Mon année de vie sans voiture

ma-vie-sans-voiture

Un internaute de Dijon raconte sur un blog sa vie sans voiture et en vélo à assistance électrique (VAE). Il décrit avec humour les différentes étapes qui l’ont conduit à ce processus de « déchéance sociale » (et oui pour beaucoup, vivre sans voiture est signe de faiblesse, de pauvreté… c’est souvent l’incompréhension qui domine). Extrait.

1 an sans voiture = 4000kms en vélo

Et bien voilà. Déjà un an, jour pour jour que j’ai vendu ma voiture. ça passe vite… Depuis, j’ai parcouru 4000 kms dont la plupart avec mon VAE flyer pliant.

Aucun regret, en agglomération la place faite au vélo est de plus en plus importante. Mes distances sont parfaites, entre 3 et 8kms AR pour aller faire des courses, 24kms AR maximum pour les déplacements les plus loin dans l’agglomération. Le VAE est un choix que je ne regrette pas du tout pour éviter le côté trop sportif des choses, tout en faisant de l’exercice quand même. Je suis à 10 minutes du centre ville et à 5 minutes de mon lieu de travail. L’idéal.

Le mauvais temps ? Ah oui, la question traditionnelle. Et bien depuis un an j’ai entouré sur mon calendrier toutes les fois où j’ai dû mettre mes habits de pluie. Résultat, 33 fois depuis juillet 2008 ! Ce n’est vraiment rien à mon goût. Cela ne veut pas dire qu’il n’a pas plu d’autres jours, mais ce n’était pas au moment de mes trajets. Il faut bien savoir que je ne me suis jamais privé de sortir à cause de la pluie, donc ces 33 fois sont représentatifs d’une vie « normale ».

Cela me semble un argument pour les personnes qui invoquent le mauvais temps comme réticence majeure à l’usage du vélo au quotidien : seulement 1 jour sur 10, j’ai dû faire du vélo sous la pluie. Et le plus souvent, c’était une petite pluie.

Source: http://www.velotaf.com/index.php?autocom=blog&blogid=34&

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

33 commentaires sur “Mon année de vie sans voiture

  1. tommilidjeuns

    Dans mon village de 200 habitants (dont la moitié sont ivrognes de pères en fils et filles), y a des mères de famille qui vont chercher leurs mômes à l’arrêt de bus en 4X4, et laissent tourner le moteur à l’arrêt en attendant le bus scolaire, l’hiver parce qu’il fait froid, pour le chauffage, l’été parce qu’il fait chaud, pour la clime, les autres fois pour rien, parce que qu’ils sont justes connes et cons, de pères en fils et de mères en filles.
    Leurs mégots tapissent abondamment les lieux.

    Dans mon village de 200 habitants, y a des « jeunes » qui se réunissent tous les jours aux arrêts de bus pour picoler et « faire la fête », ils y vont bien sûr en bagnole, même s’il habitent à 20 mètres, à cause de l’autoradio qui crache la techno et le rap à fond les gamelles et aussi à cause qu’ils sont cons, connes et déficients dans leur tête mais pas assez débiles pour qu’on leur donne pas leur permis de conduire.
    Leur pisse et leurs crachats ont depuis longtemps noirci les murs des abribus, çà pue mais comme ils sont défoncés en permanence ils doivent plus rien sentir et les débris de leur bouteilles bon marché tapissent abondamment les lieux, avec les capotes usagées, les serviettes hygiéniques et les mégots déjà sus-cités.
    Puis quand ils ont bien bu et bien gueulé, ils font de magnifiques dérapages plus ou moins contrôlés pour épater leurs copines, et comme il ya une belle ligne droite d’au moins 200 mètres où les gendarmes ne se postent absolument jamais avec leur radar, ils piquent des sprints été comme hiver avec tout ce qui peut produire bruit et fumée, que ce soit bagnole, moto ou quad, et après ils reboivent et refument quelques coups,parce que le sport çà donne soif, hips !
    Les plus petits regardent et prennent exemple, les parents sont sourds et aveugles et cons de naissance ou par tradition.

    Depuis des années que çà dure, je me dis que si c’est çà l’avenir de la France et que si j’étais moi le Président, j’ interdirais purement et simplement la production et la vente d’alcool et de bagnoles, ces deux drogues à accoutumance génératrices de taxes bien juteuses auxquelles l’Etat n’est sûrement pas près de renoncer.

