L’automobile vecteur de la dengue

Encore un fléau à ajouter à la liste sans fin des nuisances automobiles: épaves et vieux pneus disséminés dans la nature favorisent la multiplication des moustiques dans les poches d’eau qu’ils abritent et, par suite, l’extension de l’épidémie de dengue aux Antilles.

Il est scandaleux que ce soit le Gouvernement -et donc nos impôts- qui subventionne leur enlèvement par une enveloppe de 200 000 Euros -cf l’article que le journal l’Argus consacre à ce fléau- alors que cette somme représente une paille en comparaison des budgets astronomiques de la publicité automobile. Si les entreprises Peugeot, Renault et consorts avaient le moindre sentiment de responsabilité écologique, elles devraient se charger elles-mêmes spontanément de cette tâche civique de gérer la fin de vie de leurs produits. Mais non! il est bien plus urgent pour elles de payer à prix d’or le énième spot publicitaire vantant les mérite de leur dernier modèle et venant encombrer nos émissions télévisuelles.

GC,
Programmeur du jeu www.CrypText.fr
Gestionnaire de www.LecoLomobiLe.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

3 commentaires sur “L’automobile vecteur de la dengue

  1. dominique

    bonsoir, sans vouloir, aucunement, défendre l’automobile, il me semble que celà relève plus du comportement individuel ( les épaves ou les vieux pneus ne sont pas arrivés là tout seul ) que de la voiture en elle même
    ou des constructeurs, non ???
    si les gens balancent leur merde dans les bas fossés, c’est quand même de leur responsabilité, non ??
    Dominique

  2. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    @Dominique: responsabilité individuelle, certes mais pas que! L’industrie automobile offre beaucoup de facilités pour acquérir ses produits. Si sa communication était équilibrée, elle devrait accorder autant d’efforts publicitaires pour responsabiliser sa clientèle que pour lui vendre des voitures. Les constructeurs devraient accompagner leurs publicités de recommandations:

    – Nous accordons une prime pour la récupération de votre voiture en fin de vie à condition que vous rapportiez votre véhicule à notre concessionnaire le plus proche de votre domicile.
    – Pour le bien de la planète, évitez de rouler seul à bord
    – évitez les trop-petits-déplacements,
    – Au premier signe d’endormissement, faites une pose,
    – Évitez les transits en ville
    – Ce produit n’est pas compatible avec l’alcool 😎
    – Évitez les accélérations excessives
    – Trop rouler est mauvais pour la sédentarité,
    – Respectez les inter-distances… etc…

    Dominique: votre objection soulève toute l’idéologie de l’industrie automobile qui tend à faire des chauffeurs des héros. En sur-valorisant les chauffeurs (en les sur-responsabilisant), elle augmente le désir d’acheter une voiture chez ceux qui n’en n’ont pas encore une.

    Cette position idéologique pouvait se comprendre au début de cette industrie, il y a un siècle, elle est devenue absolument irresponsable de nos jours.

    @carfree: il faudrait que je fasse un billet sur la notion de publicité responsable qui accorderait une prime à ceux qui rapportent leur voiture en fin de vie. Le titre serait dans le genre: « vers une économie responsable » où on payerait les gens pour rapporter leurs déchets: leurs épaves, leurs encombrants et leurs ordures ménagères.

Les commentaires sont clos.