La préfecture de Paris se prononce pour l’évacuation immédiate des 10 millions de Franciliens

Incroyable aveu de la préfecture de police de Paris qui, dans le cadre d’un procès relatif à la pollution de l’air, ne veut pas reconnaître la responsabilité de l’Etat français et accuse les plaignants d’être responsables de leur état car n’ayant pas déménagé de la région parisienne…

Dans le cadre d’un procès au tribunal administratif de Montreuil, l’Etat est actuellement jugé pour «carence fautive.» Souffrant de problèmes respiratoires liés à la pollution de l’air, une mère et sa fille réclament 160 000 euros d’indemnisation.

Selon le journal Le Monde, elles ont vécu pendant une vingtaine d’années en banlieue parisienne, coincées entre le périphérique et deux avenues fréquentées, et multipliant les problèmes respiratoires jusqu’à finir par devoir déménager à Orléans sur la recommandation d’un médecin. Aujourd’hui, elles portent plainte contre l’Etat français.

Le mémoire en défense de la Préfecture de police reporte la faute sur la victime, estimant que le dommage qu’elle a subi est « la conséquence directe et exclusive d’un choix strictement personnel ». A savoir, ne pas avoir quitté une ville polluée alors qu’elle savait sa santé fragile. « La requérante n’a pas pris toute diligence pour éviter son préjudice et a laissé son état s’aggraver, sachant que le choix d’habiter la région parisienne lui est exclusivement imputable, faisant en conséquence preuve d’une imprudence caractérisée. »

Selon la logique des services de l’Etat, la requérante serait coupable de ne pas avoir déménagé. Ce qui se traduit dans le jargon administratif: «Dès lors que la plaignante n’expose aucune circonstance impérieuse à demeurer à Paris, celle-ci a commis une faute de nature à exonérer l’administration de sa responsabilité.»

Une argumentation qui laisse pantois Olivier Blond, le président de l’association Respire. «Si on en croit la préfecture, il faudrait donc évacuer les 10 millions d’imprudents qui vivent en Ile-de-France. C’est très inquiétant, venant d’une institution censée nous protéger, commente Olivier Blond. D’un autre côté, c’est un aveu extraordinaire que la pollution de l’air fait planer un danger sérieux sur les Franciliens.»

Le journal Le Monde rappelle par ailleurs que « la France est en infraction avec le droit européen pour des dépassements répétés des normes sur la qualité de l’air. Depuis près de dix ans, elle fait l’objet de mises en demeure et autres avis motivés de la Commission européenne pour les particules fines (PM10) et le dioxyde d’azote (NO2). Au point que Bruxelles l’a renvoyée devant la Cour de justice de l’Union européenne en 2018. Au point également que, en juillet 2017, le Conseil d’Etat enjoigne au gouvernement de prendre des mesures rapides pour mettre fin à ces dépassements. Deux ans plus tard, les limites ne sont toujours pas respectées dans une dizaine d’agglomérations françaises. »

Nous attendons donc que la préfecture de Paris mette en place rapidement l’évacuation immédiate des 10 millions de Franciliens afin de les protéger de la pollution de l’air.

Nuit Grave

A propos de Nuit Grave

Rédacteur du site Carfree France, spécialisé dans les questions relatives à la destruction de la santé et de l'environnement

9 commentaires sur “La préfecture de Paris se prononce pour l’évacuation immédiate des 10 millions de Franciliens

  1. jol25

    Le Japon, en particulier Tokyo, avait eu une réaction plus intelligente et pragmatique dans les années 2000 en réaction à des évènements similaires: la suppression pure et simple des diesels en ville.

    Malheureusement, bien que la politique d’éradication ait été très efficace (et efficiente quant aux problèmes respiratoires!), il est à noter que la focalisation CO2=le mal a provoqué le retour massif du diesel dans les villes nippones depuis 2010. On peut noter aussi que les particules fines ne sont plus l’apanage du diesel.

    Donc, la solution ne fait aucun doute : supprimer simplement la voiture en ville…

    Apparemment l’alternative en France serait donc de supprimer les habitants en ville. C’est un point de vue.

  2. Vincent

    jol25 > il est à noter que la focalisation CO2=le mal a provoqué le retour massif du diesel dans les villes nippones depuis 2010

    Ça ne serait pas lié à la mise à l’arrêt du parc nucléaire suite à l’accident de la centrale de Fukushima-Daiichi en 2011 et à l’explosion de la facture énergétique qui s’est en suivie, ce qui aurait poussé une partie de la population à passer de l’essence au diesel pour faire des économies ?

  3. jol25

    D’après ce que j’ai pu lire, le parc diesel a repris de l’ampleur dès 2010. Il a explosé entre 2012 et 2014, sans doute pas par hasard en effet. Cela coïncide avec Fukujima, certes,  mais aussi avec le changement de gouverneur de Tokyo en 2012, donc l’abandon de la volonté politique. Notons également que l’accident nucléaire ayant provoqué l’augmentation de production de CO2 pour la production énergétique, il fallait gagner des émissions par ailleurs puisque le Japon s’était engagé à le faire lors du protocole de Kyoto… L’augmentation d’importations d’énergies fossiles a également augmenté le coût du carburant à la pompe.

    Donc, effectivement, probablement que Fukujima a été un facteur aggravant à bien des égards.

  4. Letard

    Bonjour à tous,

    Les responsables de l’état français, dans ce domaine, avouent et prouvent encore ici leur lâcheté.

    C’est d’autant plus scandaleux que les habitants paient des impôts pour pouvoir respirer de l’air pur et que ces responsables de l’état français, les aident ou les amènent, en fait, à s’empoisonner et s’asphyxier et les étouffer lentement mais sûrement, sans même signaler que les automobilistes s’empoisonne(raie)nt à leur volant.