    Toute façon, l’Etat, ce qu’il veut, c’est des gros cons bien imbibés faciles à diriger et à gouverner, pas des Einstein dans toutes les familles à qui il pourrait venir des idées subversives. (vite, quelques milliards supplémentaires pour aider l’industrie automobile, tant pis pour l’ Education nationale, qu’ils se démerdent à 45 par classe qu’est-ce qu’on en a à foutre si les étudiants n’ont pas de quoi se loger et bouffer hein ? n’ont qu’à aller bosser ces feignants !)

    Tu m’as compris, tu m’as.

    C’est juste pour donner une petite idée de la déchéance, de la pauvreté intellectuelle et de la faiblesse d’esprit qui règne en notre beau pays et décrire un peu le pittoresque de nos villages, tout au moins du mien, où il n’y a pas d’arreté municipal concernant l’ivresse sur la voie publique, je me demande bien pourquoi, certainement parce que le maire est lui-même un poivrot notoire, à ce qu’on m’a dit.

    J’ai la faiblesse d’ éspérer que ceci est un cas isolé et pas une généralité, mais c’est vrai que je suis un doux rêveur .

    Alors va et longue vie à toi et à ton vélo, cher internaute de Dijon, et tu devrais pouvoir te bricoler un parapluie pour mettre sur ton vélo.
    ( j’ai dessiné un prototype de vélo étanche, si Carfree me dit comment on fait je vous le ferai voir si vous êtes intéressés)

    P.S. Cherche grotte dans une Ardèche ou un Larzac quelconque, loin des humains et de leur fracas, avec quelques hectares autour et quelques chèvres, ceci est une annonce sérieuse.

  2. Vincent

    Cher Tommilidjeuns, ton village est hélas loin d’être une exception. Pour avoir silloné la France, je puis te certifier que c’est une description de notre beau pays tout entier que tu viens de donner !

  3. Tommilidjeuns

    Ouah mais çà craint un max alors, snif. Je me demande bien alors ce que les touristes viennent chercher ici.La planète entière serait elle infectée ? Je dois faire gaffe parce que le Monsieur à la barre il a dit une fois: « la France, on l’aime ou on la quitte », alors j’envisage l’ émigration sur une autre planète, dès je trouve un moyen de transport…
    Mais moi je l’aime bien la France, dommage que dedans il y ait 90 pour cent de français comme çà…

  4. URB

    Faudrait peut être pas exagérer quand même.

    La France n’est pas composé de 90% d’alcoolique héréditaire et tout les jeunes ne font pas que des « runs » à moitié (ou complètement) bourré.

    Je veux bien qu’il y en ait, surtout dans des endroits ou il n’y a pas grands chose à faire, mais ce n’est pas le cas de toute la France et des français.

    Heu au fait tu es dans quelle moitié, dans ton village ? 🙂

    Bien-sur automobiliste ne veux pas dire alcoolique et alcoolique ne veux pas dire être automobiliste, mais est-ce nécessaire de le préciser ?

  5. Tommilidjeuns

    Urb, finalement t’es tout le temps à être contre tout ce qui se dit hein ?
    Vincent il a dit « notre beau pays tout entier », moi je dis nonante pour cent, si un autre arrive et dit deux pour cent tu vas dire quoi ? On est aux enchères ou quoi ?
    Finalement tu veux toujours avoir raison, c’est d’un lourd…Je parle de mon village peuplé pour la moitié de minables irrécupérables,et ce que je peux constater tous les jours quant aux comportements sur la route m’amène à ce chiffre, corroboré aussi par un moniteur d’auto école de mes amii passe ses journées sur la route, alors pouêt pouêt, pis je te cause plus à toi.

  6. Alain

    Miss Helium, un groupe punk à découvrir dit dans une chanson:
    Pour élever des hommes, ce n’est pas compliqué
    un logement, une voiture, une famille, une télé,
    du sport, des loisirs et des congés payés
    l’essentiel, c’est de les faire travailler (bis)

    Ils ont écrit un titre nommé « junk du fast-food énergétique » qui commence par un doux bruit de F1. Y’a des vidéos sur internet. Ca montre la vie humaine bien brute.

  7. Philippe Schwoerer

    Première semaine d’essai du vélo à assistance électrique pour ma femme. Elle en est ravie et plus en forme qu’avant. Son parcours quotidien est de 15 km AR environ.

    L’expérience s’arrêtera hélas bientôt, avec le retour des enfants à déposer au centre aéré ou à l’école. Dommage !

