Le Refus de Conduire

Comment créer un certain enthousiasme autour de la réduction de l’utilisation de la voiture? En passant le Refus de Conduire, vous affichez clairement votre volonté de vous passer de voiture, pour un mois, un an ou pour la vie. Le Refus de Conduire constitue un document officiel délivré par Carfree France qui vous fournira une multitude d’avantages dans la vie de tous les jours.

Vous n’avez plus envie de conduire une voiture et vous avez raison: risque d’accident, pollution automobile et réchauffement climatique, stress de la conduite et pertes de temps dans les embouteillages, coût de plus en plus élevé de la voiture, impression d’être un has been, etc.

En passant le Refus de Conduire, vous vous libérez de toutes ces contraintes et vous disposez d’un document officiel prouvant votre liberté.

Le vieux Permis de Conduire coûte en outre une somme faramineuse, souvent difficile à trouver, en particulier pour les jeunes. Le Refus de Conduire ne coûte quant à lui rien du tout. Notre tarif est imbattable et complètement adapté au budget des jeunes d’aujourd’hui.

L’épreuve du Refus de Conduire est très facile à passer, on l’obtient presque à tous les coups. Il suffit juste de déclarer sur l’honneur que l’on refuse de conduire une voiture pour un mois, un an ou pour la vie. Les inspecteurs du Refus de Conduire sont par ailleurs plutôt coulants et ont pour consigne de donner massivement le Refus de Conduire aux jeunes afin de faciliter leur mobilité (marche, vélo, transports en commun, etc.).

Le Refus de Conduire vous est délivré avec 12 points. En cas d’infraction, la législation prévoit un retrait de points sur le Refus de Conduire. Le nombre d’unités ôtées dépend de la gravité de l’infraction. Voici un barème s’appuyant sur quelques-unes des infractions les plus courantes.

1 point: Visionnage d’une course automobile à la télévision
2 points: Passager d’une voiture sur plus de 500 mètres
3 points: Conduite d’une voiture sur plus de 500 mètres
4 points: Passager d’une voiture sur moins de 500 mètres
6 points: Conduite d’une voiture sur moins de 500 mètres

Le Refus de Conduire peut également se concevoir en appui à un programme éducatif et pédagogique pour limiter l’automobilité.

Pour les écoles:
Obtenir le Refus de Conduire est un puissant stimulant pour les enfants de tous les âges afin de reconsidérer la façon dont ils arrivent à l’école, ou essayer de nouvelles habitudes, et de découvrir ainsi la liberté de la prise en charge de leur propre moyen de transport. Les enfants aiment montrer leur Refus de Conduire à des amis et les encouragent ainsi à se mettre à la marche, au vélo ou aux transports en commun. Le Refus de Conduire leur permet aussi d’influer sur l’utilisation de la voiture familiale, en refusant officiellement que leurs parents prennent la voiture pour aller à l’école.

Pour le milieu de travail:
Le Refus de Conduire peut être un élément de communication important en entreprise dans le cadre d’un Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE). Le Refus de Conduire permet en effet aux entreprises d’atteindre leurs objectifs de réduction des déplacements en voiture, en délivrant temporairement des Refus de Conduire à leurs employés qui s’engagent à ne plus de conduire de voiture pour un mois, un an ou pour la vie.

Pour les évènements:
Tout le monde aime les activités « fun » durant les évènements tels que foires, festivals, salons automobile, etc. En mettant en place un stand provisoire de délivrance de Refus de Conduire, vous êtes assuré de faire le « buzz » et de réaliser une animation qui réjouira les grands et les petits.

Bon, pour l’instant, on ne dispose pas vraiment de l’infrastructure permettant de délivrer des Refus de Conduire, mais si des informaticiens nous lisent, il serait peut-être intéressant de réaliser un site internet délivrant automatiquement les Refus de Conduire. Les internautes déclareront sur l’honneur leur refus de conduire, donneront leur identité, téléchargeront leur photo et le site internet produirait automatiquement la carte de Refus de Conduire directement imprimable.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues!

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

22 commentaires sur “Le Refus de Conduire

  1. Pédibuspedibus

    Dispositif de minage (déminage?) du paysage idéologique d’autant plus intéressant qu’on lui trouvera des relais pédagogiques.

