SANS TITRE… de transport

La gratuité des transports en commun (TC) est aujourd’hui l’objet de vifs débats: les études sur la faisabilité se multiplient (Sénat, Paris, Île-de-France, Clermont-Ferrand, Grenoble, etc.) et fait l’objet de nombreux articles. L’objectif de la plupart des études et des articles est de démontrer que la gratuité est peu efficace, d’un coût élevé, une incitation au mésusage en s’appuyant souvent sur quelques études bien choisies. Mais, il suffit de gratter un peu le vernis des discours pour mettre en évidence le caractère idéologique de cette opposition, fondé sur des logiques libérales. Car ce qui pose problème, c’est l’idée de gratuité et les difficultés à la financer sans sortir de l’austérité. Lire la suite…

Pour une Ville sans voiture

Nous avons l’honneur de publier ici même un rapport de 201 pages qui a fait date dans l’histoire de la mobilité. Ce rapport, réalisé en 1991 par un bureau d’études italien sous la coordination de Fabio Maria Ciuffini s’intitule: « Proposition de recherche pour une Ville sans voiture. »  Lire la suite…

Fils de bobo anti-CO2!

Cette semaine marquera le coup d’envoi du Salon de l’Auto de Bruxelles en Belgique. L’occasion pour bon nombre d’automobilistes d’acheter une nouvelle voiture. C‘est le moment choisi par Bruxelles Mobilité pour lancer sa nouvelle campagne de Bike for BrusselsLire la suite…

Le Luxembourg veut instaurer la gratuité des transports publics

Le Luxembourg sera-t-il le premier pays au monde à instaurer la gratuité du transport public sur l’ensemble de son territoire? Il y a de plus en plus de villes, en France ou à l’étranger, qui mettent en place la gratuité du transport public. Mais, ce serait une première mondiale si un pays tout entier possédait des trains, des bus et des tramways gratuits. Lire la suite…

Ces livreurs à vélo qui construisent des alternatives face aux plateformes qui les précarisent

Le collectif des livreurs autonomes de Paris, le Clap, a lancé une grève des livreurs à vélo des plateformes comme Deliveroo, Foodora, Ubereats, pendant la dernière semaine du mondial. En jeu : des conditions de travail et des rémunérations toujours plus mauvaises. Mais aussi un projet d’amendement à la loi de réforme de l’assurance chômage qui empêcherait de facto les livreurs travaillant de manière contrainte sous le statut d’indépendant de se voir requalifiés en salariés. Face à la précarisation croissante imposée par les plateformes, et à un gouvernement qui préfère défendre l’intérêt des plateformes plutôt que celui des livreurs à vélo, ces derniers lancent partout en France des projets de coopératives de coursiers. Lire la suite…