  8. pimousse3000

    @Tommilidjeuns : Triste France! C’est vrai que les villages de campagne un peu perdus sont sujets à ce genre de problèmes. Dans les cités, c’est un peu différent, mais le comportement est analogue. C’est vraiment monnaie courante…. Ceci dit ne faisons pas de généralités, parce qu’il y a des coins où c’est pas le cas, heureusement!

  9. MICHEL

    Bon courage aux cyclistes.
    La voiture fut tellement un signe de réussite sociale.
    Aujour dhui on évente de la main son nez contre la fumée de pot d échapement.
    Dieu Merci, Toute théorie vieillie, toute mode se démodera.

  10. Fabrice EscalierRobert

    Bravo et merci pour ton témoignage. C’est plaisant d’avoir des témoignages de personnes qui vivent et pensent autrement à Dijon comme ailleurs.

    Robert

  11. Claude

    Bonjour,

    Merci pour ton témoignage. je vis sans voiture depuis Mai 2007. Mon travail est à 6.5 km, j’alterne vélo (si j’ai envie de prendre l’air) ou bus, suivant la météo et mon état d’esprit. N’ayant pas encore de VAE, je prends mon VTC et … je transpire… donc, je me douche et me change sur mon lieu de travail….
    Dans le futur, j’acheterai certainement un VAE, comme le tien, pliant, pour le train…
    Comme lorsque j’ai arrete de fumer, il y a 15 ans de cela, je ressens la fin d’un esclavage.. plus de voiture, plus de soucis de garage, de stationnement, et d’argent … l’économie étant très importante, de l’ordre de 3 à 4 mois de salaires annuels.
    Je comprends que certains aient du mal à s’en passer, mais si tous les habitants de ville, comme moi, qui bénéficient de transports en communs faciles, fréquents, et pas chers, de pistes cyclables sympas(même s’il reste énormément de travail à faire) choisissait de ne plus etre « propriétaire » d’une voiture,… quel progrès…….!

    Si je passe à Dijon, me ferais tu visiter ta ville ?

    Salutaitons amicales …

  12. Christophe S

    Super, encore un témoignage de célibataire sans famille…

    vous nous parlez que vous allez travailler à vélo, c’est bien, mais comment faites pour transportez vos enfants d’un point A à un point B, dans les sacoches 🙂

    Je répète une fois de plus que la vie sans voiture, c’est pour les personnes seules (solitaires ?) en centre urbain…

    Finalement, la boucle est bouclée: le fait de se passer de voiture implique le fait d’avoir peu ou pas de famille, donc de ne plus se reproduire, donc de faire vieillir la population qui mourra et ne sera pas remplacée: c’est ça la décroissance : moins d’humains !!!

    Vous êtes abjects. NON A LA DECROISSANCE !!

  13. pimousse3000

    Je ne pense pas que seuls les célibataires puissent vivre sans voiture!
    Pour les enfants, il existe des sièges à fixer à l’arrière (un enfant par vélo, c’est sur que si tu as des triplés c’est plus difficile). Ensuite quand tes enfants sont en âge de rouler tu peux les accompagner à vélo pour leur sécurité. Puis à l’âge du BSR (12-13 ans), ils savent se débrouiller. Bref, 5km en vélo c’est pas la mort. Mais c’est vrai que beaucoup de francais sont incapables de « parcourir 10m sans s’aider de sa voiture » (Matmatah).
    Ton point de vue est donc très caricatural et étroit d’esprit Christophe…..
    A défaut de pouvoir te passer de ta bagnole que tu chéris tant, réfléchis à tous les trajets que tu fais et combien tu économiserais, ou combien ca te couterait, en temps et en argent de faire autrement. Bref, tous tes trajets sont ils indispensables? Maintenant, c’est sur que si comme la grande majorité des francais, au moins 81% j’imagine, tu habites en haut d’une colline à 24km du premier village de 500 habitants ravitaillés une fois par semaine par des corbeaux et que tu as 4 enfants de moins de 5 ans… je comprendrai que ta voiture soit « indispensable »!

  14. URB

    L’une des plus grosses difficultés quand on a un ou des enfants c’est le temps.

    D’accord il y a des garderies, mais ça a ces limites.
    Il faut donc le temps de pouvoir amener le ou les enfants à l’école, aller au boulot et pouvoir aller les chercher après le boulot.

    Tout le monde n’a pas les même horaires de travail, même si beaucoup sont sur la même base, surtout les horaires de bureaux, mais dès que l’on attaques les horaires des commerces, qui finissent souvent après ceux des bureaux (forcément faut des clients) là ça commence à coincer.

