Comment réduire la mortalité routière

Nous avons enfin trouvé la solution pour mettre fin à l’effroyable mortalité routière qui tue chaque année depuis des décennies des milliers de gens sur les routes. La crise sanitaire du Covid-19 durant l’année 2020 a montré en effet qu’en diminuant massivement le trafic automobile, la mortalité routière baisse très fortement.

Selon les estimations de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 2.550 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2020. Avec près de 700 décès de moins que l’an dernier, la mortalité routière est en baisse de -21,4 %.

Depuis 1924, jamais la mortalité routière n’avait atteint un niveau aussi peu élevé.

La baisse de la mortalité s’accompagne d’une baisse de tous les autres indicateurs d’accidentalité routière, comparés à 2019: le nombre d’accidents corporels enregistrés par les forces de l’ordre, enregistre une baisse importante de -19,7 % avec 44.997 accidents (soit 11.019 de moins qu’en 2019), le nombre de personnes blessées diminue de 20,9 % avec 55.754 blessés (soit 14.736 blessés en moins).

Selon la Déléguée interministérielle à la sécurité routière, il y a une corrélation entre la baisse du trafic routier liée à la crise sanitaire du Covi-19 et la baisse de la mortalité routière.

Le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) confirme cette analyse. Il estime que le trafic routier a ralenti de 75% au mois d’avril 2020, en période de confinement, par rapport aux premiers mois de 2020, hors confinement. D’autre part, entre le 16 mars et la fin avril 2020, le nombre d’accidents corporels enregistrés par les forces de l’ordre a atteint un niveau historiquement bas.

Conclusion: en interdisant le trafic routier sauf exceptions (police, ambulances, pompiers, etc.), on supprimerait la quasi-totalité de la mortalité routière… sans même parler de la diminution notable du nombre de morts lié à la pollution de l’air, environ 100.000 par an en France

Source: https://www.vie-publique.fr/en-bref/278394-baisse-de-la-mortalite-sur-les-routes-de-france-en-2020

3 commentaires sur “Comment réduire la mortalité routière

  1. mat b

    Faut quand même compter les accidents  dû aux automobilistes qui se pensent seuls sur la route. Certes, on peut invoquer Darwin quand ils se tuent tout seul mais faut penser aux cyclistes qui côtoient ces fous.  A ce sujet, j’ai l’impression que ce n’est pas la fête du vélo en ce moment

  2. Pédibuspedibus

    Une interview récente et en accés libre de Pierre Souvet, cardiologue et pdt de l’Association Santé Environnement France :

    https://www.actu-environnement.com/ae/news/sante-environnementale-interview-pierre-souvet-37160.php4#xtor=ES-6

     

    … absence de registres du cancer à l’échelle locale, absence de politique sanitaire de prévention, non prise en compte des facteurs environnementaux pour la mortalité et la morbidité des populations :

    Tout va très bien, Madame la marquise…  :

    au royaume de la bagnole diesel et du tout bagnole, générateur de corps pachidermiques par inactivité physique,

    de la FNSEA et ses pesticides,

    des incinérateurs d’ordures ménagères vendus par les multinationales françaises du secteur, générateurs de dioxines enfouies dans les centres de stockage pour les générations futures (idem pour les déchets du point suivant…),

    de la grande patrie de la nucléocratie et de son petit peuple d’esclaves intérimaires de « chair à rem (1) »…

     

    Tout va très bien…  https://www.youtube.com/watch?v=LEwMIN3nDqM

     

     

    (1) https://reporterre.net/Nous-sommes-de-la-chair-a-canon-Rescape-d-un-cancer-il-denonce-les-dangers-du-nucleaire

     

     

Les commentaires sont clos.