L’anneau des sciences, l’autoroute verte de Gérard Collomb

A un mois des élections, on ne peut que constater (avec plaisir) que l’écologie n’a jamais été autant présente dans les débats électoraux. Quel que soit le parti, le vert s’affiche quitte à tremper éhontément dans le greenwashing.

Dans ce registre, la campagne électorale lyonnaise ne fait pas exception avec Gérard Collomb qui, dans sa course à une énième réélection, fait de son projet d’autoroute ‘verte’ pompeusement baptisée ‘Anneau des Sciences’ l’élément phare de sa politique écologique.

Sur les plateaux de télévision, l’ancien Ministre de l’Intérieur s’évertue à expliquer à grand renfort d’imprimés que l’anneau des sciences va permettre l’émergence d’une métropole verte enfin débarrassée de sa congestion urbaine et ainsi en capacité d’accueillir dans de bonnes conditions les mobilités actives.

Ah l’autoroute comme solution à la congestion urbaine et à la pollution! Vous aussi, lecteurs de carfree, vous avez déjà entendu ce doux refrain? Regardons ce qu’il en est vraiment.

Le projet de l’Anneau des sciences consiste à « boucler » à l’ouest le périphérique de Lyon (qui existe déjà côté est). Plus précisément, il s’agit de 5 nouveaux échangeurs autoroutiers sur les communes de Tassin, Ecully, Francheville, Chaponost, Oullins, reliés par 6 tunnels. L’objectif de ce projet autoroutier est de dévier environ la moitié du trafic routier passant actuellement sur l’A6-A7 dans Lyon et de faciliter l’usage de la voiture dans la périphérie de Lyon. S’il est confirmé, le projet sera livré vers 2035.

Les 4 milliards d’euros que coûte ce projet représentent deux fois plus que tout ce qui a été dépensé dans les 20 dernières années en nouvelles lignes de tramways, métros et pistes cyclables sur la métropole de Lyon.

Ces milliards seront donc dédiés uniquement à dévier et fluidifier les déplacements en voiture. En clair, si l’anneau des sciences devait être fait, alors de facto de nombreux projets de mobilité bas carbone seraient abandonnés pour des raisons budgétaires (du moins à impôt constant).

Avec 5 échangeurs à proximité immédiate des habitations et qui feront office d’aspirateurs à voitures, la circulation automobile va augmenter dans l’ouest lyonnais conduisant à une dégradation de la qualité de vie. C’est d’ailleurs Andrea Kotarac tête de liste du Rassemblement National et défenseur du projet qui en parle le mieux: l’Anneau des Sciences permettrait que la banlieue Est de Lyon ne soit plus la seule à subir « la pollution, les bouchons, l’islamisme (sic) et l’insécurité« . En sus des échangeurs prévus, les communes de l’ouest lyonnais seront réglementairement obligées d’élargir les rues autant qu’il faudra pour laisser sortir le trafic des tunnels, quelle que soit la quantité de voitures qui a envie d’en sortir. Finalement l’ouest lyonnais paierait le prix fort pour un hypothétique apaisement de l’A6 et l’A7. Oui, hypothétique car d’une part ces axes resteront gratuits alors que l’anneau des sciences sera payant, donc rien ne dit que les automobilistes de 2035 acceptent le deal. D’autre part, quiconque a entendu parler de trafic induit sait que vouloir assécher le flux d’une autoroute en en construisant une autre ailleurs est aussi vain que de vouloir remplir le tonneau des Danaïdes.

Finalement les prochaines élections métropolitaines voient s’affronter deux visions:

• La vision portée par Gérard Collomb et son équipe (LREM) consiste à monopoliser l’argent public pour fluidifier les déplacements en voiture avec les conséquences qui vont avec: l’étalement urbain qui rend la voiture individuelle de plus en plus indispensable dans un contexte où les mobilités alternatives performantes ne sont pas mises en place, mort du commerce de proximité dans les communes périphériques de Lyon, pollution de l’air, destruction du climat. Dans un contexte d’urgence écologique, cette vision est vouée à l’échec.

