Le vélo plus rapide que l’hélicoptère

velo-plus-rapide-que-lhelico

C’est à l’occasion de la Journée Mondiale Sans Voiture qu’a été organisé ce challenge à São Paulo (Brésil): rallier à une heure de pointe un point A à un point B le plus rapidement possible et avec le véhicule de son choix.

Voici le classement final :
Cycliste : 22mns
Hélicoptère : 33mns
Jogger : 1h06mns
Bus : 1h11mns
Voiture : 1h22mns
Piéton : 1h32mns

Les résultats parlent d’eux-mêmes !
Plus d’infos sur ce site.

Source: http://bikyexpress.weebly.com/blog.html

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

6 commentaires sur “Le vélo plus rapide que l’hélicoptère

  1. sebsoupe

    oui les résultats sont « bizarres », le jogger aurait dû parcourir le trajet en 2 à 3 fois moins de temps que le piéton, voire moins, et une moto ou un scooter à peine plus de temps que le vélo qui n’est pas « obligé » de s’arrêter à tous les feux rouges, et peut se faufiler vraiment partout ou se porter si nécessaire (escaliers)…

  2. Laurent RSVMV

    Le vélo plus rapide que l’hélicoptère” de Thierry SABINE et celui de Daniel BALAVOINE
    pour défendre les modes alternatifs, faut il mentir ?
    en 1, l’hélico
    en 2, le convoi officiel de la mort qui tue, tout gicle sur son passage, plein de motards et 20 giro en action – ça déménage !
    en 2, a égalité, le train (encore faut-il être sur le bon tronçon)
    en 3 encore à égalité, la navette rapide sur la seine (pour SAO PAOLO, c’est mort)
    en 3, scooter fou et moto hyper rapide façon je risque tout
    en 4, les motards et scooters normaux ……..

    l’hélico reste le plus rapide mais aussi le plus cher….
    en revanche il ne peut être développé en MASSE !

    en fait quand les hélico vont chercher des blessés sur les autoroutes c’est pour faire mourir les accidentés en l’air, pas pour autre chose et dépenser l’argent public

    EVIDENT prendre l’hélico pour petite distance n’est pas intéressant ! (moins de 5 km)

    pourquoi le roller ne fait pas partie de la liste ????

    en conclusion : vive la propagande et la pensée à 2 balles

  3. JM

    Certes, les modes de déplacement ne sont pas exhaustifs, mais cela rend-il l’expérience moins intéressante ? En ville (je dis bien en ville), le vélo est plus rapide qu’un véhicule motorisé à quatre roues et tout aussi rapide que les scooters et motos. Et sans essence.
    Ce n’est pas la première fois que ce genre de démonstration est faite, mais il est toujours bon de rappeler la rapidité du vélo en milieu urbain.
    Si tu vois de la propagande là-dedans, c’est que tu as une capacité à extrapoler (et à paranoïer ?) hors du commun.
    Ma pensée à deux balles et moi te saluons.

  4. Laurent RSVMV

    JIM, le titre accrocheur parle de lui même ..

    LE VELO PLUS RAPIDE QUE L’HELICOPTERE

    je te propose donc des titres 100 % propagande

    le vélo plus rapide que le RER

    le vélo plus rapide que le TRAMWAY

    le vélo plus rapide qu’une BALLE

    le vélo plus rapide que la LUMIERE

  5. Jean-Marc

    sebsoupe
    « le jogger aurait dû parcourir le trajet en 2 à 3 fois moins de temps que le piéton, voire moins »

    en fait, pas du tout, le rapport de 1,5x est normal :
    le jogger courre X fois plus vite… mais attend aux feux comme le marcheur.
    donc même détours, même temps d attente=> malgré des vitesse de pointe et de croisière supérieure, en partant du départ jusqu à l arrivée, la différence est moindre.

    C est aussi pour cette raison qu’il ne sert à rien de rouler à 60 en ville au lieu de 45 (/au-delà de 110 sur autoroute) :
    on attend autant aux feux (/lors des ralentissements), si bien qu’au final, on a juste gagné 2-3 feux (/quelques minutes aux 100km), car on est passé au changement d avant.

    ce lissage de la vitesse moyenne est encore plus vrai dans les endroits à changement de vitesse fréquents, comme les centres-villes non aménagés (pistes cyclables, rues piétonnes) ou les routes départementales en virages, traversant pleins de villages (donc inutile de se prendre pour un champion de rally quand on est dessus : on n’y gagne quasi rien… sauf sa survie et celle des autres, si on lève le pied).

    si le parcours s ‘était fait entièrement dans un parc, malgré les détours pour éviter les autres passants, le jogger aurait amélioré son écart vis à vis du marcheur.
    mais ils ont préfèré utiliser un VRAI parcours urbain, plutôt qu’un parcours idéal.

Les commentaires sont clos.