    Bien sur il y a des possibilités avec le conjoint.

    En plus de ça il faut rajouter la distance entre la maison-l’école-le boulot.
    Quand on arrive à rassembler tout ça, c’est bien, mais est-ce le cas de tout le monde ?

    Donc beaucoup de paramètres pour dire que c’est faisable pour certains, plus dur pour d’autre et quasi impossible pour le reste, du moins à l’heure actuelle.

  15. URB

    Ha oui, oublie dans la réponse ci-dessus :

    Le BSR c’est à partir de 14 ans, c’est à la base pour pouvoir conduire un cyclomoteur ou un scooter.

    Je suis sur que certains voient ça comme une incitation et sont contre.

    Heureusement il y a l’APER en primaire, l’ASSR au collège, ça donne une base et certains bambins doivent en savoir plus sur « comment savoir circuler » que certains adultes.

    🙂

  16. Philippe Schwoerer

    La décroissance est un mal nécessaire pour notre avenir, et prêcher le contraire est de l’ordre de l’irresponsabilité. Nous n’avons pas le choix : il faut penser à nos enfants et à leur avenir.

    Ceux qui n’auront fait aucun effort pourront-ils regarder leurs enfants en face lorsqu’ils le reprocheront de n’avoir penser qu’à leur confort immédiat ?

    La décroissance ne concerne d’ailleurs pas que l’automobile. Elle appelle à consommer efficace et à faire les bons choix.

    Dans bien des cas on peut se passer de l’automobile. Certaines écoles font du ramassage scolaire à pied ou à vélo (voir http://www.adtc-grenoble.org/spip.php?article70 par exemple). Ce n’est hélas pas applicable partout.

    A chacun de s’interroger sur son impact au quotidien et de modifier ses habitudes en conséquence, là où c’est possible (consommation locale, électricité verte, vélo, transports en commun, usage de l’eau…).

    En outre, bien penser aussi que le monde de l’automobile est perçu souvent comme une agression pour ceux qui n’ont pas à l’utiliser, surtout avec le nombre conséquent d’incivismes remarqués (accélérations rageuses, dépassements dans un nuage de fumée pour finalement s’arrêter ou tourner 100 mètres plus loin, saturation des abords des écoles avec des véhicules garés n’importe comment, moteurs qui tournent sous les fenêtres pendant que les propriétaires font la queue pour acheter un journal, un paquet de cigarettes ou une baguette…).

    Quand l’usage d’un véhicule demeure indispensable après avoir envisagé tous les autres scénarios possibles, exclure tous ceux qui ont de mauvais bilans carbone et de pollution et surtout agir « en bon père de famille ».

  17. Christophe S

    @PIMOUSSE 3000
    « Ton point de vue est donc très caricatural et étroit d’esprit Christophe….. »

    Aussi caricatural et etroit d’esprit que dire qu’on peut tout faire à vélo »
    Je suis contre l’idée (que pronent certains nouveaux urbanistes) de tout regrouper (habitation, travail, écoles, commerces, loisirs) dans un seul lieu « de vie » (plutôt de mort…) afin d’éviter l’usage des transports…

    Et puis faire faire 5kms à vélo à un gamin de 6 ans, c’est pas mal le matin avant la journée d’école, ça met en jambe, il suffit qu’il parte à 5 heures du mat pour être à l’heure… C’est donc bien du grand n’importe quoi !!!

    @Ph SCHWOERER :

    « La décroissance est un mal nécessaire pour notre avenir, et prêcher le contraire est de l’ordre de l’irresponsabilité. Nous n’avons pas le choix : il faut penser à nos enfants et à leur avenir »

    FAUX: on peut continuer à croître mais de manière différente… Pourquoui vouloir décroître, à qui expliquer et imposer celà, aux pauvres gars qui gagnent à peine le smic et qui a déjà du mal à boucler ses fins de mois, au milliard d’indiens dont la population augmentent de 60 millions par an ?

    La décroissance, c’est un voeu pieux d’une poignée d’illuminés bien pensants…

    Et pour boucler la boucle : pour bien décroître, il faut acheter local et non global (écologiquement correct)
    Mais alors, comment acheter un vélo, ils sont tous faits en chine 🙁
    et de toutes façons, ne rien acheter en Chine, ils ne respectent pas le droit du travail…
    Finalement, recréer de susines de fabrication de vélos en France, avec les hauts fourneaux/fonderies qui vont bien, mais pas très écolo.
    bon ben alors, pratiquement on fait comment ?
    Car théoriquement c’est bien la décroissance pour quelques uns mais pratiquement on l’applique comment pour les grandes masses populaires ?

