Propositions pour sortir du système automobile

L’ouvrage de Yves Cochet l’anti-manuel de l’écologie apporte des propositions visant à sortir du système automobile et faire face au déclin prévisible de la production de pétrole. Celles-ci doivent s’inscrire dans un programme global de transition vers une société de sobriété.

Ces propositions peuvent se décliner selon deux niveaux : l’un immédiat et l’autre sur le moyen terme.

Les mesures rapides à mettre en oeuvre mais à l’acceptabilité nulle proposées par Yves Cochet sont :
– un système de rationnement du carburant par la délivrance de bons de carburant (qui pourrait faire partie du revenu garanti). Ces quotas alloués à chacun diminueraient tous les ans,
– Interdiction des déplacements automobiles non professionnels le dimanche
– Réduction des vitesses maximales autorisées,
– Mesures sur les véhicules (bridage, interdiction des grosses cylindrées, limitation du poids …),

Par ces quelques propositions, Yves Cochet émet la possibilité d’économiser le carburant à hauteur de 50% en quelques années, ce qui suppose une moindre pollution mais bien dans le but de changer le système de transports et non pour pouvoir le continuer.

Les mesures plus acceptables mais plus longues à mettre en oeuvre soulevées par Yves Cochet sont :
– renforcement des transports publics,
– réduction de la semaine de travail à 4 jours (ce qui signifie encore une façon de penser le travail encore traditionnel mais pourrait servir dans le cadre de la transition d’une société de croissance à une société de décroissance)
– conduite économe
– vignette automobile

A nos yeux, ces mesures seraient déjà un progrès notable même si elles apparaissent largement insuffisantes pour réellement sortir de l’automobile. Elles doivent s’inscrire dans une politique globale de « décroissance » et intégreraient plus la transition. Elles présentent l’avantage de pouvoir être mises en oeuvre rapidement dans l’optique de mieux supporter la sortie du pétrole et de préparer un avenir sans voiture. Ces propositions doivent être accompagnées par un projet désirable plus sobre mais convivial où le transport devra forcément décroître (notamment celui pour aller consommer du tourisme ou des appareils jetables) et l’automobile disparaître.

Source:  http://www.partipourladecroissance.net/

Yves Cochet

A propos de Yves Cochet

Député écologiste et ancien ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement.

21 commentaires sur “Propositions pour sortir du système automobile

  1. LGV

    Je suis totalement pour cette transition qui malgré tout devra se faire contre la volonté d’une part de la population. Nos politiques n’auront jamais le courage d’imposer à leur électeurs quelque chose contre leur gré. Cependant on peut espérer qu’une majorité de la population prenne conscience de l’urgence et de la nécessité de telles mesures, et ainsi la société, les groupes écologiques pourront influencer les politiques malgré les lobbies bien armés !
    Ces mesures sont concrètes et relèvent du bon sens, j’espère que ce livre aura un écho parmi les nombreux livres inutiles et dévoreurs de forêts

  2. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Ah! ah! ah! Quand la gauche découvre que l’écologie est de droite! L’écologie se fout que quelques uns se la jouent en jets privés: ce sont les comportements de la multitude qu’elle condamne! pas les comportements de l’élite! L’écologie est anti-sociale par définition, par essence!

    La taxe carbone vient nous le rappeler opportunément 😎

    L’écologie est conservatrice par définition. N Sarkozy a bien compris le coup.

    Faut que je fasse un article sur ce sujet sur mon blog: « l’écologie anti-sociale ». Mon blog = http://agonieautomobile.blog.fr/

  3. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    LGV: Tu auras remarqué que N Sarkozy a amorcé ce tournant vers la sobriété avec sa taxe carbone « contre la volonté d’une part de la population » (66% en l’occurence).

  4. Tassin

    « – Interdiction des déplacements automobiles non professionnels le dimanche »

    Si ça c’est pas une mesure totalitaire…
    De quel droit le gouvernement se permet de dire ou non quel moyen de transport utiliser le dimanche? Parce que c’est le jour de la messe?

    Cette mesure est typiquement le genre de chose contre lesquelles beaucoup de décroissants mettent en garde. Le totalitarisme vert.

    Par contre entièrement d’accord avec les autres mesures.

