Vélo à Rouen: la résistance

Avec, en fond musical, la chanson « Résiste » de France Gall, un cycliste s’est amusé à enquiquiner « les sans-gêne, » comme il les appelle. Dans les rues de Rouen, l’homme coince les conducteurs qui empêchent les deux roues de circuler correctement sur les aménagements cyclables. Certains prennent bien les remarques du Rouennais, d’autres s’emportent quelque peu…

(J’ai beaucoup aimé la séquence de la voiture que le cycliste oblige à faire plusieurs marches arrière sur la bande cyclable)

Cordialement,
Gwenael

A propos de Gwenael

Auteur et acteur, fondateur de la Station-Théâtre

4 commentaires sur “Vélo à Rouen: la résistance

  1. charly popette

    D’accord avec toi pour l’activisme! Mais alors faut aller au bout de la logique de dénonciation et ne pas flouter ni les plaques d’immat’, ni les tronches des contrevenants (« je te mettre une noistte dans ta g**** »! ^^).

  2. R7573

    Bravo à la Résistance !
    Je crois vraiment qu’il faut au quotidien mettre les automobilistes (et les motos) sous pression constante : en ville, ils ne doivent jamais se sentir en situation de confort ni de possibilité de vitesse.

    Ainsi, sans jouer avec ma sécurité de cycliste, je cherche délibérément  à être visible, à prendre  ma place et à m’imposer jusqu’à être presque imprévisible pour les automobilistes ; je suis volontairement assez irrespectueux  avec les irrespectueux des vélos, et ça ne manque pas ; en revanche je remercie ostensiblement ceux et celles qui jouent le jeu ;  je ne respecte pas du tout les feux tricolores (dont l’existence est pour moi la négation même de la ville apaisée) ; en revanche je respecte scrupuleusement les piétons, et ne vais absolument jamais sur les trottoirs.
     
    C’est sans doute assez provocateur comme position, mais pour modifier les comportements et rendre le code de la route urbain cyclo compatible être Bisounours ne suffit pas.

  3. Axelos

     

    Perso je m’impose aussi, en n’hésitant pas à rouler au milieu de la voie de circulation voir même boycotter certains aménagements cyclables dont la présence d’un panneau type C113 y sont de véritables mensonges. Non pas pour emmerder les automobilistes, mais tout simplement pour ma propre sécurité.
    Certes, je suis conscient que ça les fait chier, mais visiblement eux n’ont pas conscience qu’ils me font encore plus chier lorsqu’ils s’engouffrent, chaque jour aux mêmes heures, dans les mêmes embouteillages comme une sorte d’énorme grande migration journalière. D’ailleurs, ils se font bien plus chier entre eux que je ne les fais chier, je minimise donc mon impact avec cette logique !

     

    En revanche, s’il y a bien un truc que j’ai abandonné depuis bien longtemps, c’est de faire des leçons de moral aux automobilistes. Une pure perte de temps. Généralement ils s’en foutent totalement, et n’hésiteront pas à récidiver dès que l’occasion se présentera.

     

Les commentaires sont clos.