    Ne pas oublier l’argument nécro sociétal de la bagnole, avec ce qu’elle entraîne de perte d’urbanité là où elle passe et stationne, avec les décès prématurés des seniors, découragés de participer à la vie sociale dans l’espace public détérioré…

  2. LeCrabe

    Je crois que vous avez inversé le nombre de points pour le plus et moins de 500m, non ? 🙂

  3. CarfreeCarfree Auteur

    Heu, je ne crois pas, conduire ou être passager d’une voiture sur moins de 500 mètres, c’est pire que sur plus de 500 mètres, non? Donc, cela provoque un retrait de points plus important…

  4. le CRADE

    c’est moralement répréhensible de ne faire que 500 m en bagnole. Mais, dire que c’est pire que d’en faire plus… c’est absurde. Pourquoi il n’y aurait pas de proportionnalité entre la distance parcourue et la dose de massacre effectuée ?

    C’est quoi le message ? Tant qu’à conduire une bagnole, rentabilisez la au maximum et roulez loin, vite et partout ?

    Peut-être que c’est une idéologie citadine, qui ne veut pas de voiture en ville, mais qui légitime son usage ailleurs.

    Si seulement toutes les bagnoles ne faisaient que 500 m par trajet, les campagnes seraient vivantes.

  5. CarfreeCarfree Auteur

    Je vous laisse libre de juger cela « absurde »… Comme vous l’avez pressenti, on se situe ici du côté des comportements individuels, pas de l’impact supposé ou réel de la pratique en question. Dit autrement, c’est effectivement complètement débile de faire de la voiture sur moins de 500 mètres (et pourtant c’est très pratiqué!). En matière d’impact, c’est effectivement sans doute plus néfaste de faire plus de 500 mètres que moins, même si cela reste sans doute à prouver selon la distance (car il est reconnu que les déplacements courts sont particulièrement néfastes).

    Maintenant, comme dit dans l’article « Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues! ». Il y a deux approches:

    – Dire que c’est nul et… c’est tout

    – Proposer de manière constructive une alternative

    Vous avez fait votre choix…

  6. Jean-Marc

    il faut bien comprendre que certains nombres d automobilistes disent « je prend ma voiture car je NE PEUX PAS faire autrement« .

     

    si on peut comprendre que pour faire 600km, à 5 adultes, et 300litres-500kg de bagages, dans une zone sans aucun transports en communs interurbain (c-à-d, le pôle sud ? le désert de Gobie ?) , la voiture est plus adaptée que la marche;

    Par contre, il est bien plus facile de trouver un mode de déplacement alternatif à la voiture, quand on a juste 500m à faire.

    (surtout si c est en ville, aux heures de pointes.. donc au moment où la voiture n avance quasi pas, coinçée dans les embouteillages qu’elle participe à créer, et donc où son moteur puissant ne sert strictement à rien).

     

    Bien sûr, le but n est pas de préconiser à ceux utilisant leur voiture sur 500m, de faire 2 tours de périph ou d’une autre rocade, afin que leur compteur marque 40km afin de se rendre au même endroit, et qu’ils soient ainsi tout fier d avoir parcourut une distance qu’ils envisagent moins facilement de faire à pied ou à vélo…

     

    Chaque trajet peut +/- facilement ne pas être fait en voiture, et c est juste particulièrement facile approprié pour ceux de moins de 500m (à pied)/ 4km (en vélo), ou, dis en regardant de l autre coté, la voiture est encore plus inapproprié pour les parcours de moins de 500m (à 4km)

     

    précision : ces 2 tours de périph sont réellement pratiqués par les automobilistes :

    par pour ne « rien faire », mais pour aller chercher plus loin, ce qui existe sur place :

    Quand tu as une voiture, tu va passent aux différents supermachés nord, sud, ouest et Est de ton agglo, pour économiser 5cts sur 1l d huile d olive en promo, qui sera en rupture…, tu es souvent prêt à faire plus de 10km et perdre plus de 20m pour choisir un magasin, souvent/surtout sur le prix d’un ou 2 produits d appel-piège à consommateurs (pour être poli), sans tenir compte du prix et du temps perdu pour atteindre cet endroit.

     

    Quand tu es à vélo ou à pied, tu va te limiter à une zone d achat, d enseignes plus réduites… dans laquelle tu choisira tes magasins où tu retournes pour d autres raisons que simplement la facilité d accès en voiture et le prix bas.

  7. Vincent

    Jean-Marc > il faut bien comprendre que certains nombres d automobilistes disent « je prend ma voiture car je NE PEUX PAS faire autrement« .