    Et pour répondre à l’écolomobile, l’écologie se doit d’être sociale par définition. Comment accepter que certains nagent dans l’opulence quand d’autres sont contraints de se rationner?
    Il est évident qu’un système de quotas énergétiques, avec compensation de l’éloignement domicile-travail pendant une période de transition, met tout le monde sur un même niveau. Un trajet en hélico privé et c’est tout le chauffage annuel qui est grillé!

  5. Vincent

    Je suis parfaitement d’accord avec LGV. Il va falloir imposer des règles strictes pour sortir de ce système car les gens sont trop égoïste pour prendre conscience eux-même de la gravité de la situation environnementale.

  6. Pim

    En ce qui concerne ces mesures, je les trouve dans l’ensemble très intéressantes, bien que pour certaines difficilement applicables
    – « un système de rationnement du carburant par la délivrance de bons de carburant (qui pourrait faire partie du revenu garanti). Ces quotas alloués à chacun diminueraient tous les ans, »
    On peut assouplir la proposition par : Au delà de ce quota, l’utilisateur qui souhaite encore utiliser du carburant (parce qu’il a roulé plus que prévu pour une raison exceptionnelle par exemple) la paie à un prix majoré (x2 x4 etc…)

    – « Interdiction des déplacements automobiles non professionnels le dimanche » Là c’est effectivement assez extremiste. Car de quel droit peut interdire aux gens de se déplacer? C’est parfois légitime et justifié. Il faudrait dans ce cas interdire aussi les samedis! La mesure précédente suffit en terme de réduction des déplacements autos..

    – « Réduction des vitesses maximales autorisées. » Excellente idée, c’est une mesure de sécurité routière également.
    – « Mesures sur les véhicules (bridage, interdiction des grosses cylindrées, limitation du poids …). » Ca va de pair avec la restriction précédente. Néanmoins, il y a un gros boulot à faire avec les mentalités des automo(dé)bilistes et des constructeurs. Ces derniers, très hypcorites, ont beau faire de la pub pour les modèles sobres à la télé, ils continuent de vanter le mérite du 4×4 urbain dans les magazines de riches. Et puis un 4×4 ca vaut jusqu’à 10 petites bagnoles!

    on peut ajouter :
    – instauration de péages urbains pour les autosolistes!
    – Taxer l’énergie électrique de nuit pour les commerces à partir d’un certain quota par exemple. En effet, il faut un minimum d’énergie non taxée pour les réfrigérateurs par exemple. Le gaspillage des enseignes lumineuses, des escalators qui tournent 24/24, des clims et chauffage à fond 24/24, quant à eux doivent être (MEGA-SUR)taxé.

    Au final, à moins de proposer des interdictions très strictes, le déplacement abusif restera un privilège de riche! Mais c’est aussi vrai dans tous les domaines, à commencer par la (mal)bouffe…

  7. Tassin

    @ VINCENT : Attention à ne pas confondre « juste » avec « strict ».

    Faites attention à tous ceux qui veulent le bien des gens malgré eux-mêmes. L’histoire ne manque pas d’exemples à ne pas suivre.

  8. URB

    Les gens sont toujours d’accord sur le fait de mettre en place des « règles strictes », du moins tant que cela va dans LEUR sens.

    Le jour ou d’autres règles sont mises en place , mais qui ne vont plus dans LEUR sens, rien ne va plus.

    Donc avant de vous réjouir à l’avance de telles pratiques, réfléchissez un peu plus loin que ce qu’il y a devant vous, mais sur ce qui suit.

  9. Vincent

    A URB

    Je sais faire des sacrifices quand cela est nécessaire, qui plus est quand il s’agit d’une bonne cause. Et je réfléchi plus loin que ce qu’il y a devant moi, ne vous en déplaise.

    Et je réitère : il faut des règles strictes, sinon rien ne changera ou alors ce ne sera pas assez efficace. Libre à vous de penser le contraire, mais le temps me donnera raison.

    Et merci à l’avenir d’éviter ce genre de remarques déplacée :

    « Les gens sont toujours d’accord sur le fait de mettre en place des “règles strictes”, du moins tant que cela va dans LEUR sens.

