Une demi-tonne de déchets au kilomètre

Voici une nuisance automobile qu’on n’avait pas encore abordé sur Carfree France. Tout le monde connaît les détritus divers et variés jetés par les automobilistes indélicats et qu’on trouve au bord des rues et des routes. Cela représente au total une masse considérable de déchets qui finissent bien souvent dans l’environnement.

Et quand cela ne finit pas dans l’environnement, c’est ramassé par des fonctionnaires pour un coût difficile à estimer mais qui représente sans doute des sommes considérables tous les ans.

Le chiffre le plus parlant que l’on trouve sur les sites officiels relatifs à la gestion des routes en France, par exemple ici ou ici, parlent d’environ une demi-tonne de déchets au km et par an. Quand on sait qu’il y a plusieurs centaines de milliers de km de routes en France, on peut se faire une idée assez claire des masses de déchets en jeu.

Et que trouve-t-on le plus souvent parmi tous ces déchets? Des boites de kebab et des sachets de fast-food, les paquets de cigarettes, les mégots, les préservatifs, les canettes de soda, les bouteilles d’alcool… Apparemment, il y a aussi une spécialité venant de la part des routiers, vous savez ceux qui ne payent pas l’écotaxe, ils ont pris l’habitude de jeter au bord des routes des bouteilles en plastique pleines d’urine car ils n’ont pas le temps de s’arrêter… Sans doute à cause de la concurrence impitoyable du fret ferroviaire!

Mais, on trouve aussi des déchets beaucoup plus gros… Un Chef de centre de la Direction Interdépartementale des Routes (DIR) de l’Est de la France déclare: « Bien souvent, des objets encombrants (canapé, machine à laver …) sont abandonnés, soit sur un giratoire ou sur une aire de repos. Après un week-end, les agents ramassent parfois jusqu’à 800 kg de déchets en une journée. »

En voiture (ou en camion), le bord de route (ou de rue) devient une poubelle, voire même une décharge, bien pratique pour se débarrasser de ses déchets, ni vu ni connu à grande vitesse. C’est magique: un vieux détritus pourri qui traine dans la voiture, j’ouvre la fenêtre et c’est fini! Mieux que le tri ou le recyclage, la disparition, sans doute un nouveau concept écologique.

Sauf que les agriculteurs sont excédés car certaines cultures deviennent tout simplement impossibles à proximité des routes. Ceci dit, c’est peut-être plus sûr pour la santé…

Et tout ceci génère son « écosystème financier »: il faut des policiers pour verbaliser, des campagnes de communication pour tenter de limiter le phénomène, des fonctionnaires pour ramasser, trier, recycler, mettre en décharge, etc. Tout ceci avec notre argent bien entendu… En fait, les automobilistes sont gentils, ils participent au maintien des effectifs de fonctionnaires dans la fonction publique!

dechets

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

15 commentaires sur “Une demi-tonne de déchets au kilomètre

  1. jean-marc argirakis

    Il y a pollueur aussi parmi les cyclistes … et que dire des routes après le passage de la caravane du Tour de France ? Aucun travail d’éducation n’est fait en amont .. et on ne peut pas compter sur l’école non plus pour redresser la plante qui pousse naturellement de travers .. ce geste gratuit qui consiste à se débarrasser de ses déchets en le jetant nonchalamment au bord de la chaussée est le corolla

  2. jean-marc argirakis

    GRRRR ! je n’avais pas fini ma phrase !  … est le corollaire disais je de cette attitude irrespectueuse qui consiste à recracher ses gaz d’échappement dans l’atmosphère , il traduit le même manque d’égard envers l’environnement !

  3. jean-marc argirakis

    Aucune politique de répression efficace  n’est mise en place pour éradiquer ce fléaux ..donc,  les gens continuent à prendre les bas cotés pour des poubelles et à balancer leurs ordures sur les bords de routes  en toute liberté !

    C’est un problème de conscience individuelle  ! Cette conscience doit être éduquée dès le plus jeune âge, après c’est plus difficile.

    Belle illustration de l’irresponsabilité totale du  français moyen … y a pas d’autre alternative selon moi que la répression.

    TIG !! travaux d’intérêt général pour tous ceux qui polluent les bords de nos belles routes de France.

    Tri des déchets pendant une semaine dans un centre de recyclage + visite d’un centre d’enfouissement + ramassage des ordures au bord des routes obligatoire pour tout contrevenant sinon amende !

  4. jean-marc argirakis

    Quant aux agriculteurs dont parle cet article .. mmm ils ne sont pas des modèles en matière d’écologie !!! Combien de tonnes d’engrais par an déversés dans les champs ?