    En fait, c’est pas forcément faux parce qu’il est fréquent qu’ils aient plusieurs trajets à effecuter dans la journée, qui chacun ne fait pas beaucoup mais qu’il n’est pas forcément possible de faire à vélo.

    Exemple tout bête : on a deux ou trois gosses à déposer à l’école. Les écoles ne sont pas forcément juste à côté l’une de l’autre.

    Après, faut aller au boulot, qui peut être à 10km de là. On ne va quand même pas faire ça en vélo-cargo. Que faire?

    Après, il faut passer prendre les gosses à l’école et éventuellement les déposer ailleurs (cours de musique ou sport, etc.)

    Retourner les chercher, passer chercher des trucs sur le chemin et rentrer.

    Plutôt que de faire de la morale aux gens, je pense qu’il est plus productif d’étudier sérieusement comment ils se déplacent actuellement et voir si on peut faire quelque chose.

    Il est évident qu’on ne reviendra pas rapidement sur des décennies du tout-bagnole. Regarder les investissements que les Hollandais et les Danois ont dû faire pour arriver là où ils sont.

    « Dépasser les freins, les réticences à l’usage du vélo ? »
    http://www.cerema.fr/retour-sur-le-colloque-le-velo-a-la-conquete-des-a468.html

  8. Jean-Marc

    « En fait, c’est pas forcément faux parce qu’il est fréquent qu’ils aient plusieurs trajets à effecuter dans la journée, qui chacun ne fait pas beaucoup mais qu’il n’est pas forcément possible de faire à vélo.

    Exemple tout bête : on a deux ou trois gosses à déposer à l’école. Les écoles ne sont pas forcément juste à côté l’une de l’autre. »

     

    sans compter le temps qu’il faut prévoir avant pour beurrer les tartines et les pré-macher, si bien qu’il reste bcp moins de temps disponible pour les trajets.

     

    Heu… des enfants qui vont à l école, ce n est pas nouveau.. (d’ailleurs, il y a une série de docs, actuellement sur F5 ou arte (arte je crois) sur le trajet des écoliers, on y a vu, entre autre, des enfants de 5 et 7 ans, en éthiopie, faire 20km à pied, en croisant des hyènes et autres rhinocéros… les parents n étaient pas avec, et c était l ainé de 7 ans qui expliquait au jeune comment se comporter, selon les animaux croisés)

    A part en maternelle, les enfants peuvent se débrouiller seuls…

    je suis allé en primaire à pied, aux collège et lyçée en bus (45 minutes de bus chaque trajet), et je n étais vraiment pas le seul à être indépendant = la voiture crée les contraintres qu’on choisi de se donner.

    De même, je connais bcp de parents avec voitures qui inscrivent leurs enfants au club de foot ou de guitare à 20km de chez eux, alors qu’il y a 10 clubs de sports, de musique, d art et culturels, indépendants ou dans des MJC, dans leurs quartiers d’habitation, mais « tu comprend, le club de X est tellement mieux »

    (car, bien sûr, le but est de créer un zidane ou un mozart, pas d aider son enfant à se développer, et de lui permettre de connaitre les enfants de SON quartier, en les croisant en activités péri-scolaires, et d ainsi d habiter, de vivre dans son quartier, au lieu de simplement y dormir).

     

    Alors, pour te répondre :

    OUI, il y a des gens qui ont bcp de trajets,

    mais cela ne prouvent pas que tous ces trajets, et que toutes ces distances étaient forcément obligatoires

    (exemple classique des gens qui rentrent manger (en voiture, en général) chez eux le midi)

     

    Alors, on peut trouver des gens qui ont plus de 10 trajets, de plus de 20km chacun, devant porter de lourdes charges, comme un représentant-livreur de roues de tracteurs à domicile, faisant le tour des agriculteurs sur une région entière.

    Mais ce n est pas le cas de la majorité des français :

    http://www.planetoscope.com/automobile/114-nombre-de-kilometres-parcourus-les-francais.html

    => TOUS déplacements quotidiens inclus, les français ne font « que » 25km/jour

    et encore.. c est la moyenne, pas la médiane… qui est forcément plus petite, voire bcp plus petite (car on ne peut descendre sous les 0km/j, mais on peut faire plus de 50km/j, plus de 100Km/j pour certains VRP)

    25km/j, en 2 ou 3 trajets (voire plus…), pour un parent ayant une constitution dans la norme, ce n est vraiment pas dur, avec même un enfant de 10kg et 15kg de sac.