    Pire, ces responsables de l’état français sur la qualité des voies publiques ont signalé en faisant passer la limitation de vitesse maximale permises sur les routes secondaires de nouveau à 90 km/h, qu’ils encourageaient la destruction du bien public, les voies publiques et leurs réparations coûteuses à fond perdu.

    Les voies publiques se détériorent surtout par le passage de véhicules et plus le flot de circulation est rapide et plus les voies publiques se détériorent rapidement, ce qui génèrent des frais coûteux et plus fréquents pour les réparer inutilement, puisqu’il faut toujours les recommencer.

    Donc, que, pour moi, ils agissaient comme des empoisonneurs et des gestionnaires de voiries de papier, bref, des irresponsables.

    Un comble, pour des gens qui se donnent un titre de responsable (ronflant.). Ils ont «été nommés par d’autres « responsables (ronflants)».

    Bref, ces responsables (nommés) qui agissent comme des irresponsables encouragent l’empoisonnement de la population, de l’humanité par ceux ou celles qui roulent ou essaient de rouler avec des moteurs thermiques, mêmes au dépens de ceux ou celles qui essaient de marcher droit.

    C’est eux ou elles, surtout les responsables de la qualité de l’air qui ont autorisés l’usage de filtres à particules qui créent des particules ultra, ultra fines invisibles, non mesurées issus de pots d’échappements qui sont très pénétrantes (qui pourraient traverser la peau) très toxiques, parfois mortelles et qui en ont encouragé la diffusion et la dispersion invisible dans toutes l’humanité, que j’appelle des « nanossuies », et ne me semblent rien faire de vraiment valable pour en réduire ou supprimer l’émission par des pots d’échappement de véhicules automobiles.

    Je rappelle que des cheminées d’usines sont parfois ou souvent équipés de filtres électrostatiques, les pots d’échappement de véhicules, jamais, ni même les filtres dans les habitacles.

    Cela se passe en France, en Belgique et partout dans le monde.

    La seule démocratie que défendent ces « responsables », c’est celle de la démocratie de papier qui consiste à couvrir par des papiers leurs actes d’empoisonnement collectif.
    C’est ce que me semble démontrer cet article. Qu’en pensez-vous, s’il vous plaît ? Merci.
    A votre service et bonne santé (apparente).
    Danny

  5. Pédibuspedibus

    boudiou, aidez-moi siouplaît, avant de croire que j’ai la berlue… !

    à votre station service, et viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite, c’est pour Danny…

     

    il s’agit d’une illustration utilisée sur nos ondes – il y a belle lurette je croaaaaaaaaaaaaa – où l’on pouvait admirer un dispositif génial qui reprenait le principe juridique €uropéen de pollueur payeur… :

    une espèce d’usine à gaz miniature réinjectait dans l’habitacle du zotonombriliste les produits de combustion, effets directs de sa motorisation, avec l’espoir d’un petit nettoyage par l’intermédiaire de ses membranes alvéolaires…

    zavé vraiment pas vu la chose…?

     

    sortez-moi donc de cette impuissance… :

    si vous me retrouvez le lien de l’article carfriste qui me turlupine tant… j’vous le jure, je propose illico hélico à mon ami Létard de monter une s’tarte-ketchup… !

     

    boaaaaaaaaaaaaaa

     

     

  6. Letard

    Bonjour à tous,

    Maintenant, vous pouvez vraiment penser, président Macron, tête de C.. .

    Des responsables de votre gouvernement, si pas tous, mais ceux de tous les pays du monde, ou presque encouragent l’empoisonnement, l’asphyxie, l’étouffement caché et donc l’extinction de toute la population mondiale par ceux ou celles qui roulent ou essaient de rouler (sauf à vélo ou en utilisant un autre véhicule seulement propulsé par énergie musculaire).

    Pour la plupart, ils semblent aussi encourager le pillage et la destruction du bien public et sa réparation inutile.

    Ces responsables agissent, pour moi, comme des irresponsables et essaient de faire croire qu’ils ne le font pas ou s’en rendent pas compte et cela, pour un bénéfice illusoire.

    Le seul bénéfice valable est d’avoir plus d’air pur pour respirer.

    Qu’en pensez-vous, s’il vous plaît? Merci

    A votre service.

     

  7. Letard

    Bonjour à tous, donc, aussi à Pedibus,

    Le lien donné me semble correspondre, pour moi, exactement à ce qui se passe lorsque qu’un automobiliste se rapproche trop près du pot d’échappement d’un véhicule motorisé en fonctionnement. sauf, que ce ne sont pas les gaz de son propre véhicule essentiellement qui arrivent dans l’habitacle, mais surtout ceux du véhicule précédent dont il se rapproche de trop.

    Grâce aussi au système de chauffage, de climatisation, d’aération, de purification de l’air du véhicule qui donne l’illusion qu’il n’y a pas de présence de gaz vicié dans l’habitacle mais qui y amène celui éjecté par ou des po(s) d’échappement du véhicule motorisé en fonctionnement qui est, trop près, devant, l’automobiliste respire, sans vraiment le savoir un gaz vicié, un aérosol empoisonné fait de particules invisibles et de gaz toxiques et, parfois, mortelles.

    qu’en pensez-vous, s’il vous plaît? Merci.

    A votre service.

  8. Pédibuspedibus

    merci jol… !

    maââââââââvelousse… !

     

    je contacte Létard dare-dare pour fabriquer un proto rapido… :

    si on n’a pas le concours Les Pines après ça… heu Lépine voulais-je dire… ben c’est bien qu’on l’aura voulu…

     

    BOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Les commentaires sont clos.