  5. Guillaume

    Effectivement, pas mieux pour le tour de France… mais le tour de France n’a jamais rien eu à voir avec l’écologie, la simplicité volontaire, l’anticapitalisme ou quoi que ce soit.

    De plus tous les déchets jetés par les cyclistes du tour de France proviennent soit de ravitaillements sur la route, soit des voitures de leurs managers. Ben oui parce que pour avoir quelque chose à jeter, il faut d’abord l’avoir avec soi, et on trimballe moins de merdes sur son vélo que dans sa bagnole, pour des raisons pratiques que je ne vous fais pas l’affront de détailler !

    Je suis convaincu que les mêmes personnes à vélo ou en bagnole adopteraient des comportements différents vis-à-vis des déchets, ne serait-ce que par le fait qu’à vélo on a bien plus de temps de contempler le bas-côté et de se rendre compte que c’est dégeulasse. Et puis on ne se sent pas aussi intouchable sur un vélo, tout le monde nous voit sous tous les angles et on ne peut pas fuir son forfait à 90km/h, on se traîne à 20km/h…

  6. David

    Rien d’étonnant: l’automobile disait Illich transforme les espaces des trajets en lieux qui n’ont d’autre finalité que de permettre ces trajets. Ces lieux dédiés à la bagnole ne sont plus considérés comme des lieux offrant à d’autres des possibilités d’existence. Ils sont des espaces de transit qui n’ont aucune signification ni valeur pour celui qui les traverse, des espaces qui font perdre du temps entre un point de départ et un point d’arrivée. Ils n’existent pas pour l’automobiliste. Évidemment, pour le piéton qui fait l’expérience tactile, visuelle et odorante des immondices à ses pieds il en va tout autrement. Mais comment croire à l’existence de ce que jamais – en bagnole tout au moins – on ne voit ni n’éprouve ? Ma bagnole est propre? C’est cela mon environnement, donc je ne vois pas où est le problème.

    lol

  7. Pédibuspédibus

    Complètement d’accord avec David : trop de rues ne sont que des routes du fait de leur caractère monofonctionnel, ici avec le seul usage répondant à l’écoulement du trafic automobile. Il ne serait que peu démagogique de comparer ces axes aux tuyaux de fibrociment désamianté qui relient les vide-ordures des immeubles de grande hauteur.

    Voilà pour rester dans la métaphore de la poubelle…

  8. Zeed

    D’où l’autre nom des automobilistes qui polluent et terrorisent ( voire tuent ) les autres usagers non motorisés: LES ORDURES …

    Voilà,la boucle est bouclée,Pfffff pas drôle…

     

     

  9. Guillaume

    Je suis peut être trop naïf, mais je pense que c’est plus le fait d’un faible pourcentage de personne. La plus part des gens savent que « c’est pas bien ».

    Vous avez surement remarqué que c’est souvent le meme genre de déchets, en grande majorité des cannettes d’alcool. Ma théorie, c’est que c’est essentiellement des alcooliques qui en rentrant de leur journée s’en enfile 2,3, ou plus. et pour pas se faire chopper par leur femme (ou leur home) se débarassent des preuvent par la fenêtre.

    Mais comment arriver à les toucher pour qu’il arrêtent…

  10. Pédibuspédibus

    une bière dans le corps…

    le corps dans une bière…

    that is the question…

    reste l’emballage…

    boaaaaa

  11. jean-marc argirakis

    Une seule solution Guillaume ! durcir et verbaliser à tour de bras les contrevenants ( caméras cachées )  .. ya ksa qui marche de ce pays d’irresponsables  : la peur du flic et de l’amende .. quelle misère

    je ne pense pas que ce soit une question de moyen de locomotion .. ya  de gros porcs parmi les cyclistes du dimanche, ce sont les mêmes qui balancent leurs ordures par la fenêtre de leur sacro sainte bagnole .

  12. Mutin

    Bonjour,

    Pour ajouter une pierre à l’édifice, mon mari dépose tous les jours son vélo à la Défense là où les taxis se garent pour attendre le client. Régulièrement il retrouve dans son panier des papiers, des boîtes de pâtes vides, des sacs, bref leurs restes de repas… ils confondent un vélo avec une poubelle… il ne leur viendrait pas à l’idée de balancer leur déchet sur un capot de voiture… Ca en dit long sur leur mentalité : pour eux vélo=poubelle, pour nous voiture=poubelle. Comment leur ouvrir les yeux ?

  13. jean-marc argirakis

    Idée Mutin : placer une petite caméra d’espionnage sur le vélo .. on trouve ça sur le net pas trop cher … 😉

Les commentaires sont clos.