  18. Sil

    Dans peu de temps, la question de la decroissance ne se posera plus. Ce ne sera plus une question de choix personnel ou d’opinion mais une realité au quotidien pour la majeure partie des êtres humains, qui verront leur train de vie -consommation- se reduire notablement, et les Occidentaux seront peut-être les plus durement touchés.

  19. Yôm

    @Christophe S
    Bin ouais, pour se permettre de se passer de voiture, faut forcement être un célibataire citadin.
    C’est bien connu, depuis la nuit des temps.
    Ça se transmet de génération en génération…

    Au début il y eut la terre, l’eau et le feu…
    L’homme (Adam) vivait aux côtés d’une belle et jolie jeune femme.
    Tous deux s’ennuyaient fermement tout le jour jusqu’à ce qu’apparut…
    l’AUTOMOBILE!
    Et paf crac boum!
    Sécurisés par son habitacle, grisés par sa vitesse, excités par son intérieur cuir sans coutures, Adam et Eve y posèrent leur fesses bientôt moites et y copulèrent honteusement sans risquer d’érafler le sacrum ou les genoux de cette dernière.
    Fruit défendu, objet de tous les plaisirs, la voiture permis aux représentants de l’humanité se reproduire en toute sécurité.

    « Petit homme, écoute moi bien, tu as peur, le monde va mal.
    La sécurité est la condition de survie de ton espèce de dégénérés.
    La voiture t’as toujours accompagnée, elle est garante de ta pérénnité.
    Vois comme la Terre est sale et accomplis ton devoir, achète une voiture propre (et tous les autres articles tip top dernier cri luxe et technologie en vente chez PPR) » YAB

    Et ton arrière grand père, il s’est tapé madeleine sur la banquète arrière d’une Benz’ ?

    Et puisque tu assimiles les objecteurs de croissance aux malthusiens, aies au moins l’honnêteté de lire l’actuel numéro de « La Décroissance ».
    « Mais non, ils n’y racontent que des conneries, ils vont me violer le cerveau, y a qu’à la télé qu’on dit la vérité ».

    @URB
    Tes propos me rappellent tous ces magazines de propagande destinés à la gent féminine:

     » cet été pour rester mince ou perdre les quelques kilos superflus (hihihi), essayez la nouvelle brosse de massage turborotative à culbuteur hélicoï(d/t)al ultrasonique. Le must pour mincir sans effort! »

    Si tu ne te sors pas les doigts du Fillon, tu ne risques ni de maigrir ni de te passer de ta bagnole.
    Et pourtant là tu ferais vite d’une pierre deux coups.

    @Philippe Schwoerer

    « La décroissance est un mal nécessaire »
    Je n’aime pas cette formule teintée d’autoritarisme et de religiosité.
    C’est à mon sens à la fois un mouvement politique en cours d’élaboration et une démarche individuelle volontaire.
    Si ça fait mal, rien n’oblige personne à suivre cette voie.
    Il s’agit d’outils de lecture du monde.
    La prise de conscience qui en découle tend à responsabiliser les 20% des plus riches de cette planète (et dont nous faisons partie) qui tentent de réinvestir leur vie et la sphère politique.
    Si la décroissance devait entrer en politique, sûr qu’il y aurait des restrictions mais qui toucheraient avant tout les plus riches et les modes de production et renforcerait les libertés individuelles via les « biens publics » : accès libre aux transports publics et à l’eau, gratuité des soins de de santé et de l’école…
    2 niveaux, global et individuel, tout à inventer.

    S’il est nécessaire, ce changement me réjouit.

  20. Alain

    A l’heure actuelle, on a accès à une quantité d’informations et dans celle-ci, on trouve quantité d’alternatives.
    Si on mettait bout à bout toutes ces alternatives, on arriverait vite à une société de décroissance. Mais certains (URB?) ne regardent rien ou ne vivent qu’en se regardant le nombril (si je puis dire). Car le présent (je peux pas faire ceci/ je peux pas faire cela/ on ne peut pas demander ceci/vous racontez n’importe quoi/ beurk, vos actions impossibles…) n’est pas gravé dans le marbre et quand on pense, on pense avenir c’est à dire:
    -Transport en commun à développer
    – pedibus
    – TER

    Et touti-quanti…

    Plutôt que d’écouter des slogans publicitaires (RENAULT: « inventez la vie qui va avec »), allons vers « carfree: inventons la vie qui va avec ».

