Oui mais les cyclistes…

Qui n’a pas déjà entendu cette phrase de la part de bagnolards mis face à leurs responsabilités? Dès qu’on dit aux automobilistes qu’ils roulent trop vite, qu’ils sont dangereux, qu’ils téléphonent au volant, qu’ils se garent sur les bandes cyclables ou les passages piétons, à chaque fois la réponse est peu ou prou la même: Oui, mais les cyclistes…

Pour les automobilistes, le vrai problème, ce sont les cyclistes qui brûlent les feux rouges ou les stops, qui roulent n’importe comment, qui… sont en fait tout simplement à vélo! Car, le vrai problème semble surtout être que les cyclistes soient… à vélo. C’est d’ailleurs ce que disait récemment le boomer en chef Michel Sardou, auto-désigné représentant des automobilistes: « Le prochain cycliste je me le fais. »

On connaissait déjà la phrase « désolé je ne vous avais pas vu » que l’automobiliste prononce quand il vient d’écraser un cycliste. Avec le « Oui mais les cyclistes » l’avantage pour l’automobiliste est de pouvoir renvoyer la responsabilité de toutes ses turpitudes à un cycliste mythique responsable de la quasi-totalité des problèmes rencontrés sur la route.

Même Martine Aubry récemment, ci-devant maire de Lille, a sorti son « Oui mais les cyclistes… » Et elle va même plus loin, car elle a interdit le vélo dans les rues piétonnes de Lille sous prétexte que certains vélos roulent trop vite… On croit rêver quand on voit l’état actuel de la situation environnementale.

Si tous les Michel et les Martine de France accusent ainsi les cyclistes de tous les maux, c’est bien que la situation doit être grave. Qu’ont-ils fait pour mériter pareille vindicte populaire dans les cafés du commerce et dans les médias? Sont-ils responsables de la pollution en ville ou du réchauffement climatique? Peut-être que c’est de leur faute si le déficit commercial de la France est phénoménal du fait des importations massives de pétrole? Ou alors ce doit être à cause de leurs innombrables pistes cyclables que les écosystèmes sont fragmentés, participant en cela à la 6ème extinction?

Lire aussi :  La gratuité, un projet de société

Ah mais non, le vrai problème du cycliste, c’est qu’il ne sait pas « conduire… » Il brûle les feux rouges ou les stops, roule n’importe comment, le plus souvent complétement bourré le téléphone à la main. C’est pour cela qu’il est responsable de l’hécatombe routière que l’on connaît. Le cycliste est dangereux, pour les automobilistes bien sûr, obligés de faire attention sous peine d’écraser un vélo et de se prendre un stage de récupération de points, mais surtout pour les piétons terrorisés par le danger cyclable.

Car, tout automobiliste le sait bien, le vélo est le principal responsable de la mortalité routière des piétons, en particulier dans les rues piétonnes comme le pense Martine Aubry.

Et si un torchon de gauche comme le journal Libération dit le contraire, c’est juste parce que sa rédaction doit être composée d’une palanquée de cyclistes bobo-parisiens.

Car il apparait qu’en 2022, un seul piéton est mort suite à une collision avec un cycliste, contre 524 piétons tués par des motorisés…

Oui mais les cyclistes…

5 commentaires sur “Oui mais les cyclistes…

  1. mickael

    Vous avez beau tenir des propos de façon sarcastique, vous énoncez malheureusement en fait des faits. Pour un fou du volant en automobile combien de cyclistes inconscients et irresponsables qui évoluent dans leur environnement sans prendre la mesure de l’autre? 100? 150?

    Par exemple ce weekend on change d’heure. Voilà venir le temps des trafics importants dans la nuit. À Montpellier la quasi-totalité des cyclistes rouleront, comme chaque année, sans lumière aucune. Je vais croiser, comme chaque année, deux cyclistes par semaine qui aura bien ses lumieres, qui jouera le jeu pour la sécurité de tous, pas plus.Les automobilistes ne sont pas des PNJ, ce sont aussi des personnes. Ils doivent faire attention à autrui mais cela ne justifie pas que  des conducteurs de véhicules plus légers et maniables ne fassent pas un seul  début d’effort dans leur façon de circuler.

  2. Mat b

    Mickael a peut être raison, oui mais je connais plein de Mickael qui ont tort alors Mickael, il a tort

  3. sobrienal

    Mickael,

    cette remarque pose plusieurs questions; qu’est ce qu’un fou du volant un vélo? Est-ce un fou du guidon? Combien de fous du guidon ont-ils fait de morts ces dernières années? Lequel entre celui qui finance des dictatures pétrolières et réchauffe le climat et celui qui fait l’effort de pédaler est inconscient et irresponsable?

  4. Nicolas Froidure

    Merci pour ce rappel bien senti ;). Il pourrait être intéressant d’avoir ces chiffres rapportés à l’usage. Je ne serais pas étonné que la part des violences routières dues à l’automobile n’enfle encore plus.

  5. Jacques Roulan-Bagnol

    Bonjour,

    Vous êtes bien gentils avec vos commentaires mais moi je trouve que Mickaël a raison.

    Les voitures ont permis d’élaborer ce formidable outil qu’est le code de la route, ce qui permet de verbaliser les cyclistes qui n’ont même pas le permis. Vitesse, téléphone en roulant, feux brûlés et j’en passe.

    A Niort nous défendons la place de la voiture, contre les cyclistes. C’est normal car c’est ici que les mutuelles assurent tous ces véhicules ou presque.

    Nous cherchons du renfort et des alliés dans d’autres villes donc n’hésitez pas à nous contacter.

    Pour mieux nous connaitre je vous invite à lire cette page, https://niortmabagnole.wixsite.com/blog/blank-1

    Et le dernier article paru sur notre blog, https://niortmabagnole.wixsite.com/blog/post/les-briques-et-le-ciment.

    Bien à vous,

    JRB

     

     

     

Les commentaires sont clos.