    Le jour ou d’autres règles sont mises en place , mais qui ne vont plus dans LEUR sens, rien ne va plus. »

    …qui reviennent en quelques sorte à dire que je suis égoïste car seul ce qui va dans mon sens m’intéresse. Juger les gens sans les connaîtres s’apelle des « préjugés ».

    Merci d’avance.

  10. URB (Troll)

    A VINCENT

    Mais vous savez, l’avenir nous le diras, pour tout les cas d’ailleurs.

    Mais je doute que le jour ou des règles « strictes », qui vous sont si chère, vous toucheront de plein fouet, cela ne vous dérange pas.
    Mais est-ce que vous le direz ?

    On ne sait pas toujours où nous même chaque chose et où elle s’arrête.

    Tiens une idée :
    Pourquoi ne pas proposer des couvres feu avec extinctions des feux pour éviter le gaspillage d’énergie (gaz, électricité…) ?
    Cela vous dérangerez ? Et si oui pourquoi ?

    Au fait, vous êtes contre les « préjugés » ?
    C’est marrant ça… 🙂

  11. laurent

    Il est évident que ceux qui n’ont pas de voiture et vivent à deux dans un appart de 40 m2 bien isolé ne seront pas gênés par cette taxe au contraire; C’est donc une prime à la simplicité volontaire et à la sobriété des gens modestes mais qui laisse tout loisir aux revenus excessifs de continuer leurs mésusages antisociaux.

  12. lechatz

    Lorsque vous vivez dans une région isolée,ou tout à disparu:commerces
    usines,les transports en commun inéxistants,seulement un car le samedi matin pour se rendre à une petite ville pour faire des achats.
    Pour le moindre soin médicale c’est trente cinq kilomètres et pour
    certains spécialistes vous pouvez compter trois fois plus.
    Je veux bien que dans la majorité des cas le monde rurale est oublié mais il y a des limites,je vous garanti pour sortir du système automobile
    il faudrait un miracle.

  13. stoppeur

    Pour sortir de l’automobile,il faudra beaucoup de sagesse et passer de l’ u tilisation facile,sans restriction(autre que la dépense),au partage d’un outil destiné à transporter en groupes,en lourd ou en volumineux.Adieu donc la « bagnole »- joujou,la voiture-bolide:en avion,en bateau,en train,,jamais rien ne se fait sans raison évidente:aller loin,vite,en toute sécurité,et pour assu mer des missions précises.Rien n’est laissé au hasard,au cours d’une mis sion…Pourquoi la voiture échapperait-elle à ce genre de considérations?D’ ailleurs,il faudra bien se faire une raison quant à la manière de « conduire » une vie:entre l’utile et l’agréable;entre ce qui est vital,indispensable dans la vie;et le reste…Il va falloir partager la Planète,c’est évident!Pourquoi donc consommer plus que ceux qui n’ont pas le minimum,l’indispensable?

  14. stoppeur

    Et pour valider mon « discours »,je voudrais vous soumettre une question(à 100 balles):le moteur à explosion,avec un gazogène,aujourd’hui et pour de main,pour lutter contre l’accumulation des gaz à effet de serre,ça vaudrait quoi?Ca produit du CO,brûlé dans les cylindres;il en ressort presque exclu sivement du CO2,qui est récupéré par les forêts,la végétation qui le « recy cle dans la photosynthèse.Pourquoi personne n’a envisagé de revenir à ce type d’automobile,ne serait-ce qu’en campagne;et à la condition de planter de nouvelles forêts,qui protégeront et entretiendront très efficacement les nappes phréatiques,notamment…L’avenir de la « biomasse »,produite dans les forêts,a un bel avenir devant elle,non?D’autant que le bois sert à tant et tant de choses,par ailleurs:construire,chauffer,se protéger du froid…

  15. Tassin

    @ Stoppeur : Tu te rends comptes de la quantité de bois qu’il faut pour faire rouler une voiture? Avec un rendement déplorable en plus.

    Déjà que forêts françaises ne suffiraient pas à chauffer la moitié des logements… sachant qu’en plus elles seront utiles à l’agriculture pour faire du bois raméal fragmenté à défaut d’avoir les haies suffisantes…

    Y’a pas de solution miracle.

