Pour réconcilier l’alcool et la route

L’été approche à grand pas : il est même, à vrai dire, déjà là. Des milliers d’automobilistes s’adonnent aux joies du moto-tourisme familial. Files d’attentes qui savent exercer notre patience, amusantes courses-poursuites avec les poids lourds sur de tortueuses routes montagnardes, odeurs de vomi sur le siège arrière qui rappellent aux parents leur propre enfance, nombreuses sont les raisons d’apprécier ce loisir sain et peu coûteux.

Et l’on est, forcément, tenté de pimenter ces plaisirs simples par quelques verres de boisson stimulante. Mais c’est là que les spécialistes de la sécurité routière se dressent et disent: «Attention: n’abusez pas!».

Souhaitant relayer leur message de tempérance, L’Hippopotable vous présente aujourd’hui ses conseils afin de vivre conjointement vos passions pour l’ébriété et pour la conduite automobile, sans aucun danger.

1- Choisissez uniquement des boissons naturelles et françaises.

C’est le message de notre partenaire pour cette campagne, Liqueurs de France.

Dynamisme, chaleur, bonne humeur: quoi demander de plus pour prendre le volant dans la joie ?

2- Faites bénir votre véhicule par un prêtre assermenté, affilié au réseau «Mon curé s’engage pour la sécurité

Un psaume, un coup de vin de messe et c’est parti pour un périple Dunkerque- Chatuzange d’une traite, sans avoir besoin de s’arrêter sur une aire d’autoroute.

3- En cas d’ébriété avérée: utilisez les axes «Itinéraire bourré» mis en place par la Sécurité Routière en partenariat avec Pernod-Ricard.

C’est à peu près ça que vous devriez voir sur ce réseau alternatif

4- Avant de prendre la route, faites un test d’alcolémi, alccoolemi, acooli de mauvaise haleine.

Avec Alcauto au LSD c’est facile. Et sans danger. Soufflez dans le ballon, inspirez et vous verrez un joli paysage autour de vous, fini les emmerdes.

Bon on vous laisse il y a encore de la route à faire.

Lire aussi :  Le vélo, c'est pas écolo

(Réclame)

Source: http://www.hippopotable.com/

2 commentaires sur “Pour réconcilier l’alcool et la route

  1. jol25

    Comme dirait l’autre, dans l’état où j’étais, heureusement que j’étais assis… dans la voiture !

Les commentaires sont clos.