  21. Philippe Schwoerer

    Peut-être qu’en parlant de « mal nécessaire », je n’ai pas choisi les termes les plus appropriés pour le plus large lectorat. Le mot « décroissance » peut faire peur. Mais souvent, lorsqu’on décide d’agir pour nos enfanrs, on finit plutôt par se sentir libéré.

    On n’a pas le choix : il deviendra de plus en plus impératif de moins consommer d’eau, d’énergie, de matière première… On peut réinventer sa vie : on ne va tout de même pas aller dans le mur pour simplement privilégier son confort sur quelques (dizaines d’?) années !

    La décroissance ne signifie pas de demander aux moins bien lotis de se serrer la ceinture, mais de modifier certains comportements lorsque c’est nécessaire. Smicard ou pas, pourquoi laisser des ampoules et la télé allumées pour rien, pourquoi choisir les appareils les plus chers et les plus énergivores, pourquoi manger de la viande à tous les repas… Voilà quelques exemples qui permettraient à certains de vivre mieux en consommant moins.

    Pour la consommation locale, je pensais plus particulièrement à l’alimentaire (choisir les fruits et légumes locaux lorsque c’est possible).

  22. URB

    @YÖM> « Si tu ne te sors pas les doigts du Fillon »

    Du Fillon ? Alain Fillon ?
    Tu as des pratiques douteuses dis donc.
    Et tu met souvent des doigts comme ça, chez un peu tout le monde ?
    Si tes amis/collègues savaient ça, je crois qu’il y réfléchiraient à deux fois avant de te serrer la main.
    🙂

    Et il est où le rapport avec les magazines de propagande destinées à la gente féminine ?

    Alors juste pour savoir, tu as combien d’enfants et quel age ?
    Si ils sont grands maintenant, comment allaient ils à l’école avant quand ils étaient beaucoup plus jeunes ?
    Si ils sont très jeunes, comment vont ils à l’école ?

  23. URB

    @Alain > Heu pas Fillon j’espère sinon tu as des doigts qui traine par chez toi, ceux de YÔM apparemment. ;:)

    Bon sinon, pour revenir un peu au sujet :
    Qu’est-ce que l’on regarde ?
    Ben notre situation actuelle, avec les possibilités qui nous entoure, donc les TEC (Transport En Commun), l’accessibilité des lieux qui nous entoure, le travail, les prix des loyers etc…

    Parce que c’est bien beau les plans sur la commette avec la maison juste ou il faut, bien desservie, juste à côté du boulot, avec piste cyclable sur une route parfaitement plate etc… Mais bon ce n’est que du blabla et pas grand chose de bien réel pour tout le monde.

  24. Christophe S

    @YOM

    « Et puisque tu assimiles les objecteurs de croissance aux malthusiens, aies au moins l’honnêteté de lire l’actuel numéro de “La Décroissance”.
    “Mais non, ils n’y racontent que des conneries, ils vont me violer le cerveau, y a qu’à la télé qu’on dit la vérité”. »

    l’honnêteté : pourquoi serais-je malhonnete à ne pas le lire…

    Objecteurs de croissance : trop drôle ce terme, so marketing…
    Sinon, personne va me violer le cerveau et non, il n’y a pas que la télé qui dit la vérité, heureusement…

    Enfin, ce n’est pas moi qui assimile les décroissants à des malthusiens, c’est eux mêmes dans la prolongation à l’extrème de leurs idées…

    Je viens de lire la page 1 du supplément du dernier num de « La décroissance » (malheureusement en vente 2€, eh les gars il pourrait être gratuit, charité bien ordonnée commence par soi-même), très drôle la phrase : »…nous savons que le sujet est miné. nous nous en sommes le plus souvent sortis en affirmant que le problème n’est pas qu’il y ait trop d’humains mais trop d’automobilistes… ».
    C’est vrai, ils s’en sortent bien avec de telles pirouettes…

    sinon, pour ceux qui veulent acheter local, un bon site :
    http://lafabriquehexagonale.com
    que du made in France (finie la consommation mondialiste)

    PS: j’aimerais bien discuter de vive voix avec des décroissants, où peut on se rencontrer su Paris, y a-t-il des forums, des lieux de rencontres…