  16. stoppeur

    Le gros problème des forêts en France,il est venu par la Grande Guerre:i magines que tout ce qui est planté en betteraves et blé dans les départe ments du Nord frontaliers de la Belgique,c’était des bois,des forêts!!!!Et je pousse mon raisonnement un peu plus loin:combien de surfaces boisées qui formaient des haies,des futaies,des limites de prés,de parcelles dans les campagnes,qui ont disparu « grâce » au « génie » des notables qui squat taient les SAFER dans nos campagnes,et qui étaient chargées de former de belles parcelles de 2,3,voire 4 ou 5ha en Champagne,par exemple,là où l’Armée n’avait pas de champs de manoeuvre;là où c’était trop crayeux et pouilleux pour faire de la vigne ou des pâtures…Notre belle France est gouvernée par des gens trop productivistes en agriculture:voire l’actualité!

  17. stoppeur

    Je poursuis:qu’est-ce que le maïs fait à occuper les jachères,comme le co lza,le tournesol…?Une forêt ne sert pas seulement à produire du bois;hor mis les résineux,ça permet aux nappes phréatiques à leur meilleur niveau, à une multitude de petits végétaux de trouver de l’humus,au gros gibier de se nourrir et de se protèger, en hiver contre le froid et en été des grosses chaleurs…Dans la forêt de l’Oise,la ville de Creil puise tous les déchets de coupe,les bois non nobles pour chauffer non seulement les bâtiments pub lics,les HLM,mais tous les foyers qui veulent s’abonner;et qui n’ont plus à se soucier de s’approvisionner en fuel,gaz ou électricité pour produire l’eau chaude,chauffer leur maison…Génial,non?Des 2 ou 3 pays d’Europe les + boisés,la France est celui qui utilise le – son bois…!C’est con!

  18. stoppeur

    Donc,si « on » voulait vraiment se donner les moyens d’utiliser le bois au me illeur niveau de ce que la forêt peut produire,non seulement il y en aurait assez pour se chauffer,construire et faire des meubles(de vrais, de beaux)! Mais on pourrait aussi construire de super beaux ponts en pierre,en bois, dont les fondations seraient des pilotis:en orme massif, le bois qui supporte aussi bien d’être dans l’eau qu’à l’air,ce qui n’est pas le cas du chêne:il pourrit à l’air,sauf si l’eau est calcaire et qu’il se retrouve ainsi « fossilisé ».Il y a de très vieux ponts de + de 200,300 ans et + ,en France;il faut voir le génie des ingénieurs des Ponts-et-Chaus sées,qui, au XIXe et début XXe, ont construit des ouvrages qui tiennent encore aujourd’hui au prix de quelques « menus »travaux…Et que ceux en béton se dégradent après 50 ans!(Tunnel de Fourvière,de CxRousse

  19. stoppeur

    C’est inouï que la France soit le pays le + importateur de bois exotiques + d’ailleurs, tropicaux…!!!On peut comprendre,après ça,pourquoi il y a du chômage dans le pays!Quand le bâtiment ne va pas;que le secteur de l’au tomobile « patauge »;et que l’agriculture productiviste coule,alors le moral de nos concitoyens est au + bas…Voilà les « bienfaits » d’un pays qui a voulu croire que l’industrie,encore l’industrie,toujours l’industrie + le bâtiment,y’a pas mieux pour tirer une économie vers le haut!Il ne faudrait pas aller faire une pub aux jeunes éleveurs surendettés pour leur faire croire que- pour vi vre d’un troupeau laitier-y’a rien de mieux que le maïs!!!Pendant ce temps, les sangliers et les cerfs,biches,et autres cervidés s’en régalent…Pour sûr que les quelques chasseurs de nos campagnes sont débordés!!!

  20. stoppeur

    Pour en revenir au bon vieux « gazo »,si on veut bien se donner les moyens de le perfectionner comme ce fut ,et c’est encore,le cas pour le moteur Diesel,sûr qu’en France,il y aura des emplois à la clé…!!!En dehors du nu cléaire,du TGV,des avions de transport ou de chasse,des maudites « bagn oles »,qu’est-ce qu’on sait faire,Si,si:des armes,des missiles,des sous-ma rins nucléaires(ou pas),des chars d’assaut…Mais,vu que ça se construit pas en bois…Bon,j’en ai assez « bavé » ce soir;je mets les bouts…Bon w-e! A lundi?

Les commentaires sont clos.