« Sans TGV, il n’y aurait plus personne dans les trains » : le contre-exemple de la Suède

suede-en-train

J’ai eu il y a quelque temps un échange de mail avec les SJ, ou chemins de fer suédois. Je note pour commencer que si leur site est beaucoup moins bling-bling que celui de la SNCF, il est aussi beaucoup plus informatif et il est beaucoup plus facile de les contacter pour leur poser une question précise. La rigueur protestante, sans doute… Quant au contenu de la question que je leur ai posée, il est le suivant : quelle est la part du train dans les déplacements entre Stockolm et Göteborg ? Ce sont les deux plus grandes villes du pays, Stockolm étant bien sûr la capitale. Elles sont séparées par une distance de 469 km selon Michelin, soit une distance très comparable à celle qui sépare Paris et Lyon, qui est de 465 km.

Les SJ exploitent sur cet itinéraire le train X2000, un train pendulaire qui roule plus vite sur une ligne classique aménagée, un concept contraire au TGV donc, qui implique une ligne nouvelle. Le X2000 met un peu plus de trois heures pour relier les deux villes, soit moitié plus de temps que le TGV.
x2000

Le X2000, l’anti-TGV. On voit ici la caisse se pencher, comme dans tout train pendulaire. Photo Bombardier.

L’intérêt de la question apparaît donc vite : alors qu’en France, on nous dit tout le temps que le TGV a évité un déclin inéluctable du fer, qu’en est-il en Suède, pays qui a le malheur de ne pas avoir de TGV ? Et pour commencer, ne pas avoir de TGV est-il un malheur ?

Je cite l’intégralité de la réponse des SJ, que je traduis de l’anglais :
« Environ 10.000 personnes voyagent chaque jour entre Stockholm et Göteborg. 40 % prennent le train, 30 % la voiture, 25 % l’avion, et quelques % l’autocar. Meilleurs sentiments.
Gustaf Forsberg ».[fin de citation]
Merci Gustaf.
Remarquons au préalable que les SJ ne raisonnent pas uniquement par rapport à l’avion, mais par rapport à la globalité des moyens de transports. Remarquable pragmatisme qui fait parfois défaut sous nos cieux.

Entre Paris et Lyon, un dirigeant de la SNCF affirme que le train a 60 % et la route 40 %. (voir le lien en annexe à ce message).

Voici le tableau qui résume les données :
comparaison-france-suede

Lecteur, permets-moi d’en tirer une conclusion en quatre temps :

1. Le TGV permet de gagner des parts de marché (PDM) sur les origines-destinations de longue distance, et ce dans une mesure considérable puisqu’il en détient 60 % en France contre 40 % en Suède pour le X2000.

2. Mais ces gains permis par le TGV s’effectuent UNIQUEMENT par rapport à l’avion, dont la PDM passe de 25 % en Suède à 0 en France.

3. L’affirmation précédente en implique une autre : le TGV ne permet pas de gagner de parts modales par rapport à la route : la route assure plus de déplacements dans la situation française que dans la situation suédoise (40 % contre 35) ; de plus, en France, les autocars ne sont pas libéralisés. Tout se passe comme si l’arrivée du TGV améliorait la position de la route ! Où sont ceux qui nous disent que plus de lignes de TGV égale moins de kilomètres d’autoroutes ?

4. Enfin et surtout, le train classique conserve 40 % des PDM entre Stockolm et Göteborg. Tout en perdant la majorité absolue des trafics, le train classique reste donc le moyen de transport le plus employé. On ne peut donc pas parler de « déclin » ni dire qu’il n’y a personne dans les trains.

Les phrases répétées en boucle , du style :« sans TGV, le train aurait inéluctablement décliné », « sans TGV, il n’y aurait plus personne dans les trains », etc… ne correspondent pas à la réalité. Ce sont en réalité des phrases de propagande destinées à justifier la politique de la SNCF, basée sur le seul TGV.

Ces phrases en disent plus long sur la psychorigidité des dirigeants de la SNCF que sur leur adaptation à la réalité des transports.

Vincent Doumayrou,
Auteur de La Fracture Ferroviaire, Editions de l’Atelier, Paris, 2007.

Source : http://lafractureferroviaire.skynetblogs.be/

Le site internet des chemins de fer suédois : http://www.sj.se/sj/jsp/polopoly.jsp?d=120&l=en
(Une page qui contient une foultitude d’infos intéressantes sur la Suède et ses chemins de fer.)

