Martine interdit le vélo

C’est l’histoire de Martine (Aubry) qui, un jour qu’elle se baladait en 4×4 dans les rues piétonnes de Lille s’est rendu compte que des méchants cyclistes osaient ne pas mettre pied à terre et terrorisaient les pauvres piétons. Martine a alors immédiatement interdit le vélo…

C’est un article de La Voix du Nord du 14 octobre 2023 qui nous l’apprend, le vélo vient d’être interdit dans les rues piétonnes de Lille.

Tout cela parce que Martine Aubry n’arrive pas à « distinguer les bons et les mauvais cyclistes. » Car il y a des « bons cyclistes » qui roulent normalement et font attention aux piétons et il y a des « mauvais cyclistes » qui roulent trop vite et gênent les piétons. Comme on ne va quand même pas perdre son temps à faire appliquer le code de la route, autant interdire tous les vélos, c’est plus simple… Et tant pis pour la grande majorité des cyclistes qui font attention et ne gênent pas les piétons, ils paieront aussi pour les comportements des « mauvais cyclistes. »

Et tant pis aussi pour ceux qui voudront prendre un vélo dans une station de vélos en libre service V’Lille située dans les rues piétonnes, ils devront se déplacer à pied avec leur vélo en libre service…

De toute manière, Martine a décrété que « quand on est cycliste, on est sportif, » sous-entendu on roule à la vitesse d’un coureur sur le Tour de France. C’est sûr que par rapport à Martine et son gros 4X4 avec chauffeur, n’importe quel cycliste urbain est un Jonas Vingegaard en puissance…

Lire aussi :  La société de la voiture

Et quand on dit à Martine qu’avec ce genre d’argument à la petite semaine, on pourrait interdire la totalité des voitures (vu qu’une bonne partie des automobilistes sont des « mauvais automobilistes ») sa réponse est de dire qu’on peut « aussi parler des vélos qui passent au rouge ou roulent sur les trottoirs… »

Mais alors Martine, autant interdire carrément les vélos sur tout le territoire de la métropole lilloise?

5 commentaires sur “Martine interdit le vélo

  1. Lau

    Choisissez mon commentaire, lol:

    A)Encore une qui aurait dû faire preuve d exemplarite en s appliquant a elle même la retraite a 60 ans…

    B) »les c… Ça ose tout et c est a ça qu’on les reconnaît »

    C)pov’ meuf, c est une insulte?

  2. Morgan

    Ca n’est pas dit dans l’article mais le problème de ces zones piétonnes sont les nombreux Fast Food y étant présents et donc les nombreux livreurs à vélos payés au lance pierre donc poussée à rouler comme des dingues avec des vélos trafiqués à la vmax au delà des 50 km/h sans un coup de pédales.

    Donc plutôt que de réglementer ces esclaves modernes, on pénalise tout le monde en imposant le pied à terre dans les zones piétonnes comme bien d’autres villes….

    Miraculeux

  3. velogiste

    J’adore le titre qui rappelle des livres d’enfance.

    Malheureusement, les faits relatés sont plus tristes et nous tournent plutôt vers les malheurs de Sophie et les autres cyclistes surtout que Martine n’est pas seule à prendre ce genre de décisions !

  4. Olivier

    « avec ce genre d’argument à la petite semaine, on pourrait interdire la totalité des voitures  »

    C’est la première remarque qui m’est venu à l’esprit… Si seulement on pouvait faire preuve d’autant de « bon sens » vis à vis des voitures.

    Ce que cela dit en creux : on peut interdire le vélo car il n’est pas considéré comme « indispensable » (vu qu’il peut-être remplacé par une voiture), quand bien même il serait préférable pour la sécurité de tous que les « mauvais automobilistes » deviennent de « mauvais cyclistes ».

  5. Mat b

    Samedi dernier, j’ai joué de la sonnette dans les rues piétonnes de Montauban (ville pionnière en matière d’interdiction des vélos en centre ville, dirigé par une Brigitte). C’est pas trop mon genre mais pour aller chez ma mère qui habite en CV, la rue principale est fermée pour le marché hebdo, la rue piétonne la plus large est en partie interdite et puis je m’en bats la tatane, fallait que je dépose un truc à un poto du fiston et j’étais obligé d’arriver par la rue autorisée qui reste, une rue piétonne pas très large avec des terrasses, des tonneaux, des pancartes à gauche et des extensions de commerces, des pancartes, des drapeaux, des terrasses à droite.

    A savoir qu’un protocole a été mis en place pour délimiter ces espaces et que la plupart dépasse. Bref, Il me reste une bande étroite avec mes deux mômes derrière, je vais pas descendre de mon vélo pour favoriser deux ou trois tr…ucs descendus de leur caisse. L’ironie étant que je n’avance pas plus vite en vélo et que je prendrais plus de place avec mon vélo à la main et mes chiards à cotés. D’abord, je suis un c.. et je râle tout le temps

Les commentaires sont clos.