Une idée lumineuse: la bande cyclable de nuit

Ces derniers mois la pratique du vélo se développe de plus en plus au sein des villes françaises, en particulier à l’initiative des villes et agglomérations (Velo’v, Velib’, Bicloo, etc…). La bande cyclable reste un des moyens les plus sûrs de protéger les cyclistes dans les villes comme dans les campagnes. En effet, elle matérialise au sol un espace réservé à la circulation des vélos. Les cyclistes vous le diront, il n’y en a jamais assez.

Même si la bande cyclable est un aménagement plus léger (c’est un simple coup de peinture sur la chaussée) qu’une piste cyclable (aménagement en dur qui sépare physiquement la circulation des vélos de la circulation automobile), il n’en demeure pas moins que chaque kilomètre de bande cyclable est coûteux. Parfois, il n’y a tout simplement pas la place d’en créer dans les rues étroites dont certaines sont mêmes dépourvues de trottoirs. Et très souvent, il n’y a pas de bande cyclable car certaines municipalités se trouvent encore à la préhistoire de la pratique vélocipédique et n’envisagent même pas de construire un réseau dense et cohérent de bandes cyclables…

Un utilisateur a donc eu une idée lumineuse. Si il ne roule pas sur une bande cyclable alors la bande cyclable le suivra. Son invention consiste à placer un rayon laser sous la selle du vélo qui projette au sol le marquage d’une bande cyclable. Ainsi la nuit, au moment où les cyclistes sont les moins visibles et le risque d’accident le plus grand, il s’affiche clairement sur la chaussée.

Pour le jour, il reste à inventer un marquage peinture ou à la craie qui se dessinerait au fur et à mesure que le cycliste roule?

Light Lane Designers: Evan Gant & Alex Tee

Source : www.yankodesign.com

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

9 commentaires sur “Une idée lumineuse: la bande cyclable de nuit

  1. zins

    Jolie cette idée!

    Pour continuer dans ces propositions de signalétique allez jeter un coup d’oeil sur ce site d’une jeune agence d’architectes parisiens : http://encoreheureux.org/site2/ et regarder plus précisément PISTEURS MAGENTA dans la liste PROJETS ET REALISATIONS.

    C’est une idée pour le marquage de jour, un réservoir de peinture blanche sur une roue de vélo… et hop le tour est joué…

    Avis aux amateurs…

    A vos vélo!

    a bientôt t°

  2. martoni

    Je ne suis pas un grand fan des pistes cyclables. Elles sont souvent une justification pour libérer la place aux bagnoles.

    «Barre toi de mon ch’min, va faire mumuse sur le trottoir décoré de vélos …»

    Il est bien plus urgent d’apprendre aux bagnoles à partager la route, qui ne leurs est pas réservée.

  3. MotardQuiRit

    je trouve l’idée tout simplement génial !

    car si pour la sécurité d’un cycliste il est important pour de bien voir la route & ses usagers.
    il est surtout important qu’il soit bien vu 😉 (puisqu’il ce déplace moins vite que les scoot/moto/voiture/bus)

    là en l’occurrence, associé à un réflecteur, la visibilité & donc la sécurité du cycliste fortement accrue 🙂

  4. Laura

    Bonjour,
    J’aimerai vous contacter personnellement, pouvez-vous m’envoyer un mail afin que je vous réponde ?
    Merci beaucoup.

  5. Vélove

    pour contacter un auteur d’article, c’est situé tout en bas dans le pied de page.

  6. jack

    « La bande cyclable reste un des moyens les plus sûrs de protéger les cyclistes dans les villes comme dans les campagnes. »
    Pas d’accord, la bande n’offre aucune protection physique! C’est justement un moyen de communiquer sur son réseau cyclable sans protéger le cycliste. Le moyen le plus sur est la piste en site propre.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Am%C3%A9nagement_cyclable

  7. Vélove

    @ Jack
    Je crois qu’il y a débat sur ce sujet, y compris au sein des associations de cyclistes… ce que tu dis est vrai en théorie, mais la piste cyclable (qui sépare physiquement la circulation des vélos du reste de la circulation) génère aussi des problèmes: en effet, il ne peut y avoir de piste cyclable continue car il y a toujours à un moment donné des intersections avec le réseau routier, ce qui génère des accidents (le cycliste se sent protégé à juste titre sur sa piste et baisse la garde au niveau de ces intersections). A l’inverse, la bande cyclable (simple coup de peinture sur la chaussée) n’offre pas de protection physique, mais matérialise un espace réservé aux vélos: le vélo est nécessairement plus prudent… En outre, l’intérêt des bandes cyclables est de maintenir les vélos sur la chaussée, ce qui participe à mon sens à la modération des vitesses des voitures (les automobilistes ne sont pas tous des gros cons et la plupart réduisent leur vitesse quand ils dépassent un vélo). Je pense personnellement que la cohabitation sur la chaussée est bénéfique et que si l’infrastructure est trop délibéremment routière (vitesses élevées), la solution n’est pas d’isoler les cyclistes sur une piste cyclable, mais d’aménager la voie pour la rendre moins routière (chicanes, rétrécissements de voie, bandes cyclables, revêtements spécifiques, etc.).

  8. CJ

    Excellent cette histoire de bande cyclable « laser ». Il serait bon de généraliser ça, c’est un réel + pour la sécurité des usagers c’est certain.

Les commentaires sont clos.