    PS bis:
    je vais bientôt ouvrir à Paris une boutique de vêtements pour enfants made in France et fabriqués en polaire (plastique recyclé) lui-même fabriqué en France par mon principal fournisseur.
    Les vêtements seront fabriqués sur le lieu de vente même (bilan CO2 du transport = 0 g 🙂
    Ils seront fabriqués en petite série, pas comme les vêtements de chaîne made in china moche comme tout
    De plus, j’irai de mon domicile à ma boutique en transports en commun

    Avec tous ces points positifs, je dois être top in côté décroissance (le seul truc c’est que si dans mon quartier tout le monde est décroissant, j’aurai pas de clients, donc je mettrai la clef sous la porte, je serai ruiné, snif…)

  25. pimousse3000

    @Christophe, je croyais que tu vendais des bagnoles.. genre des renault par exemple.
    @SIL « les Occidentaux seront peut-être les plus durement touchés » : c’est bien probable, surtout ceux qui ne sont pas d’accord pour sacrifier un tout p’tit peu de leur fichu « confort ».
    A presque 7 milliards, 9 millards d’humains en 2050, dont le rêve de tous ou presque, c’est le modèle occidental, on n’est pas dans la merde si on ne veut rien changer! Mais c’est tellement plus facile de se voiler la face en se disant : « c’est pas juste moi qui suis responsable, mon voisin il a un gros 4×4, alors c’est pas avec mes 19 000 km en laguna tous les ans. et Mon dieu, mais comment mon gosse il va faire pour aller au centre aéré qu’est à 1km ?! A pied, tous les jours? le poooooovre chéri choupinet il va devoir marcher 12min plutot que de jouer à sa PS3 et regarder les dessins animés. »
    Mais bordel, ils faisaient comment nos grands parents?

    Y aussi le « Et si on s’en prenait aux industries plut^t que de stigmatiser les pov’z’automobilistes avec toutes ces taxes? » : A ce sujet, je viens de lire sur le site Airparif que depuis 2000, la pollution au NO2, dont les industries sont majoritairement responsables (contrairement à bcp d’autres polluants ou c’est la bagnole) a pas mal diminué entre 2000 et 2008 en IDF… Comme quoi, meme si on a toujours l’impression que rien n’est fait contre eux, c’est encourageant!

  26. apanivore

    Combien de familles en France vivent réellement à plus de 5km de l’école ? A mon avis une proportion ridicule. Même mes parents qui vivent dans un authentique trou de 200 âmes loin d’une école ont un système de ramassage scolaire minimum mais efficace (vu le nb d’enfants qui le prennent). Les voitures ne servent qu’à traverser le village pour emmener les enfants à l’arrêt de bus (grand maximum 1km).

    Et pour ceux qui voudraient faire le trajet jusqu’à l’école en vélo avec les enfants, je vous dis pas le nombre de remorques à vélo qu’on commence à voir en ville pour transporter les enfants. Et les enfants qui sont dedans en redemandent, c’est tellement plus rigolo que d’être harnaché sur une banquette arrière de voiture. Il y a aussi la 3ème roue avec une selle pour le gamin qui est sympa. Bref même en vélo il y a des solutions adaptées à tous les âges.

    —-

    Le malthusianisme ça ne choque que nous occidentaux avec nos valeurs judéo-chrétiennes « croissez et multipliez ». La Chine et l’Inde mènent des politiques antinatalistes depuis les années 70 et personne ne va leur dire qu’ils sont immoral !

  27. Tommilidjeuns

    Il est 23 h, le soir 3 déblatère ses litanies habituelles : licenciements, fermetures d’usines, châtiements de traders qui se sont trop goinfrés etc…mais ô miracle, qu’ouï je ? Arcelor Mittal en Moselle (c’est par chez moi) repart à la production, la télé montre des ouvriers contents, heureux de retourner à l’ouvrage dans leurs Picassos et leurs Scéniques, le chef d’équipe dit notre principal client c’est l’industrie automobile c’est grâce à la prime à la casse vous avez vu comme c’est efficasse finalement ouf on respire enfin l’acier va recouler à flot dans notre pôv Lorraine sinistrée on va pouvoir payer les traites de la picasso la scénique la baraque merci mon dieu…c’est reparticommeenquarante OUF, la sortie de crise se profile à l’horizon mais pas avant fin 2010…
    Après à la fin le sport et hop, le tour est joué, va te coucher tranquille.

