Plaidoyer pour la trottinette

Dans la rubrique « Alternatives à la voiture », une fois n’est pas coutume, je voudrais proposer une sous-rubrique « Alternatives au vélo » et contribuer à sortir la trottinette de la case étroite où on la cantonne souvent un sourire amusé aux lèvres.

Est-ce son petit nom en Français qui ne fait pas sérieux ? Il est vrai que descendre du marchepied de sa voiture pour pédaler, ça peut froisser l’ego ; alors en descendre pour trottiner sur un jouet pour enfant – en risquant de croiser quelqu’un qu’on connaît – faut pas pousser!

Et bien si, justement, c’est le principe : il faut pousser!

Mais il y a du nouveau depuis quelques années, la trottinette a été repensée et ne rime pas forcément avec « se casser la binette »,  elle ne signifie plus guidon au niveau des cuisses, virages dangereux, freinages hasardeux, roulettes stoppées au moindre obstacle et vibrations à vous déchausser les dents.

Aux pas-bricoleurs que les grincements agacent, aux personnes que le cambouis rebute, qui aiment les choses simples ou veulent garder les pieds sur terre ou à ceux qui rêvent d’un cœur d’athlète ou de fessiers raffermis, je conseille d’urgence l’essai d’une de ces trottinettes à grandes roues munies de pneumatiques et de freins. Vous ne risquez que de l’adopter et d’en devenir dépendant. Quelle stabilité ! Quel calme ! Quelle vitesse ! Quelle sensation de maîtrise et de glisse exquise!

L’expression « mode doux » prend tout son sens quand on avance – qu’on croit voler – en caressant le sol de la pointe des pieds.

Si vous faites des trajets qui vous obligent à alterner circulation sur chaussée et sur trottoir, il semblerait même qu’un certain flou juridique concernant ce véhicule vous permette de bénéficier des droits du piéton et d’échapper à certains devoirs du cycliste. Mais chut !…

Enfin, pour les poètes, ne laissons pas les professionnels du marketing rebaptiser nos patinettes footbike, pédicycle ou d’un autre nom commercial à coucher dehors pour faire cool ou se donner des airs : la trottinette doit rester destinée à ceux qui ont gardé une âme d’enfant !

Photo: Trottinettes utilisées par les Amish

Boris D

A propos de Boris D

Contributeur de Carfree France

8 commentaires sur “Plaidoyer pour la trottinette

  1. mobilityurban

    et si jamais l’envie vous prenez, il faut tester sa version électrique, comment allier souplesse et simplicité.

    A l’heure actuel les alternatives ne manquent pas, du vélo sous toutes ses formes (et elles sont nombreuses) aux autres modes (trottinette, gyroroue, skate, ….).

    La diversité c’est l’unique façon de convaincre les autosolistes d’abandonner leur carcasse : Trouver quelles roues sans essence va à leurs pieds.

  2. emmp

    Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à montrer des trottinettes amish. C’est un exemple parmi d’autres, il ne va pas contre les principes de Carfree, à savoir la liberté de déplacement et la libération du tout-voiture. Choisir une image revient à éliminer toutes les autres, forcément…

  3. Saadane

    D’un point de vue tout à fait personnel, je vois de plus en plus de trottinettes et uniquement des adultes. Elle a fait un vrai retour en force et son image est beaucoup moins infantilisante qu’il y a quelques années.

    Cependant il n’y aucun flou juridique les concernant : elles font partie des usagers considérés comme piétons à l’instar les rollers et les personnes en fauteuil roulant. Théoriquement, elles doivent suivent les mêmes règles (respecter les feux piétons, emprunter les passages cloutés si ils sont à moins de 50 m, rouler sur les trottoirs…)

  4. Jean-Marc

    Je n ai rien contre les trottinettes (ni contre les rollers), ni, à plus forte raison, contre la marche.