    Après, il existera tjrs des cas, des VRP ou autre auditeurs de boites dispersées sur un grand territoire, qui peuvent difficilement se passer d’un mode de déplacement individuel.

    (en sachant, que dans les années 50-60, les VRP existaient deja.. et souvent, sauf dans les produits à très forte marge, se déplacaient en TEC : ils allaient dans un quartier, et après s’y déplacaient à pied, ils y ratissaient les différentes entreprises de leur domaine.. et, s’ils avaient des cadeaux ou autres catalogues et produits lourds ou volumineux, au lieu de les sortir du coffre de la voiture, ils le faisaient envoyer par la poste.. si bien qu’on avait la visite du commercial, et, 2 – 3 jours après, le catalogue.. ce qui faisait une piqure de rappel de sa visite (lui avait un catalogue et un seul pour la discussion, mais qu’il gardait))

     

     

  9. Jean-Marc

    « Plutôt que de faire de la morale aux gens »

     

    vu que tu as commençé en me citant, je suppose que cela s adresse à moi?

    ben.. je ne fais pas la morale…

    j explique juste qu’il existe d autres solutions, et que de très nombreux français les utiles deja (nombreux en nombre.. pas en %age), même si, niveau usage du vélo et dérivés, les français les utilisent bien moins que nos proches voisins du nord et nord-est .. des gens qui ne sont pas si différents et ne vivent pas dans un monde si différent du nôtre…

     

    CAr, si on peut avoir du mal à comparer un parisien de 2015 à un paysan chinois de 1990 à vélo, la différence avec un berlinois de 2015 est beaucoup moins visible.. pourtant, dans une ville moins adaptée au vélo (Berlin est moins dense et plus vaste que Paris), les berlinois utilisent bien plus le vélo que les parisiens.

    et pareil pour les allemands vis à vis des français.

  10. Zeed

    Yahooooooooo !
    Moi je rends mon permis à la préfecture et je le passe, ce refus!

    A quand les anti-auto écoles ?

  11. Luc

    Bonjour,
    A chaque fois que l’on parle de vélo on en appelle aux danois, hollandais ou autres teutons. Ma compagne est batave c’est un pays que je connais pas trop mal. La référence aux allemands ou aux hollandais pour ce qui est du vélo, n’est pas pertinente en l’état lorsqu’appliquée à un pays latin.
    Les allemands ou les hollandais (et je suspecte les danois d’être dans le même style ) sont probablement les moins fans de vélo de tous les européens. Ils ne roulent pas à vélo parce qu’ils aiment ça, ils roulent à vélo pour des raisons rationnelles (particulièrement les hollandais qui ont une culture spectaculairement concrète ou le pratique l’emporte sur tout le reste).
    Il suffit de voir l’état du parc de vélo en Hollande pour avoir une idée de la chose.
    Dans les pays latins, depuis des décennies les constructeurs de bagnoles sont arrivés à installer l’idée que voiture = puissance, voiture = virilité, voiture = séduction, voiture = sécurité etc etc etc…
    Le souci c’est que les latins sont sensibles à des arguments comme « virilité, séduction, puissance, sécurité » (tentez de vendre un truc à un hollandais avec l’argument que ça le fera paraître viril.. juste pour voir..)
    Je trouve amusante l’idée de ce Refus de Conduire qui va dans le sens d’une déconstruction de cette image de l’auto.
    May the farce be ouiziou
    Luc

  12. Zeed

    Il y a des décennies, les arguments puissance,virilité,séduction,sécurité et j’en passe, étaient peut-être valables; et encore…..

    Mais là, c’est fini.La voiture est devenu un objet de pseudo-puissance, dans le but de refouler son impuissance,nuance!

    Séduction?NON! La drague et la séduction en bagnole sont périmés! (voir l’article de carfree avec la R21 de Frank Dubosc)

    Sécurité?Où elle est quand on voit les chiffres de la sécurité routière?

    Le souci c’est que trop de gens se laissent séduire par des arguments aussi obsolètes et dithyrambiques que ceux cités plus haut, alors que la vérité est la suivante : voiture=pollution, voiture=problèmes de santé publique, voiture=stress, voiture=agressions,délinquance routière…La voiture détruit la vie.

