Des vélos-cargos en libre-service

C’est une première dans le domaine des vélos partagés et ça se passe en Autriche: depuis début octobre, les habitants et visiteurs d’Aspern, un quartier en périphérie viennoise, ont la possibilité d’emprunter des vélos-cargos en libre-service.

Équipés d’un caisson en bois, ces vélos-cargos s’avèrent tout aussi adaptés pour véhiculer des enfants que pour transporter des courses. Le modèle est maniable et facile à déplacer: idéal pour des personnes qui ne sont pas familiarisées avec ce genre d’engin ! Aspern complète ainsi une offre diversifiée de vélos en libre-service, puisque la flotte s’était déjà étoffée cet été de 25 vélos à assistance électrique.

Les quatre vélos en libre-service peuvent être empruntés au départ d’une des six stations du quartier, à l’aide d’une carte qui intégrera prochainement l’intégralité de l’offre en mobilité d’Aspern. Afin de faire la promotion du système, un test gratuit de ces vélos-cargos est proposé jusque la fin de l’année. Le système sera ensuite tarifé de manière classique, la première demi-heure d’utilisation étant gratuite.

Ce projet, tout comme les autres projets de mobilité active à Aspern, a été financé par un fonds spécifique alimenté grâce à une taxe sur la construction et l’exploitation de garages.

Florine Cuignet
http://www.gracq.org/

Gracq

A propos de Gracq

Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens (Gracq) en Wallonie et Bruxelles

3 commentaires sur “Des vélos-cargos en libre-service

  1. georges

    ça va l’humanité, n’est pas complétement foutue, ça c’est vraiment un projet revolutionnaire même si c’est assez modeste (seulement 4 exemplaires), pas comme l’autolib de bolloré

  2. emmp

    Ça fait plaisir à voir, mais n’oublions pas que le vélo-cargo n’est pas forcément indispensable. À force de le présenter comme une révolution (ce qu’il est pour les gros chargements), on en viendrait à oublier qu’un vélo lambda suffit pour porter une vingtaine de kilos de chargement : un porte-bagage et deux bonnes sacoches suffisent largement dans la plupart des cas. Cela ne nécessite aucun gros changement sur un vélo qui est déjà là, à portée de main, et qui servira aussi à se déplacer, à se promener, ne pèsera pas lourd et ne coûtera pas cher. Il ne faudrait pas que, par effet pervers, on continue à voiturer en attendant la mise à disposition de vélos-cargos partagés. Il faut surtout insister sur un point : pour nos besoins quotidiens, la solution est déjà là, et on n’a pas forcément besoin de vélos spécialisés, d’équipement spécialisé, de voies spécialisées… C’est la grande force du vélo.

  3. Marschupp

    par chez moi il y a une copropriété qui a 3 vélos cargos. N’importe quel locataire peut les emprunter, pour une heure ou la journée.

Les commentaires sont clos.