Votre vieille bagnole pollue moins qu’une neuve

Garder sa vieille voiture longtemps et en bon état est plus écologique que d’en acheter une neuve, même si cette dernière consomme moins de carburant. C’est ce que révèle une nouvelle étude réalisée par la firme Toyota qui fait état de l’impact écologique associé à la fabrication des nouveaux véhicules.

En effet, l’empreinte écologique associée à la fabrication et au transport d’une nouvelle voiture à essence atteindrait 28 % de toutes les émissions qu’elle rejettera au cours de sa vie. Une étude antérieure réalisée par l’Université de Seikei au Japon évaluait cette empreinte à 12 %. Peu importe laquelle des deux à raison, pour réduire l’empreinte de votre véhicule au maximum, il suffit de le garder en bon état et de le conserver le plus longtemps possible. De plus, entreposer votre vieille bagnole à la ferraille engendre d’importantes contaminations des sols.

Certains diront que se tourner vers les véhicules hybrides réduit considérablement leur impact sur l’environnement puisque ces voitures consomment moins de carburant, mais il semble que l’empreinte écologique associée à leur fabrication soit de très loin, supérieure à celle d’un véhicule à essence. Non seulement les métaux lourds présents dans les batteries sont très dommageables pour l’environnement, mais la présence de deux moteurs sous le capot; un à combustion, l’autre électrique, augmente de façon importante la quantité de gaz à effet de serre associé à leur conception.

Si vous désirez vraiment changer de véhicule, le meilleur choix écologique n’est pas le tout dernier hybride, mais bien une voiture usagée à faible consommation.

Source: Scientific American Via sur-la-toile.com

Voir aussi: Le renouvellement du parc automobile: fausse solution et vraie arnaque

Steve

A propos de Steve

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste du pic pétrolier et des questions d'étalement urbain et de consommation d'espace.

14 commentaires sur “Votre vieille bagnole pollue moins qu’une neuve

  1. ChristopheN

    Ravi de lire cet article relatif à une idée que je défends depuis un bon moment moi qui n’achète pas un véhicule de moins de deux, voir cinq ans pour une voiture dont le kilométrage est souvent proche des cent mille. Evidemment, je préfère une voiture confortable qui est donc plutot du type (grosse) berline. Mais je roule peu en voiture, privilégiant la moto. En fait j’adapte au besoin. Je précise que les 2 véhicules ne m’ont pas couté plus qu’une voiture neuve de taille moyenne ou même une petite « à la mode ». En revanche, la duré de vie de ma voiture sera égale à celle de 5 voitures de type Twingo qui à elles seules auront, fabrication comprise, généré probablement plus de pollution que ma « grosse ».
    Au lieu de dépenser de l’énergie et de polluer pour détruire et recycler (en partie) de nombreuse voitures encore utilisables juste pour vendre des voitures neuves qui, même si elles polluent un peu moins à l’usage, ont généré une pollution et nécessité des matières premières, pourquoi ne pas utiliser celles qui sont encore disponibles?
    On pourra me vanter tout les mérites d’une nouvelle voiture, ou de l’acte pseudo citoyen à l’égard de mes concitoyens travaillant dans l’industrie automobile, je n’en achèterai pas et continuerai, si besoin est, à arpenter les parcs d’occasions aussi vastes que l’est ce sujet…

  2. Philippe Schwoerer

    Pas d’accord ou incomplet ! Si on veut être optimum, dans ce cas, il faut choisir un véhicule d’occasion au moins équipé d’un échappement catalytique (et ce ne sera pas obligatoirement celui qui consomme le moins).

    La pollution directe sera toujours beaucoup plus importante avec un véhicule non équipé d’un appareil de dépollution. Il n’est qu’un test à faire : faire tourner un combi comme celui qu’on voit sur la photo 5 minutes dans un garage hermétique et aller sentir ce qui s’y passe (ne le faites pas en réalité, combien sont morts ainsi ?). La même chose avec un véhicule équipé d’un échappement catalytique, et ce n’est pas du tout la même chose, même si ça reste encore dangereux.

    Quant aux hybrides, comme ça a déjà été dit ici, ça dépend des batteries utilisées, certaines sont 100% recyclables et peuvent s’affranchir des métaux lourds.

    Un hybride à dominante électrique n’est équipé aujourd’hui que d’un moteur thermique de voiture sans permis 900 cc). Je suppose que ça n’a pas été pris en compte.

    En revanche, oui, le risque existe bel et bien qu’on cherche encore à faire des voitures toujours plus musclées, y compris les hybrides. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

  3. veloce

    C’est etonnant que l’etude vienne d’un constructeur auto.
    T’aurais pas une source?

  4. Philippe Schwoerer

    Là où je te rejoins ChristopheN, c’est qu’on pourrait bien se contenter d’utiliser les anciennes caisses quitte à modifier la motorisation pour polluer de moi en moi, convertir à l’électrique ou à l’hybride. Ce serait toujours ça de pollution en moins. On ne change pas son frigo tous les 2 ans (sauf s’il lache !).