    Moi je dis : QUAND ILS vont arrêter de se la raconter dans les soirs 3 et QUAND ILS vont enfin arrêter de nous raconter des bobards ?
    Me font caguer avec leur cirque, me font…
    (Pimousse, t’es un scientifique toi, dis leur fais quèqu’chose moi je m’énerve autrement)

  28. pimousse3000

    @Tommilidjeuns… merci trop d’honneur.. restez assis j’vous en prie .. hihi
    Voila pourquoi je regarde jamais le JT. Le JT, soir 3 ou les autres, c’est (un peu) du lavage de cerveau. Faut que ce soit vendeur, que ça fasse plaisir au peuple qui ne réfléchit pas, que ce soit cliché etc…! Finalement, un bon vieux reportage sur le dernier maréchal ferrand en France au 13h de Pernot, y a rien de tel pour digérer!

  29. Christophe S

    @ pimousse : non je ne vends pas de bagnoles… désolé
    pourquoi tu en cherches une. J ai des bons plans pas cher si ça t intéresse
    @ tous bon Ben jsuis en vacances maintenant. jvous laisse scotchés à vos ordis ( fabriqués par de pov chinois), moi je pars loin de toutes ces conneries (en avion, sorry, mais jvous promet jprendrai pas trop de bagages)

  30. feenix

    je ne comprends pas pourquoi le malthusianisme choque tant les esprits. En quoi serait-ce un mal que la population stagne puis diminue un peu ???? Qu’est-ce qu’apporteront de bien quelques milliards d’autres êtres humains ? En quoi est-ce positif ??? Plus nous serons nombreux plus l’espace se réduira, au détriment d’ailleurs des autres êtres vivants sur terre, cette terre qui n’appartient pas qu’à l’Homme… On peut consommer autrement et faire en sorte que les 7 milliards d’hommes sur la terre puissent vivre dignement… (on peut toujours imaginer le paradis sur terre !! d’autres s’y sont essayé… on sait comment ) mais trop c’est trop…. plus nous sommes nombreux, plus les autres espèces diminuent, voire disparaissent…. vive la décroissance, et vive le malthusianisme

  31. feenix

    je rajoute pour christophe s que je suis pour des restrictions en matière de voyage en avion… un billet tous les 5 ans par personne, ça devrait être suffisant…..
    le tourisme de masse me gave…
    Mais peut-être nous ramènera-t-il de jolies photos de son voyage ?

  32. Yôm

    « Allez les pauvres là vous arrêtez de faire des mioches, vous vous reproduisez comme des lapins et après vous allez venir pleurer parce qu’il n’y a plus rien à becqueter »

    Qui sommes nous pour prétendre contrôler les naissances des autres?
    Que chacun accède librement à la contraception est une avancée sociale et féministe indéniable mais qu’un état puisse intervenir dans la vie sexuelle et familiale et d’émettre des quotas…
    C’est élargir la politique identitaire d’inspiration nazie de notre actuel gouvernement.
    Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues de la bourgeoisie décrivent les modes de reproduction de l’espèce dominante de ce monde (« Les Ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces. »):
    Les familles oligarques _dont le niveau de vie s’il était généralisé à l’ensemble de la population, nécessiterait ne serait-ce qu’en terme foncier probablement une vingtaine de planètes Terre supplémentaires_ pondent en France, aux moins 4 mioches par génération.
    (A écouter au sujet: http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/ete/lovely-planete/index.php?id=81930 )

    Les riches procréent lorsque les pauvres se serrent la ceinture?
    Ce n’est pas la conception de la décroissance.
    Décroissance des inégalités d’abord.
    Nourrir toute la planète et plus de 10 milliards d’individus ne pose problème qu’aux obèses ou malades cardio-vasculaires qui bouffent de la barbaque 2 fois par jour.
    En réduisant à une ou deux fois par semaine la consommation de viande des habitants de cette planète, on dégage une surface agricole largement suffisante pour abolir la faim dans le monde et réduire la pression sur les écosystèmes.
    (A lire, les nombreux et intéressants ouvrages de Jean Ziegler entre autres).
    Que la politique se mêle de l’économie et notamment afin d’établir une plus égale répartition des richesses entre la Nord et le Sud et ce en prélevant chez les plus riches et en produisant moins de merdes à bas coût issues du labeur de peuples exploités doit être la priorité.
    Et le jour où ce sera fait, que tous les hommes seront égaux, alors peut-être que la politique devra se mêler de la natalité.
    Vive la décroissance des inégalités, aux chiottes Malthus.

Les commentaires sont clos.