google.fr/maps/@50.7213665,1.6156575,3a,75y,165.65h,96.63t/data=!3m4!1e1!3m2!1s47bPyx5GlJo63f_j61aSkw!2e0

Les commentaires sont clos.