    Refuser de conduire, c’est refuser mourir prématurément, POINT BARRE.

    ( Et ça permet surtout de garder son portefeuille/compte en banque bien garnis )

  13. Luc

    @Zeed

    Ce que vous dites est juste et rationnel. Le problème lorsqu’on parle de voiture c’est que le juste et rationnel n’a aucune pertinence.

    La publicité automobile et ses moyens colossaux a réussi a faire sauter ce genre de verrou. La publicité automobile peut dire absolument n’importe quoi, sans être contredite, avec la certitude d’être crue

    Souvenez-vous de la pub Citroen de 2010 : http://dai.ly/xiiqui

    Se débarrasser de l’auto a moteur thermique va nécessiter de déconstruire des décennies d’image construite a l’aide de moyens colossaux. Ca ne se fera pas (hélas) par la simple raison.

  14. Pédibuspedibus

    oui Luc… et tu nous prévoies pour quand l’électrochoc émancipateur du courant dominant (!) favorable aux automobiles électriques, pour laisser la place aux modes actifs de déplacement et aux transports publics?

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

  15. Luc

    Avis fort personnel, cet électrochoc émancipateur est avant tout (mais pas seulement) une question de génération.
    L’automobile a été un objet statutaire pour les baby boomers et la génération suivante. Pour les jeunes d’aujourd’hui, les objets statutaires sont portables, ce que n’est pas l’auto.
     
    Donc en l’espèce l’adage africain « assieds-toi au bord de la rivière et attends de voir passer le cadavre de ton ennemi » s’applique assez 🙂
    May the farce be ouiziou
    Luc

  16. Guillaume

    Super, j’aime beaucoup !

    @carfree : « En matière d’impact, c’est effectivement sans doute plus néfaste de faire plus de 500 mètres que moins, même si cela reste sans doute à prouver selon la distance (car il est reconnu que les déplacements courts sont particulièrement néfastes). »

    Je peux le prouver, d’une façon assez simple : tout trajet de plus de 500m commence par… les 500 premiers mètres ! (raisonnement applicable à la distance choisie)

  17. JiBOM

    @ Guillaume

    La question de savoir s’il est ou non néfaste de faire moins de 500 mètres en voiture est liée à la notion de mésusage. C’est-à-dire que pour une petite distance, il est ridicule de prendre une voiture quand la marche ou le vélo suffisent amplement. La plupart du temps, la voiture n’est réellement utile que pour des distances importantes et quand il n’y a pas ou peu d’alternatives.

    Dans cet état d’esprit, il est normal d’être pénalisé à ne pas savoir lâcher la bagnole pour de si courts déplacements.

    Sur un plan plus technique, on peut pousser à 2 ou 3 km la distance à partir de laquelle le moteur d’une voiture atteindra un meilleur rendement (donc une pollution plus faible par kilomètre parcouru).

  18. Augustin RiedingerAugustin

    C’est un très bel article. 🙂

    Tout comme je souhaite me faire débaptiser, j’aimerais bien renier mon permis de conduire. Malheureusement, le document étant cher et long à obtenir, c’est se tirer une balle dans le pied que de le détruire totalement.

    Du coup, je cherche un moyen pour pouvoir gérer tranquillement le « je conduis plus – sauf en cas d’urgence inévitable. »

    Peut-être qu’un refus de conduire physique pourrait m’encourager à aller dans ce sens !

  19. Pédibuspedibus

    comme saint Thomas, je ne croaaaaaaaaaaaaaaa que ce que je voaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa…

    … mais point de permis en vue chez votre humble serviteur!

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

  20. LomoberetLomoberet

    La conduite automobile, c’est comme une tablette de chocolat : Chaque carré consommé donne envie d’en consommer un de plus.

    J’ai du, ce dernier week-end, louer une camionnette pour déménager ma gentille petite étudiante de fille, aidé de costauds de son entourage car ma bonne forme de sexagénaire cycliste et pedestrian ne me permet guère de monter de nombreux étages avec de lourdes charges.

    Je me suis surpris, au retour de ce déménagement, regretter de devoir restituer la camionnette au loueur tant j’avais fini par trouver la conduite agréable.

    Je comprend maintenant mieux pourquoi les petites bi . es au QI de Marennes-Oléron achètent des bouses à moteur et effectuent tant de déplacements plus ou moins utile avec.

Les commentaires sont clos.