• La vision portée par Bruno Bernard (EELV) ou encore par David Kimelfeld (ex LREM et actuel Président de la Métropole) qui proposent à l’inverse une politique de mobilité axée sur le développement de transports en commun performants et d’infrastructures pour les mobilités actives. Nouvelle ligne de Métro E pour l’Ouest Lyonnais, RER Lyonnais et doublement du tram-train de l’ouest Lyonnais, Réseau Express Vélo, Bus express sur l’A6-A7 requalifiée, etc. Autant de projets qui permettront de faciliter le report modal des habitants de la périphérie de Lyon vers les transports en commun et les mobilités actives… sans attendre 2035 !

Espérons que les grands lyonnais sauront faire un choix éclairé au moment de glisser le bulletin dans l’urne.

Image: Le Seigneur des anneaux

9 commentaires sur “L’anneau des sciences, l’autoroute verte de Gérard Collomb

  1. Anne BC

    Article très intéressant mais qui fait un raccourci facheux en guise de conclusion sur les potentiels choix des électeurs…

    En somme l’électeur grand Lyonnais n’aurait de choix qu’entre Collomb (LREM), Kimelfeld (non « adoubé » LREM mais qui s’est déclaré très tardivement contre le projet en réaction à son ex ami politique) ou EELV qui fera probablement un bon score grâce au rayonnement médiatique dont il bénéficie mais certainement pas grâce à son programme qui manque de clarté.

    Tout ceci en occultant complètement les 1ers pourfendeurs de l’Anneau des Sciences à savoirs les partis de gauche qui ont décidés de s’unir dès le 1er tour pour faire valoir leur programme construit de longue date… Voilà à mon sens comment on contribue à la construction d’un déni démocratique dans la continuité  du modèle imposé par Macron aux dernières élections présidentielles avec la « complicité » des médias : la nouvelle polarisation de la parole politique « ni de droite ni de gauche » qui réduit le choix des électeurs à « macronniste vs écolologie » sans prise en compte de l’ensemble des sujets Politiques et sociétaux de limitation de la croissance et de fin du modèle capitalisme à outrance que seuls les partis de gauche revendiquent aujourd’hui. Sans cette vision globale, les politiques écologistes ont bien peu d’avenir n’en déplaisent aux responsables politiques « verts » et aux médias….

  2. Bernard

    Les premiers pourfendeurs de l’anneau d’essence n’ont  pas vraiment été les partis de gauche, je ne peux pas laisser dire une telle contre vérité : Le discours de certaines de leur composantes était encore soit favorable à cette infrastructure, soit flou et indécis, il y a encore trois ans :

    https://www.expressions-venissieux.fr/2017-02-01-metropole-declassement-de-la6a7/

    Mais tant mieux s’ils ont changé dans le bon sens, celui de l’abandon de cette autoroute.

     

     

  3. Bernard

    Je rappellerai aussi que la/le candidat tête de liste de la Gauche Unie à la Métropole, présentée sous le nom mystérieux de « Génération Z » et « Madame ou Monsieur Z » par certains organes de presse lyonnaise  il y a environ UN an, disait qu’il réaliserait l’anneau des sciences.

    Elle ou lui aussi a heureusement pris conscience depuis lors de la nuisance absolue que constitue cette autoroute – tant sur les plans écologique qu’économique.

  4. Pédibuspedibus

    si les Lyonnais optent pour la solution colombine* la ville va pas être dans la merde… !

