Le retour sur investissement des infrastructures cyclables

Une étude de 2021 s’appuyant sur des données provenant de plus de 100 villes de l’Union Européenne a conclu que les infrastructures cyclables de l’ère Covid ont déjà démontré un retour sur investissement élevé, en augmentant en moyenne les taux de pratique du vélo de 11 à 48 %.

Les auteurs, Sebastian Kraus et Nicholas Koch, ont calculé dans cette étude qu’une telle croissance impressionnante à travers l’Europe générera entre 1 et 7 milliards de dollars de bénéfices pour la santé, uniquement si les nouvelles habitudes en matière de pratique vélo sont maintenues, habitudes dépendant elles-mêmes des nouvelles infrastructures dédiées au vélo. Malheureusement, dans de nombreux cas, certaines voies cyclables provisoires ont été supprimées aussi rapidement qu’elles étaient arrivées, malgré les preuves d’améliorations.

Les chercheurs ont passé au peigne fin les données de comptage quotidien des vélos de 106 villes européennes afin de dégager des tendances. Ils ont découvert que pendant cette période de pandémie, les villes ont ajouté en moyenne 11,5 km de pistes cyclables provisoires.

Les auteurs ont constaté qu’au 8 juillet 2020, les villes européennes avaient déjà réagi en annonçant 2 000 km d’infrastructures généralement marquées ou protégées, en grande partie dans le but de réduire la transmission de la maladie en offrant aux gens des options de transport plus larges en dehors des transports publics.

« Les perturbations majeures des transports publics, comme les grèves, amènent les gens à reconsidérer leurs habitudes et la mise en place d’infrastructures dédiées a été identifiée comme un moyen important d’augmenter la pratique du vélo. Ainsi, la mise à disposition rapide de nouvelles infrastructures cyclables pendant la pandémie de COVID-19 est une expérience politique appropriée pour étudier la réactivité du vélo dans des conditions favorables« , commentent les auteurs dans leur étude.

En appliquant les données des compteurs de bicyclettes à une carte thermique, les chercheurs ont pu illustrer visuellement à quel point les différences étaient marquées pour certaines villes, en particulier celles connues pour avoir fait des investissements substantiels.

Berlin et Dublin sont les villes qui ont le plus investi dans l’infrastructure cyclable au cours de l’été 2020, tandis que Paris a apporté les changements les plus remarquables au cours de la période allant de mai à juillet.

Les données regroupées, qui tiennent compte des fluctuations de la politique liée au Covid au fil du temps, montrent un pic très net du nombre de cyclistes, à court et à long terme, lorsque la mise en place d’infrastructures cyclables a commencé à s’accélérer. En comparant les données antérieures, les chercheurs ont démontré une augmentation de 41,5 % du nombre de cyclistes dans les villes traitées (mars 2020 étant défini comme le moment du traitement) et dans les villes contrôlées, induite par les changements de politique.

« Nous trouvons des preuves solides d’une augmentation substantielle à court terme de la pratique du vélo dans les villes européennes grâce à de nouvelles infrastructures cyclables provisoires« , déclarent les auteurs, avant de passer à une section qui traite du retour sur investissement, avec une référence particulière aux avantages pour la santé des villes et des utilisateurs du vélo.

Lire aussi :  Zen ou l'art de pédaler

« Le coût direct des infrastructures cyclables est faible. Dans le haut de l’échelle, 1 km de piste cyclable à Séville a déjà coûté 250 000 €. Cependant, l’approche de Berlin, qui a consisté en une planification itérative avec des infrastructures provisoires pendant la pandémie, a par exemple réduit les coûts à 9 500 €/km à partir de juillet 2020. Ces coûts sont faibles par rapport aux avantages substantiels pour la santé que procurent les nouvelles infrastructures. Des recherches antérieures ont montré que chaque kilomètre de vélo génère des avantages pour la santé de 0,45 $« , écrivent les auteurs.

En extrapolant ce résultat, il est raisonnable de conclure que les investissements réalisés à travers l’Europe s’additionnent rapidement en termes de coûts et d’avantages, la croissance du compteur de vélos confirmant le succès de l’infrastructure.

On calcule donc que les avantages économiques des premiers mois du déploiement des pistes cyclables valent entre 0,5 et 1,7 milliard de dollars en bénéfices pour la santé. Par la suite, le calcul annuel basé sur les données évaluées voit les bénéfices augmenter entre 2,2 et 6,9 milliards de dollars, mais seulement si les pistes deviennent permanentes et que les taux de pratique du vélo actuels se maintiennent sur le long terme.

Plus loin dans le document, les auteurs expliquent que les villes européennes, généralement plus denses, ont connu des taux de réussite plus élevés en matière de déploiement d’infrastructures qu’aux États-Unis, où les autoroutes et les espaces urbains sont généralement plus larges.

Les données utilisées proviennent du système de suivi des mesures cyclistes Covid de la Fédération européenne des cyclistes, puis croisées avec les informations de l’Audit urbain européen 2020.

D’autres données similaires ne manquent pas pour établir un lien concret entre des infrastructures cyclables sûres et une nouvelle pratique du vélo. Par exemple, dans une étude sur les autoroutes cyclables danoises, il a été constaté qu’en moyenne, l’apparition de voies sûres s’est accompagnée d’une augmentation de 23 % du nombre de cyclistes par rapport aux données remontant à 2010, année où il y avait moins de voies. De même, une étude de l’université Simon Fraser publiée dans l’International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity a montré que les kilomètres parcourus en voiture diminuent au profit d’une augmentation du nombre de cyclistes lorsque des voies sécurisées apparaissent.

Source: https://cyclingindustry.news
Photo: Mairie du 11ème arrondissement de Paris

Un commentaire sur “Le retour sur investissement des infrastructures cyclables

  1. Lydie

    Cette étude démontre l’indispensable nécessité d’apporter une véritable sécurité aux usagers dans la conception et la réalisation des parcours cyclables. Nous constatons beaucoup trop souvent l’absence de continuité des aménagements avec pour corollaire l’abandon d’une pratique cyclable qui était acceptée initialement par la population. La France sur son territoire est globalement très en retard tant au niveau des concepteurs, des réalisateurs que des décideurs. Beaucoup des intervenants cités restent phagocytés par l’automobile qui conduit vers un environnement invivable. Dommage de perdre autant de temps en ce qui concerne des causes nobles comme la santé humaine, le maintien d’un environnement viable, la qualité de vie. Les cyclistes eux-mêmes sont ils prêt à évoluer? Le constat est que beaucoup adoptent des comportements dans l’irrespect des règles de bon aloi du vivre ensemble et de s’écouter? Pourtant que la vie serait belle si chacun pouvait faire une partie du parcours dans la compréhension de l’autre ce que notre pays a beaucoup de mal à faire.

Les commentaires sont clos.