    Après, il faut savoir adapter son mode de déplacement à l’usage.

    exemple de conversation entre C, un multi-modal essentiellement cycliste, et A, un automobiliste :

    A : parfois, je vais à paris, lille, brest ou marseille (donc j utilise ma voiture)

    C: moi aussi ! (donc j’utilise le train + vélo ou train + TEC urbains, ou train + trottinette, ou train + marche)

    A: parfois, je suis avec mes enfants et ma femme (donc j utilise ma voiture)

    C : moi aussi ! (donc j utilise un siège enfant sur mon vélo, une carriole enfant, et les plus grands sont sur leurs vélos)

    A: parfois, je déménage, et j ai une gazinière, un lit et une armoire normande à déplacer (donc j’utilise ma voiture)

    C: moi aussi ! (donc j’utilise un vélo-cargo et une remorque de 3m de long accrochée à son moyeu arrière)

    A: parfois, je rendre quand les TEC urbains sont arrêtés (donc j’utilise ma voiture)

    C : moi aussi ! (donc j utilise mon vélo)

    A: parfois, je fais des courses (donc j’utilise ma voiture)

    C: moi aussi ! (donc j utilise mon vélo et 1 à 4 sacoches (2 arrières, voire 2 avants, voire une remorque)

    A: parfois, j’aime faire une balade pour le plaisir (donc j’utilie ma voiture (sic))

    C: moi aussi ! (donc j’utilise mon vélo, ou un vélo spécial (VTT, BMX, course, autre) ou autre chose : mes pieds, une trottinette, des rollers, des échasses urbaines,..)

    A: parfois, je vais chercher des amis (donc j’utilise ma voiture)

    C: moi aussi ! (donc nous utilisons nos vélos, avec, parfois, si moins de vélos que de personne/si certains n’ont pas leur vélo, sur de courtes distance, 2 personne sur un vélo (le pédaleur en danseuse, reposant un minimum sur la selle, le passager sur la selle, pieds en arrière, sur les haubans))

     

    Alors, je viens de parler uniquement de vélos et auto sur un sujet sur la trottinette… je suis hors-sujet, non ?

    et bien non :

    les réponses de C sont là pour montrer qu’on peut changer d’équipement selon les circonstances.

    Un automobiliste en ville pour faire 5 km avec une voiture de plus d’1tonne dépassant le 130km/h pour 5 passager, nécessitant le permis B (et pas B1 !), c est comme si chaque cycliste se baladait en permanence avec un quadridem, quatre sacoches, une remorque enfant et une remorque de course, avec 6 moteurs élec (2 pour les 2 roues du quadridem, 2 pour les 2 roues de la remorque enfants, et 2 pour la remorque de courses)

    Si vous voyez un tel cycliste, sans personne ni rien avec lui, sur son véhicule ni dans ses remorques, vous penserez quoi ?

    La même chose que si vous voyez, dans un pédiluve, un scaphandrier ou une personne en combinaison de plongée, avec bouteilles, masque et palmes, et un zodiac…

    C’est soit un fou, soit un idiot…

     

    Ainsi, pour 2-3 km, une trottinette est très bien : pas de transmission, donc entretien et pannes réduits à néant,point léger, souvent pliante, mais utilisable en bagage à main dans les TEC même si non-pliante (donc idéale pour les TEC-mode doux, si gare/arrêt proches des lieux de destination).

    Cependant, la draisienne, toujours sans transmission, donc d entretien aussi simpliste, mais avec une selle, donc bien plus confortable sur la distance, est mieux adaptée à 3-5km de +/- plat.

    Et le vélo est bien mieux dès 4km, et au-delà, ou en deçà, en cas de dénivelé conséquent.

  5. Francis Vergier

    Discussion avec un ostéopathe : génial la multiplication des trottinettes, car le geste étant asymétrique, à long terme, cela crée un déplacement des vertèbres et du boulot pour nous ! Le vélo par sa symétrie n’a pas le même inconvénient. Amateur de trottinettes : pensez à alterner le pied d’appui !

  6. mobilityurban

    Pas faux ce dernier commentaire. Effectivement avec une trottinette électrique, vu qu’on a les deux pied posés sur le plateau, pas d’asymétrie. sauf quand on pose un pied a terre au passage piéton, mais là, en vélo aussi. et en motocycle aussi d’ailleurs…

Les commentaires sont clos.