La page ouaibe où le dirigeant SNCF évoque les PDM du TGV entre Paris et Lyon :
http://www.intermodalite.com/communiquesncf.html

Je signale que la revue Chemins de Fer a consacré récemment trois articles aux chemins de fer suédois, signés par Patrick Laval, journaliste à la Vie du Rail. Je mettrai en ligne les références plus précises.

Vincent Doumayrou

A propos de Vincent Doumayrou

Spécialiste des transports et auteur de "La Fracture ferroviaire", Editions de l’Atelier.

13 commentaires sur “« Sans TGV, il n’y aurait plus personne dans les trains » : le contre-exemple de la Suède

  1. Marschupp

    Bonjour,

    Un petit commentaire sur le sujet.
    Certes le train en Suède n’est pas au niveau du TGV, mais les autoroutes suédoises ne sont pas non plus au niveau des françaises. Grâce aux péages, il est tout de même bien confortable de conduire sur les routes françaises. Quand on traverse Värmland et que la prochaine aire de repos se trouve à 50 kilomètres, les pauses pipi se font plus compliquées.
    Ensuite une grande part des trajets sont professionnels. Le facteur temps joue donc un rôle non négligeable. Et pour le moment, les 3h30 de trajets reste rédhibitoire (être à la gare à 5h40 pour une réunion à 9h30 n’est jamais un grand moment de bonheur). D’où les 25% d’avion.
    Ensuite viennent les bus longues distances, beaucoup plus visibles qu’en France, beaucoup moins cher que le train. Je connais peu de monde qui prendrait un bus Paris-Lyon.
    Et pour finir, il y a d’autres lignes, que l’on pourrais comparer à un Paris-Bordeaux par-exemple où les chiffres sont très différents : pour aller à Umeå, 640km, l’avion est le transport numéro un des professionnels, la voiture pour les particuliers, et le train traine la patte derrière.

  2. Pim

    Il est vrai que les habitants des pays nordiques se déplacent énormément en avion, même pour des petits trajets (500km). Pour mieux comprendre, je pense qu’il est important de prendre en compte la topographie du pays, qui est composé de lacs et forêts, ce qui rend délicat le tracé « à la règle » d’une route ou d’une voie ferrée comme on le fait en France.

    Un peu hors sujet mais : La France a la (mal)chance d’avoir un des meilleurs réseaux routiers d’Europe, mais comme ca ne suffit pas aux français râleurs, il faut rajouter une autoroute le long des nationales déjà doublées en 2×2 voies etc… « bétonnons, bétonnons, bétonnons » telle est la devise française!

  3. martoni

    Comme d’habitude je vais me faire l’avocat du diable, mais en tant qu’anti-fossile je me dois de le dire 😉

    Cet article le montre très clairement, le TGV n’est pas, et ne sera probablement jamais un concurrent de la voiture. Le TGV est un concurrent de l’avion, chaque ligne TGV qui est mise en place détruit le trafic aérien sur la ligne en question : et c’est une très bonne chose !

    En effet l’avion court-courrier est une véritable horreur climatique, c’est tous simplement le pire moyen de transport en matière de consommation fossile et donc d’émission de GES.

    Du coup, installer des lignes TGV permet d’économiser énormément en émission de gaz à effet de serre, c’est donc une très bonne chose. Cet article le montre très bien. Les suédois qui n’ont pas de TGV utilisent largement plus l’avion.

    Si l’on veut pouvoir concurrencer la route il faudrait d’abord orienter les budgets route vers les lignes régionales, gardons nos lignes TGV et reportons les subventions de la route vers des trains régionaux qui sont les véritables concurrent de la voiture.

  4. PHI

    Le point commun entre la France et la Suède, c’est les grandes distances entre les grandes villes. La différence majeure, c’est la densité de population et d’industries, qui n’est pas comparable. D’où beaucoup plus de trafic en France qu’en Suède.

    La raison fondamentale de la construction de lignes nouvelles à grande vitesse en France, c’était la saturation du réseau existant face à un trafic déjà dense, croissant et de plus en plus différencié, entre des trains express de voyageurs qui filent à 160 ou 200 km/h et des trains de fret ou régionaux dont la vitesse moyenne est de l’ordre de 90 km/h.

    Le train pendulaire est une bonne solution dans les régions où on peut facilement relever la vitesse au-delà de 160 km/h (passages à niveau pas permis) sur une ligne au trafic limité. C’est le cas en Suède ou en Finlande, c’est moins le cas en France.

  5. apanivore

    Je pense quand même que ce report modal de l’avion vers le train offert par le tgv (25% pour Paris-Lyon) est un gain gigantesque en terme de réduction de nuisances. C’est bien grâce à ces liaisons TGV centralisées sur Paris que le spectre d’un 3ème aéroport parisien reste lointain.