    De toute façon, un cycliste en ville préférera certainement rouler derrière un hybrique (ou un véhicule tout électrique) qui ne lui envoie aucun gaz que derrière une 4L de 1981. Ce même cycliste préfèrera sans doute rouler derrière une R25 équipé au GPL que derrière une 405 diesel… Et dans l’absolu, le cycliste préférera de toute façon ne pas être confronté aux automobiles du tout.

  5. ChristopheN

    Pour répondre à Philippe Schwoerer qui écrit: »Pas d’accord ou incomplet ! Si on veut être optimum, dans ce cas, il faut choisir un véhicule d’occasion au moins équipé d’un échappement catalytique (et ce ne sera pas obligatoirement celui qui consomme le moins). »

    Ma (grosse) voiture de 2000 achetée en juin 2007 et qui totalisait 150 000 km (donc considérée comme « vieille » par nombre d’automobilistes!) est équipée d’un catalyseur. Sert-il à quelque chose ou me fait-il consommer (encore) plus?…Je vais passer le contrôle technique en juillet, on me le dira surement!
    Le sujet du pot catalytique est lui aussi vaste! Ce fut un bon coup pour les groupes pétroliers (et l’état) car cela fait augmenter la consommation de carburant. Donc, même si à l’unité, un véhicule consomme moins grad grace aux progrès techniques, la quantité totale(Total!) de carburant consommée stagne ou même augmente avec le nombre de voitures.

  6. Philippe Schwoerer

    Le pot d’échappement catalytique fait consommer plus… ou baisser la puissance du moteur. Les constructeurs ont fait le choix de préserver la puissance… donc, ça consomme plus… mais ça pollue moins. On peut toujours consommer moins avec quelques astuces si l’on veut surtout si le véhicule est équipée d’un éconoscope qui permet de connaître la consommation en temps réel.

    Sur ma XM de 1996 avec 220.000 km au compteur, l’échappement catalytique semble efficace si on en croit les valeurs trouvées au CT. Faut dire toutefois qu’elle roule la plupart du temps au GPL (le CT teste la pollution moteur tournant à l’essence).

  7. Alain

    Philippe, un pot catalytique pollue autant qu’un pot classique dans les 1ers kms car il n’est efficace que quand il est chaud. Comme un grand nombre de parcours automobiles font moins de 3 kms, un pot catalytique n’a rien d’une révolution en ce qui concerne la pollution.

    D’autant plus que:
    Un pot catalytique n’est pas éternel et devrait être changer tous les 80000 kms selon mes recherches MAIS personne ne le change car personne ne le sait et les constructeurs ne s’en font pas l’echo car c’est cher. Alors ils font semblant… Ca ne les change guère de vivre dans le mensonge.

    A mon avis, ton pot sur ta XM n’est plus du tout efficace.

  8. ChristopheN

    CQFD. Merci Alain!
    Sous la pression des verts en Allemagne à l’époque, les lobbies industriels se sont engouffré dans ce nouveau marché des catalyseurs. Pensez donc, une manne quasi inépuisable! Mais quid du recyclage et traitement?…Je considère que c’est une vaste foutaise qui a plus apporté aux différents lobbies (pétroliers, industriels, automobiles, et même aux états via la TVA) Les verts et tous ceux qui y croient se sont fait avoir mais le consommateurs lambda aussi évidemmment. Certes quand je « m’amuse » à respirer les gaz d’échappement, je ne peux nier qu’il y a une différence entre un échappement catalysé et un autre qui ne l’est pas. Si ça se trouve, puisqu’on ne sait pas où se retrouve les catalyseurs saturés, leur stockage et élimination polluent plus.

  9. Philippe Schwoerer

    Et le contrôle technique : il ne voit rien concernant l’efficacité du catalyseur ?

    « Quid du recyclage et du traitement… » Qui veut s’amuser à faire une recherche objective avec infos croisées pour nous éclairer ?

    Dans les villes l’efficacité du catalyseur se remarque. Souvenez-vous il y a 25 ans à Paris, comment c’était. On est loin de l’idéal aujourd’hui, mais l’air semble plus respirable (hors période noire).

    Un échappement catalytique : c’est effectivement cher. Maintenant qu’il est généralisé même sur les petites voitures, je ne vois pas pourquoi les garagistes se priveraient d’indiquer qu’il est à changer lorsque c’est le cas. Je ne suis pas sûr par exemple qu’ils mettraient plus de temps que pour changer une ampoule de phare de certains modèles très récents.

    En outre, je pense que s’il y avait anguille sous roche concernant les catalyseurs, on en aurait très certainement entendu parler. On sait ce qu’il en est du FAP par exemple pour les diesels, qui a bien une action efficace, mais qui pose d’autres problèmes tout aussi graves.