     

     

    *B.− Arg. Fiente (de cheval, de chien, etc.), étron :

     
    1. Il sortait avec son seau, son balai, sa toile et en plus la petite truelle qui servait pour les étrons, à glisser dessous, les faire sauter dans la sciure. C’était la pire avanie pour un homme de son instruction. Des étrons, il en venait toujours et davantage (…). La Méhon, de sa fenêtre au premier, elle se fendait la gueule à regarder mon père se débattre dans les colombins. (…) Les voisins, ils accouraient pour compter les crottes. Céline, Mort à crédit,1936, p. 87.
    ♦ [Var. deavoir la chiasse*] Avoir les colombins. Avoir peur :
    2. − (…) y a aussi ce salaud d’obus nouveau qui pète après avoir ricoché dans la terre et en être sorti et rentré une fois ou deux, sur des six mètres… Quand j’sais qu’y en a en face,j’ai lescolombins.Barbusse,Le Feu,1916, p. 235.
    Source : https://www.cnrtl.fr/definition/colombin

    boaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

  5. Anne BC

    Le PS n’est pas « les partis de gauche »… S’il a effectivement changé son fusil d’épaule depuis la prise de distance avec Collomb, c’est tant mieux même si c’était effectivement bien trop tardif à mon sens. Mais pour moi le PS ne représente pas particulièrement ce qui se fait de plus engagé à gauche ni localement, ni nationalement (l’avenir nous en dira plus…) !

    L’idée de ma réaction n’était pas de créer une bataille de la primeur de l’opposition car, finalement, peut-importe qui était le 1er, ce qui compte c’est que ce projet de m*** soit abandonné et qu’un maximum de citoyens, d’associations, de partis etc. s’y opposent ! Mon propos était probablement un raccourci, je m’en excuse…

    En revanche, cela me semble important de ne pas réduire à deux choix les possibilités des lecteurs / électeurs de s’opposer à ce projet afin de permettre à chacun de se forger objectivement une opinion (et je dis ça en dehors de toute logique partisane)… Et de ne pas construire les résultats d’une élection avant le scrutin.

    Mais pour être sûre d’être bien clair, je partage sans réserve tout le reste de l’article 🙂   Ainsi que le commentaire « minute culturelle » très drôle qui a suivi bien évidemment 😉

  6. Pédibuspedibus

    boaaa

    enfin notons qu’il faudrait parler de collombins ou collombines…

    avec deux ailes : c’est pour mieux voler… ici l’espoir de la transition des modes de vie dans l’agglo lyonnaise

     

    c’est décidemment bien emmerdant ces vieilles générations en politique…

    à Bordeaux Juppé est parti pour l’EHPAD du conseil constitutionnel, mais il a laissé l’agglo dans un piteux état, bouffée par la spéculation immobilière –  l’établissement public foncier aurait pu être créé il y a plus de dix ans déjà… -, avec désormais du 5000€ et plus le m2 dans le neuf, et l’offre de transports publics est complètement en rade :

    trois lignes et demi de tram radiales qui thrombosent à mort dans le centre-ville, avec un tracé en baïonnette qui tâche de faire chier le moins possible les bagnolards… :

    « tout ça » pour pas loin de 800.000 hab dans l’interco, près d’un million dans l’agglo et plus d’un million-un-quart dans l’aire urbaine…

    au vu de la croissance démographique époustouflante ici, la part modale de la bagnole a beau s’effriter un peu ces dix dernières années le nombre net des déplacements motorisés ne baisse pas… quant au projet de rocade de tram sur les boulevards, pour dessiner un vrai réseau et casser l’architecture radiale actuelle,  aucun des deux élus municipaux de tête des sondages n’a assez de couilles au cul pour s’engager là-dedans, le challenger écolo compris donc…

     

  7. Bernard

    Oui, tout à fait @Anne BC : l’important est de convaincre de plus en plus de personnes, politiciens et décideurs de l’ineptie que représente ce projet. De les en convaincre radicalement, et d’espérer que cette conviction s’appliquera aussi à d’autres projets qui pourraient survenir.

  8. Gwenael

    Les colombins généralement transitent par le côlon. Et les ânes par les anneaux, qui sont de science mais rarement de conscience. (Il faut prendre là l’âne au sens figuré, le propre étant évidemment bien plus vertueux et adapté à nos chères mobilités actives et non motorisées).

Les commentaires sont clos.