    En plus si la SNCF, mise tout sur le TGV, depuis la décentralisation et le transfert des compétences aux régions, les TER se sont grandement améliorés dans de nombreuses régions et voient leur fréquentation augmenter. Et c’est bien l’amélioration de cette desserte locale qui est à mes yeux la plus importante pour réduire l’utilisation de la voiture.

    Entre les 2 il y a les corails et s’ils font peu l’objet des attentions de la SNCF ils n’en sont pas sous-utilisés pour autant. En tout cas ceux que j’ai utilisé récemment étaient même pleins à craquer (bon c’était départ ou arrivée à Paris ça aide).

  6. Philippe Schwoerer

    J’ai été sondé par un organisme spécialisé mandaté par la SNCF.

    Les questions étaient toutes fermées et il était impossible de répondre autrement que « Oui le TGV est beau, rapide, écologique, rapproche les familles… Vive le TGV ».

    Avec un tel sondage, impossible de faire évoluer les choses à la SNCF et de dire ce que l’on pense vraiment.

    Des projets, la SNCF en a plein a priori. Mais force est de constater que l’entreprise vise une clientèle haut de gamme.

    Le site est une horreur. Avec 3 configurations logicielles et matérielles différentes, il m’est tous simplement impossible d’effectuer une réservation pour une famille incluant des enfants.

    Que dire de la palette des tarifs qui profite aux plus malins ou des trains qu’on ne trouve pas sur le site, ni sur les bornes automatiques, mais qui sortent du chapeau des personnels au guichet.

    Je suis très déçu par la politique de la SNCF alors que cette entreprise a un rôle majeur à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution.

  7. P'titSuisse

    Pas besoin d’aller jusqu’en Suède pour trouver un exemple de réseau ferroviaire en plein essort qui bat d’année en année des records de fréquentations.

    Les statistiques de l’IUC 2009 (union internationale des chemins de fer) indique une fois de plus que ce sont les Suisse les champions du monde des déplacements en train, avec 2422km parcuru par an et par personne. La France n’en est qu’à 1377. De plus, la progression est impressinante, +15% en 2ans.

    Finalement, les statistiques de l’IUC ne prennent en compte que les entreprises affiliées, soit pour la Suisse les CFF et BLS, alors qu’il existe des dizaine d’autres compagnie de chemin de fer à voie étroite (les chemins de fer réthique, les chemins de fer jurassion, etc…) qui fonctionnent très bien. Le chiffre de 2422km est donc largement sous-évalué !

    Et tout ça, sans TGV…

  8. CarFree

    P’tit suisse, est-ce que tu peux donner le lien pour accéder à ces statistiques, car je trouve que le site de l’UIC est un peu confus?

  9. apanivore

    Ah je fais monter la moyenne avec mes 20000km/an de transport ferroviaire ! Séparés moitié/moitié SNCF/RATP.
    C’est facile à compter pour le train parce que c’est écrit sur les billets mais pour le métro et RER c’est une estimation.

    En additionnant mes abonnements et billets j’arrive à un tarif sur un an de 0,08cts le km. Soit 1600€ à comparer avec le coût d’une voiture.
    http://carfree.fr/index.php/2009/11/08/economisez-5000-euros-par-an/

  10. Teobul

    « le TGV ne permet pas de gagner de parts modales par rapport à la route »… nous en reparlerons quand le baril sera à 300 €… et que l’on fera enfin (dans un futur qu’on espère imminent) payer à « la route » son juste prix en termes d’effets externes.
    Bien à vous

  11. gagaille

    j ai voyagé dans ce joli pays Suédois ,le train est présent partout !!
    Rapidité exactitude confort !! les lignes (la plupart en voie unique ) sont entretenues parfaitement ,les gares automatisées ..et surtout pas chers !
    Sur certaines lignes ,le cadencement est pratiqué (comme en Allemagne) et semble donner des résultats .C’est impressionnant sur l’axe Göteborg -Malmö sur lequel circule des rames éléctriques modernes et tres rapides (qui n’ont rien à envier aux TGV français ) qui vont jusqu’au Danemark voisin par le pont géant « oresündsbröen »..
    Les trains de fret sont fréquents et( comme autrefois en France ),ils ont des « wagons isolés » ……disparus chez nous suite aux divers » Plan Fret » qui n’ont qu’un seul objectif: la destruction du ferroviaire!!

    Le retour en France- dans un pays à l’agonie..a été tres difficile !

    ps votre étude comparative trains de Suede et de France est tres instructive

Les commentaires sont clos.