  10. Alain

    Tu n’es pas obligé de me croire. Mais regarde sur Internet et tu verras. Le Contrôle Technique n’est pas gage de qualité. Certains trucs sont contrôlés, d’autres pas. Rien ne dit qu’il contrôle le pot catalytique de A à Z.
    En général, à 80000 kms, ta voiture n’est plus sous garantie donc plus rien ne t’obliqe à la changer, même pas une loi laxiste.
    La voiure est truffée de gadgets à scandale: L’airbag n’est pas aussi sur qu’on le dit, l’électronique apporte plus de merdes que de confort, le pot catalytique est un leurre…

    Ce n’est pas parce qu’on en entend pas parler qu’il n’y a pas anguille sous roche. L’auto est un messie pour la société; on sait que ça tue, on sait que çà pollue, on sait que çà provoque des maladies, mais on favorise l’industrie des bagnoles, on fait passer des autoroutes près d’habitations, on s’enfonce dans les périphériques. Pourtant, tout pousserait à faire autrement !

  11. Philippe Schwoerer

    Pour me forger une opinion, je m’appuie de préférence sur des avis ou documents croisés. Trop de contrevérités circulent un peu partout.

    Le contrôle technique vérifié la pollution en sortie de l’échappement. Les valeurs sont indiquées sur la restitution. Si elles sont trop différentes des valeurs d’origine, on peut douter de l’efficacité de l’échappement catalytique. En revanche, si elles sont quasi identiques, on peut supposer que le catalyseur fait bien son travail. C’est donc bien vérifiable. Si ta voiture pollue et dépasse la norme admissible, tu n’auras pas d’autre possibilité que de changer ton catalyseur s’il est en cause. Un de mes voisins a dû le faire.

    Je sais très bien que ce n’est pas parce qu’on ne parle pas d’un sujet, qu’il n’y a pas anguille sous roche. Mais puisque nombre d’organismes ou de personnes sont en guerre contre l’automobile, si le problème était criant, on le saurait déjà. Je n’exclus cependant pas de revoir ma copie si des éléments sérieux étaient mis au jour dans le domaine.

  12. Alain

    Souce Wikipedia;
    Ceci ne modifie pas la validation du contrôle technique (pour un moteur correctement réglé), puisque les tests antipollution sont faits « à froid », alors qu’il faut rouler au minimum 10 à 15 Km pour que le catalyseur commence à agir.

  13. Philippe Schwoerer

    Pourquoi dis-tu que les test sont faits à froid. Quand je prends rendez-vous avec mon contrôleur technique, j’apporte le véhicule à l’heure convenue (soit sur mon lieu de vacances à 15 km du lieu de résidence, ou dans ma région à 25 km). Dès que je suis sorti du véhicule, le contrôle commence moteur toujours tournant.

    J’observe d’ailleurs que le contrôle antipollution se fait (toujours ?) à la fin du contrôle, au bout d’une vingtaine de minutes alors que le moteur n’a pas été coupé. En 20 minutes à tourner ainsi, au obtient bien la même chauffe que 15 km à rouler. Tous les contrôleurs n’appliqueraient-ils pas ce schéma de visite ?

    Tu as sans doute raison pour un moteur très bien réglé sur un modèle injection. J’avais déjà observé une nette différence dans mon garage quand j’ai eu une DS à injection électronique. Ca n’avait rien à voir avec l’Ami6 qui laissait un gaz véritablement asphyxiant.

    Malgré tout, il y a un truc qui me chiffonne dans cette phrase de Wikipédia. Si on passe le teste de pollution à froid, le catalyseur n’est pas en fonction et la voiture au starter en revanche. C’est là qu’elle pollue le plus. Elle devrait être recalée.

    Du coup, je viens de faire une recherche aussi sur Internet, la fiabilité d’un site collaboratif étant d’emblée sujette à caution. J’ai trouvé un passage de l’arrêté du 17 novembre 2003 (NOR : EQUS0301494A – J.O. du 9.12.2003) qui régit les contrôle technique. Le contrôle de la pollution se fait « moteur chaud, régime à 2500 à 3000 tr/mn pendant 60 secondes, saisie d’une valeur stabilisée sur 5 secondes du lambda et du CO (2 minutes maxi) retour au ralenti (700 à 800 tr/mn) saisie du CO (dans les 30 secondes). Ce n’est déjà plus la même chose !

  14. Alain

    Moi, je ne dis rien. Tu as demandé des sources, j’ai cité Wikipedia.

    D’ailleurs, qui nous dit que les contrôles pollution ont des normes plus laxistes que drastiques? On sait tous que les taux de pollution annoncées par les constructeurs sont faux, tout comme leur valeurs de consommation.

    Et puis le pot catalyque, finalement, on s’en fout car on vise une société sans voitures. Et qui dit 0 voiture, dit 0 pot catalytique.

Les commentaires sont clos.