Les premiers réfugiés climatiques arrivent en France

Samedi 29 novembre 2008, dans le cadre de la journée mondiale du climat, et alors que se tient la Conférence des Nations Unies sur le climat de Poznan, en Pologne, des ours blancs ont été aperçus errant dans les rues de certaines villes de France. L’occasion pour Greenpeace de rappeler qu’il faut agir maintenant face aux premiers symptômes du dérèglement climatique.

Sans doute avez-vous pu apercevoir ces pauvres ours polaires, lors d’une manifestation de réfugiés climatiques à Bordeaux, Toulouse, Clermont Ferrand et Rouen mais aussi sur un radeau à Perpignan.

A Paris, avec les pingouins des Amis de la Terre et les jeunes de Solar génération, nos amis ont fait un « freeze » devant le ministère de l’environnement ; les participants se sont figés complètement pendant trois minutes pour symboliser l’immobilisme et le manque d’ambition des politiques.

Enfin, les militants anti-nucléaires de Chambéry ont accordé officiellement l’asile climatique à un de ces ours polaires devant leur mairie, en présence du maire de la première commune libre de Savoie “sans nucléaire, ni effet de serre”. Le pauvre animal ne sait pas encore qu’en choisissant la France, il se jette dans la gueule du loup : en échappant à la noyade, il sera témoin de la construction de l’EPR et d’autres monstruosités énergétiques.

Si vous n’avez pas encore rencontré ces réfugiés climatiques, sachez qu’ils errent à travers la France et que vous pourrez en croiser d’autres le 6 décembre à Grenoble et Lyon et le 7 décembre à Lille.

Pour suivre les activités de nos groupes locaux, n’hésitez pas à les contacter.

Nathalie, envoyée spéciale des « groupes locaux ».

Source: http://blog.greenpeace.fr/energie-climat

Greenpeace

A propos de Greenpeace

Organisation Non Gouvernementale (ONG) de défense de l'environnement

Un commentaire sur “Les premiers réfugiés climatiques arrivent en France

  1. CarFree

    Concernant Greenpeace, il faut désormais savoir que cette ONG vient d’élire comme président un dénommé Robert Lion, énarque technocrate qui a sévi des dizaines d’années dans tous les ministères de la destruction (équipement, transport, etc.). Comme le disait récemment Fabrice Nicolino, « une carrière tout entière vouée à la destruction du monde »…
    Des questions sur Robert Lion (et sur Greenpeace):
    http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=454

Les commentaires sont clos.